Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/04/2020

_The Supplemental Checklist of Fantastic Literature_

The Supplemental Checklist of Fantastic Literature : Bradford M. DAY : 1975 (pour ce volume) : Arno Press (série "Science Fiction/ Non Fiction") : ISBN-10 0-405-06270-2 (la fiche ISFDB du titre, notez que cet ISBN semble être utilisé pour un ensemble de titres) : 155 pages (index structurels) : coûtait 9.00 USD pour un HC sans jaquette, trouvable lors des désherbages de bibliothèques (mon exemplaire vient de l'université du Tennessee).

anglais,1 étoile

Cet ouvrage a été publié par Arno Press dans sa collection "Science Fiction", une rafale de livres à la présentation standardisée à destination des bibliothèques qui comprenait des textes de fiction et des ouvrages de référence et dont le contenu semble avoir été extrait de la bibliothèque de Robert Reginald, le pilote de ce projet (voir la liste ici). Ce titre est la reprise en photo reproduction d'une parution fanzinesque de 1963 (celle-là) tirée de la bibliothèque publique de Newark.

anglais,1 étoile

A l'origine, le livre de Day était une sorte d'addenda au célèbre ouvrage pionnier compilé par E. E. Bleiler (The Checklist of Science-Fiction and Supernatural Fiction) qui se proposait de lister tous les titres relevant de l'imaginaire (comme on dirait maintenant) parus jusqu'en 1948 en langue anglaise. Il recense donc les "oubliés" de Bleiler et une partie des livres parus entre 1948 et 1960 (à peu près). Il se présente sous la forme d'un double index : tout d'abord un principal par auteur qui liste les titres dans l'ordre alphabétique avec un strict minimum d'information (éditeur, date de parution, nombre de pages) puis un secondaire par titre ce qui permet de retrouver l'auteur et ainsi la ligne consacrée au livre.

anglais,1 étoile

Pratiquement, au vu du peu d'informations fournies sur les titres listés (pas de format, de prix ou d'illustrateur) et au manque de clarté des critères d'inclusion (les ouvarges listés sont majoritairement les hc américains), cet index est finalement peu utile de nos jours. Cela n'enlève bien sûr rien à la quantité de travail fournie et à la pertinence d'un tel ouvrage à l'époque de sa parution ou à celle de sa réédition. Du coup, c'est plus un objet de collection qu'un outil de travail.

anglais,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile

13/03/2020

_The Threshold of Forever_

The Threshold of Forever : Essays and Reviews : Darrell SCHWEITZER : 2017 : Wildside Press : ISBN-13 978-1-4794-2564-8 (la fiche ISFDB du titre) : 218 pages (pas d’index ni de bibliographie) : coûte 14,99 USD pour un tp en POD non illustré, disponible chez l’éditeur.

The threshold of forever.jpg

Publié par le conglomérat Wildside (en POD chez Lightning Source), cet ouvrage est le troisième recueil d’essais et de critiques de Darrell Schweitzer, une des figures de la SFF américaine : auteur, essayiste et rédacteur en chef de la fameuse revue Weird Tales pendant presque 20 ans. Ce livre rassemble donc une trentaine de textes de provenances diverses (essentiellement de NYRSF et justement de Weird Tales) et de taille variable. Cela va des articles de fond à des critiques de livres (comme celle de On SF de Disch) en passant par des billets d’humeur.

On SF.jpg

Le résultat final est une sorte de pot-pourri qui aborde pas mal de facettes du genre avec quand même un penchant marqué pour le fantastique. De Weinbaum à Sarban en passant par le Blob ou les histoires les plus sexistes jamais publiées (Randall Garrett y est à l'honneur -sic-), l’étendue des sujets abordés est vaste, mais l'approche est toujours avec érudition et humour. En matière d’annexes, on pourra regretter leur absence complète qui rend du coup l’ensemble difficile à utiliser comme ouvrage de référence.

Astounding 1958-12.jpg

Le tout est parfaitement lisible et fait preuve d’une grande connaissance du genre, de ses rouages et de ses acteurs (même ce qui sont oubliés de nos jours), mais l’amateur de SF « pure et dure » pourra sans doute trouver le dosage un peu trop orienté vers le fantastique (Cthulhu, Poe et autres Clark Ashton Smith).

Histoires extraordinaires (ODP 1962-03).jpg

Note GHOR : 1 étoile (plaisant mais plutôt anecdotique)

04/03/2020

_The John W. Campbell Letters with Isaac Asimov & A. E. Van Vogt Volume II_

The John W. Campbell Letters with Isaac Asimov & A. E. Van Vogt Volume II : Perry A. CHAPDELAINE Sr. (et JWC) : 2015 (pour le copyright de ce POD), 1991 pour l’EO : pas d’éditeur mentionné (originellement publié par AC Projects) : ISBN-13 978-1-51741327-9 (la fiche ISFDB du titre) : 735 pages (pas d’index ni bibliographie) : coûte une grosse vingtaine d’Euros pour un tp non illustré, disponible en ligne ().

anglais,campbell,1 étoile

Cet ouvrage est le deuxième tome du projet de la mise à disposition des écrits « privés » de JWC par Perry Chapdelaine et vient donc à la suite de cet ouvrage. Pour faire simple, sont rassemblées dans ce volume toutes les lettres qui sont adressées, viennent de ou simplement mentionnent soit Asimov (la plus grosse partie soit 600 pages) soit Van Vogt (les 150 dernières pages).

anglais,campbell,1 étoile

Il s’agit, comme pour le précédent d’un matériau brut dont la lecture et l’exploitation sont complexes. Il faut composer avec la prose de JWC sur des centaines de pages dont une bonne partie n'offre guère d'intérêt et avec l’absence de tout moyen de navigation au sein de l'ouvrage. Celui-ci est simplement organisé par ordre chronologique d'écriture des lettres et surtout comporte aucun index, l'usage des post-its est alors un indispensable.

anglais,campbell,1 étoile

Malgré tous ces défauts cet ouvrage est à mon sens une lecture indispensable en ces temps où de nombreuses personnes se croient fondées à avoir des opinions sur JWC et à les exprimer à tous les vents, de la cérémonie des Hugos à des fils de discussion sur tous les forums liés au genre. Hélas, je ne suis pas sûr que tous ces gens de haute moralité et à l’indignation rapide aient fait l’effort ne serait-ce que de lire les éditoriaux incriminés et plus sérieusement de se pencher sur la personnalité et les « vraies » (tant est que cela soit déterminable) opinions de JWC telles qu’exprimées par exemple dans sa correspondance privée.

anglais,campbell,1 étoile

Pour critiquer Campbell et hurler avec les loups, le minimum d’honnêteté intellectuelle serait de faire ses devoirs avant, au lieu de simplement répéter ce que disent d’autres personnes guère plus renseignées. Chacun est libre de se faire sa propre opinion de JWC, de son racisme réel ou supposé, de son avis sur l’esclavage (mais pas que celui des Africains, d’ailleurs) mais condamner un autre être humain pour ses opinions en se basant sur des ouï-dire et sur ses propres convictions n’est pas vraiment glorieux. C’est un livre qui n’est pas vraiment passionnant à lire mais c’est un indispensable (avec le Tome 1, les éditoriaux de JWC et l’excellent Astounding de Nevala-Lee) pour avoir voix au chapitre.

anglais,campbell,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile (parce que quand même pénible et mal foutu)

12/02/2020

_La science-fiction pour les nuls_

La science-fiction pour les nuls : Jean-Louis FETJAINE : 2019 : First Editions (série « Pour les nuls ») :  ISBN-13 978-2-412-04470-4 (inconnu de l’ISFDB, la fiche noosfère du titre) : xv+563 pages (y compris index mais sans bibliographie) : coûte 22,95 € pour un grand tp au format carré non illustré, disponible dans toutes les bonnes librairies.

La science-fiction pour les nuls.jpg

Faisant partie de la vaste série de livre « pour les nuls » (qui comprend d’ailleurs aussi un tome sur la fantasy par le même auteur), ce livre est une spécificité francophone puisqu’il ne semble pas exister d’équivalent anglo-saxon. Il est écrit par Jean-Louis Fetjaine, un auteur plutôt orienté fantasy. Le propos du livre est clairement énoncé dans la copieuse introduction, il ne s’agit pas d’une encyclopédie du genre (car considéré comme trop vaste) mais d’une histoire de celui-ci au travers de ses sous-genres (une approche qui revient souvent dans le livre) en donnant une place prépondérante à l’écrit même si les autres médias sont de plus en plus abordés au fil de la chronologie.

La fantasy pour les nuls.jpg

Outre la présentation standard propre à cette collection, le livre est donc structuré en deux subdivisions, la première (et largement la plus longue soit 480 pages) est bâtie dans l’ordre chronologique en quatre parties (les origines, la proto-SF, l’âge d’or, la New Wave et après) composées de treize chapitres. On trouve ensuite ce qui semble être une spécificité de cette collection, à savoir plusieurs listes commentées de dix items (héros, martiens, méchants…). On trouve ensuite deux index distincts (général et œuvres) mais pas de bibliographie. On notera un certain nombre d’encarts au fil du texte et l’utilisation de symboles pour attirer l’attention sur des certains points.

Cemetery world (DAW 1983-05).jpg

Les lecteurs de ce blog sont habitués à mon côté « chipoteur » et je dois avouer que cet ouvrage m’a parfois passablement énervé malgré un abord sympathique et une lecture plutôt fluide malgré les contraintes du format qui semble privilégier l’information donnée en petites bouchées facilement digérables. Comme j’ai souvent bondi sur mes post-its pour noter des choses, je vais simplement lister une partie (je n’ai pas tout relevé ni vérifié) de ce qui m’a arrêté net dans ma lecture :

- Commençons page 79, où l’auteur évoque la vogue de la science-fiction guerrière (à la suite de Wells) et nous explique que l’affrontement avec les extraterrestres est une des caractéristiques de 4 auteurs nommément cités : Robert Heinlein (pourquoi pas), Arthur C. Clarke (ah ?), Isaac Asimov (qui pourtant n’utilisait pas d’Ets) et Clifford Simak (le top). Nous n’avons pas dû lire les mêmes auteurs.

- Autre aspect différent, on trouve page 104-105 un historique très (trop pour être honnête) détaillé de la revue Tales of Wonder. Après quelques recherches, le texte de Fetjaine est une paraphrase de l’entrée Wikipédia en anglais correspondante; qui est elle-même une simple recopie des travaux de Tymn et Ashley (dans cet excellent ouvrage). Dommage et trop facile.

- On trouve aussi des affirmations complètement fausses, comme en page 148 où l’on apprend que HPL n’a jamais quitté Providence, une idiotie que la lecture d’une des nombreuses biographies de Lovecraft (au hasard celle-là) aurait évité d’écrire. Plus pas mal de trucs bizarres : Anticipation n’accueillant que quelques auteurs français, le premier homme dans l’espace (Gagarine) en 1969, Wang de Bordage comme une uchronie, 11 tomes pour la série Gardiens du temps de Poul Anderson (peut-être Time Patrol ?).

- Il y a aussi un certain nombre de coquilles (Lewis Padget, Franck Herbert, John Windham, Brian Stapleford…) qui risquent de poser des problèmes à des néophytes; une stratégie d’utilisation des titres français à géométrie variable (Fetjaine réussit parfois à trouver le titre de la VF, mais d'autre fois il n’y arrive visiblement pas comme pour The Deep Range de Clarke rendu littéralement comme Les hauts fonds). On peut aussi mentionner un index des œuvres complètement fantaisiste (Pavane, pas le moindre des livres et pourtant cité au moins deux fois, n’y apparaît simplement pas) ou juste faux (Wang est traité page 477 et pas page 476).

Les prairies bleues (PC 1985).jpg

Finalement, il est vrai que relever les lacunes d’un ouvrage qui s’intitule fièrement …pour les nuls est sans doute un peu comme tirer sur une ambulance mais, même si je ne suis sans doute pas dans le public visé des néophytes, cela me hérisse toujours le poil de me trouver face à un travail bâclé qui ne peut que desservir le genre. Je vois bien un lecteur qui apprécie la SF guerrière acheter un livre de Simak sur les conseils de Fetjaine. Bien évidemment, tout n’est pas à jeter dans cet ouvrage qui peut présenter d’une façon accessible le vaste éventail du genre à des primo-entrants, mais l’amateur un tant soit peu chevronné devra sans doute faire le tri dans toutes les affirmations et informations de Fetjaine.

Wang (L'Atalante 2003-01).jpg

Note GHOR : à voir suivant votre niveau es-SF, en ce qui me concerne 1 étoile

20/01/2020

_The Time Machine Hypothesis_

The Time Machine Hypothesis : Damien BRODERICK : 2019 : Springer (série "Science and Fiction") : ISBN-13 978-3-030-16177-4 (la fiche ISFDB du titre) : xiii+243 pages (y compris index et bibliographie) : coûte 24.25€ pour un tp non illustré disponible chez l'éditeur (), existe aussi en ebook (-16178-1).

anglais,1 étoile

Suivant le canevas habituel des titres de cette série de chez Springer (un éditeur suisse-allemanique qui publie en anglais) comme celui-ci, cet ouvrage est donc consacré aux machines à voyager dans le temps. Damien Broderick, un universitaire australien à qui l'on doit un certain nombre de textes de fiction et de non-fiction appartenant au genre, nous évoque tout d'abord l'état de l'art scientifique sur le sujet dans les premières cinquante pages. Il enchaîne ensuite par une promenade chronologique (de The Time Machine de Wells au tout récent Rewrite: Loops in the Timescape de Benford) autour des textes majeurs de ce sous-genre, chacun d'entre eux étant évoqué en plusieurs pages.

anglais,1 étoile

L'ouvrage proprement dit se termine par une longue et audacieuse conclusion (les UFO comme machines à voyager dans le temps) suivie d'une bibliographie et d'un index. D'une façon étonnante (en tout cas en ce qui me concerne) et comme pour le livre de Nahin, nous avons finalement droit à une coquetterie de l'auteur, une nouvelle (inédite semble t-il), d'une dizaine de pages sur le sujet : The Dry Sauvages.

anglais,1 étoile

Je dois avouer avoir été plutôt déçu par cet ensemble bancal. La première partie est intéressante mais sans doute encore trop spéculative pour être scientifiquement pertinente s'agissant d'un domaine encore absolument vierge (on ne comprend déjà même pas la flèche du temps alors voyager dedans...).  La deuxième partie nous permet de revisiter un certain nombre de classiques (il y a peu de textes inconnus) sur le sujet (By His Bootstraps, Bring the Jubilee, The Big Time, In the Garden of Iden, etc.). Hélas, je n'ai guère accroché à la démarche de Broderick qui mélange dans ses recensions un peu tout : la biographie de l'auteur, sa bibliographie, les détails de 'intrigue du texte étudié, de larges extraits de celui-ci, une appréciation critique et une analyse "scientifique". Du coup, ces mélanges ne se révèlent guère fluides à la lecture. De plus, l'absence d'une section récapitulative qui aurait pû mettre en prespective l'évolution de cette branche particulière de la SF se fait nettement ressentir.

anglais,1 étoile

En effet, la conclusion qui pourrait jouer ce rôle de résumé part dans une direction complètement différente. Même si Broderick nous prévient qu'il s'agit d'une expérience de pensée, on croirait en fait lire un de ces ouvrages soucoupistes publiés par J'ai Lu dans sa collection "L'aventure mystérieuse" (avec Fatima, Socorro ou Rendlesham Forest). Quant à la nouvelle de l'auteur, je préfère ne même pas en parler. Au final un ensemble décevant, mal construit et qui donne l'impression d'un collage de plusieurs parties sans lien entre elles.

anglais,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile