Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/02/2021

_Cyberpunk_

Cyberpunk : Histoire(s) d'un futur imminent : Stéphanie CHAPTAL & Jean ZEID & Sylvain Nawrocki : 2020 : Ynnis Editions : ISBN-13 978-2-37697-189-4 : 208 pages (y compris bibliographie "sélective" et index) : coûte 29.90 Euros pour un grand tp au format carré largement illustré en couleurs, disponible chez l'éditeur.

français,cyberpunk,2 étoiles

Ah, le Cyperpunk ! Comme le Steampunk, ce sous-genre éphémère a toujours eu la grosse cote auprès des amateurs francophones au point même que l'on a pu parfois penser que, pour certains, la SF n'a été à un moment donné constituée que de textes d'inspiration CP. Sans doute est-ce là l'expression de l'inconfort fondamental de la culture française vis-à-vis de ce pur produit US qu'est la Science Fiction.

français,cyberpunk,2 étoiles

C'est donc à une promenade dans cette sous-section de la SF que nous convient les trois auteurs (inconnus) de cet ouvrage qui joue clairement dans la catégorie des "beaux livres". Pour toucher un large public, la structure de l'ouvrage est parfaitement claire avec une division en sept parties de taille variable (la partie littérature étant la plus fournie, la partie musique la moins riche) : les origines du Cyberpunk (qui sont essentiellement littéraires), le CP à l'écrit (y compris en BD/mangas/Comics), le CP à la télévision, le CP au cinéma, le CP dans le jeu (surtout vidéo), le CP dans la musique et enfin une conclusion sur le futur du CP. Le tout est très richement illustré (mais pauvrement légendé) et propose un nombre significatif d'interviews de divers acteurs. Un index (trop léger pour être exploitable) et une bibliographie "sélective" (c'est à dire réduite à une petite dizaine de références) complètent l'ensemble.

français,cyberpunk,2 étoiles

Le résultat est sans doute conforme au cahier des charges que l'on peut supposer avoir été celui des auteurs : présenter le Cyberpunk dans ses multiples expressions et montrer visuellement sa présence indiscutable dans la culture geek actuelle. C'est parfaitement flashy, d'une mise en page sans doute branchée (la lisibilité est un autre problème), très largement illustré (mais comme d'habitude dans l'édition française sans aucun détail) et assez facile à lire. J'avoue que j'ai quand même eu un gros instant de doute dès les premières pages quand j'ai lu que Van Vogt écrivait de la Hard Science et que Flow My tears de PKD était la suite de Blade Runner. Heureusement, l'ensemble s'est ensuite révélé d'une facture beaucoup plus sérieuse avec des recherches un peu plus approfondies même si quelques membres du "club" CP ont été un peu laissés de côté (on pensera à Pat Cadigan ou à Wilhelmina Baird).

français,cyberpunk,2 étoiles

Conceptuellement, il y a deux problèmes avec les positions de cet ouvrage. Tout d'abord, et comme de nombreux interviewés le soulignent, le Cyberpunk est une branche de la SF qui est morte depuis longtemps en tant que mouvement autonome et structuré. Il est donc assez trompeur de vouloir en dresser une chronologie qui s'étend jusqu'en 2020. Comme d'autres mouvements/clubs/courants/sous-genres avant et après lui (de la New Wave à la climato-fiction en passant par le Steampunk ou les mouvements féministes), les spécificités de ce mouvement (ses thématiques, son "ton", ses techniques narratives voire même ses stéréotypes) ont fini par être intégrées dans le discours "général" de la SF et ne sont plus au mieux qu'un des "modes" du genre (et au pire une étiquette commerciale). Du coup, et face à un mouvement défunt, la tentation est parfois de coller systématiquement l'étiquette CP sur tout ce qui passe et qui comporte un ordinateur (ou des bas-fonds). C'est ce choix de "ratisser large" qui a été visiblement fait par les auteurs. Pour eux, un texte CP doit : 1) être situé dans le futur, 2) contenir des ordinateurs et/ou des robots et 3) explorer la thématique d'un monde inégalitaire (souvent suivant l'axe Riches vs. Pauvres). Ces critères particulièrement généraux expliquent comment une large partie de la SF se trouve rattachée au CP par les auteurs. C'est aussi la raison pour laquelle on peut trouver dans cet ouvrage des essais aussi incongrus que ceux sur John Scalzi, Red Dwarf ou Une créature de rêve qui sont respectivement présentés comme un auteur CP, une série télévisée "d'inspiration" CP et un film CP. Au final un ensemble plutôt intéressant et pas mal exécuté (même si un peu fouillis) mais qui donne parfois l'impression dans son désir d'annexer la majorité du genre que la grenouille Cyberpunk a voulu se faire aussi grosse que le bœuf Science Fiction.

français,cyberpunk,2 étoiles

Note GHOR : 2 étoiles

15/01/2021

_La science fiction_

La science fiction : Xavier DOLLO & Djibril MORISSETTE-PHAN : 11-2020 : Critic / Les Humanoïdes Associés (série "Histoire de... En bande dessinée") : ISBN-13 978-2-7316-7600-6 (inconnu de l'ISFDB, la fiche Noosfère du titre) : 216 pages (pas d'index ni de bibliographie) : semble coûter 22 Euros pour un hc sans jaquette (au format d'un petit A4) bien évidemment illustré en couleurs, disponible partout.

La science fiction (Dollo).jpg

Cet ouvrage est un projet d'une grande originalité qui, à ma connaissance, n'a jamais été tenté sur une telle longueur (on se souviendra principalement de quelques planches de Gotlib). Il s'agit donc d'une histoire de la science-fiction (même si l'on y croise des acteurs ayant oeuvré dans d'autres genres) racontée par le Français Xavier Dollo (Thomas Geha) sous la forme d'une bande dessinée illustrée par le Canadien Morissette-Phan. On notera que le livre se consacre essentiellement à SF écrite (le cinéma, la BD font l'objet de seulement quelques annexes) et ce dans le monde entier.

La littérature française d'imagination scientifique.jpg

Le livre est organisé d'une façon peu évidente (sans doute à cause du principe même de la bande dessinée) en douze "chapitres" de taille très variable (le plus long étant celui consacré à l'âge d'or de la SF américaine) au milieu desquels sont insérés des sortes d'annexes ou de notes (du type "Cinq incontournables du space opera" ou "Portrait de Frank Herbert" ou "Six romans pour découvrir (ou redécouvrir !) le merveilleux scientifique" qui bizarrement liste cinq ouvrages de référence -dont l'exécrable Bridenne- et un seul omnibus) qui partagent parfois l'espace des pages avec le récit principal. Celui-ci suit tout d'abord une progression chronologique puis bascule d'une façon classique sur une division plutôt géographique afin de suivre l'évolution des diverses SF "nationales" (américaine, britannique, française et "reste du monde"). L'ouvrage propose une préface de Bordage, mais pas de bibliographie (à part quelques lignes en page 4) ni d'index.

Astounding (Dey 2018).jpg

J'ai beaucoup de mal à affiner ma réaction face à ce livre qui pourtant est "Recommandé par ActuSF" (c'est ce que dit le sticker sur la couverture) comme si c'était un gage de qualité (sic). A l'évidence, il faut saluer l'audace du concept et la qualité de la réalisation sachant que je ne suis pas en capacité de me prononcer sur le style graphique (même si j'avoue avoir eu du mal à reconnaître certains auteurs et tiqué sur la guillotine anachronique de la page 8) qui m'a paru parfaitement servir le texte de Dollo. En ce qui concerne celui-ci, qui est pour moi le coeur du livre, je n'ai en fait pas grand chose à dire. Il n'y a pas d'erreurs manifestes (même si j'ai bloqué sur les multiples Wolheim), tous les grands auteurs sont cités, l'histoire racontée colle à celle d'une certaine école d'une façon hyper classique (ici, comme chez Aldiss, la SF est enfantée par Mary Shelley), on a bien le chapitre obligatoire sur la SF féminine (ici exclusivement sous l'angle US) dans lequel est enchâssé le couplet -obligatoire aussi- sur les minorités qui nous épargne les leçons de morale de Jeannette Ng au profit de celles de Rebecca Kuang, les conseils et pistes de lectures sont présents (même si un esprit soupçonneux pourrait trouver le nombre de titres publiés par Rivière Blanche qui sont mentionnés extraordinairement élevé) et le tout témoigne d'une recherche certaine.

Building new worlds 1946-1959.jpg

En y réfléchissant, il y a deux aspects de l'ouvrage qui m'ont gêné. Le premier est le fait que, au bout des 216 pages du livre, je n'ai strictement rien appris de nouveau. J'ai souvent eu l'impression de lire une sorte d'article Wikipédia sur la SF avec à peu près le même dosage d'anecdotes (ou de trivia) et de généralités empruntées à des sources fiables. Tout cela donne l'impression d'être simplement du réchauffé superficiel et, pour qui veut s'en donner la peine, serait d'une façon profitable remplacé par des choses autrement roboratives. Si vous voulez connaître l'histoire de l'âge d'or d'Astounding, lisez Nevala-Lee (comme l'a visiblement fait Dollo), si vous voulez connaître l'aventure de New Worlds, lisez Boston & Broderick, Ashley ou directement Moorcock lui-même; si le merveilleux scientifique vous passionne, il existe pas mal de titres récents sur le sujet. Ce côté Wikipedia est d'ailleurs aussi frappant dans la quasi-transparence de l'auteur dont le lecteur est bien en peine de deviner quelles sont les positions personnelles. Mon second souci est lié à la tendance uchroniste (pour ne pas dire révisionniste) que manifeste cet ouvrage au sujet de la SF française de l'entre deux guerres. Comme le font d'autres titres récents, Dollo se complait dans le récit d'une sorte d'uchronie située dans un monde où la SF a émergé en France en même temps (mais en mieux) qu'elle l'a fait aux USA. Avec toujours la même poignée d'auteurs (Renard, Rosny, Spitz...), le même magazine (Sciences et Voyages) et la même collection aux trois volumes dont un américain (Les Hypermondes de Messac), il nous refait le coup du presque avènement de la SF en France. Désolé, mais la SF est non seulement née aux USA en 1926 mais elle est restée au moins jusqu'au années 50 un pur produit américain. Dommage pour notre égo littéraire mais les scénarios imaginaires possibles que l'on peut bâtir et développer à longueur de pages n'effaceront pas cette réalité : la SF n'existait pas en France en tant que genre autonome et structuré avant 1955.

Michael Moorcock Death is no obstacle.jpg

Au final, on est là face à un ouvrage bien fait, relativement classique et mesuré dans son approche historique et qui propose une forme narrative particulièrement originale et réussie. C'est juste que je me suis profondément ennuyé à sa lecture tellement tout m'y était connu et prévisible. Toujours les mêmes jalons (Verne & Wells, PKD, la New Wave), les mêmes exemples rabâchés (Weinbaum le Stendhal de la SF fauché au seuil d'une carrière glorieuse, RAH forçant le marché des slicks) et les mêmes anecdotes lues des milliers de fois : Hugo Gernsback et sa pingrerie, la librairie La Balance, Campbell Hubbard Van Vogt et la scientologie, clichés faciles dont certains nécessiteraient des pages et des pages d'analyse. Après m'être fadé en plus de quarante ans un bon gros millier de livres sur la SF, c'est juste un ouvrage qui n'est pas pour moi, j'ai plus intéressant et plus "creusé" à lire.

français,2 étoiles

Note GHOR : 2 étoiles (pour le concept)

25/02/2020

_Présence de la Tradition Primordiale _

Présence de la Tradition Primordiale : Paul-Georges SANSONETTI : 2019 : L’œil du Sphinx (série "Les cahiers d’Irem" #6) : ISBN-13 978-2-38014-012-5 (inconnu sur les sites de référence) : 250 pages (y compris bibliographie mais pas d’index) : coûte 19 € un tp légèrement illustré en n&b, disponible chez l’éditeur.

Présence de la tradition primordiale.jpg

On tombe de temps en temps sur des ouvrages complètement barrés, celui-ci en est un exemple. A base de gématrie, de théories raciales nauséabondes et de raisonnements fumeux, l’auteur montre que Poe, Lovecraft, Kubrick ou Tolkien s’inscrivent (consciemment ou pas) dans la Tradition Primordiale (un système mystique à base d’Hyperborée et autres trucs nordiques). C’est du genre : Gandalf vaut 112 (dans une table de gématrie précise et un alphabet runique précis) or 112 c’est 111 + 1 c’est-à-dire le nombre du pôle (111) + la rune propre à Gandalf (le f en fin de son nom qui vaut 1) qui dissimule le tout, ce personnage (je cite) est donc le gardien et le transmetteur de ce qui vient du commencement. Dont acte.

Histoires extraordinaires (LDP 1977-2T).jpg

J’avoue qu’à la deux-centième page de ce genre de "démonstration" j’étais content que l'ouvrage se termine. Un livre grave.

2001 L'odyssée de l'espace (FL 1976-03).jpg

Note GHOR : 0 étoile

12/02/2020

_La science-fiction pour les nuls_

La science-fiction pour les nuls : Jean-Louis FETJAINE : 2019 : First Editions (série « Pour les nuls ») :  ISBN-13 978-2-412-04470-4 (inconnu de l’ISFDB, la fiche noosfère du titre) : xv+563 pages (y compris index mais sans bibliographie) : coûte 22,95 € pour un grand tp au format carré non illustré, disponible dans toutes les bonnes librairies.

La science-fiction pour les nuls.jpg

Faisant partie de la vaste série de livre « pour les nuls » (qui comprend d’ailleurs aussi un tome sur la fantasy par le même auteur), ce livre est une spécificité francophone puisqu’il ne semble pas exister d’équivalent anglo-saxon. Il est écrit par Jean-Louis Fetjaine, un auteur plutôt orienté fantasy. Le propos du livre est clairement énoncé dans la copieuse introduction, il ne s’agit pas d’une encyclopédie du genre (car considéré comme trop vaste) mais d’une histoire de celui-ci au travers de ses sous-genres (une approche qui revient souvent dans le livre) en donnant une place prépondérante à l’écrit même si les autres médias sont de plus en plus abordés au fil de la chronologie.

La fantasy pour les nuls.jpg

Outre la présentation standard propre à cette collection, le livre est donc structuré en deux subdivisions, la première (et largement la plus longue soit 480 pages) est bâtie dans l’ordre chronologique en quatre parties (les origines, la proto-SF, l’âge d’or, la New Wave et après) composées de treize chapitres. On trouve ensuite ce qui semble être une spécificité de cette collection, à savoir plusieurs listes commentées de dix items (héros, martiens, méchants…). On trouve ensuite deux index distincts (général et œuvres) mais pas de bibliographie. On notera un certain nombre d’encarts au fil du texte et l’utilisation de symboles pour attirer l’attention sur des certains points.

Cemetery world (DAW 1983-05).jpg

Les lecteurs de ce blog sont habitués à mon côté « chipoteur » et je dois avouer que cet ouvrage m’a parfois passablement énervé malgré un abord sympathique et une lecture plutôt fluide malgré les contraintes du format qui semble privilégier l’information donnée en petites bouchées facilement digérables. Comme j’ai souvent bondi sur mes post-its pour noter des choses, je vais simplement lister une partie (je n’ai pas tout relevé ni vérifié) de ce qui m’a arrêté net dans ma lecture :

- Commençons page 79, où l’auteur évoque la vogue de la science-fiction guerrière (à la suite de Wells) et nous explique que l’affrontement avec les extraterrestres est une des caractéristiques de 4 auteurs nommément cités : Robert Heinlein (pourquoi pas), Arthur C. Clarke (ah ?), Isaac Asimov (qui pourtant n’utilisait pas d’Ets) et Clifford Simak (le top). Nous n’avons pas dû lire les mêmes auteurs.

- Autre aspect différent, on trouve page 104-105 un historique très (trop pour être honnête) détaillé de la revue Tales of Wonder. Après quelques recherches, le texte de Fetjaine est une paraphrase de l’entrée Wikipédia en anglais correspondante; qui est elle-même une simple recopie des travaux de Tymn et Ashley (dans cet excellent ouvrage). Dommage et trop facile.

- On trouve aussi des affirmations complètement fausses, comme en page 148 où l’on apprend que HPL n’a jamais quitté Providence, une idiotie que la lecture d’une des nombreuses biographies de Lovecraft (au hasard celle-là) aurait évité d’écrire. Plus pas mal de trucs bizarres : Anticipation n’accueillant que quelques auteurs français, le premier homme dans l’espace (Gagarine) en 1969, Wang de Bordage comme une uchronie, 11 tomes pour la série Gardiens du temps de Poul Anderson (peut-être Time Patrol ?).

- Il y a aussi un certain nombre de coquilles (Lewis Padget, Franck Herbert, John Windham, Brian Stapleford…) qui risquent de poser des problèmes à des néophytes; une stratégie d’utilisation des titres français à géométrie variable (Fetjaine réussit parfois à trouver le titre de la VF, mais d'autre fois il n’y arrive visiblement pas comme pour The Deep Range de Clarke rendu littéralement comme Les hauts fonds). On peut aussi mentionner un index des œuvres complètement fantaisiste (Pavane, pas le moindre des livres et pourtant cité au moins deux fois, n’y apparaît simplement pas) ou juste faux (Wang est traité page 477 et pas page 476).

Les prairies bleues (PC 1985).jpg

Finalement, il est vrai que relever les lacunes d’un ouvrage qui s’intitule fièrement …pour les nuls est sans doute un peu comme tirer sur une ambulance mais, même si je ne suis sans doute pas dans le public visé des néophytes, cela me hérisse toujours le poil de me trouver face à un travail bâclé qui ne peut que desservir le genre. Je vois bien un lecteur qui apprécie la SF guerrière acheter un livre de Simak sur les conseils de Fetjaine. Bien évidemment, tout n’est pas à jeter dans cet ouvrage qui peut présenter d’une façon accessible le vaste éventail du genre à des primo-entrants, mais l’amateur un tant soit peu chevronné devra sans doute faire le tri dans toutes les affirmations et informations de Fetjaine.

Wang (L'Atalante 2003-01).jpg

Note GHOR : à voir suivant votre niveau es-SF, en ce qui me concerne 1 étoile

10/02/2020

_Comment parler à un alien ?_

Comment parler à un alien ? : Langage et linguistique dans la science-fiction : Frédéric LANDRAGIN : 2018 : Le Bélial' (série "Parallaxe") : ISBN-13 978-2-84344-943-7 (la fiche ISFDB du titre) : 263 pages (y compris index et bibliographie) : coûte 14,90 € pour un petit tp non illustré avec couverture à rabats, disponible chez l'éditeur (), existe aussi en ebook.

français,2 étoiles

Cet ouvrage, le premier de la collection Parallaxe que j'ai lu, me fait furieusement penser aux titres de la série "Science & Fiction" de chez Springer (voir les livres de Broderick ou de Nahin évoqués ici même, sachant qu'il en existe d'autres dans la collection). Dans tous les cas, il s'agit donc de mélanges de vulgarisation scientifique et d'ouvrages sur le genre qui mettent en parallèle les avancées dans un domaine et les textes de SF qui ont abordé le même sujet de façon plus ou moins réussie ou plus ou moins compétente.

français,2 étoiles

Le champ d'étude choisi par Landragin est logiquement la linguistique (il est directeur de recherche au CNRS). Partant de la question rhétorique (pour l'instant) de "Comment parler à un alien ?", il nous présente donc en 5 chapitres conséquents (dont deux ne sont pas inédits) soit l'état de l'art dans sa spécialité, soit l'évocation des traitements science-fictifs des grandes théories linguistiques les plus connues (thèse de Sapir-Whorf, hypothèse de Chomsky). Après une partie conclusive, une (relativement courte) bibliographie (non-fiction et fiction) et un index clôturent l'ouvrage.

français,2 étoiles

L'ouvrage n'est pas très épais et se lit d'une traite, porté par le talent de vulgarisateur de l'auteur en ce qui concerne la partie scientifique. On apprend donc plein de trucs intéressants sur le langage et son étude. Pour la partie strictement SF, on pourra regretter que la quasi-totalité du propos ne repose essentiellement que sur 4 oeuvres (L'enchâssement de Watson, Les langages de Pao de Vance, Babel 17 de Delany et le couple nouvelle/film formé par L'histoire de ta vie de Chiang et Premier contact de Villeneuve). Ce petit nombre de titres composant pour Landragin ce qu'il appelle la Linguistic-Fiction a tendance à limiter son étude et à donner l'impression de tourner en rond (particulièrement vu le nombre très important de références faites au couple Chiang/Villeneuve).

français,2 étoiles

Du coup, on peut avoir le sentiment d'un certain manque de profondeur, surtout quand on compare ce livre à l'ouvrage de Meyers (évoqué ici) qui bénéficie d'un corpus étudié nettement plus vaste (mais parfois non traduit ici). On pourra aussi regretter que l'imbrication du double discours (vulgarisation et réflexion sur la SF) ne soit parfois pas très harmonieuse avec de longs pans d'exposition historico-scientifique (par exemple sur l'Espéranto ou le Volapük) qui forment des blocs clairement séparés du reste du livre (comme le chapitre 2). On se demande parfois à quel type d'ouvrage on a affaire : hors-série de Pour La Science ou numéro de Foundation.

français,2 étoiles

Note GHOR : 2 étoiles