Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/08/2022

_Brian W. Aldiss_

Brian W. Aldiss : Paul KINCAID : 2022 : University of Illinois Press (série "Modern masters of science fiction") : ISBN-13 978-0-252-08655-7 (la fiche ISFDB du titre) : 200 pages (y compris bibliographie et index) : coûte 25.00 USD pour un tp non illustré, disponible chez l'éditeur (), existe aussi en hc (04448-9) et en ebook (05347-4).

anglais,aldiss,3 étoiles

Même si Sir Brian Aldiss nous a quitté en 2017, force est de constater qu'il avait bien avant sa mort disparu du paysage éditorial de la science fiction. Il est difficile de trouver des éditions de ses textes, que ce soit en VF ou en VO (des deux côtés de l'Atlantique) qui n'aient pas plus de dix ans (il y a bien un titre de PS et quelques e-books et auto-publications vers 2015). On a donc une visible désaffection du lectorat qui n'est même pas compensée par un accroissement de l'intérêt universitaire puisque le précédent ouvrage sur Aldiss (celui de Henighan) date de 1999 et que les articles sur cet auteur (hormis les nécrologies) parus depuis 2000 se comptent sur les doigts des deux mains. C'est hélas un cas de figure qui devient de plus en plus fréquent, les œuvres et les auteurs "patrimoniaux" disparaissant de plus en plus vite du radar des lecteurs faute d'offre (malgré les tentatives de divers éditeurs comme Mnémos en France).

anglais,aldiss,3 étoiles

Mais revenons à Aldiss et à cet ouvrage qui lui est consacré par Paul Kincaid, un habitué de ces colonnes (on lui doit par exemple le livre sur Banks publié dans la même collection). Paru dans la série "Modern masters of science fiction" chez UIP, un ensemble de bonne tenue, le livre est structuré en six chapitres (Warrior, Naturalist, Experimentalist, Historian, Scientist et pour finir Utopian) qui suivent un ordre à la fois chronologique et thématique en se concentrant essentiellement sur certains romans ou cycles (par exemple le chapitre Scientist traite surtout de la trilogie Helliconia). On notera l'absence d'introduction et de conclusion séparées mais la présence, outre d'un index, de bibliographies primaires et secondaires étoffées (mais incomplètes).

anglais,aldiss,3 étoiles

Je ferai tout d'abord mon reproche habituel sur les titres de cette série, à savoir que ceux-ci sont à mon avis en règle générale d'un format trop court pour leur sujet (sauf peut-être pour le Bujold de James). Ici on a péniblement 160 pages de textes ce qui, pour un auteur aussi prolifique qu'Aldiss, est nettement insuffisant (et explique sans doute pourquoi Kincaid a dû sabrer introduction et conclusion). À contrario, un des aspects positifs majeur de ce livre est que Kincaid, même s'il manifeste un grand respect pour Aldiss, garde une distance critique vis-à-vis de son sujet qui est rafraichissante surtout après certains titres de la collection qui donnent parfois l'impression d'être l’œuvre de fanboys ou fangirls (on pensera à celui-ci en particulier).

anglais,aldiss,3 étoiles

En effet Kincaid n'hésite pas à souligner certains travers de l'auteur, notamment une misogynie permanente (dans ses écrits la femme est presque exclusivement un objet sexuel) et d'une façon générale une misanthropie omniprésente. Il n'est aussi pas très tendre avec les œuvres tardives d'Aldiss dont il montre non seulement le décalage croissant avec le Zeitgeist du genre mais aussi la piètre qualité "technique". Ces facteurs expliquent sans doute la baisse de popularité (traduite par une chute des ventes) et d'influence subie par Aldiss qui est en fait littéralement "fini" dès le milieu des années 80 juste après Helliconia. Malgré tout, cette fin un peu triste n'enlève rien à la qualité du travail de Kincaid qui livre là l'un des meilleurs titres de la série.

anglais,aldiss,3 étoiles 
Note GHOR : 3 étoiles

25/03/2022

_Imagining Mars_

Imagining Mars : A Literary History : Robert CROSSLEY : 2011 : Wesleyan University Press : ISBN-13 978-0-8195-6297-1 (la fiche ISFDB du titre) : xvii+353 pages (y compris index) : coûte 40.00 USD pour un hc illustré (et cahier photographique central en couleur) avec jaquette disponible chez l'éditeur (), existe aussi en ebook (-7105-2).

anglais,3 étoiles

On peut constater que, parallèlement aux progrès scientifiques et technologiques dans le domaine de l'observation des autres planètes, l'intérêt des auteurs de science-fiction pour Mars a connu plusieurs phases. Le statut de la "Matter of Mars" est passé par tous les stades, de sujet brûlant (vers 1890 ou dans les années 90 avec la fameuse vague de romans martiens) à toile de fond (les années 30) en passant par thématique presque oubliée (les années 60). C'est donc à l'histoire mouvementée de la représentation de la planète rouge dans le genre que s'attaque ici Robert Crossley, un universitaire américain spécialiste (entre autres) de Stapledon à qui l'on doit cette étude sur l'auteur. Pour les complétistes, on notera qu'il existe au moins (ça veut dire présents dans ma bibliothèque) deux ouvrages presques contemporains sur le même sujet : Visions of Mars (2011) de Hendrix et al. et Dying Planet (2005) de Markley, des titres que je n'ai pas encore lus.

anglais,3 étoiles

Après une courte préface qui présente la structure du livre, l'ouvrage est construit en 14 chapitres d'une vingtaine de pages chacun. Ils suivent un ordre chronologique, du moyen âge à l'an 2000 et se concentrent presque exclusivement sur la science fiction écrite (cf. le sous-titre de l'ouvrage)  et plus particulièrement sur les romans (quelques nouvelles marquantes sont toutefois mentionnées). On trouvera aussi quelques illustrations en n&b au fil du texte et un cahier central de huit pages en couleur sur papier glacé. Il y a bien un index mais pas de bibliographie qui se trouve en fait partiellement dans les copieuses (30 pages) notes de fin d'ouvrage.

anglais,3 étoiles

Je possède cet ouvrage depuis presque une dizaine d'années mais je l'avais laissé dans ma PAL jusqu'à présent, sans doute un peu rebuté par la couverture qui me semblait sans doute "datée" et promettait un texte plus centré sur la proto-sf. À la lecture, c'était une erreur de ma part. Le résultat du travail de Crossley est particulièrement intéressant et représente sans doute presque l'ouvrage définitif sur le sujet de Mars en littérature. Exhaustif (qui d'autre peut se rappeler le Mars Genesis de S. C. Sykes paru dans la remarquable mais éphémère collection The Next Wave de Bantam), érudit et d'une lecture fluide, il n'y a pas grand chose à reprocher à ce livre. On regrettera quand même l'absence d'une bibliographie classique qui fait que, pour retrouver les références d'un titre, il faut consulter l'index, trouver la page et puis la note correspondante. On se rappellera aussi que le livre de Crossley s'arrête de facto au début des années 2000 ce qui laisse une période non couverte qui s'allonge au fur et à mesure que les années passent. En tout, une très agréable surprise au final et un ouvrage recommandé.

anglais,3 étoiles


 
Note GHOR : 3 étoiles

20/01/2022

_Science Fiction and Catholicism_

Science Fiction and Catholicism : The Rise and Fall of the Robot Papacy : Jim CLARKE : 2019 : Gylphi (série "SF Story Worlds: Critical Studies in Science Fictio") : ISBN-13 978-1-78024-084-8 (la fiche ISFDB du titre) : x+281 pages (y compris index et bibliographie) : coûte 17.99 GBP pour un petit tp non illustré, disponible chez l'éditeur.

anglais,3 étoiles

Paru dans l'intéressante (et plutôt britannico-centrée) collection d'ouvrages de références de Gylphi, ce récent ouvrage part du constat fait par Clarke qu'une partie disproportionnée des textes de SF comporte comme acteurs des prêtres ou l'institution catholique elle-même dans sa structure ou ses symboles. En effet, sur ces thématiques viennent immédiatement à l'esprit de nombreux exemples avec des textes d'auteurs comme Simak, Silverberg, Farmer, Blish, Clarke, Simmons ou Mary Doria Russell. Il faut noter que cette présence très forte du catholicisme est sans plus surprenante pour des anglo-saxons (on va dire plutôt chrétiens mais pas forcément catholiques) que pour des latins, d'où le constat de Clarke.

anglais,3 étoiles

L'ouvrage s'ouvre par en une longue introduction qui détaille un peu l'historique des rapports entre SF et catholicisme sous l'angle des territoires culturels ou sociétaux (le futur, le sublime...) que ces deux entités se discutent depuis longtemps. Suivent ensuite quatre longs (une cinquantaine de pages) chapitres qui abordent successivement 1) l'opposition entre les deux, l'une étant qualifiée de "counter-narrative" de l'autre; 2) les rapports entre le catholicisme et la question de l'intelligence ou l'âme de la machine ou de l'ordinateur (ce qui mène aux robots-papes du sous-titre de l'ouvrage); 3) la même problématique mais vis-à-vis des extraterrestres et 4) le cas particulier des uchronies (souvent dystopiques) décrivant des sociétés catholiques. Une très courte conclusion, une bibliographie globale et un index complètent l'ensemble.

anglais,3 étoiles

Après un début que j'ai parfois trouvé un peu trop wikipediesque sur l'histoire croisée de la SF et du catholicisme, j'ai rapidement été séduit par les thèses de Clarke. Il reprend en gros la position développée par Adam Roberts dans cet ouvrage, à savoir que la SF, même si elle est culturellement chrétienne, est plus protestante (ou anglicane ou réformiste) que catholique, à l'inverse de la fantasy. Comme dans la culture et la société anglo-saxonne il semble y avoir en permanence une espèce de peur d'un complot catholique pour reprendre le contrôle et que la SF est un genre lui-aussi anglo-saxon (n'en déplaise à une certaine frange d'universitaires français), il s'est presque naturellement créé un antagonisme entre les deux, chacun jouant le repoussoir pour l'autre (obscurantisme fanatique contre athéisme iconoclaste).

anglais,3 étoiles

En ce qui me concerne, outre la pertinence du discours de l'auteur, que je trouve très juste, j'ai aussi été séduit par la vaste culture SF de Clarke (on y croise même Charles Duits) et par une focalisation sur la SF écrite qui nous change agréablement des auteurs dont l'érudition s'arrête à Dune ou Star Trek (même si Clarke fait référence aux deux dans son livre). Sur le fond, on pourrait sans doute argumenter que la position de la SF face au catholicisme est plutôt celle d'une superbe ignorance (ou d'une certaine incompréhension) que d'une détestation active telle que la postule l'auteur. En tout cas, une jolie démonstration dans laquelle il est agréable de se plonger même si certains élans mystiques peuvent surprendre l'athée que je suis.

anglais,3 étoiles

Note GHOR : 3 étoiles

15/04/2020

_Irish Science Fiction_

Irish Science Fiction : Jack FENNELL : 2014 : Liverpool University Press (#48 dans la série "Liverpool Science Fiction Texts and Studies") : ISBN-13 978-1-78138-119-9 (la fiche ISDFB du titre) : viii+264 pages (y compris index et bibliographie) : coûte maintenant 30 GBP pour un HC non illustré sans jaquette (notez que le prix a nettement diminué depuis les 75.00 GBP d'origine), disponible chez l'éditeur.

anglais,3 étoiles,Irlande

Avant même que la Worldcon ne se transporte à Dublin, cet ouvrage, dû à un universitaire irlandais à qui l'on doit d'autres livres sur le même sujet, avait en 2014 pour objet de faire le point la SF irlandaise. Quelle soit le fait d'Irlandais du Nord (donc généralement protestants et écrivant en anglais) ou d'Irlandais du Sud (donc généralement catholiques et écrivant en irlandais), la SF est une littérature peu pratiquée et peu connue, les principaux auteurs venant immédiatement à l'esprit étant seulement ceux de James White, Bob Shaw et Ian McDonald.

anglais,3 étoiles,Irlande

Après une longue et ardue introduction qui voit Fennell s'essayer (de façon assez convaincante) au grand jeu de la définition de la Science Fiction, l'ouvrage emprunte ensuite un ordre chronologique en neuf chapitres qui détaillent la plupart des œuvres irlandaises du genre (la Fantasy n'est pas abordée) en les insérant dans leur contexte historique et sociétal, un point qui se révèle d'une grande importance vues les conditions politiques complexes régnant sur l'île (partition, guerres civiles ou religieuses, famine, émigration...). Une bibliographie (toute mélangée hélas) et un index complètent l'ouvrage.

anglais,3 étoiles,irlande

Il n'y a pas grand chose à reprocher à cet ouvrage qui m'a fait fortement penser à l'excellent Strange Constellations de Blackford, Van Ikin et McMullen sur la SF en Australie. A la lecture, on a vraiment l'impression d'apprendre des choses nouvelles et de découvrir une autre approche de la SF avec des spécificités nationales (et/ou religieuses dans ce cas). Un livre très intéressant, que je qualifierais même de "trop court" et qui m'a fait regretter parfois de ne pas mieux connaître l'histoire de ces pays afin d'apprécier le discours de Fennell. A conseiller sans hésitation.

anglais,3 étoiles,irlande

Note GHOR : 3 étoiles

01/11/2019

_French Science Fiction, Fantasy, Horror and Pulp Fiction_

French Science Fiction, Fantasy, Horror and Pulp Fiction : Jean-Marc LOFFICER & Randy LOFFICIER : 2000 : McFarland : ISBN-10 0-7864-0596-1 (la fiche ISFDB du titre) : xi+787 pages (y compris index et bibliographie) ; coûtait 95.00 USD pour un grand tp illustré en n&b, très difficilement trouvable à des prix acceptables.

anglais,3 étoiles

Note liminaire : Il pourrait paraître amusant de devoir consulter un ouvrage anglo-saxon pour avoir un panorama de la SF&F&H francophone. Une fois que l'on réalise que cet ouvrage est le seul (quelle que soit la langue) à proposer une démarche d'une telle ampleur, on ne peut que constater et se désespérer de l'état sinistré de la publication de la réflexion sur le genre en VF (antienne que j'ai déjà entonnée au sujet de cet ouvrage).

anglais,3 étoiles

Mais revenons à nos moutons avec cet ouvrage, paru sous la plume des Lofficier, le couple qui est derrière Black Coat Press et qui est depuis des années un infatigable promoteur de la SF francophone dans le paysage éditorial anglo-saxon. Paru en 2000, ce massif (800 pages) volume voulait justement combler la manque d'information (voire l'ignorance complète) Outre-Atlantique sur l'existence d'une SF (et du reste des genres associés) francophone autonome et possédant une histoire significative et présente dans tous les domaines.

anglais,3 étoiles

Après divers préambules, ce gros ouvrage (format A4) est divisé en deux "livres". Les deux couvrent donc la SF, la Fantasy (au sens anglo-saxon), le Fantastique, l'Horreur et la fiction populaire (type Fantômas), le premier traite sur 300 pages toute la sphère non-littéraire, du cinéma à la bande dessinée en passant par la télévision ou la radio. Chacune des parties commence par un chapitre historique puis enchaîne avec des listes commentées d'oeuvres (dans l'ordre alpahabétique). On trouve aussi quelques courtes interviews et une série de notules biographiques consacrées aux principaux artistes. La seconde partie est donc uniquement consacrée à la littérature et présente une organisation différente. Tout d'abord purement chronologique (tous genres confondus) jusqu'en 1800, elle se subdivise ensuite en chapitres consacrés à chacun des sous-genres sur une période déterminée (par exemple le Fantastique de 1800 à 1914), ces chapitres ayant une organisation elle-même variable (par thème ou par sous-périodes). On trouve aussi quelques pages sur la SFQ et surtout un copieux "dictionnaire des auteurs" qui est en fait une bibliographie par auteur. Outre un système de renvoi interne (en gras comme la SFE), on trouve une micro bibliographie, une liste des principaux prix francophones et un index général.

anglais,3 étoiles

Tout d'abord, on ne peut qu'admirer la quantité de travail qu'a dû représenter l'écriture et la compilation d'un tel panorama. Au vu de la taille même du domaine considéré, il est bien sûr inévitable de constater un certain nombre d'oublis(surtout dans la BD) ou d'erreurs. Tout cela reste quand même strictement marginal et n'empêche pas l'utilisation de cet ouvrage comme source d'information fiable (d'autant plus si vous êtes anglo-saxon et par exemple pas particulièrement pointu sur les mystères de l'édition française).

anglais,3 étoiles

Le principal reproche que l'on peut faire à cet ouvrage est sans doute celui d'une organisation interne pas forcément très lisible. Vu l'ampleur du sujet, il n'y a sans doute pas de "bonne" solution mais, dans ce cas précis, la perception globale du genre est trop émiettée dans divers chapitres, sections et sous-sections du livre. Si un auteur est à cheval sur plusieurs périodes et plusieurs genres (voire dans plusieurs médias), il va être évoqué un peu partout mais n'aura un profil détaillé (chevauchant les périodes) qu'à un seul endroit (dans une des sous-sections Major Authors) mais sa bibliographie complète sera à la fin du livre. Sans doute une organisation du type partie historique puis partie bio-bibliographique aurait-elle été plus rationnelle. Mais il s'agit là de points "techniques" qui n'enlèvent rien à la qualité de cet ouvrage qui est sans doute la plus complète présentation des genres de l'imaginaire en francophonie (on appréciera en particulier l'attention portée à la Belgique).

anglais,3 étoiles

Note GHOR : 3 étoiles