Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/09/2018

_Traveler of Worlds_

Traveler of Worlds : Conversation with Robert Silverberg : Alvaro ZINOS-AMARO (et Robert SILVERBERG) : 2016 : Fairwood Press : ISBN-13 978-1-933846-63-7 (la fiche ISFDB du titre) : 276 pages (pas d'index ni de bibliographie) : coûte 16.99 USD pour un tp non illustré, qui ne semble plus disponible chez l'éditeur.

anglais,silverberg,1 étoile

Paru chez Fairwood Press, une Small Press américaine spécialisée dans la SF (elle a Scholes, Lake ou Bishop à son catalogue), cet ouvrage fait partie d'une catégorie peu fréquente mais qui se rencontre parfois : les interviews-fleuve tellement longues qu'elles occupent un livre à elles seules. On pensera à celles de Dozois ou Heinlein qui sont basées sur le même principe. C'est donc ici Robert Silverberg, un des derniers monstres sacrés du genre encore en vie qui est interviewé par Alvaro Zinos-Amaro, un auteur américain né en Espagne avec lequel il a collaboré sur la série "Blue Shift". Silverberg, au cas où les lecteurs de ce blog l'ignoreraient, est donc l'un derniers géants du genre, un écrivain à la productivité légendaire qui a endossé tous les rôles possibles, de jeune écrivain prometteur à marque commerciale en passant par auteur sophistiqué et hack-writer sous pseudonyme. A ce titre, une littérature critique relativement abondante lui a été consacrée.

anglais,silverberg,1 étoile

Cette longue interview est donc basée sur des propos recueillis par Zinos-Amaro durant quatre week-ends de 2015 mais ce dernier s'appuie aussi sur sa grande connaissance de l'auteur dont il est fan depuis 1996. Après une introduction et une préface de Dozois, le livre est divisé en sept chapitres de longueur variable qui déroulent un thème plus ou moins large (avec par exemple des titres comme Librairies ou Potpourri) de façon plus ou moins structurée. Le format est hyper-classique avec systématiquement une question de Zinos-Amaro (plutôt courte) qui précède une réponse de Silverberg (nettement plus longue) et ainsi de suite au fil de la conversation. Une postface de Mme Silverberg (Karen Haber) conclut l'ouvrage qui ne propose ni index ni bibliographie.

anglais,silverberg,1 étoile

Tout d'abord, je me permets de signaler que je suis toujours sceptique vis à vis de ce type d'ouvrage. En ce qui me concerne, je suis à la recherche d'éléments pouvant me permettre de mieux appréhender un auteur et/ou d'éléments factuels relatifs à sa carrière en tant que membre de la communauté des acteurs du genre. Cela veut dire que de lire en détail comment Silverberg n'a pas payé un billet de train à Berlin en 2014  (c'est page 46) n'offre strictement aucun intérêt pour moi et représente juste une perte de mon temps. Comme une bonne partie du livre est de ce niveau de détail, y compris le quasi-obligatoire (pour des américains) travelogue, cela fait beaucoup de passages où je me suis ennuyé malgré les qualités de conteur de Silverberg qui transparaissent parfois.

anglais,silverberg,1 étoile

Comme en plus Silverberg (un peu comme Asimov) donne facilement dans une certaine prétention auto-satisfaite (bien méritée il est vrai), le ton employé par l'interviewé n'est parfois pas très sympathique ce qui d'ailleurs jure avec l'admiration de l'interviewer qui en fait de temps en temps des tonnes. Le tout n'est donc pas forcément très agréable à lire et est d'un niveau d'information "utile" (en tout cas pour moi) assez faible. Comme en plus l'ouvrage ne propose pas index et surtout ne présente aucune structure clairement lisible (chronologique par exemple), il est virtuellement impossible de l'utiliser comme support pour un quelconque travail de recherche à moins de relire l'intégralité des 200 pages pour espérer y retrouver une bribe d'information précise. Au final, on ne peut retirer de ce livre qu'une vague impression pointilliste de Silverberg, ce qui le réserve aux fans du personnage et non à ceux qui veulent approfondir leur analyse de ses écrits. Dommage.

anglais,silverberg,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile

20/09/2018

_The Science Fiction of Iain M. Banks_

The Science Fiction of Iain M. Banks : Nick HUBBLE & Esther McCALLUM-STEWART & Joseph NORMAN (editors) : 2018 : Gylphi (série "SF Story Worlds") : ISBN-13 978-1-78024-054-1 (la fiche ISFDB du titre) : xx+261 pages (y compris index) : coûte 18.99 GBP pour un tp non illustré, disponible chez l'éditeur ().

anglais,banks,1 étoile

Paru chez Gylphi, un éditeur relativement nouveau dans le domaine des ouvrages de référence sur la SF qui propose une petite série de titres (qui sont listés ici), ce livre est consacré à Iain M. Banks (avec le "M" parce qu'il s'agit du Banks auteur de SF en non de celui de littérature générale). La mort de Banks en 2013 a hélas interrompu une riche carrière dans le genre. Sa série de la Culture qui décrit une société galactique utopique a de nombreux fidèles et a généré un grand nombre d'études tant elle fascine. Elle est d'ailleurs d'une façon logique souvent au cœur des divers ouvrages sur Banks qui existent (on pensera à Kincaid sur l'auteur en général) ou en est le seul sujet (comme chez Caroti).

anglais,banks,1 étoile

L'ouvrage se présente sous la forme d'un recueil d'une dizaine d'essais (inédits sous cette forme. deux d'entre eux ayant été publiés dans Foundation dans des versions antérieures) d'une vingtaine de pages chacun. Après une chronologie de la carrière de Banks qui bizarrement précède l'introduction, le livre est divisé en quatre parties  1) "Iain M. Banks", plutôt biographique avec un texte de son ami Ken MacLeod et une interview de Banks, 2) "Questions of Genre" reliant son oeuvre avec d'autres genres (le conte de fée), d'autres arts (la musique) ou d'autres auteurs (John Fowles et particulièrement son roman The Magus), 3) "Banks and the playing of games" sur les jeux présents chez l'auteur et la tentative de (re)créer celui d'Azad, 4) "Death and other limit points" sur des thèmes précis (le cannibalisme par exemple). Il n'y a pas de conclusion ni de bibliographie à la fin de l'ouvrage mais seulement un index.

anglais,banks,1 étoile

Mon impression au sujet de cet ouvrage est assez mitigée. La première partie est assez peu originale (on a déjà lu MacLeod sur Banks dans d'autres supports) ou pas franchement intéressante (l'interview m'a laissé froid). La seconde partie est un peu meilleure même si la nième réflexion sur l'utopianisme de la Culture et ses parallèles (ou pas) avec notre société n'apporte pas grand chose d'original et finit toujours par les mêmes conclusions. La troisième partie est clairement hors sujet pour une livre qui s'appelle (je le rappelle) The Science Fiction of Iain M. Banks puisqu'elle traite presque uniquement de la théorie du jeu (pas la théorie des jeux) et de la reconstitution du jeu d'Azad lors de Loncon 3 (la convention mondiale de Londres en 2015). Comme j'y étais et que j'ai assisté un peu à la partie, j'ai pu trouver un vague intérêt à la loooongue règle du jeu mas je ne suis pas sûr qu'un lecteur lambda aura le même avis.

anglais,banks,1 étoile

La dernière partie est à mon avis la plus intéressante (sûrement parce qu'elle accorde une certaine importance à Excession, roman que je tiens pour le meilleur de son auteur) mais présente malgré tout une certaine tendance à parler d'abord du sujet de prédilection de l'auteur de l'essai (par exemple le cannibalisme ou l'évolution de la notion de Sublime) sur une certaine longueur avant de finalement commencer à évoquer les oeuvres de Banks (c'est d'ailleurs aussi le cas de certains essais des parties précédentes), un travers familier à certains recueils d'essais dont la ligne directrice est soit peu claire soit peu "obligatoire". Au final un ouvrage plutôt décevant (par rapport à celui de Kincaid par exemple) voire même un peu trompeur en ce sens qu'une bonne partie du livre n'est pas vraiment à propos de "la science fiction de Iain M. Banks" (ni même à propos de Banks lui-même). On regrettera aussi l'absence d'une partie bibliographique (primaire ou secondaire) qui aurait pu aider le lecteur à approfondir le sujet.

anglais,banks,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile

31/08/2018

_Russian Airlines and their Aircraft_

Russian Airlines and their Aircraft : Dmitriy KOMISSAROV & Yefim GORDON : 2004 : Midland : ISBN-10 1-85780-176-8 : 160 pages : coûtait 36.95USD (19.99GBP) pour un tp presque carré illustré tout en couleur qui peut encore se trouver neuf.

Russian airlines and their aircraft.jpg

Publié par Midland (un éditeur qui faisait partie du "groupe" Ian Allan et dont le catalogue sera partiellement repris par Crecy), cet ouvrage fait partie d'une sorte de série consacrée aux compagnies aériennes (il existe des titres par aire géographique ou par époque). Sous la plume de Komissarov et Gordon (ce dernier étant devenu le spécialiste de l'aviation russe chez cet éditeur), cet ouvrage liste toutes les compagnies russes (existantes ou déjà défuntes à l'époque) et présente un certain nombre de leurs appareils. C'est un livre pour purs spotters (la plupart des photos proviennent d'aéroports moscovites) avec peu de texte mais qui permet d'admirer des avions peu connus chez nous et sous des livrées peu familières.

30/08/2018

_The Heritage of Heinlein_

The Heritage of Heinlein : A Critical Reading of the Fiction : Thomas D. CLARESON & Joe SANDERS : 2014 : McFarland (série "Critical explorations in Science Fiction and Fantasy" #42) : ISBN-13 978-0-7864-7498-1 (la fiche ISFDB du titre): 221 pages (y compris bibliographie et index) : coûte 35.00 USD pour un TP (un peu plus grand que d'habitude) non illustré disponible chez l'éditeur ().

heinlein,2 étoiles,anglais

Malgré une certaine raréfaction au niveau de la disponibilité de ses titres dans les librairies, signe d'une certaine désaffection qui frappe les auteurs de l'âge d'or, Robert A. Heinlein reste toujours l'un des sujets favoris des auteurs d'ouvrages de référence, d'autant plus lorsque ceux-ci sont avant tout des amateurs du genre. On ne compte plus les ouvrages qui lui sont consacrés, de sa massive biographie en deux volumes par Patterson à divers titres en VF par ses épigones locaux en passant par d'autres titres chez le même éditeur. Paru chez McFarland dans cette collection, cet ouvrage est une sorte de collaboration posthume entre Clareson (mort en 1993) et Sanders, ce dernier ayant complété le manuscrit du premier.

heinlein,2 étoiles,anglais

Comme l'indique son sous-titre, cet ouvrage est une lecture "critique" de la fiction de RAH (ses quelques nonfictions sont évoquées à la fin). Il commence par une préface de Pohl (où perce une certaine animosité entre les lignes) et une deuxième de Sanders (expliquant son rapport de lecteur avec l'auteur). L'oeuvre de Heinlein est ensuite abordée dans l'ordre chronologique en sept périodes qui sont autant de chapitres (de taille très variable) soit : 1) le roman perdu For Us, the Living; 2) les premières oeuvres professionnelles (avant le 2GM); 3) les écrits juste après la 2GM; 4) les juvéniles; 5) la période "classique"; 6) Stranger in a Strange Land et 7) la période finale. Une sorte de conclusion compare Heinlein à Kipling puis à Shaw et évoque ses rapports difficiles avec ses critiques. Un index clôture le tout (il n'y a pas de bibliographie, juste une liste des sources utilisées).

heinlein,2 étoiles,anglais

Malgré le fait que RAH soit un auteur particulièrement clivant, Clareson et Sanders (on ne détermine pas facilement qui a écrit quoi) ont réussi un guide de lecture relativement neutre qui s'appuie essentiellement sur les écrits de Heinlein en limitant les suppositions quand aux intentions de l'auteur, un jeu qui est toujours dangereux avec un tel auteur qui a toujouts aimé se faire passer au gré des livres pour tenant de telle ou telle différente école. Loin de l'idolâtrie d'un Stover ou d'un Picholle ou de la critique assassine d'un Franklin ou d'un Clute, c'est plus à un exercice de mémoire que le lecteur est convié (une bonne familiarité avec le matériau de base étant nécessaire même si de nombreuses citations sont présentes) avec juste ce qu'il faut d'analyse toujours basée sur des éléments biographiques.

heinlein,2 étoiles,anglais

Le ressenti final dépendra donc essentiellement de la perception de RAH qu'a le lecteur de cet ouvrage. C'est d'ailleurs une bonne chose et sans doute ce qu'il aurait voulu tant son attachement au libre arbitre était fort. Donc, en ce qui me concerne, j'ai trouvé que les auteurs étaient parfois vraiment trop "gentils" avec les oeuvres de RAH. J'ai pourtant adoré une bonne partie de ses écrits (ceux des années 50 à 60); trouvé une autre partie sans intérêt majeur (les juvéniles et la plupart des textes composant L'histoire du futur), les percevant comme bien faits mais pas vraiment remarquables et détesté de façon uniforme ses derniers textes (à partir de l'insignifiant Glory Road). Pas forcément pour des motifs politiques ou éthiques (bien que certaines facettes de RAH -une vague pédophilie, des rapports avec le Père pas très sains, un certain attrait pour la dictature des élus et un vague parfum de racisme- m'aient gênés dès les début), mais simplement parce que tous ses derniers pavés sont juste chiants à lire (en tout cas pour moi) et que ce n'est pas parce que ce sont des best-sellers que je dois me colleter de tels pensums où il ne se passe rien du tout (à part des palabres). Comme quoi, RAH ne laisse personne indifférent et c'est là l'une des forces de cet ouvrage que de donner les bases à chacun pour se positionner.

heinlein,2 étoiles,anglais

Note GHOR : 2 étoiles

28/08/2018

_The Forgotten War of the Royal Navy_

The Forgotten War of the Royal Navy : Baltic Sea 1918-190 : Michal GLOCK : 2018 :  Stratus (série "MMP - Maritime Series") : ISBN-13 978-83-65281-77-7 : 144 pages : se trouve pour une vingtaine d'Euros en neuf pour un grand tp illustré en n&b.

The forgotten war of the Royal Navy.jpg

Dans la jungle des multiples séries publiées par l'ensemble Stratus/MMP côté histoire maritime, on peut trouver un certain nombre de titres consacrés à des pans un peu oubliés de l'histoire navale (on pensera par exemple aux ouvrages sur la guerre Franco-Chinoise de 1884-1885 ou la guerre Russo-Turque de 1877-1878). Ici c'est la période post-1GM dans la Baltique (plus spécifiquement le golfe de Finlande) qui est étudiée. Opposant dans une partie de billard à multiples bandes plusieurs nations riveraines sur fond de guerres civiles, elle a vu (entre autres) l'engagement de la Royal Navy face à la marine Soviétique. Largement illustré de photos pertinentes (comme c'est habituellement le cas), Glock nous raconte ces combats oubliés.

Sino-french naval war 1884-1885.jpg

Malgré quelques redites dans le texte, c'est un livre facile à lire qui offre en prime plusieurs pages de profils des unités engagés. Un sujet peu banal et peu abordé de façon impartiale (comme rarement avec les combats entre russes "Blancs" et "Rouges") pour un ouvrage intéressant et agréable.