Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/12/2016

Au revoir...

Un dernier post sur ce blog qui va s'arrêter faute d'audience mesurable et qui a été remplacé dans mon temps libre par d'autres projets relatifs à la SF (participation accrue à l'ISFDB et explosion de ma collection).

Close Encounters of the Invasive Kind: Imperial History in Selected British Novels of Alien-Encounter Science-Fiction After World War II (ici) : une bonne surprise sur le thème de l'invasion via une dizaine de romans britanniques, assez finement observé.

L'art de la science-fiction (ici) : un pillage organisé du fond pictural de la SF, un discours qui survole.

Les robots (ici) : inégal, Valéry OK, Atallah KO.

De H. P. Lovecraft à J. R. R. Tolkien (ici) : deux bons (mais courts) articles mis ensemble ne font pas forcément un bon livre.

Le post-apocalyptique (ici) : un court survol, difficile de résumer un tel sujet en 90 pages (dont 50 d'illustrations).

Hard Reading: Learning from Science Fiction (ici) : déjà lu dans divers supports, intéressant par moments.

La littérature française d'imagination scientifique (ici) : tellement obséquieux vis-à-vis de la culture dominante de l'époque qu'il en devient simplement puant.

Fictional Space: Essays on Contemporary Science Fiction (ici) : un ensemble solide.

Gregory Benford (ici) : Slusser aime BEAUCOUP Benford et cela se voit un peu trop.

The Generation Starship in Science Fiction: A Critical History, 1934-2001 (ici) : un thème pointu et une lecture agréable.

Science Fiction Rebels: The Story of the Science-Fiction Magazines from 1981 to 1990 (ici) : dommage que le sujet soit moins intéressant que les opus précédents (moins de matière car moins de magazines). L'inclusion des semi-prozines et du domaine non anglophone fait trop délayage.

 

Voilà, c'en est fini pour ce projet, j'espère avoir pu apporter un peu à quelques uns. A bientôt en d'autres lieux.

02/09/2016

_Alliage 60 : Science-fiction_

Alliage 60 : Science-fiction : Roselyne CHAUMONT (directrice de la rédaction) : 2007 : Association ANAIS : pas d'ISBN, ISSN 1144-5645 (la fiche ISFDB du titre) : 197 pages : coûtait 18€ pour une revue format digest illustrée en couleur et n&b.

français,1 étoile

Cet ouvrage est le numéro "Science-fiction" de la revue Alliage. Cette revue "savante" (d'après leurs biographies les auteurs sont en général des professeurs de philosophie dans l'enseignement supérieur) dont la devise semble être "Culture - Science- Technique" est un de ces périodiques comme il en existe pas mal, émanation d'une structure associative généralement adossée à un établissement public (ici l'IUFM de Nice) qui publie un certain nombre de numéros thématiques (on pensera par exemple à la revue de la BNF). celui-ci est donc consacré à la science-fiction, une idée qui germe régulièrement dans les comités de rédaction avec le plus souvent des résultats assez navrants (comme celui cité plus haut et cet autre exemple gratiné).

français,1 étoile

On est ici dans le cas de figure classique à savoir que les essais présentés se divisent en trois catégories : 1) je connais la SF et je suis capable d'en parler de façon structurée et étayée même si mon sujet est un peu "bateau" (Lagoguey sur PKD, le cyborg comme noir dans la SF, les robots d'Asimov); 2) je n'y connais pas grand chose (j'ai quand même vu Star Wars et les films de PKD) mais je veux bien essayer de me souvenir de tel ouvrage de référence que j'ai lu et le paraphraser (ici c'est Jameson qui sert d’inspirateur et qui est d'ailleurs présent au sommaire avec un extrait de Archeologies of the Future); et 3) je n'y connais rien à la SF mais par contre je connais bien Deleuze, Derrida, Duchamp, Ricoeur (insérez ici votre sujet de thèse), mais en mettant science-fiction dans le titre et des couvertures de livres de SF comme illustrations, cela devrait pouvoir passer.

français,1 étoile

Malgré tout, il faut bien avouer que le résultat n'est pas aussi mauvais que l'on pouvait s'y attendre (même si certains essais sont complètement hors-sujet et même franchement illisibles). Il est juste dommage que la science-fiction semble être considérée comme un genre sans doute si simple que n'importe quel doctorant peut écrire à son sujet. Les résultats montrent que ce n'est hélas pas généralement le cas et qu'il est rare qu'un néophyte es-SF arrive à se sortir honorablement de l'exercice autrement qu'en changeant de sujet.

français,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile

05/08/2016

_Frederik Pohl_

Frederik Pohl : Michael R. PAGE : 2015 : University of Illinois Press (série "Modern masters of science fiction") : ISBN-13 978-0-252-08115-6 (la fiche ISFDB du titre) : xii+246 pages (y compris bibliographie et index) : coûte 24 USD pour un tp non illustré, disponible chez l'éditeur (), existe aussi en hc (03965-2) et en ebook.

anglais,Pohl,2 étoiles

Cet ouvrage fait partie de la série de monographies d'auteurs de SF parue chez UP (voir sur ce site les épisodes précédents : Brunner, Egan, Bujold). Il est donc consacré à Frederik Pohl, un personnage dont l'importance pour le genre est, paradoxalement, plus due à ses multiples casquettes (il a probablement fait tout les métiers possibles en son sein, sauf peut-être illustrateur) qu'à ses écrits. En effet, il est parfois difficile à des lecteurs "lambda" de citer une oeuvre de Pohl solo, c'est généralement sa collaboration avec Kornbluth pour le roman The Space Merchants/Planète à gogos qui vient immédiatement à l'esprit. Il existe d'autres titres consacrés à cet auteur (par exemple celui-ci) ainsi qu'un certain nombre d'éléments biographiques.

anglais,pohl,2 étoiles

Pour faire court, ce livre souffre du défaut contraire de celui consacré à Bujold (qui manquait un peu de matière), à savoir que, au vu de la production très importante de Pohl, Page est un peu pressé par le temps et nous livre une revue au pas de charge de l’œuvre de l'auteur. Le choix d'une approche chronologique (divisée en quatre périodes principales) concourt aussi à l'impression de lire une suite de résumé de textes (et encore Page n'évoque que les plus marquants). Cela rend l'ensemble plutôt attachant en nous remémorant certains textes devenus classiques et anthologisés ou édités de nombreuses fois mais manque nettement de profondeur d'analyse textuelle mais souffre aussi d'une contextualisation "biographique" (les interactions de Pohl avec la SF et ses acteurs ont été permanentes mais aussi cruciales dans sa carrière) réduite à la portion congrue.

anglais,pohl,2 étoiles

A la lecture de ce livre, j'ai plus eu l'impression de me promener dans les rayons de ma bibliothèque et d'écouter la voix de livres lus parfois depuis longtemps que d'avancer dans ma perception de l'auteur et de ses thématiques. C'est certes très plaisant (ah, L'ère des gladiateurs, un de mes premiers romans SF hors Fleuve Noir), mais ce n'est (d'après ce que j'en ai compris) pas forcément l'objectif de l'ouvrage.

anglais,pohl,2 étoiles

Note GHOR : 2 étoiles

20/07/2016

_Lois McMaster Bujold_

Lois McMaster Bujold : Edward JAMES : 2015 : University of Illinois Press (série "Modern masters of science fiction") : ISBN-13 978-0-252-08085-2 (la fiche ISFDB du titre) : xiii+201 pages (y compris bibliographie et index) : coûte 25 USD pour un tp non illustré, disponible chez l'éditeur (), existe aussi en hc (03932-4) et en ebook.

Lois McMaster Bujold (James).jpg

Paru dans la série de monographies d'UIP qui comprend des titres sur Brunner, Egan ainsi que d'autres auteurs (Gibson, Pohl, Benford, Bradbury), cet ouvrage est donc consacré à Lois McMaster Bujold. Ce n'est pas le premier du genre (on pensera en particulier à celui-ci) qui traite de l'ouvre de cet auteur qui s'est initialement taillée une réputation dans le domaine du space opéra militaire (mais pas militariste) et qui, dans les années 90, a été l'une des favorites des fans (et de ses pairs) comme peuvent en témoigner les nombreuses récompenses prestigieuses qu’elle a reçu (le détail en est visible ici).

bujold,anglais,2 étoiles

Sous la plume d'Edward James, un grand connaisseur du genre et auteur de nombreux ouvrages de référence, ce livre fait le choix d'une organisation plus thématique que biographique. Après une "introduction" à l'auteur (qui est en fait une biographie et un positionnement dans le genre), on trouve deux chapitres qui recensent les œuvres "Science Fiction" et "Fantasy" de l'auteur sachant que, conformément à l'intitulé de la collection, c'est la SF qui intéresse plus James. On trouve ensuite les grands thèmes de Bujold évoqués chacun dans un chapitre dédié (la critique culturelle, le handicap et les modifications génétiques, la reproduction et la guerre), le tout s'appuyant (logiquement) principalement sur la saga Vorkosigan. Une bibliographie primaire et secondaire ainsi qu'un index complètent l'ensemble.

La saga Vorkosigan Intégrale 1 (JL 2011-09).jpg

Globalement, j'ai le même ressenti avec cet ouvrage qu'avec celui édité par Croft, à savoir que l’œuvre de Bujold, malgré ses qualités et son côté plaisant à lire, manque sans doute un peu de profondeur pour que l'on y consacre autant de pages. Une partie des romans de Bujold sont certes charmants (comme les derniers Miles avec leur virage vers le genre "romance") avec des héros attachants, mais on peut parfois se demander comment Falling Free (les méchants biologistes contre les humains à quatre mains) a pu obtenir un Nebula, Barrayar (pan-pan dans l'espace) ou Paladin of Souls (de la fantasy décalquée sur l'Europe du moyen-âge) ont pu avoir leurs Hugo (un phénomène qui l'on a déjà vu à l’œuvre dans des circonstances similaires avec d'autres auteurs, on pensera à Willis ou à Sawyer).

Barrayar (JL 1993-04).jpg

D'ailleurs James est parfois un peu à la peine et, une fois les thèmes "évidents" (globalement ceux du triomphe sur les différences qu'elles soient physiques, liées au genre ou sociétales) étudiés, le livre tourne un peu en rond et donne parfois le vague sentiment que l'on tire des textes de Bujold des positions ou des idées qui n'y sont pas vraiment. Il se peut que le "vrai" livre à faire sur Bujold soit celui qui essaierait de savoir pourquoi ce corpus de textes d'une qualité variable a pu rencontrer une telle adhésion (on pensera au multiples fanfics qu'il a généré) au sein des amateurs du genre. Au final un livre travaillé mais dont le défaut se situe plus dans le matériau de base que dans l'exécution.

Barrayar (Baen 1991).jpg

Note GHOR : 2 étoiles

23/05/2016

_The World of Fanzines_

The World of Fanzines : A Special Form of Communication :Fredric WERTHAM M.D. : 1973 : Southern Illinois University Press : ISBN-10 0-8093-0619-0 (la fiche ISFDB du titre) : 144 pages (y compris index) : coûtait 10 USD pour un hc avec jaquette illustré en n&b, se trouve parfois (comme mon exemplaire) à l'état neuf.

The world of fanzines.jpg

Écrit par un psychiatre américain de renom (semble-t-il), cet ouvrage est en fait une sorte d'ode aux fanzines et à l'esprit qui préside à leur création. Jugeant que ce phénomène (assez spécifique à la SF, en tout cas aux USA) n'était pas assez connu (ou reconnu) et pas assez étudié en ce qu'il a d'original, Wertham essaie donc dans ce court livre d'en décrire les contours (ce qui l'oblige par exemple à remonter à la définition de ce qu'est la Science Fiction), d'en brosser l'historique, d'en lister les spécificités et d'en dégager le mode de fonctionnement si particulier.

anglais,1 étoile

Même si pour l'un ancien fanzineux que je suis, lire cet ouvrage est comme boire du petit lait tellement il est laudatif, il faut reconnaître que l'ensemble est à la fois assez court (il y a déjà 30 pages d'illustration au début et un index conséquent) et ressemble plus à la description d'un monde idyllique qu'à la réalité des publications amateur. Cette présentation est certes charmante et valorisante (et plaisante) mais reste trop dans le rose pour qui veut étudier l'univers des fanzines d'une façon un peu réaliste. On notera la présence de l'habituel dictionnaire fanspeak-anglais et la présence de pas mal d’illustrations tirées de fanzines US (y compris de Locus avant qu'il ne devienne une revue semi-pro). Au final, le livre précurseur (1973) reste une bonne introduction au fanzinat (papier bien sûr) mais manque, à mon avis, d'un certain recul.

anglais,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile