Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/08/2021

_Joanna Russ_

Joanna Russ : Gwyneth JONES : 2019 : University of Illinois Press (série "Modern masters of science fiction") : ISBN-13 978-0-252-08447-8 (la fiche ISFDB du titre) : 218 pages (y compris bibliographie et index) : coûte 22.00 USD pour un tp non illustré, disponible chez l'éditeur (), existe aussi en hc (04263-8) et en ebook (05148-7).

russ,anglais,1 étoile

Je dois commencer ce court avis par un aveu, en tant que mâle, cis, blanc, CSP+ (et j'ai même une voiture diesel qui pollue) je fais partie du camp des méchants suivant la dichotomie simpliste de Russ et Jones. Il n'est donc vraiment surprenant que j'ai eu parfois envie de laisser tomber en cours de lecture cet ouvrage malgré le fait qu'il ne soit pas très épais (il contient à peu près 150 pages de texte par Jones). 

russ,anglais,1 étoile

Tout d'abord, Russ ne me semble pas rentrer dans la catégorie des "Modern Masters of Science Fiction" (Mistresses ?) non du fait de ses qualités littéraires mais à cause d'une production que l'on peut qualifier de "limitée" (5 romans et encore moins de recueils) et à la diffusion que l'on peut considérer parfois comme confidentielle. En gros, Russ n'est ni Bujold ni Butler pour prendre deux autres de ces MMOSF, d'où un certain sentiment de "surclassement" pour cette autrice (auteure?).

russ,anglais,1 étoile

Ensuite, il y a ce côté parfois insultant (étonnant de la part de Jones qui est pourtant issue du sérail de la SF) pour ses lecteurs d'un ouvrage qui juge utile de nous expliquer par une note ce que veut dire "franchir le Rubicon" ou ce qu'est la Prime Directive de Star Trek et qui commence presque par la question "Why Joanna, with her formidable intellect choose science fiction (snip)?". Merci pour nous, pauvres idiots de lecteurs. L'expression "formidable intellect" résume d'ailleurs bien un livre où l'essentiel du discours de Jones consiste à louer le génie (littéraire, sociétal, militant) de Joanna Russ tout en peinant à nous en donner des preuves tangibles.

russ,anglais,1 étoile

Il y a aussi un problème de contenu, à savoir que l'essentiel du livre est constitué des résumés (parfois chapitre par chapitre) des œuvres de Russ (par exemple 12 pages uniquement sur The Female Man, 7 pages pour Extra(Ordinary) People) qu'elles soient de fiction ou de non-fiction, ce qui est certes pratique pour qui veut éviter d'avoir à lire Russ mais n'est pas à mon sens, le but de cette collection (c'est plutôt celui des Cliffs Notes). Je passe volontairement sur tout le vernis féministe qui recouvre l'ouvrage avec ses interminables querelles intestines et tout son folklore (les traîtresses, les tièdes, la première vague, la deuxième vague...), ses raccourcis saisissants (tout mâle est un suppôt actif du patriarcat) et ses confusions soigneusement entretenues (être féministe est-ce être lesbienne ? et vice versa).

russ,anglais,1 étoile

À noter la présence de deux interviews, une de Kathryn Cramer de 2017 et une autre de Russ elle-même qui date de presque cinquante ans (ce type de document à l'intérêt purement historique est d'ailleurs bizarrement fréquent dans les titres de la série, du remplissage ?). Au final, un livre parfaitement décevant, nettement en dessous des standards de cette collection et surtout qui ne nous apprendra pas grand chose sur Russ (d'ailleurs le livre s'arrête net au début des années 90), si ce n'est la vague impression d'une personne malheureuse, d'une femme sans doute brillante prise dans le retour de bâton anti-féminin des années 50 aux USA et impliquée dans un genre (seulement considéré comme) mineur. Mais pour mieux cerner Russ et ses positions sur le genre, il est sans doute infiniment préférable de la lire directement dans le texte comme ce recueil d'essais dont la plupart (il n'en existe pas tant que cela) sont évoqués par Jones.

russ,anglais,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile (et encore...)

08/07/2021

_An Asimov Companion_

An Asimov Companion : Characters, Places and Terms in the Robot/Empire/Foundation Metaseries : Donald E. PALUMBO : 2016 : McFarland (série "Critical explorations in Science Fiction and Fantasy" #51) : ISBN-13 978-0-7864-9823-9 (la fiche ISFDB du titre) : 186 pages (y compris index) : coûte 29.95 USD pour un TP non illustré disponible chez l'éditeur ().

anglais,1 étoile,asimov

Ce livre est donc écrit par Donald E. (Emanuel) Palumbo, un professeur d'anglais à qui l'on doit nombre d'ouvrages de référence et qui est aussi (sans doute un pur hasard) le directeur littéraire de la collection "Critical explorations in Science Fiction and Fantasy" dans laquelle paraît ce volume. Comme l'indique clairement son titre, il s'agit d'un "companion" consacré à la série romanesque principale d'Isaac Asimov, celle qui unit le cycle des robots, les trois romans de l'Empire et la série des Fondation. Le "companion" (on trouve aussi le terme de "concordance") est un type d'ouvrage que l'on rencontre parfois, comme celui-ci sur l'univers Vorkosigan ou celui-là sur Cordwainer Smith qui vise à constituer une sorte de dictionnaire encyclopédique consacré à un univers (considéré comme réel) décrit dans un ensemble romanesque.

anglais,1 étoile,asimov

L'ouvrage se scinde en deux parties, la première étant une copieuse (30 pages) introduction à la métasérie en question qui est analysée sous l'angle de ses liens avec la théorie du chaos et des fractales. La seconde partie est donc un dictionnaire des éléments présents dans cette métasérie qui couvre les personnages (formant la majorité des entrées), les lieux (planètes), les évènements (crises Seldon) ou des termes inventés par Asimov (comme le Protoveg qui est une nourriture synthétique). A noter la présence d'un index qui relie les termes explicités aux œuvres dans lesquelles ils apparaissent. Il y a aussi une micro-bibliographie d'Asimov à la suite de l'introduction.

anglais,1 étoile,asimov

En ce qui concerne l'introduction, il s'agit d'une version expurgée de la première partie de cet ouvrage. Dans la pratique, autant lire les théories de Palumbo directement dans le texte original (chez Greenwood) que dans ce format allégé. Pour la partie "companion" proprement dite, je n'ai, comme d'habitude, guère d'avis tranché. C'est assez fascinant à lire (surtout en "sautant" d'entrée en entrée) et rappelle forcément quelques souvenirs mais c'est sans doute nettement plus intéressant pour les fins connaisseurs de la métasérie.

anglais,1 étoile,asimov

Note GHOR : 1 étoile (en ce qui me concerne)

21/06/2021

_Dune le Mook_

Dune le Mook : Lloyd CHERY (editor) : 2020 : L'Atalante & Leha : pas d'ISBN, EAN-13 9791036000591 : 256 pages (pas d'index ni de bibliographie) : coûte 22.50 Euros pour un grand tp largement illustré en couleurs, disponible un peu partout.

français,herbert,1 étoile

A mon avis, il doit se passer quelque chose autour de Dune en ce moment. Peut-être un film ? Par un canadien ? Mieux que les précédents ? C'est en tout cas visiblement l'occasion rêvée d'écrire sur cette œuvre majeure du genre histoire de profiter de l'aubaine, vu qu'il s'agit là du quatrième livre sur le sujet que je vois passer ces temps-ci (et le premier que j'achète) avec le Allard, le Bélial' et un titre canadien, sans parler des titres "autour" du film lui-même. Même si Herbert (et Dune en particulier) a toujours été un des chouchous des ouvrages de référence, une telle rafale de titres, en VF qui plus est, est exceptionnelle.

français,herbert,1 étoile

Sous la direction de Lloyd Chéry (journaliste et podcasteur) cet ouvrage est en fait un Mook (ça veut dire un Magazine-bOOK) suivant la mode actuelle (cf. cet autre représentant de ce genre hybride). On a donc beaucoup d'articles (pas loin de soixante-dix) et d'interviews (une petite dizaine), d'une taille très limitée (en moyenne deux pages, parfois moins) illustrés et séparés par des illustrations pleine page. L'ensemble est organisé en cinq grandes parties : Frank Herbert, L'univers de Dune, Les personnages de Dune, Les adaptations (ciné, TV, jeux, comics...) et Réflexions (pour aller plus loin). Les intervenants sont multiples (même si certains signent plusieurs articles) et se partagent entre plumes connues et nouveaux venus. On regrettera l'absence de bibliographie et d'index.

français,herbert,1 étoile

Tout d'abord, une confession : je n'ai lu que le premier livre de la série et je l'ai (à l'époque, c'est à dire il y a 40 ans) trouvé extrêmement chiant à lire et du coup je n'ai même pas attaqué Le Messie de Dune. Par contre, j'ai beaucoup joué aux "Dune" sur PC. En ce qui concerne cet ouvrage, je suis au regret de confirmer que je ne suis pas le client idéal pour ce type de produit. J'ai effectivement eu l'impression de lire un magazine du type presse féminine ou people avec des articles (on ne peut pas décemment parler d'essais pour des textes aussi courts) qui ne sont que des survols à très haute altitude. Le plus frappant étant sans doute le texte de Genefort sur les livres-univers qui est une sorte de résumé en une seule page de sa thèse qui en fait deux cents à la base (et qui n'est même pas mentionnée). Quel est l'intérêt de ce genre d'exercice ? Doit-on supposer que les lecteurs potentiels de ce magazine ont la capacité d'attention d'un moineau ? Tout cela m'échappe mais je ne dois pas être assez dans le coup pour apprécier cette culture à la Wikipédia faite de snippets d'information en lieu et place d'une réflexion plus creusée mais moins globalisante.

français,herbert,1 étoile

Il est clair que l'ouvrage est séduisant avec une profusion d'illustrations dont certaines (qui semblent originales) sont particulièrement réussies. Même s'il s'appuie un peu trop, à mon avis, sur le -inédit pour l'instant- film de Villeneuve (quatre pages sur le casting, c'est sans grand rapport avec Dune), la multiplicité des angles d'attaque donne un bon aperçu de l'immensité de l'ensemble fictionnel créé par Herbert. Hélas, tout cela, à cause de ce côté butineur, peine à aller plus loin que des banalités lues des milliers de fois (par exemple sur l'écologie ou le pouvoir) ailleurs et qui sont répétées à de nombreuses reprises dans le mook.  Si vous en voulez plus, on vous renvoie gentiment à des (vrais ?) livres où l'on peut trouver "la version longue" des articles (en fait c'est un peu comme un numéro de Sélection du Reader's Digest). En ce qui concerne la qualité des analyses, on peut sans doute être plus rigoureux en évitant les affirmations du genre "Herbert/Dune était féministe" qui ne sont que des maladroites tentatives de récupération pour être dans l'air du temps. Pour tout dire, Dune est tellement un texte féministe que que Villeneuve s'est senti obligé de changer le sexe d'un des principaux protagonistes. Pour revenir au factuel, outre une qualité de production plutôt moyenne (pour 22.50 € la couverture se vrille et le dos ne semble pas d'une solidité à toute épreuve), je n'ai pas trop apprécié la lecture de textes en marron clair sur blanc et je déplore l'absence de bibliographie (même si j'en ai une vague idée) et surtout d'un index. Globalement, je suis assez déçu du résultat. C'est un produit parfaitement bien packagé, mais qui est bien trop superficiel pour moi qui attend de mes lectures sur le genre des réflexions un peu plus roboratives. Tout cela veut sans doute dire que je ne suis pas vraiment dans la cible des clients pour ce type d'ouvrage (qui m'a aussi fait penser à celui-là) parce que je suis clairement bien plus Book que Magazine. 

français,herbert,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile (plus si vous aimez lire Closer, Gala ou Première -on y trouve le même cirage des pompes de Villeneuve-)

français,herbert,1 étoile

NdA : Il y a quelque temps, l'association Noosfère (que recommande à tous ceux qui ne veulent pas faire de bibliographie sérieuse) m'a demandé de fournir des scans en haute définition de certains ouvrages que je détenais (des titres en VO et des numéros d'Analog) sans doute parce qu'il n'en existe pas des dizaines de copies accessibles en France. J'ai donc farfouillé dans ma collection et numérisé divers ouvrages intéressants. Les résultats peuvent (je le pense) se retrouver en pages 12, 13 et 14 (pour les Analog) et possiblement en pages 250 et 251 (pour les prequels) de ce mook. Je tiens particulièrement à souligner ici l'immense élégance des créateurs de cet ouvrage qui n'ont JAMAIS pris la peine de me remercier sous quelle forme que ce soit pour le (petit) coup de main que j'ai apporté à leur entreprise. Jolie preuve de savoir-vivre et de respect. 

04/05/2021

_Aliens in Popular Culture_

Aliens in Popular Culture : Michael M. LEVY & Farah MENDLESOHN (editors) : 2019 : Greenwood : ISBN-13 978-1-4408-3832-3 (la fiche ISFDB du titre) : xviii+335 pages (y compris index) : coûte 94.00 USD pour un grand hc parcimonieusement illustré en n&b, disponible chez l'éditeur, existe aussi en ebook (-3833-0).

anglais,1 étoile

Compilé par Levy et Mendlesohn assistés d'un grand nombre de collaborateurs (pas loin d'une centaine !), cet ouvrage est une sorte d'encyclopédie autour du thème de l'alien (l'extraterrestre, pas l'étranger) dans la culture populaire, c'est à dire en gros dans tous les types de supports que l'on peut imaginer : SF écrite, cinéma, télévision, comics, jeux vidéos, musique. Il s'agit donc d'un ensemble qui comporte une préface (Mendlesohn), une introduction (Benford), 4 "essais" (de cinq pages et d'une approche générale) et surtout une grosse centaine d'"entrées" d'environ trois pages chacune (avec une micro-bibliographie à chaque fois). Il y a enfin une longue liste de contributeurs et un index (mais pas de bibliographie d'ensemble).

anglais,1 étoile

Les entrées sont donc présentées par ordre alphabétique, de The Abyss (le film) à The X-Files (la série TV). On y trouve des textes étudiant des œuvres précises (surtout des films), sur des ensembles fictifs (des séries de films, de jeux, de romans...), des auteurs (de David Almond -?- à Robert Charles Wilson) ou des sujets divers (les Greys, les aliens "polaires"). La taille de chaque entrée étant à peu près constante (un peu plus de 2 pages) on arrive à des niveaux d'analyse extrêmement variables et une grande hétérogénéité.

anglais,1 étoile

On obtient donc une sorte de pot-pourri où deux pages sur Lilo and Stitch (sérieux) ou Aliens Love Underpants (une série de livres pour enfants) voisinent avec deux pages sur Ursula K. le Guin ou Star Trek. Cela m'a créé une certaine difficulté à trouver l'ensemble pertinent et fidèle à un certaine perception de la réalité et de l'importance des choses (deux pages et demie avec photo sur 300 pour les Télétubbies ?). A noter que l'on a bien évidemment le cochage de toutes les cases obligatoires en terme de représentativité des auteurs et des sensibilités. A cela s'ajoute le fait que certains auteurs sont plus ou moins aptes à transmettre l'importance du sujet qu'ils abordent, rendant leur contribution parfois parfaitement anecdotique ou triviale. 

anglais,1 étoile

Au final un ensemble nettement décevant, surtout quand on le met en regard avec son prix (on frôle la centaine d'Euros). Cela donne l'impression de partir un peu dans tous les sens (à la wikipédia en utilisant les contributions disponibles aléatoirement) sans que l'on arrive à discerner une vraie ligne directrice capable de rendre justice à un sujet central du genre et surtout capable de hiérarchiser (ne serait-ce qu'en terme d'espace alloué) et de structurer les diverses interventions pour donner une vue d'ensemble d'un sujet qui est plus vaste et plus complexe qu'une simple énumération d'œuvres ou d'artistes. Un ratage sans doute dû à un manque de contrôle éditorial.

anglais,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile

30/04/2021

_The Tragic Thread in Science Fiction_

The Tragic Thread in Science Fiction : Robert H. WAUGH : 2019 : Hippocampus Press : ISBN-13 978-1-61498-246-3 (la fiche ISFDB du titre) : 235 pages (y compris bibliographie) : coûte 20.00 USD pour un tp non illustré (probablement un POD), disponible chez l'éditeur, existe aussi en ebook (-262-3).

The tragic thread in science fiction.jpg

Écrit par Robert H. Waugh, un professeur d'anglais à la retraite reconnu comme un des spécialistes de Lovecraft (voir sa bibliographie), cet ouvrage est un recueil d'une douzaine d'essais dont une partie ne sont pas inédits (parus dans Extrapolation entre autres). Cet ensemble de textes de taille variable aborde un certain nombre d'auteurs : David Lindsay (3 essais), Olaf Stapledon (2 essais), Arthur C. Clarke (2 essais), Mervyn Peake, William Gibson, Fritz Leiber (3 essais dont un qui est aussi sur Tiptree) et H.P. Lovecraft. Ils sont étudiés soit sous le prisme de l'étude d’œuvres précises (Childhood's End, Neuromancer, A Voyage to Arcturus, The City and the Stars...) soit sous celui de l'analyse de thèmes récurrents dans leur bibliographie (la musique chez Lindsay, la mort chez Leiber, le théâtre chez Leiber et Tiptree...). Une bibliographie clôture ce livre qui ne n'offre (hélas) pas d'index.

anglais,1 étoile

L'auteur est présenté en 4ème de couverture comme un "scintillating critic". En ce qui me concerne, j'aurais plus volontiers utilisé le terme de "pompeux". A grand coup de citations en allemand, français, italien ou latin dans le texte, de références pesantes à Spinoza, Socrate, Hesse, Goethe, Mallory ou Dante, Waugh procède au grand étalage de sa culture littéraire qui est certes étendue (heureusement pour un professeur d'anglais !) mais qui n'apporte guère d'éléments à son discours sur la SF et semble plutôt noyer sa réflexion sur le genre. On est clairement avec ce livre face à la technique fréquente chez certains universitaires de l'esbrouffe la référence culturelle, ce qui, dans le cas de son texte sur The City and the Stars conduit l'auteur à plus nous parler de Hesse et de son Magister Ludi (Le jeu des perles de verre en VF) que de Clarke et son roman (même s'il a des choses intéressantes à dire sur ce sujet).

anglais,1 étoile

Comme tout le reste est à l'avenant, à savoir beaucoup de délayage et d'étalage, la lecture de l'ensemble est assez pesante et fait que les points pertinents que peut soulever Waugh sont noyés dans une logorrhée constante. A réserver à ceux qui veulent améliorer leur culture générale et briller en société ou à ceux qui veulent légitimer le genre. Bof, bof, bof.

anglais,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile