Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/12/2022

_Rêves et séries américaines_

Rêves et séries américaines : La fabrique d'autres mondes : Sarah HATCHUEL : 2015 : Rouge Profond (collection "raccords") : ISBN-13 978-2-915083-82-8 (la fiche ISFDB du titre) : 302 pages (y compris bibliographie mais sans index) : coûte 25 Euros pour un tp (couverture à rabats) illustré en couleurs, disponible chez l'éditeur.

2 étoiles

Publié par un éditeur spécialisé dans le cinéma (il publie Midi-Minuit Fantastique), cet ouvrage n'est que partiellement consacré aux genres de l'imaginaire (ici plutôt la science-fiction et le surnaturel). En effet, il s'agit d'une étude sur l'utilisation "scénaristique" du rêve dans un certain nombre de séries télévisées américaines. Dans notre domaine, sont concernées Awake (peut-être), Buffy (il y a des vampires), Battlestar Galactica et ses spin-offs, LOST (on peut le supposer) et Twin Peaks (si on l'aborde sous l'angle fantastique). Pour mémoire sont aussi abordées comme autres séries : Hannibal, Les Soprano et Six Feet Under.

2 étoiles

Chacun des chapitres étudie donc comment les auteurs (ou les showrunners) emploient l'instrument du rêve dans leurs séries, dans quel épisode (de façon exhaustive), dans quel contexte, avec quelle technique et pour quel objectif. On en arrive même parfois à rencontrer des rêves dans les rêves (à la Inception avant Inception). Le tout est complété par les images d'écran correspondantes (mais hélas en petite taille).

2 étoiles

 

L'ensemble forme un travail fouillé et intéressant à lire, les jeux sur le réel se révélant dans la pratique plutôt fréquents et allant parfois jusqu'à changer le sens même des images. Outre une visible passion de l'autrice pour LOST (un peu excessive et en tout cas non partagée), le seul bémol est que si vous n'avez jamais vu la série (comme c'est mon cas pour certaines d'entre elles) le travail d'Hatchuel peut ne pas dire grand chose. En tout cas, ce livre m'a donné l'envie de revisionner Twin Peaks...

2 étoiles

Note GHOR : 2 étoiles (en fonction de sa culture télévisuelle)

31/10/2022

_The Handbook of French Science Fiction_

The Handbook of French Science Fiction : Jean-Marc LOFFICIER & Randy LOFFFICIER : 2022 : Black Coat Press : ISBN-13 978-1-64932-161-9 (la fiche du titre sur l'ISFDB) : 335 pages (y compris index) : coûte 24.95 USD pour tp illustré en couleurs, disponible chez l'éditeur.

handbooksf-2.jpg

Cet ouvrage est l'exemple même du fait que la "méthode Moutons" (je vends plusieurs fois le même texte à des clients un peu trop naïfs) s'exporte dans le monde entier. En effet, cet ouvrage (et son homologue sur la Fantasy et l'Horreur) est une sorte d'extraction légèrement modifiée (seulement quelques phrases de liaison ont été changées) du massif French Science Fiction, Fantasy, Horror and Pulp Fiction des mêmes auteurs paru il y a plus de vingt ans chez McFarland et qui, outre de ne pas avoir été donné, a toujours été difficile à trouver.

French science fiction, fantasy, horror and pulp fiction.jpg

Heureusement, ce détail est (à la différence des Moutons) clairement mentionné sur le site et sur le livre. En matière de mise à jour pour les décennies 2000 & 2010 on a royalement droit à 5 (cinq) pages de postface qui couvrent (sic) cette période. Pour rester dans l'esprit Moutons (ici le côté autopromotion), un esprit cynique pourra remarquer que 20% (soit une page sur cinq) du texte est consacré aux merveilleuses éditions Rivière Blanche fondées (quel hasard !) par l'un des auteurs. Au final, un livre à n'acheter que si vous n'avez pas pu vous procurer la version de 2000 (pas comme moi, du coup).

FAUST (FN 1996).jpg

Note GHOR : 0 ou 3 étoiles (au choix)

19/10/2022

_Nursery Realms_

Nursery Realms : Children in the Worlds of Science Fiction, Fantasy, and Horror : Gary WESTFAHL & George SLUSSER (editors) : 1999 : University of Georgia Press : ISBN-10 0-8203-2144-3 (la fiche ISFDB du titre) : xiii+222 pages (y compris index) : coûte 26.95 USD pour un tp non illustré, disponible chez l'éditeur.

Nursery realms.jpg

Comme Immortal Engines, cet ouvrage fait partie de fait partie de la série des minutes de la J. Lloyd Eaton Conférence, un rassemblement thématique d'universitaires autour de la SF et de la Fantasy qui a(vait) lieu aux USA tous les ans (me semble-t-il). Il s'agit ici de la conférence de 1993 (la 15ème) dont le sujet était les enfants et où tous les essais (sauf un, lequel ? L'histoire ne le dit pas) ont été présentés.

Immortal engines.jpg

Ce livre emprunte donc la forme typique de titres de cette série, à savoir un recueil d'essais d'une dizaine de pages chacun. Outre une introduction, les quinze textes sont rassemblés en trois parties : Le thème des enfants en général (4 essais), les enfants dans la SF (4 essais) et les enfants dans la Fantasy et l'Horreur (7 essais). On y retrouve les plumes habituelles (Rabkin, Slusser, Hendrix, Westfahl...) ainsi qu’un index, à noter que la bibliographie se trouve dans les notes de chaque essai ce qui n'est pas des plus pratique.

In the presence of mine enemies (Roc 2004).jpg

En ce qui me concerne, j'ai plutôt apprécié les deux premières parties même si certains essais font, comme d'habitude, le grand écart avec le thème (celui sur ET l'extraterrestre ou celui sur Terminator qui est plus sur les adolescents). On y trouve mentionné des titres assez peu courants comme The Adolescence of P1 (Ryan) ou In the Presence of Mine Enemies (Turtledove), ce qui nous change agréablement de Dick, Le Guin, Gibson ou Tiptree qui envahissent les livres académiques. La partie Fantasy et Horreur m'a nettement moins accroché car elle est surtout concentrée sur le Fantastique (au sens VF du terme) : Isaac Bashevis Singer, Henry James, Stephen King, George McDonald; un domaine qui m'intéresse encore moins que la Fantasy et sur lequel je n'ai aucune compétence. Au final un ensemble d'une bonne tenue mais dont l'attrait dépend fortement des goûts du lecteur putatif.

The adolescence of P-1 (Ace 1979).jpg

Note GHOR : 2 étoiles (pour la partie SF malgré sa brièveté)

04/10/2022

_The Great Heinlein Mystery_

The Great Heinlein Mystery : Science Fiction, Innovation and Naval Technology : Edward M. WYSOCKI Jr. : 2012 : Visiblement auto-publié : ISBN-13 978-1-47741-020-2 (la fiche ISFDB du titre) : 287 pages (y compris appendices, index et bibliographie) : coûte 24.95USD pour un tp avec quelques illustrations en n&b, disponible dans toutes les bonnes librairies en ligne (le livre est visiblement un POD).

The great Heinlein mystery.jpg

Sous la plume de Edward M. Wysocki (à qui l'on doit le plus tardif An Astounding War sur un thème proche), ce livre est le résultat d'un projet plutôt original. En effet l'auteur a été interpellé par une citation de RAH (initialement dans The Science Fiction Novel, un recueil d'essais paru chez Advent) qui évoquait un "gadget" mis en service par la marine américaine suite à la parution d'une de ses nouvelles sans toutefois apporter plus de précisions quant à l'objet lui-même qui était censément couvert par le secret défense.

The science fiction novel (Advent 1974).jpg

C'est cette quête, menée durant plusieurs années (et qui continue encore), que nous raconte l'auteur. De sa découverte de la citation initiale à ses recherches parmi les étudiants de l'école navale en passant par l'exploration minutieuse de la correspondance de RAH et les multiples lectures de ses nouvelles, Wysocki nous détaille toutes les tâches accomplies pour tenter d'éclaircir ce "mystère". Ce faisant, il détaille certains sujets connexes (le processus d'innovation dans la Navy, l'école navale US, certains systèmes de détection utilisés dans la 2GM...) au travers de nombreuses sources. Cette sorte de rapport d'enquête est accompagné de divers appendices, d'une bibliographie et d'un index.

US Navy T1.jpg

Disons-le tout de suite, la quête de Wysocki se révèlera infructueuse, le "gadget" gardant son mystère à la fin de l'histoire même si quelques pistes sont privilégiés par l'auteur au vu des recoupements possibles (mais je ne dirai rien). Outre une foule d'informations "périphériques", c'est la folie même de l'entreprise (écrire un livre sur quelques lignes de RAH) et le côté quasi policier du récit qui rendent l'ouvrage sympathique et lisible. On peut penser, une fois le livre refermé, "tout ça pour ça" (comme je l'ai fait) mais avoir accroché à la lecture (comme je l'ai fait aussi). En tout cas, une démarche singulière à lire pour les amateurs de la SF de l'âge d'or.

US Navy T2.jpg

Note GHOR : 2 étoiles

12/08/2022

_The Reading Protocols of Science Fiction_

The Reading Protocols of Science Fiction : Discourses on Reading SF : James GUNN & Michael R. PAGE (editor) : 2021 : Advent (ReAnimus Press) : ISBN-13 9794867207919 (inconnu de l'ISFDB) : 235 pages (pas d'index ni de bibliographie globale) : coûte 29.99 USD pour un hc non illustré sans jaquette, disponible chez l'éditeur (en fait via Amazon pour les versions papier), existe aussi en tp et en ebook.

The reading protocols of science fiction Discourses on reading.jpg

Une des questions que revient le plus fréquemment à propos du genre est de comprendre pourquoi certains lecteurs (pourtant chevronnés) se trouvent être dans l'incapacité d'accrocher ou de simplement lire un texte de science fiction. C'est une expérience que nous avons tous faite, cette réaction du type "je n'y comprends rien" ou "c'est vraiment pas pour moi" quand leur proposez un de vous ouvrages favoris. À cette interrogation, il existe habituellement deux réponses théoriques qui sont finalement assez proches. La première (St Gelais, Broderick, Bréan) est liée à intertextualité forte du genre et suppose que la difficulté de passer d'une "encyclopédie" (un système de référence décrivant l'univers du texte) mundane (des téléphones portables, une gravitéà 1g) à une "xénoencyclopédie" propre au genre (des implants cérébraux, la planète Mesklin) est un saut trop important pour certains lecteurs. La seconde (Delany, Gunn) part du principe que la lecture même d'un texte de SF met en jeu une façon de lire différente en s'appuyant sur des protocoles de lecture spécifiques qui permettent de décrypter/mettre en perspective/extrapoler des informations de simples bouts de phrases comme "son monde explosa", "la porte se dilata" ou (l’exemple utilisé dans le livre par Delany) "monopole magnet mining operations in the outer asteroid belt of Delta Cygni".

On SF.jpg

Du coup, Damon Kinight, jouant l'avocat du diable, affirma lors d'un thread sur le forum sff.net en 1996 que de tels protocoles de lecture propres au genre n'existaient tout simplement pas. Suite à la mort de Gunn (en 2020), son héritier spirituel, Michael R. Page eut l'idée de publier la transcription de ces échanges ainsi que pas mal d'autre matériel autour de ce concept. Utilisant sa propre maison d'édition ReAnimus Press (qui a d'ailleurs racheté le catalogue d'Advent), il produisit en 2021 cet ouvrage qui peut-être considéré comme une œuvre posthume de Gunn. On trouve au sommaire une dizaine de textes de longueurs très différentes : une préface, une longue introduction, la transcription du thread de sff.net, un essai de Delany sur les protocoles de lecteurs ainsi que plusieurs essais de Gunn autour du sujet (il y a même une nécrologie de Knight parue dans Nebula Awards Showcase 2004). On notera l'absence d'index et de bibliographie (sauf pour l'introduction).

Nebula awards showcase 2004 (Roc 2004).jpg

Une fois passé le côté particulièrement brouillon de l'ensemble et digéré le fait qu'une partie n'est pas inédite, cet ouvrage n'est pas sans présenter un certain intérêt, surtout par les discussions qu'il peut faire naître sur l'existence ou non de ces fameux protocoles de lecteurs spécifiques au genre. Toutefois avec une partie principale, la transcription du thread qui, comme c'est prévisible de par le déroulement même de ce type d'échange en ligne (cf. celui sur la métaphysique en VF), est largement la moins intéressante. Desservi par un manque de structuration, cet ouvrage, non indexé, est difficilement exploitable, il est donc à ranger au rayon des bonnes idées gâchées par une exécution perfectible. En fait, le sujet mériterait plutôt un ouvrage qui ne soit pas un simple hommage à Gunn, mais une vraie réflexion de fond qui s'appuierait sur le matériau rassemblé. Dommage.

Reading science fiction.jpg

Note GHOR : 1 étoile (2 si vous êtes fana de Gunn)