Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/02/2020

_Présence de la Tradition Primordiale _

Présence de la Tradition Primordiale : Paul-Georges SANSONETTI : 2019 : L’œil du Sphinx (série "Les cahiers d’Irem" #6) : ISBN-13 978-2-38014-012-5 (inconnu sur les sites de référence) : 250 pages (y compris bibliographie mais pas d’index) : coûte 19 € un tp légèrement illustré en n&b, disponible chez l’éditeur.

Présence de la tradition primordiale.jpg

On tombe de temps en temps sur des ouvrages complètement barrés, celui-ci en est un exemple. A base de gématrie, de théories raciales nauséabondes et de raisonnements fumeux, l’auteur montre que Poe, Lovecraft, Kubrick ou Tolkien s’inscrivent (consciemment ou pas) dans la Tradition Primordiale (un système mystique à base d’Hyperborée et autres trucs nordiques). C’est du genre : Gandalf vaut 112 (dans une table de gématrie précise et un alphabet runique précis) or 112 c’est 111 + 1 c’est-à-dire le nombre du pôle (111) + la rune propre à Gandalf (le f en fin de son nom qui vaut 1) qui dissimule le tout, ce personnage (je cite) est donc le gardien et le transmetteur de ce qui vient du commencement. Dont acte.

Histoires extraordinaires (LDP 1977-2T).jpg

J’avoue qu’à la deux-centième page de ce genre de "démonstration" j’étais content que l'ouvrage se termine. Un livre grave.

2001 L'odyssée de l'espace (FL 1976-03).jpg

Note GHOR : 0 étoile

12/02/2020

_La science-fiction pour les nuls_

La science-fiction pour les nuls : Jean-Louis FETJAINE : 2019 : First Editions (série « Pour les nuls ») :  ISBN-13 978-2-412-04470-4 (inconnu de l’ISFDB, la fiche noosfère du titre) : xv+563 pages (y compris index mais sans bibliographie) : coûte 22,95 € pour un grand tp au format carré non illustré, disponible dans toutes les bonnes librairies.

La science-fiction pour les nuls.jpg

Faisant partie de la vaste série de livre « pour les nuls » (qui comprend d’ailleurs aussi un tome sur la fantasy par le même auteur), ce livre est une spécificité francophone puisqu’il ne semble pas exister d’équivalent anglo-saxon. Il est écrit par Jean-Louis Fetjaine, un auteur plutôt orienté fantasy. Le propos du livre est clairement énoncé dans la copieuse introduction, il ne s’agit pas d’une encyclopédie du genre (car considéré comme trop vaste) mais d’une histoire de celui-ci au travers de ses sous-genres (une approche qui revient souvent dans le livre) en donnant une place prépondérante à l’écrit même si les autres médias sont de plus en plus abordés au fil de la chronologie.

La fantasy pour les nuls.jpg

Outre la présentation standard propre à cette collection, le livre est donc structuré en deux subdivisions, la première (et largement la plus longue soit 480 pages) est bâtie dans l’ordre chronologique en quatre parties (les origines, la proto-SF, l’âge d’or, la New Wave et après) composées de treize chapitres. On trouve ensuite ce qui semble être une spécificité de cette collection, à savoir plusieurs listes commentées de dix items (héros, martiens, méchants…). On trouve ensuite deux index distincts (général et œuvres) mais pas de bibliographie. On notera un certain nombre d’encarts au fil du texte et l’utilisation de symboles pour attirer l’attention sur des certains points.

Cemetery world (DAW 1983-05).jpg

Les lecteurs de ce blog sont habitués à mon côté « chipoteur » et je dois avouer que cet ouvrage m’a parfois passablement énervé malgré un abord sympathique et une lecture plutôt fluide malgré les contraintes du format qui semble privilégier l’information donnée en petites bouchées facilement digérables. Comme j’ai souvent bondi sur mes post-its pour noter des choses, je vais simplement lister une partie (je n’ai pas tout relevé ni vérifié) de ce qui m’a arrêté net dans ma lecture :

- Commençons page 79, où l’auteur évoque la vogue de la science-fiction guerrière (à la suite de Wells) et nous explique que l’affrontement avec les extraterrestres est une des caractéristiques de 4 auteurs nommément cités : Robert Heinlein (pourquoi pas), Arthur C. Clarke (ah ?), Isaac Asimov (qui pourtant n’utilisait pas d’Ets) et Clifford Simak (le top). Nous n’avons pas dû lire les mêmes auteurs.

- Autre aspect différent, on trouve page 104-105 un historique très (trop pour être honnête) détaillé de la revue Tales of Wonder. Après quelques recherches, le texte de Fetjaine est une paraphrase de l’entrée Wikipédia en anglais correspondante; qui est elle-même une simple recopie des travaux de Tymn et Ashley (dans cet excellent ouvrage). Dommage et trop facile.

- On trouve aussi des affirmations complètement fausses, comme en page 148 où l’on apprend que HPL n’a jamais quitté Providence, une idiotie que la lecture d’une des nombreuses biographies de Lovecraft (au hasard celle-là) aurait évité d’écrire. Plus pas mal de trucs bizarres : Anticipation n’accueillant que quelques auteurs français, le premier homme dans l’espace (Gagarine) en 1969, Wang de Bordage comme une uchronie, 11 tomes pour la série Gardiens du temps de Poul Anderson (peut-être Time Patrol ?).

- Il y a aussi un certain nombre de coquilles (Lewis Padget, Franck Herbert, John Windham, Brian Stapleford…) qui risquent de poser des problèmes à des néophytes; une stratégie d’utilisation des titres français à géométrie variable (Fetjaine réussit parfois à trouver le titre de la VF, mais d'autre fois il n’y arrive visiblement pas comme pour The Deep Range de Clarke rendu littéralement comme Les hauts fonds). On peut aussi mentionner un index des œuvres complètement fantaisiste (Pavane, pas le moindre des livres et pourtant cité au moins deux fois, n’y apparaît simplement pas) ou juste faux (Wang est traité page 477 et pas page 476).

Les prairies bleues (PC 1985).jpg

Finalement, il est vrai que relever les lacunes d’un ouvrage qui s’intitule fièrement …pour les nuls est sans doute un peu comme tirer sur une ambulance mais, même si je ne suis sans doute pas dans le public visé des néophytes, cela me hérisse toujours le poil de me trouver face à un travail bâclé qui ne peut que desservir le genre. Je vois bien un lecteur qui apprécie la SF guerrière acheter un livre de Simak sur les conseils de Fetjaine. Bien évidemment, tout n’est pas à jeter dans cet ouvrage qui peut présenter d’une façon accessible le vaste éventail du genre à des primo-entrants, mais l’amateur un tant soit peu chevronné devra sans doute faire le tri dans toutes les affirmations et informations de Fetjaine.

Wang (L'Atalante 2003-01).jpg

Note GHOR : à voir suivant votre niveau es-SF, en ce qui me concerne 1 étoile

10/02/2020

_Comment parler à un alien ?_

Comment parler à un alien ? : Langage et linguistique dans la science-fiction : Frédéric LANDRAGIN : 2018 : Le Bélial' (série "Parallaxe") : ISBN-13 978-2-84344-943-7 (la fiche ISFDB du titre) : 263 pages (y compris index et bibliographie) : coûte 14,90 € pour un petit tp non illustré avec couverture à rabats, disponible chez l'éditeur (), existe aussi en ebook.

français,2 étoiles

Cet ouvrage, le premier de la collection Parallaxe que j'ai lu, me fait furieusement penser aux titres de la série "Science & Fiction" de chez Springer (voir les livres de Broderick ou de Nahin évoqués ici même, sachant qu'il en existe d'autres dans la collection). Dans tous les cas, il s'agit donc de mélanges de vulgarisation scientifique et d'ouvrages sur le genre qui mettent en parallèle les avancées dans un domaine et les textes de SF qui ont abordé le même sujet de façon plus ou moins réussie ou plus ou moins compétente.

français,2 étoiles

Le champ d'étude choisi par Landragin est logiquement la linguistique (il est directeur de recherche au CNRS). Partant de la question rhétorique (pour l'instant) de "Comment parler à un alien ?", il nous présente donc en 5 chapitres conséquents (dont deux ne sont pas inédits) soit l'état de l'art dans sa spécialité, soit l'évocation des traitements science-fictifs des grandes théories linguistiques les plus connues (thèse de Sapir-Whorf, hypothèse de Chomsky). Après une partie conclusive, une (relativement courte) bibliographie (non-fiction et fiction) et un index clôturent l'ouvrage.

français,2 étoiles

L'ouvrage n'est pas très épais et se lit d'une traite, porté par le talent de vulgarisateur de l'auteur en ce qui concerne la partie scientifique. On apprend donc plein de trucs intéressants sur le langage et son étude. Pour la partie strictement SF, on pourra regretter que la quasi-totalité du propos ne repose essentiellement que sur 4 oeuvres (L'enchâssement de Watson, Les langages de Pao de Vance, Babel 17 de Delany et le couple nouvelle/film formé par L'histoire de ta vie de Chiang et Premier contact de Villeneuve). Ce petit nombre de titres composant pour Landragin ce qu'il appelle la Linguistic-Fiction a tendance à limiter son étude et à donner l'impression de tourner en rond (particulièrement vu le nombre très important de références faites au couple Chiang/Villeneuve).

français,2 étoiles

Du coup, on peut avoir le sentiment d'un certain manque de profondeur, surtout quand on compare ce livre à l'ouvrage de Meyers (évoqué ici) qui bénéficie d'un corpus étudié nettement plus vaste (mais parfois non traduit ici). On pourra aussi regretter que l'imbrication du double discours (vulgarisation et réflexion sur la SF) ne soit parfois pas très harmonieuse avec de longs pans d'exposition historico-scientifique (par exemple sur l'Espéranto ou le Volapük) qui forment des blocs clairement séparés du reste du livre (comme le chapitre 2). On se demande parfois à quel type d'ouvrage on a affaire : hors-série de Pour La Science ou numéro de Foundation.

français,2 étoiles

Note GHOR : 2 étoiles

24/12/2019

_Tout le Steampunk !_

Tout le Steampunk ! : Etienne BARILLIER & Raphaël COLSON : 2014 : Les Moutons Electriques (série "Bibliothèque des miroirs") : ISBN-13 978-2-36183-182-0 (inconnu de l'ISFDB) : 350 pages (avec index, mais sans bibliographie) : coûtait 29.90 € pour un hc carré avec jaquette, illustré en couleurs et disponible pour pas cher chez l'éditeur.

Tout le steampunk !.jpg

Sous la plume de Barillier & Colson (comme quoi on n'est jamais aussi bien servi que par soi-même), auteurs récurrents du monde des ouvrages de références francophones, cet ouvrage est une sorte d'ode au Steampunk. Ce "genre" autoproclamé par des amateurs de marketing m'a toujours fait penser à la grenouille qui tente de se faire aussi grosse qu'un bœuf. Malgré toute l'emphase des auteurs (et pourtant il y en a des tonnes), je reste convaincu que le Steampunk n'est juste qu'un vernis superficiel caractérisé par quelques signes distinctifs (le dirigeable, la vapeur, le cuivre...) que l'on "plaque" d'une façon opportuniste sur des genres existants (essentiellement l'uchronie et les super-héros). Du coup, j'ai du mal à m'enthousiasmer sur ce catalogue déjà vieux de plusieurs années qui encense un mouvement qui est d'une façon logique proche de la fin de son cycle commercial (comme le Cyberpunk avant lui ou les zombies).

français, 0 étoile

De plus, le discours des auteurs (on ne sait d'ailleurs pas trop qui a écrit quoi) vise beaucoup trop large et à force de nous servir des sous-sous-genres (Dieselpunk, Atompunk, Biopunk, Clockpunk, Néo-pulp et j'en passe sûrement) finit par juste donner une impression de remplissage, impression accentuée par un certain nombre de redites. Comme souvent, le côté "catalogue" prend l'ascendant sur une éventuelle réflexion sur le pourquoi de cette imagerie et de son succès (qui n'apparaît brièvement qu'à la toute fin de l'ouvrage) qui aurait sans doute été intéressante. L'absence de bibliographie, qu'elle soit primaire ou secondaire, est d'ailleurs révélatrice du fait que ce livre n'a visiblement pas été pensé comme un ouvrage de référence.

français, 0 étoile

Pour continuer à être méchant, il faut d'abord indiquer que mon exemplaire est d'une qualité de fabrication déplorable : massicoté à la hache et horriblement relié en carton par un club du troisième age tchèque. Tellement que je me suis même demandé si ce n'était pas un ARC. Ensuite, l'on y retrouve toutes les qualités habituelles des ouvrages de référence des Moutons : fautes d'orthographe, police de caractère maniérée (un sorte de virgule sur certains "t" et "p"), affirmations hâtives (John Clute présenté comme américain), chronologie à revoir (pour Priest, La machine à explorer l'espace est donnée comme antérieure à Le monde inverti), références obsolètes (le Barets, quand même !), illustrations massacrées (bouffées par le cadre vaguement art-déco, sauvagement rognées, tout cela sans doute pour des raisons de copyright) et non légendées, recherches insuffisantes (comme ignorer l'école rétrofuturiste des débuts de Métal Hurlant - Sire, Chaland, Benoît-), auto-publicité envahissante (la plupart des rares références citées concernent -Oh surprise !- d'autres ouvrages du même éditeur).

français, 0 étoile

Au final, il n'y a pas grand chose à sauver de ce livre sauf quelques illustrations ayant échappé au massacre, sous réserve de retrouver à quoi elles correspondent. Cette opinion doit vouloir dire que je ne suis pas dans la cible visée par cet éditeur.

français, 0 étoile

Note GHOR : 1 étoile (à réserver à ceux qui pensent que le Steampunk est la dernière chose à la mode)

26/11/2019

_Cthulhu !_

Cthulhu ! : Patrick MARCEL : 2017 : Les Moutons Electriques (série "La bibliothèque des miroirs") : ISBN-13 978-2-36183-332-9 (inconnu de l'ISFDB) : 230 pages (y compris bibliographie mais pas d'index) : coûte 19.00 € pour un tp format carré illustré en n&b + planches couleurs, disponible chez l'éditeur (), existe aussi en ebook.

Chtulhu !.jpg

Cet ouvrage semble être une sorte de reprise de Les nombreuses vies de Cthulhu avec un certain nombre de modifications dont l'étendue n'est pas précisée (comme je n'ai pas les deux ouvrages, je ne peux pas comparer mais il manque les nouvelles de la première version). L'ayant trouvé en bouquinerie, je l'ai pris sans trop me poser de questions quant au contenu, m'attendant à une sorte d'étude sur le mythe de Cthulhu. En fait, j'ai rapidement découvert que l'essentiel du livre (les 185 premières pages) est une métafiction qui postule l'existence réelle des éléments décrits par un certain nombre d'écrivains, Lovecraft au premier chef, et qui nous les décrit et les interroge comme s'ils étaient authentiques.

L'abomination de Dunwich (JL 1997-01).jpg

C'est donc en fait un livre de non-fiction fictif, un peu comme ces biographies de héros, ces ouvrages savants ou ces encyclopédies que l'on peut trouver sur Dune, Star Wars, Bob Morane ou La Terre du Milieu. C'est sans doute très intéressant pour les amateurs mais j'ai hélas passé l'âge d'être emballé par ces "histoires secrètes du monde". Du coup j'ai survolé l'ensemble et je me suis arrêté uniquement sur la courte partie biographique consacrée à HPL (une petite douzaine de pages très classiques avec les habituels conflits entre thuriféraires), la bibliographie d'HPL relative à Cthulhu (inexploitable) et les jolies photos couleurs des dernières pages. Un ouvrage décevant mais sans doute ne fais-je simplement pas partie du public visé.

français,0 étoile,lovecraft

Note GHOR : 0 étoile (juste pas ma came)