Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/11/2018

_Clés pour Le Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien_

Clés pour Le Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien : Catherine BOUTTIER-COUQUEBERG : 2002 : Presses Pocket (série "Classiques" #6259) : ISBN-10 2-266-12484-6 : 254 pages (y compris index et bibliographies) : coûtait quelques Euros pour un poche comportant quelques illustrations (cartes et dessins).

Tolkien,1 étoile

Surfant sur la mode Tolkien/SdA particulièrement intense à l'époque de sa parution (on est à ce moment en plein dans la sortie des films de Peter Jackson), ce livre sert visiblement plusieurs buts. Premièrement, il représente une façon pratique d'éviter de lire les (interminables) 2000 pages du SdA en VF en se contentant de n'en lire que 150. C'est le rôle de la première partie (Balises) qui vous résume tout d'abord l'intrigue en une vingtaine de pages et ensuite vous explique tout ce qu'il y a à savoir sur le monde crée par Tolkien (par exemple pour savoir qui sont les Haradrims et quelles sont leurs caractéristiques, il faut aller voir page 118) avec force tableaux et autres chronogrammes.

Tolkien,1 étoile

La seconde partie (Boussoles) vous permettra grâce à sa cinquantaine de pages de rédiger sans peine un devoir soit sur Tolkien (le premier chapitre) soit sur les spécificités du SdA (le deuxième chapitre). Pour ceux qui n'en auraient pas assez, on trouve ensuite diverses pistes pour aller plus loin (adaptations, illustrations, sites, films...). Un index bizarement construit clôture un ensemble qui ne propose qu'une bibliographie limitée (gênant pour aller plus loin...).

Tolkien,1 étoile

Le lecteur un peu perspicace aura compris que je ne vois pas vraiment l'utilité d'un tel ouvrage qui se révèle être assez allégé en réflexion (le racisme sous-jacent de JRRT est par exemple évacué en quelques lignes). Par contre, si vous avez un exposé ou une dissertation à rendre pour demain, ce livre est fait pour vous.

Tolkien,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile (pour la copie double)

07/11/2018

_Starclimber_

Starclimber : The Literary Adventures and Autobiography of Raymond Z. Gallun : Raymond Z. GALLUN & Jeffrey M. ELLIOT : 1991 (pour la première édition) : Borgo Press /Wildside Press (série "Borgo Bioviews" #1) : ISBN-10 0-89370-448-2 (la fiche ISFDB du titre) : 168 pages (y compris index et bibliographies) : coûtait une grosse dizaine d'USD pour un tp non illustré de quelques photos en n&b qui existe aussi en hc (-348-6). Mon ouvrage (marqué "second printing") est probablement une réédition ultérieure sans doute assez récente et visiblement produite en POD.

gallun,anglais,2 étoiles


Publié par le "consortium" Biorgo/Wildside dans une collection comportant une dizaine de titres (pas tous relatifs au genre), cet ouvrage est donc l'autobiographie de Raymond Z. Gallun. Celui-ci est un pur auteur de SF de la période des pulps puisque son premier texte a été publié en 1929 dans Air Wonder Stories et que sa carrière s'est pratiquement arrêtée au milieu des années 50 malgré quelques tentatives de retour dans les années 80. Né en 1911 et décédé en 1994, Gallun est surtout connu pour sa série de nouvelles sur "Old Faithful", un des premiers traitements sympathiques du thème des extraterrestres. De nos jours, il n'est guère connu que par les historiens du genre du fait de l'extrême difficulté d'accéder à ses textes rarement réédités (sauf deux ou trois nouvelles) ou uniquement parus dans d'antiques (et rares) pulps qui s'autodétruisent aisément.

gallun,anglais,2 étoiles

Pratiquement, l'ouvrage suit le canevas chronologique standard des autobiographies même si ses premières et dernières années sont vite expédiées. Gallun entrelace le récit de sa vie fort aventureuse (comme pas mal d'Américains, il a parcouru le globe en tous sens) avec l'évocation de ses productions littéraires. Ce qui fait que si certains chapitres sont plus consacrés à sa vie, d'autres le sont plus à ses écrits et certains sont même des sortes d'envolées philosophiques. Illustré de quelques photos personnelles, l'ouvrage comporte une bibliographie assez sommaire (uniquement titre et date) ainsi qu'un index.

gallun,anglais,2 étoiles

Cette autobiographie (la participation précise d'Elliot à ce livre étant peu claire) se révèle être plutôt une bonne surprise. Elle évite en effet le côté "travelogue" fréquent dans ce type d'ouvrage (comme celui de Jack Vance au résultat médiocre) et nous fait un peu partager le quotidien d'un écrivain de SF aux premiers temps du genre. Ses réflexions sur ses textes sont plutôt intéressantes même si elles sont parfois présentées sous forme un peu indigeste de liste en fin de certains chapitres. La narration de Gallun est fluide et l'ensemble se parcourt aisément. On pourra juste regretter certaines digressions vaguement philosophiques. L'ensemble forme un témoignage de première main sur une profession et une époque aujourd'hui révolue. A ce titre, c'est un document à lire.

gallun,anglais,2 étoiles

Note GHOR : 2 étoiles

05/11/2018

_Adam Roberts : Critical Essays_

Adam Roberts : Critical Essays : Christos CALLOW Jr. & Anna MCFARLANE : 2016 : Gylphi (série "Contemporary Writers: Critical Essays" #4) : ISBN-13 978-1-78024-042-8 (la fiche ISFDB du titre) : 237 pages (y compris index) : coûtait 17.99 GBP (ou 29.99 USD) pour un tp non illustré qui existe aussi en e-book sans doute disponible chez l'éditeur.

Roberts,anglais,2 étoiles

Publié par Gylphi, un éditeur britannique qui possède dans son catalogue une petite sélection d'ouvrages liés au genre (on pensera à celui-là par exemple), cet ouvrage est un recueil d'essais originaux consacrés à Adam Roberts. Cet auteur britannique est un peu un mystère au sein du genre. En effet, il est à la fois un auteur de romans plutôt ambitieux dont l'originalité est d'être en dialogue permanent avec les genres (SF mais aussi Fantasy ou Policier), un universitaire pur et dur qui a écrit un certain nombre d'ouvrages de référence dans lesquels il exprime des opinions tranchées (particulièrement dans cette hsitoire de la SF), un critique à la plume parfois acérée (ce recueil en étant la preuve) mais aussi un écrivain de parodies opportunistes (The Soddit, The Da Vinci Cod) sur lesquelles il vaut mieux fermer les yeux.

Roberts,anglais,2 étoiles

Commençant par une introduction embarrassée (ou pas) de Roberts, l'ouvrage comporte une dizaine d'essais de taille variable sous la plume d'intervenants britanniques (souvent membres de la BSFA). Après un chapitre vaguement biographique, ils sont organisés en quatre parties aux titres qui donnent l'impression d'avoir été générés aléatoirement. On y trouve un peu de tout, des études sur un seul roman (By Light Alone, Yellow Blue Tibia ou Jack Glass), sur les personnages Robertsiens, sur les inspirations de l'auteur et sur son dialogue avec les genres. On trouve aussi certaines choses inclassables qu'un esprit chagrin qualifierait de "blagues potaches" ou de "foutaises post-modernistes". Un index clôture cet ouvrage qui ne propose d'ailleurs pas de bibliographie.

Roberts,anglais,2 étoiles

La plupart des essais sont de bonne tenue, surtout ceux écrits par des connaisseurs du genre (Mendlesohn, Butler, Raven, Morgan...). D'une façon générale, ceux qui sont consacrés à un thème plutôt qu'à un seul roman (les nouvelles de Roberts font partie des grandes absentes de cet ouvrage, ce qui est un peu dommage même si elles sont peu nombreuses) permettent d'avoir une meilleure perspective et sont (à mon avis) plus les intéressants. On pourra regretter que certains romans (dont le très Banksien Stone) ne soient presque pas abordés. Un guide de lecture complet aurait sans doute été un plus indéniable (après tout, il n'y a pas tant de livres de Roberts que cela) et aurait sans doute facilité l'accès à cet écrivain.

Roberts,anglais,2 étoiles

Il reste quand même une minorité de textes (ceux de la dernière partie) qui sont sans doute des brillantes constructions ludiques et post-modernistes mais dont l'intérêt m'échappe complètement. On peut penser que les auteurs ont voulu "faire" du Roberts plutôt que d'écrire sur lui. On pourra aussi trouver regrettable que les positions de Roberts sur la SF, largement exprimées dans divers ouvrages, ne fassent pas l'objet d'une analyse ou d'une discussion critique. Au final, c'est un ouvrage qui ressemble assez à son sujet, souvent brillant et captivant mais aussi parfois assez énervant. C'est en tout cas une bonne base pour appréhender un auteur aux multiples facettes et plutôt prolixe mais qui devra sans doute freiner son attrait pour les jeux référentiels s'il ne veut pas risquer de s'aliéner une partie de ses lecteurs.

Roberts,anglais,2 étoiles

Note GHOR : 2 étoiles

05/10/2018

_The Space Odysseys of Arthur C. Clarke_

The Space Odysseys of Arthur C. Clarke : George Edgar SLUSSER : 2006 (mai 2010 pour mon exemplaire, mais la première édition chez Borgo date de 1978) : Wildside Press : ISBN-10 0-893-70212-9 (la fiche ISFDB du titre) : 64 pages (pas d'index ni de bibliographie) : coûte 14.95 USD pour un tp non illustré disponible chez Wildside Press sous forme de POD.

The space oysseys of A C Clarke.jpg

Au risque d'être plutôt lapidaire, cet ouvrage est plutôt un long article publié isolément (un peu comme une novella) qu'un véritable ouvrage sur Clarke (il en existe d'ailleurs un certain nombre, le dernier étant celui de Westfahl). Dans ce long article, Slusser développe donc la théorie que toutes les oeuvres de Clarke sont basées sur le canevas de L'Odyssée (celle d'Homère ou ses variations par les poètes britanniques) et se finissent toujours par un retour soit physiquement sur la planète Terre, soit métaphoriquement vers des valeurs "victoriennes". Le livre est divisé en deux parties, la première exposant cette théorie et la seconde la mettant à l'épreuve de six romans tirés au hasard (sic). A noter l'absence (hélas habituelle pour cette collection) d'index ou de bibliographie.

clarke,anglais,1 étoile

J'avoue ne pas avoir apprécié du tout cet ouvrage. Tout d'abord, le discours de Slusser m'a semblé brouillon (il est de plus desservi par une mise en page particulièrement monolithique) et la démonstration elle-même de la récurrence de la structure de L'Odyssée dans les oeuvres de Clarke (c'est à dire toute la deuxième partie) n'est absolument pas convaincante. Malgré des observations pertinentes (les différences entre SF US et SF GB) et même si certains points soulignés par Slusser mériteraient sans doute d'être approfondis (par exemple les valeurs de Clarke comme aristocratiques), l'ensemble est mal exécuté et trop léger pour emporter mon adhésion. J'ajoute que, mon appréciation négative de l'ouvrage peut aussi être due au fait que cela fait des décennies que je n'ai pas (re)lu un texte de Clarke.

clarke,anglais,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile (et encore)

20/09/2018

_The Science Fiction of Iain M. Banks_

The Science Fiction of Iain M. Banks : Nick HUBBLE & Esther McCALLUM-STEWART & Joseph NORMAN (editors) : 2018 : Gylphi (série "SF Story Worlds") : ISBN-13 978-1-78024-054-1 (la fiche ISFDB du titre) : xx+261 pages (y compris index) : coûte 18.99 GBP pour un tp non illustré, disponible chez l'éditeur ().

anglais,banks,1 étoile

Paru chez Gylphi, un éditeur relativement nouveau dans le domaine des ouvrages de référence sur la SF qui propose une petite série de titres (qui sont listés ici), ce livre est consacré à Iain M. Banks (avec le "M" parce qu'il s'agit du Banks auteur de SF en non de celui de littérature générale). La mort de Banks en 2013 a hélas interrompu une riche carrière dans le genre. Sa série de la Culture qui décrit une société galactique utopique a de nombreux fidèles et a généré un grand nombre d'études tant elle fascine. Elle est d'ailleurs d'une façon logique souvent au cœur des divers ouvrages sur Banks qui existent (on pensera à Kincaid sur l'auteur en général) ou en est le seul sujet (comme chez Caroti).

anglais,banks,1 étoile

L'ouvrage se présente sous la forme d'un recueil d'une dizaine d'essais (inédits sous cette forme. deux d'entre eux ayant été publiés dans Foundation dans des versions antérieures) d'une vingtaine de pages chacun. Après une chronologie de la carrière de Banks qui bizarrement précède l'introduction, le livre est divisé en quatre parties  1) "Iain M. Banks", plutôt biographique avec un texte de son ami Ken MacLeod et une interview de Banks, 2) "Questions of Genre" reliant son oeuvre avec d'autres genres (le conte de fée), d'autres arts (la musique) ou d'autres auteurs (John Fowles et particulièrement son roman The Magus), 3) "Banks and the playing of games" sur les jeux présents chez l'auteur et la tentative de (re)créer celui d'Azad, 4) "Death and other limit points" sur des thèmes précis (le cannibalisme par exemple). Il n'y a pas de conclusion ni de bibliographie à la fin de l'ouvrage mais seulement un index.

anglais,banks,1 étoile

Mon impression au sujet de cet ouvrage est assez mitigée. La première partie est assez peu originale (on a déjà lu MacLeod sur Banks dans d'autres supports) ou pas franchement intéressante (l'interview m'a laissé froid). La seconde partie est un peu meilleure même si la nième réflexion sur l'utopianisme de la Culture et ses parallèles (ou pas) avec notre société n'apporte pas grand chose d'original et finit toujours par les mêmes conclusions. La troisième partie est clairement hors sujet pour une livre qui s'appelle (je le rappelle) The Science Fiction of Iain M. Banks puisqu'elle traite presque uniquement de la théorie du jeu (pas la théorie des jeux) et de la reconstitution du jeu d'Azad lors de Loncon 3 (la convention mondiale de Londres en 2015). Comme j'y étais et que j'ai assisté un peu à la partie, j'ai pu trouver un vague intérêt à la loooongue règle du jeu mas je ne suis pas sûr qu'un lecteur lambda aura le même avis.

anglais,banks,1 étoile

La dernière partie est à mon avis la plus intéressante (sûrement parce qu'elle accorde une certaine importance à Excession, roman que je tiens pour le meilleur de son auteur) mais présente malgré tout une certaine tendance à parler d'abord du sujet de prédilection de l'auteur de l'essai (par exemple le cannibalisme ou l'évolution de la notion de Sublime) sur une certaine longueur avant de finalement commencer à évoquer les oeuvres de Banks (c'est d'ailleurs aussi le cas de certains essais des parties précédentes), un travers familier à certains recueils d'essais dont la ligne directrice est soit peu claire soit peu "obligatoire". Au final un ouvrage plutôt décevant (par rapport à celui de Kincaid par exemple) voire même un peu trompeur en ce sens qu'une bonne partie du livre n'est pas vraiment à propos de "la science fiction de Iain M. Banks" (ni même à propos de Banks lui-même). On regrettera aussi l'absence d'une partie bibliographique (primaire ou secondaire) qui aurait pu aider le lecteur à approfondir le sujet.

anglais,banks,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile