Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/01/2016

_Precious Artifacts 2_

Precious Artifacts 2 : A Philip K. Dick Bibliography : Henri WINTZ & David HYDE : 2014 : Wide Books : ISBN-13 978-1502725684 (la fiche ISFDB du titre) : 216 pages : coûte une vingtaine d'euros pour un tp du type POD richement illustré en couleurs (qui semble exister en version hc à tirage limité) disponible dans les librairies en ligne.

Precious artifacts 2.jpg

Cet ouvrage, qui est la suite de celui-ci débute par plusieurs parties introductives (Qu'est-ce qu'un pulp ?, les courtes biographies des artistes ayant illustré PKD, idem pour les anthologistes ayant sélectionné certains de ces textes), dont on peut se demander quelle est la plus-value pour un collectionneur de PKD (on pourrait penser qu'il/elle connaît déjà plus ou moins ces informations).  L'essentiel du livre est constitué d'une bibliographie illustrée des nouvelles de PKD dans les supports anglo-saxons (y compris ceux d'Océanie, Australie et Nouvelle Zélande), classées par ordre lexicographique de Adjustement Team à Your Appointment Will Be Yesterday. Il y a aussi un certain nombre d'annexes (chronologie, adaptations, bibliographie publicitaire).

Venture NZ 1964-03.jpg

Pour être franc, j'avoue avoir été assez irrité de payer pour acheter un ouvrage qui contient des scans (que j'ai pu reconnaître grâce aux griffonnages sur les couvertures) et des informations que j'ai moi-même entré dans l'ISFDB. Outre le procédé assez moyen (on pensera à ces "livres" qui sont des copies de pages wikipedia imprimées et reliées), il n'y a donc strictement rien de plus sur la page de ce livre consacré à (par exemple) Piper in the Woods qui contient 5 (!) lignes que sur la page correspondante de l'ISFDB (), bien au contraire. En effet cette dernière liste non seulement les traductions du texte mais aussi (et c'est un comble) bien plus de parutions en anglais (sont oubliés par exemple les recueils chez Halcyon, Prime ou Dover, sans compter les ebooks). Du coup la question est simple : pourquoi payer pour un ouvrage sans aucune plus-value réelle et dont les informations ne sont même pas au niveau de ce que l'on peut trouver gratuitement sur le net ?

angalis,PKD,0 étoile

Note GHOR : 0 étoile

06/07/2015

_Science Fiction Handbook for Readers and Writers_

Science Fiction Handbook for Readers and Writers : George S. ELRICK : 1978 : Chicago Review Press : ISBN-10 0-914090-52-6 (la fiche ISFDB du titre) : 315 pages (pas d'index, bibliographie) : coûtait 9 USD pour un tp illustré de dessins en n&b.

Science Fiction Handbook (Elrick).jpg

Faisons bref. A la différence d'autres Handbooks (De Camp, le premier; Booker & Thomas, Latham) qui sont plus des successions d'essais, cet ouvrage est en fait plus proche du dictionnaire. Après une préface d'une remarquable prétention (la SF c'est LE genre littéraire),  le livre est principalement constitué de 1084 entrées, de Ablating materials à Zodiacal light, définissant des termes soit scientifiques, soit science-fictionnels sur des longueurs variables (de quelques lignes à plusieurs pages). Elrick nous fournit aussi plusieurs annexes  : profils de vaisseaux spatiaux imaginés par James Stark, liste de 1020 titres de SF et des mots y étant les plus utilisés (dans l'ordre Star, World et Space), liste d'éditeurs et d’organisations impliqués dans le genre. Le tout est illustré de dessins particulièrement atroces ou de schémas techniques visiblement copiés tels quels dans des ouvrages scientifiques.

anglais,0 étoile

Ce livre est le digne représentant de ces ouvrages sans queue ni tête, bâtis n'importe comment et sans aucune ligne directrice. Un fois passé le choc esthétique et les tentatives d'humour pas drôle, on se demande à quoi tout cela peut bien servir. Quand l'auteur nous explique en cinq lignes ce qu'est un Sonic-gyroscopic neutro-stabilizer (sans rire) ou un Penetratelescope (sic) sans même nous préciser d'où vient ce terme (sans doute de Buck Rogers, une série à laquelle Elrick semble vouer un vrai culte), la première (et la seconde) réaction est de se dire "Et alors ?". A ce jour, je n'ai toujours pas trouvé de réponse. Au final un truc sans doute important et significatif pour son auteur mais qui n'offre aucun intérêt (Ai-je déjà dit que les dessins étaient très laids ?).

anglais,0 étoile

Note GHOR : 0 étoile

14/06/2015

_Science fiction writers_

Science fiction writers : Richard BLEILER : 1982 (pour la première impression) : Scribner's : ISBN-10 0-684-16740-9 (la fiche ISFDB du titre) : xv+623 pages (y compris index & bibliographies individuelles) : semble avoir coûté 55 USD pour un massif hc non illustré que l'on peut trouver ayant été retiré de bibliothèques universitaires (à noter que l'exemplaire présenté est une 4ème impression dont on ne peut connaître la date de parution).

Science Fiction Writers (Bleiler 1st).jpg

Pour faire très simple, cet ouvrage est la première mouture de celui-ci. Il en partage donc globalement l'architecture (si ce n'est que les écrivains "continentaux", c'est à dire européens, sont rassemblés à la fin du livre) et les qualités. Comme il ne contient strictement rien qui n'ait été repris dans la deuxième version (qui double presque le nombre d'auteurs étudiés et propose des essais actualisés), il n'offre aucune plus-value par rapport à son successeur. Donc, à part un intérêt historique pour des gens comme moi, son seul intérêt est son poids (presque 2 kilogrammes) qui permet de l'utiliser en cale-porte.

anglais,0 étoile

Note GHOR : 0 étoile (en fait 2 étoiles pour celui qui n'a pas la deuxième version)

23/10/2014

_Science Fiction Story Index_

Science Fiction Story Index 1950-1968 : Frederick SIEMON : 1972 (pour cette deuxième impression, 1971 pour l'EO) : American Library Association : ISBN-10 0-8389-0107-7 : x+274 pages (index structurels) : coûtait quelques USD pour un hc avec jaquette.

Science Fiction story index.jpg

Paru sous l'égide de l'ALA (la puissante association des bibliothèques américaines) qui publie un certain nombre de titres d'orientation bibliographique ou à destination de ses membres (comme celui-ci ou celui-là), cet ouvrage est un index de textes courts dans le domaine de la SF (comme son nom l'indique bien) et couvre la période 1950-1968. On peut dire que c'est à priori un concurrent de titres comme les index de Strauss ou de la NESFA et que son habitat naturel est la grande bibliothèque, section "référence" (comme mon exemplaire qui vient de celle de Miami). A noter qu'il s'agit du seul livre de cet auteur dans les domaines qui nous intéressent.

anglais,0 étoile

Après une introduction de l'auteur essentiellement consacrée à nous exposer la qualité de son projet, le livre est constitué de trois index. Le premier est de la forme "Auteur-Titre" et donne, pour un auteur et un titre de nouvelle, le code de l'anthologie (puisque Siemon utilise le terme "Anthology") dans laquelle le texte est disponible. Le deuxième est la bibliographie des anthologies indexées et liste, par auteur, tous les ouvrages cités, avec un minimum de détails bibliographiques (éditeur, date, nombre de pages). Enfin, le dernier index est un classique "Titre-Auteur" qui permet de trouver l'auteur d'un texte donné.

anglais,0 étoile

Dans son introduction, Siemon pose la question qui tue (je traduis) "Oh, encore un index auteur-titre, pourquoi ?". Dans le cas de ce remarquable ouvrage on pourrait répondre simplement "Pour rien". On passera tout d'abord sur l'introduction dont l'auto-suffisance est assez inouïe et qui réussit l'exploit de nous amener au début des chapitres d'index sans savoir pour autant ce qui va être indexé (par contre on comprend bien que tous les autres index sont à mettre à la poubelle). Il s'agit visiblement de textes courts (mais alors pourquoi Slan ? La réponse étant sans doute à chercher dans la présence de l'omnibus Triad) parus entre 1950 et 1968 (mais alors on ne parle que de la parution dans certains recueils). On ne sait pas non plus exactement quel type d'ouvrage a été sélectionné par Siemon parce que son terme d'anthologie est complètement trompeur. Il y a certes des anthologies (des nouvelles de plusieurs auteurs) mais il y a surtout des recueils tout à fait classiques (des textes d'un seul auteur) mais aussi des omnibus (des recueils de romans) et des fix-ups.

anglais,0 étoile

On ne sait donc pas vraiment ce qui est indexé, ni sur quels critères. Par contre, on se rend assez vite compte que les oublis sont légion. Si on choisit Simak, Siemon n'indexe que seulement quatre livres (y compris le fix-up City), un rapide coup d'oeil à la bibliographie de l'auteur sur l'ISFDB montre que l'on est bien loin du compte. On n'insistera pas sur la non-indexation des magazines (un comble pour le genre) ni sur le fait que Simeon ne s'est sans doute même pas aperçu qu'il listait des textes identiques sous des noms différents (comme le couple The Monster / Resurrection de Van Vogt). Au final un ouvrage qui se révèle tout simplement inutile et qui peut nous faire plaindre les malheureux qui ont été forcé d'utiliser cet index pour mener des recherches bibliographiques.

anglais,0 étoile

Note GHOR : 0 étoile

08/08/2013

_Bibliothèque(s) #69 : Littératures de l'imaginaire_

Bibliothèque(s) #69 : Littératures de l'imaginaire : 2013 : Association des Bibliothécaires de France : ISSN 1632-9201 : 80 pages (pas d'index ni de bibliographies) dont une cinquantaine consacrée à l'imaginaire : coûte 20 Euros pour un magazine grand format illustré en couleurs, disponible chez l'éditeur (là : http://www.abf.asso.fr/publications#bibliotheques).

Bibliothèque(s) 69.jpg

On me permettra de passer rapidement sur ce charmant magazine qui consacre un dossier à la SF et autres genres de l'imaginaire. Le résultat est une suite de publi-reportages sur des lieux ou des manifestations à visiter : Les Utopiales c'est trop de la balle, Zone Franche c'est trop bien, Les rencontres de Sèvres c'est trop génial, la Maison d'Ailleurs c'est une tuerie, Les Imaginales c'est trop super; ou sur des ouvrages de référence à posséder absolument tellement ils déchirent (Vas-Deyres, Barrillier ou Rouillier); ou sur des éditeurs super-sympas (L'Atalante sur deux pleines pages ou les courageux indépendants de l'imaginaire). Si l'intention (présenter ces genres à des bibliothécaires) est louable, le résultat fait plus penser à un magazine people qu'à une revue d'étude tant il est léger en terme de matière (il y a au plus deux pages de texte par article en comptant large) et tant il se complaît dans un traitement uniformément laudatif.

français,0 étoile

A cela s'ajoute une certaine impression de microcosme (les auteurs des articles ont justement d'autres articles qui les évoquent eux ou leurs activités ou leurs entreprises) et de copinage (dans certaines appréciations ou les mentions de certains prix) et une iconographie due à la fameuse "Agence Martienne" (cf. le Dictionnaire visuel des mondes extraterrestres) dont la pertinence peut parfois prêter à sourire (les publicités US futuristes des années 50 dont plusieurs exemples sont repris) et dont les légendes (du style "... Freas Full Cycle Clifford D. Simak") sont à réserver aux initiés (illustration de Kelly Freas pour la nouvelle Full Cycle de Simak). Au final, je ne suis pas convaincu que les bibliothécaires aient appris quelque chose sur la SF&F et, à l'inverse, je ne sais rien de plus sur la réception de ces genres par les emprunteurs alors que cela aurait pu être très intéressant. On n'atteint pas le niveau abyssal de la revue de la BNF mais l'ensemble est bien maigre pour le prix demandé.

français,0 étoile

Note GHOR : 0 étoile