Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/08/2018

_The Work of Julian May_

The Work of Julian May : An Annotated Bibliography & Guide : Thaddeus DIKTY & R. REGINALD : 1985 : The Borgo Press (série "Bibliographies of modern authors" #3) : ISBN-10 0-89370-482-2 (la fiche ISFDB du titre) : 66 pages (y compris index) : coûtait 9.95USD pour un TP non illustré qui existe aussi en hc (-382-6).

angalis,1 étoile

Cette bibliographie fait partie de la collection "Bibliographies of modern authors" éditée par Borgo à la fin des années 80 et qui comptera une trentaine de titres dont une bonne moitié consacrée à des auteurs de SF parfois assez peu connus. Cet opus (l'un des premiers de la série) est donc consacré à Julian May, une autrice américaine qui est surtout connue par son ensemble "Galactic Milieu" (partiellement traduit chez nous chez Temps Futurs puis J'ai Lu) dans le domaine de la SF et par ses collaborations avec MZB (série "Trillium"). Sa principale activité a toutefois été l'écriture d'ouvrages de non-fiction (plus de deux cents !) sur à peu près tous les sujets, allant du Condor de Californie aux guerres indiennes en passant par les équipes de football (américain, bien sûr).

angalis,1 étoile

Cet ouvrage suit le canevas de la série et présente donc une succession de parties plus ou moins standardisées et de tailles inégales même si, en tant que l'un des premiers, l'habituelle partie biographique est omise. On trouve tout d'abord une introduction par Ted Dikty (à la fois le co-auteur de cet ouvrage et aussi Mr Julain May), puis la partie strictement bibliographie primaire groupée par types : livres (fiction et non-fiction mélangés, y compris les traductions), articles, nouvelles (2 en tout et pour tout) et ainsi de suite jusqu'au textes non publiés. Un index des titres clôture l'ouvrage, ce qui est heureux car il est le seul moyen de de localiser dans quelle section se trouve telle ou telle oeuvre de l'auteur.

angalis,1 étoile

Plus de trente ans après sa parution, il est clair que la pertinence et l'utilité de cet ouvrage ne sont plus les mêmes qu'à l'époque. De plus, au vu de la production plutôt limité de Julian May dans les genres de la SF et de la fantasy, ce livre ne pourra être que d'une utilité périphérique en complément d'un travail sur d'autres sources (en ligne puisqu'il n'existe pas d'autre étude sur l'autrice), ce qui n'enlève toutefois rien à la quantité de travail fournie.

angalis,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile

12/08/2018

_Le guide de la SF et de la Fantasy_

Le guide de la SF et de la Fantasy : Karine GOBLED : 2017 : ActuSF (série "Les trois souhaits") : ISBN-13 978-2-36629-842-0 (la fiche ISFDB du titre) : 340 pages (pas d'index) : coûte 10€ pour un poche non illustré disponible chez l'éditeur ().

français,1 étoile

Cet ouvrage aux multiples titres (la couverture, la page de faux-titre et celle de titre étant toutes différentes) fait partie de la collection de guides publiés par les éditions ActuSF. Initialement "Petits guides à trimbaler" (de la Fantasy, de PKD...), ils se sont mutés en "Guide de" (l'uchronie, Howard...) au fil du temps. Ce dernier opus est écrit par Karine Gobled qui outre le fait d'être une blogeuse censément réputée (mais je dois avouer ne rien connaître à ce domaine) est aussi la co-autrice de cet ouvrage chez le même éditeur. A la fois guide de lecture et ouvrage de vulgarisation, en théorie cet ouvrage semble fédérer en seul volume consacré à tout l'imaginaire les divers guides existants chez ActuSF relatifs aux différentes composantes de ce nébuleux genre.

français,1 étoile

Après une courte introduction, l'ouvrage débute par une liste de sept "idées reçues" sur le genre et leur réfutation correspondante. Suivent plusieurs parties organisées (globalement) de façon similaire traitant d'un "genre" (au sens Gobledien du terme) : une présentation historique, une liste des sous-genres (s'ils existent) et douze titres "représentatifs" (ce qui semble vouloir dire soit "classiques" soit "récents"). Sont donc abodrdés successivement : la science-fiction, la fantasy, le fantastique et ses monstres, le vampire, le zombie, le steampunk et l'uchronie, le tout sur des longueurs variables (les deux premiers chapitres étant logiquement les plus étoffés). On trouve ensuite plusieurs parties qui passent en revue les différents acteurs du (des) genre(s) : les éditeurs, les bibliothèques, les festivals et les prix ainsi que l'état de la réflexion sur ces genres. Le tout est ponctué d'interviews. On notera une courte bibliographie secondaire ("Pour aller plus loin") et l'absence d'index.

français,1 étoile

D'une façon générale, je n'ai absolument pas trouvé le moindre interêt à cet ouvrage qui est pourtant à destination "du néophyte au connaisseur". Cela commence par le gambit de la partie "réfutation des idées reçues", une stratégie défensive tellement utilisée dans ce type d'ouvrage qu'elle ressort plus du cliché éculé qu'autre chose, d'autant que l'on ne peut pas dire que Karine Gobled soit particulièrement originale et/ou inspirée ("Mais si, la SF c'est sérieux, la preuve : Roland Lehoucq un astrophysicien a calculé la taille de la planète Pandora"). On poursuit par le coeur de l'ouvrage à savoir la taxonomie de l'imaginaire qui vire vite au ridicule. En effet, il semble que "le zombie" (ou "le vampire") soit considéré par l'autrice comme un genre à part entière (ah bon !), des genres aussi important que la science-fiction ou la fantasy (même si au final elle a logiquement peu à dire sur ces thèmes plutôt étroits). On peut aussi que si le Cyberpunk est bien une forme de la SF, le Steampunk est lui un genre à part. Ce genre de classement ressort plus d'une adhésion à la mode actuelle avec ses flots de zombies et une certaine percée de l'imagerie steampunk que d'une analyse structurée des genres. Outre cette structure fondamentalement bancale, on trouve aussi tout au long de l'ouvrage un certain nombre d'erreurs factuelles (par exemple Frank Herbert comme ayant débuté dans les pulps, le cycle de Pern comme de la fantasy) et surtout des phrases tellement peu précises ou un discours tellement peu construit que l'on peut y comprendre n'importe quoi (et surtout des bêtises). Par exemple, écrire que "Dans les années 1950 (...) Fleuve Noir Anticipation (...) se contente dans un premier temps de publier(...) des franchises comme la série Perry Rhodan" est juste soit complètement faux (1966 pour la parution originale de Opération Astrée), soit extrêmement mal exprimé, soit insuffisament précis. L'ensemble est l'avenant avec un niveau d'approximation (dans le discours lui même ou dans les détails) et un manque de structuration qui rend la lecture de l'ensemble passablement énervante pour qui possède un minimum de connaissance sur le genre.

français,1 étoile

Outre ce manque de rigueur et de recherche, il se dégage de l'ensemble (comme souvent dans les publications de cet éditeur) un vague parfum de copinage qui pourrait agresser des narines sensibles. Cela va du choix des oeuvres représentatives (comme celle d'Eric Holstein qui se trouve travailler chez ActuSF), à la surreprésentation de certains éditeurs (Mnémos c'est visiblement vraiment bien au vu du nombre de titres qu'ils placent dans les ouvrages conseillés par l'auteur) en passant par l'autopromotion (on a droit de l'ActuSF à toutes les sauces : éditeur, site, webzine, forum, organisateur de prix...). On a le sentiment de toujours retrouver les mêmes personnes dans leurs différents rôles (auteurs, essayistes, organisateurs, influenceurs), un petit groupe de Happy-Few qui se retrouvent dans les mêmes festivals et qui partagent les mêmes valeurs. Pour schématiser à l'extrême on a là une vitrine du "pôle" ActuSF (Holstein, Berrouka, Awlett...) distincte de la "faction" Bélial'/exCC et des "commerciaux" de Bragelonne. On passera aussi sur l'interminable liste d'éditeurs dont l'intérêt est plus que limité pour un lecteur lambda (publicité gratuite ?) ou sur les listes de sites (dont certains sont soit disparus soit en sommeil plus ou moins profond) ou de blogs (avec leur nombre d'abonnés qui est bien précisé, certains atteignant les deux cents, c'est dire leur importance).

français,1 étoile

Au final un livre mal pensé, mal réalisé et super sympa avec les copains qui ne peut offrir qu'une vue partiale et partielle des genres concernés. A éviter.

français,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile (par gentillesse) 

02/09/2016

_Alliage 60 : Science-fiction_

Alliage 60 : Science-fiction : Roselyne CHAUMONT (directrice de la rédaction) : 2007 : Association ANAIS : pas d'ISBN, ISSN 1144-5645 (la fiche ISFDB du titre) : 197 pages : coûtait 18€ pour une revue format digest illustrée en couleur et n&b.

français,1 étoile

Cet ouvrage est le numéro "Science-fiction" de la revue Alliage. Cette revue "savante" (d'après leurs biographies les auteurs sont en général des professeurs de philosophie dans l'enseignement supérieur) dont la devise semble être "Culture - Science- Technique" est un de ces périodiques comme il en existe pas mal, émanation d'une structure associative généralement adossée à un établissement public (ici l'IUFM de Nice) qui publie un certain nombre de numéros thématiques (on pensera par exemple à la revue de la BNF). celui-ci est donc consacré à la science-fiction, une idée qui germe régulièrement dans les comités de rédaction avec le plus souvent des résultats assez navrants (comme celui cité plus haut et cet autre exemple gratiné).

français,1 étoile

On est ici dans le cas de figure classique à savoir que les essais présentés se divisent en trois catégories : 1) je connais la SF et je suis capable d'en parler de façon structurée et étayée même si mon sujet est un peu "bateau" (Lagoguey sur PKD, le cyborg comme noir dans la SF, les robots d'Asimov); 2) je n'y connais pas grand chose (j'ai quand même vu Star Wars et les films de PKD) mais je veux bien essayer de me souvenir de tel ouvrage de référence que j'ai lu et le paraphraser (ici c'est Jameson qui sert d’inspirateur et qui est d'ailleurs présent au sommaire avec un extrait de Archeologies of the Future); et 3) je n'y connais rien à la SF mais par contre je connais bien Deleuze, Derrida, Duchamp, Ricoeur (insérez ici votre sujet de thèse), mais en mettant science-fiction dans le titre et des couvertures de livres de SF comme illustrations, cela devrait pouvoir passer.

français,1 étoile

Malgré tout, il faut bien avouer que le résultat n'est pas aussi mauvais que l'on pouvait s'y attendre (même si certains essais sont complètement hors-sujet et même franchement illisibles). Il est juste dommage que la science-fiction semble être considérée comme un genre sans doute si simple que n'importe quel doctorant peut écrire à son sujet. Les résultats montrent que ce n'est hélas pas généralement le cas et qu'il est rare qu'un néophyte es-SF arrive à se sortir honorablement de l'exercice autrement qu'en changeant de sujet.

français,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile

23/05/2016

_The World of Fanzines_

The World of Fanzines : A Special Form of Communication :Fredric WERTHAM M.D. : 1973 : Southern Illinois University Press : ISBN-10 0-8093-0619-0 (la fiche ISFDB du titre) : 144 pages (y compris index) : coûtait 10 USD pour un hc avec jaquette illustré en n&b, se trouve parfois (comme mon exemplaire) à l'état neuf.

The world of fanzines.jpg

Écrit par un psychiatre américain de renom (semble-t-il), cet ouvrage est en fait une sorte d'ode aux fanzines et à l'esprit qui préside à leur création. Jugeant que ce phénomène (assez spécifique à la SF, en tout cas aux USA) n'était pas assez connu (ou reconnu) et pas assez étudié en ce qu'il a d'original, Wertham essaie donc dans ce court livre d'en décrire les contours (ce qui l'oblige par exemple à remonter à la définition de ce qu'est la Science Fiction), d'en brosser l'historique, d'en lister les spécificités et d'en dégager le mode de fonctionnement si particulier.

anglais,1 étoile

Même si pour l'un ancien fanzineux que je suis, lire cet ouvrage est comme boire du petit lait tellement il est laudatif, il faut reconnaître que l'ensemble est à la fois assez court (il y a déjà 30 pages d'illustration au début et un index conséquent) et ressemble plus à la description d'un monde idyllique qu'à la réalité des publications amateur. Cette présentation est certes charmante et valorisante (et plaisante) mais reste trop dans le rose pour qui veut étudier l'univers des fanzines d'une façon un peu réaliste. On notera la présence de l'habituel dictionnaire fanspeak-anglais et la présence de pas mal d’illustrations tirées de fanzines US (y compris de Locus avant qu'il ne devienne une revue semi-pro). Au final, le livre précurseur (1973) reste une bonne introduction au fanzinat (papier bien sûr) mais manque, à mon avis, d'un certain recul.

anglais,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile

01/05/2016

_Science Fiction Story Index 1950-1979_

Science Fiction Story Index : Second Edition 1950-1979 : Marilyn P. FLETCHER : 1981 : American Library Association : ISBN-10 0-8389-0320-7 (la fiche ISFDB du titre) : xi+610 pages : coûtait 20 USD pour un tp grand format non illustré, se trouve maintenant d'occase pour presque rien au fur et mesure que des exemplaires sont mis au rebut par des bibliothèques américaines.

SCNCFCTNST1981.jpg

Cet ouvrage se présente comme une expansion (bienvenue puisque le nombre de pages est doublé) et une mise à jour (11 ans de couverture en plus) du (très mauvais) ouvrage de Siemon sur le même thème. Il est d'une structure assez simple : 1er index des livres eux-mêmes (anthologies et recueils), 2ème index des titres (ceux des livres et ceux des textes sont mélangés), 3ème index par auteur. Dans la pratique, il est particulièrement pénible à utiliser puisque, dans la section par auteur il y a une ligne par occurrence de chaque texte avec un renvoi codé (du genre "AS0340" c'est à dire l'anthologie Fifty Short Science Fiction Tales) ce qui multiplie les manipulations pour localiser un texte et, plus gênant, ne donne aucun moyen de connaître le sommaire d'une anthologie ou d'un recueil donné (sauf à parcourir TOUS les textes). Un ouvrage qui est donc seulement bon à être rangé dans la vaste musée de la bibliographie SF.

anglais,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile