Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/08/2018

_The Heritage of Heinlein_

The Heritage of Heinlein : A Critical Reading of the Fiction : Thomas D. CLARESON & Joe SANDERS : 2014 : McFarland (série "Critical explorations in Science Fiction and Fantasy" #42) : ISBN-13 978-0-7864-7498-1 (la fiche ISFDB du titre): 221 pages (y compris bibliographie et index) : coûte 35.00 USD pour un TP (un peu plus grand que d'habitude) non illustré disponible chez l'éditeur ().

heinlein,2 étoiles,anglais

Malgré une certaine raréfaction au niveau de la disponibilité de ses titres dans les librairies, signe d'une certaine désaffection qui frappe les auteurs de l'âge d'or, Robert A. Heinlein reste toujours l'un des sujets favoris des auteurs d'ouvrages de référence, d'autant plus lorsque ceux-ci sont avant tout des amateurs du genre. On ne compte plus les ouvrages qui lui sont consacrés, de sa massive biographie en deux volumes par Patterson à divers titres en VF par ses épigones locaux en passant par d'autres titres chez le même éditeur. Paru chez McFarland dans cette collection, cet ouvrage est une sorte de collaboration posthume entre Clareson (mort en 1993) et Sanders, ce dernier ayant complété le manuscrit du premier.

heinlein,2 étoiles,anglais

Comme l'indique son sous-titre, cet ouvrage est une lecture "critique" de la fiction de RAH (ses quelques nonfictions sont évoquées à la fin). Il commence par une préface de Pohl (où perce une certaine animosité entre les lignes) et une deuxième de Sanders (expliquant son rapport de lecteur avec l'auteur). L'oeuvre de Heinlein est ensuite abordée dans l'ordre chronologique en sept périodes qui sont autant de chapitres (de taille très variable) soit : 1) le roman perdu For Us, the Living; 2) les premières oeuvres professionnelles (avant le 2GM); 3) les écrits juste après la 2GM; 4) les juvéniles; 5) la période "classique"; 6) Stranger in a Strange Land et 7) la période finale. Une sorte de conclusion compare Heinlein à Kipling puis à Shaw et évoque ses rapports difficiles avec ses critiques. Un index clôture le tout (il n'y a pas de bibliographie, juste une liste des sources utilisées).

heinlein,2 étoiles,anglais

Malgré le fait que RAH soit un auteur particulièrement clivant, Clareson et Sanders (on ne détermine pas facilement qui a écrit quoi) ont réussi un guide de lecture relativement neutre qui s'appuie essentiellement sur les écrits de Heinlein en limitant les suppositions quand aux intentions de l'auteur, un jeu qui est toujours dangereux avec un tel auteur qui a toujouts aimé se faire passer au gré des livres pour tenant de telle ou telle différente école. Loin de l'idolâtrie d'un Stover ou d'un Picholle ou de la critique assassine d'un Franklin ou d'un Clute, c'est plus à un exercice de mémoire que le lecteur est convié (une bonne familiarité avec le matériau de base étant nécessaire même si de nombreuses citations sont présentes) avec juste ce qu'il faut d'analyse toujours basée sur des éléments biographiques.

heinlein,2 étoiles,anglais

Le ressenti final dépendra donc essentiellement de la perception de RAH qu'a le lecteur de cet ouvrage. C'est d'ailleurs une bonne chose et sans doute ce qu'il aurait voulu tant son attachement au libre arbitre était fort. Donc, en ce qui me concerne, j'ai trouvé que les auteurs étaient parfois vraiment trop "gentils" avec les oeuvres de RAH. J'ai pourtant adoré une bonne partie de ses écrits (ceux des années 50 à 60); trouvé une autre partie sans intérêt majeur (les juvéniles et la plupart des textes composant L'histoire du futur), les percevant comme bien faits mais pas vraiment remarquables et détesté de façon uniforme ses derniers textes (à partir de l'insignifiant Glory Road). Pas forcément pour des motifs politiques ou éthiques (bien que certaines facettes de RAH -une vague pédophilie, des rapports avec le Père pas très sains, un certain attrait pour la dictature des élus et un vague parfum de racisme- m'aient gênés dès les début), mais simplement parce que tous ses derniers pavés sont juste chiants à lire (en tout cas pour moi) et que ce n'est pas parce que ce sont des best-sellers que je dois me colleter de tels pensums où il ne se passe rien du tout (à part des palabres). Comme quoi, RAH ne laisse personne indifférent et c'est là l'une des forces de cet ouvrage que de donner les bases à chacun pour se positionner.

heinlein,2 étoiles,anglais

Note GHOR : 2 étoiles

16/09/2010

_The Robert Heinlein interview and other Heinleiniana_

The Robert Heinlein interview and other Heinleiniana : J. Neil SCHULMAN : 1999 : Pulpless.com : ISBN-10 1-58445-015-0 : 200 pages (pas d'index) : coûtait 20 USD pour un TP non illustré.

The RAH interview.jpg

Qu'il ait été d'accord avec ceci ou non, Robert A. Heinlein est généralement associé au mouvement politique typiquement américain des libertariens. Je ne tenterais pas d'en donner une définition précise, chose que même ses membres semblent incapable de faire, mais c'est en gros une sorte d'anarchisme (en ce sens qu'il prône l'abolition de l'état) de droite (en ce sens qu'il voit le capitalisme des petits entrepreneurs d'un bon oeil). Comme le dit la préface de Brad Linaweaver (un autre auteur de SF), RAH est le Dieu des amateurs de SF libertariens ce qui explique un peu l'existence de cet ouvrage qui est construit autour d'une longue interview de RAH réalisée par Schulman en 1973.

Moon of ice (Tor 1993).jpg

Cet ouvrage débute par la préface de Linaweaver et une introduction de Schulman qui expriment leur admiration pour les idées politiques de RAH. Suivent une dizaine de courts chapitres qui sont soit des copies de correspondance de Schulman en rapport avec l'auteur, soit des critiques de ses romans (les plus récents). On trouve ensuite le coeur du livre à savoir l'interview de RAH qui occupe une centaine de pages (même si c'est écrit assez gros), elle est livrée telle qu'elle a été validée par Heinlein en 1973 sous sa forme brute (non mise en forme). Le livre se termine par une autre rafale de courts textes assez similaire à celle du début. Le livre n'a pas d'index ni de bibliographie et n'indique pas forcément la provenance de tous les textes rassemblés.

Job Une comédie de justice (JL 1987).jpg

On peut aisément diviser cet ouvrage en deux parties. La première est l'interview de RAH. Il s'agit d'un document important de par sa longueur et la quantité d'information qu'il permet d'obtenir sur les "vraies" idées de RAH (par opposition à celles supposées telles). Même si techniquement il y aurait eu quelques réglages à faire, comme par exemple fournir la liste des questions d'une façon plus claire (puisqu'il s'agissait à la base d'une liste fermée d'une grosse vingtaine d'items) et que Schulman est parfois un peu envahissant, c'est probablement la plus longue interview donnée par Heinlein et à ce titre un témoignage essentiel.

Starship troopers (JL 1997).jpg

La seconde partie (tous les textes "périphériques") est tellement imbibée d'une idéologie que des Européens peuvent trouver discutable ("L'état c'est MAL, les communistes c'est SUPER-MAL, les pauvres sont des ASSISTES.") qu'elle en est sans grand intérêt. De plus, du fait d'une certaine stridence dans l'argumentation, c'est parfois assez pénible à lire. Il est en tout cas amusant de voir que l'on trouve dans ce milieu les rares avis positifs sur les oeuvres tardives de RAH. Au final un livre avec pas mal de scories à réserver aux spécialistes de Heinlein.

Le chat passe-muraille (JL 1987).jpg

Note GHOR : 1 étoile

15/09/2010

_Robert A. Heinlein : Stranger in his own land_

Robert A. Heinlein : Stranger in his own land : Second edition : George Edgar SLUSSER : 1977 : Borgo Press (The Milford series #1) : ISBN-10 0-89370-210-2 : 64 pages (y compris bibliographie mais pas d'index) coûtait 2 USD pour un TP non illustré.

Robert A Heinlein Stranger in his own land.jpg

Robert A. Heinlein est un auteur qui a toujours polarisé les amateurs de SF. A la fois sur le plan idéologique où l'on trouve l'auteur utilisé à toutes les sauces (libertaire, anarchiste, fasciste) et sur le plan de la qualité de ses écrits où ses derniers textes (à partir de Stranger in a strange land) on, pour le moins, reçu un accueil assez froid de la part de la frange critique du genre même s'ils se sont vendues à des dizaines de milliers d'exemplaires. Ce petit fascicule de Slusser (qui en écrira un autre sur RAH : The classic years) est donc un analyse de ces romans controversés de l'auteur. A noter qu'il s'agit là d'une version révisée du premier opus de la collection de monographies éditées par Borgo.

The classic years of Robert A Heinlein.jpg

Ce court ouvrage débute par une introduction où Slusser réfute une partie des critiques adressées à la première version de son essai. Il se poursuit par une série d'analyses qui mettent en rapport chaque fois deux titres de Heinlein (par exemple Stranger in a strange land & I will fear no evil) et montrent l'évolution de la structure des textes du roman d'aventure à des écrits nettement plus didactiques. Une courte conclusion et une bibliographie sommaire terminent l'ouvrage qui n'offre pas d'index.

D'une planète à l'autre (Mame 1958).jpg

Il est clair que l'évaluation de Slusser est globalement négative puisqu'il soulève les habituels points concernant les oeuvres tardives de l'auteur : longueur, fusion artificielle de deux types de récits, descente dans le solipsisme et logiquement l'onanisme, philosophie de l'élection et de la prédestination. C'est un discours assez fréquent que l'on retrouvera sous de nombreuses plumes d'experts du genre et qui a le don d'hérisser le poil des thuriféraires de Heinlein, voir par exemple la réaction de S. C. Fredericks à cet essai dans SFS.

L'homme qui vendit la lune (RF 1958).jpg

Il est vrai que l'évaluation des écrits de RAH se heurte toujours à la difficulté de séparer les opinions exprimées dans les textes (parfois à longueur de page) des opinions de l'auteur lui-même, ce point étant la base des réfutations de toute critique négative. Malgré tout, je dois avouer que l'analyse de Slusser, même si elle est parfois un peu à charge, cadre plutôt avec mon propre avis sur RAH après 1970 à savoir que le prêcheur a complètement phagocyté l'écrivain et que son dernier roman est plus une plongée assez ennuyeuse dans les fantasmes de l'auteur-dieu qu'un traité de mécanique quantique.

Trois pas dans l'éternité (Le Masque 1976).jpg

Note GHOR : 2 étoiles

14/09/2010

_Robert A. Heinlein : A reader's companion_

Robert A. Heinlein : A reader's companion : James GUIFFORD : 2000 : Nitrosyncretic Press : ISBN-10 0-9679874-0-7 : xxi+281 pages (y compris index) : coûtait 24 USD pour un TP non illustré qui existe aussi en HC (-1-5).

Robert A Heinlein A reader's companion.jpg

Le sous-titre de cet ouvrage étant The complete & authoritative guide to the works of science fiction's grand master (rien que ça), son objet devient alors assez clair. Il s'agit en effet d'une recension commentée de l'ensemble des oeuvres de Robert Heinlein, l'un des auteurs de SF les plus connus et les plus appréciés, en tout cas dans son pays d'origine. Ce type d'ouvrage appelé "Companion" se rencontre parfois pour certains auteurs dans le monde anglo-saxon (il en existe par exemple un pour Matheson et un pour Lumley) et se présente sous diverses formes celui-ci étant plus un outil bibliographique qu'un volume de témoignages.

If 1965-12.jpg

Cet ouvrage commence par une vingtaine de pages d'introduction (préface des De Camp, sommaire, introduction, liste des sources, remerciements). Il se poursuit par la ventilation des écrits de RAH en grande catégories (juveniles, Future History, etc.) avec indication de l'indice de chacun d'eux (c'est en fait une sorte d'index, mais placé au début) et une courte (10 pages) chronologie de la vie de RAH. La partie principale (pas loin de 200 pages) de ce livre est donc la liste alphabétique des "major works" (c'est à dire toutes les fictions et les principales non-fictions) de l'auteur. Pour chacune (repérée par un indice du type G.888x) on a des informations bibliographiques et diverses rubriques suivant la nécessité : Synopsis, Curiosities & Anomalies, Changes, Connections (avec les autres oeuvres). Suivent plusieurs courtes sections sur le même principe (mais allégées) qui couvrent les adaptations, le paratexte, les manuscrits, etc. L'ouvrage se termine par un récapitulatif de tout cela : "The new Heinlein Opus list" ainsi que deux index (un par titre, l'autre général).

If 1962-11.jpg

Comme le montre le fait que la classification Gifford ait été adoptée par les amateurs de RAH, cet ouvrage est un remarquable travail d'une grande richesse. C'est même un indispensable pour qui veut connaître l'ensemble de l'oeuvre de l'auteur et glaner de nombreuses informations sur ce dernier et ses écrits.

Assignment in eternity (NEL 1971).jpg

On sent bien qu'il s'agit là d'un ouvrage écrit par un passionné de l'auteur. Ceci explique probablement une certaine emphase (fréquente dans les textes sur RAH) qui, sans nuire à la lecture, peut être parfois légèrement irritante quand elle colore un peu trop les éléments factuels. Il est à noter que la partie bibliographique pure est sûrement la partie la plus faible du livre puisque, hormis les premières éditions (et encore, l'éditeur n'étant même pas mentionné pour les livres) et les reprises dans les recueils de RAH, les informations sur où trouver tous ces textes sont absentes (et je ne parle pas des traductions). Un livre presque définitif sur le recensement des écrits de RAH mais qui aurait dû être complété par une véritable bibliographie.

Assignment in eternity (Signet 1964).jpg

Note GHOR : 3 étoiles

25/01/2010

_Heinlein in dimension_

Heinlein in dimension : Alexei PANSHIN : 1968 (première édition, 1974 pour cet exemplaire) : Advent : ISBN-10 0-911682-12-0 : 204 pages (y compris bibliographies et index) : cette version coûtait 2.75 USD pour un TP (existe aussi en HC -01-5), est peut-être disponible chez NESFA. A noter que le texte de cet essai a été mis en libre accès par Panshin : http://www.enter.net/~torve/critics/Dimension/hdcontents.....

Heinlein in dimension.jpg

Voici un livre qui a toujours traîné autour de lui une réputation sulfureuse. Au début des années 60, Panshin était un jeune auteur actif dans le fanzinat. Déjà intéressé par Heinlein, il se met à l'écriture de cet essai et en informe Heinlein. Mal lui en a pris puisqu'il a eu énormément de mal à faire paraître cet ouvrage, cela lui a coûté plusieurs années et l'a forcé à le publier initialement en petits morceaux dans diverses revues et fanzines. Pourquoi ? Simplement parce que l'éditeur choisi (Advent) était tout simplement menacé d'un procès par un Heinlein rancunier qui avait peu goûté les textes précédents de Panshin. Une fois ébruitée, cette affaire a une fois de plus divisé le petit monde de la SF, comme à chaque fois que l'on aborde cet auteur important qui ne laisse personne indifférent.

Waldo & Magic Inc (Pyramid 1963).jpg

Après une introduction de Blish qui évoque les dangers de s'attaquer à un monstre sacré du genre, l'ouvrage est divisé en neuf chapitres de longueur inégale. Les trois premiers (après un préliminaire) sont consacrés aux trois périodes de la carrière de Heinlein définie par Panshin : l'influence (1940-1942), le succès (1947-1958), l'aliénation (1959-1967). Ils présentent une narration chronologique et se concentrent plus sur les intrigues. On notera qu'ils possèdent chacun leur propre bibliographie couvrant la période considérée. Les trois chapitres suivant abordent des points plus techniques (construction, exécution et contenu) et tentent d'analyser les thématiques récurrentes chez l'auteur (le sexe, l'individualisme). Deux courtes parties (sur les non-fictions et sur l'avenir de RAH) terminent l'ouvrage qui est complété par une bibliographie (primaire et secondaire) et un index.

Double star (Panther 1963).jpg

Avec le recul, l'impression globale donnée par cet ouvrage et l'histoire qui l'entoure est de beaucoup de bruit pour rien. En fait, on sent même que, au fond, Panshin admire Heinlein et que la statue du Commandeur reste encore impressionnante pour ce dernier. Les critiques émises sont somme toute assez limitées et concernent des points suffisamment évidents (le côté vaguement pédophile de A door into summer, le racisme implicite de Farham's freehold) que seuls les plus bornés des fans de l'auteur peuvent contester.

Double Etoile (RF 1958).jpg

Un titre à rajouter à la masse des ouvrages de références sur Heinlein, à ranger plutôt parmi les critiques (à la différence de gens comme Major ou Stover) dont la partie "technique"est la plus intéressante. Il montre surtout le blocage psychologique dont était victime le fandom vis-à-vis de Heinlein, un blocage qui ne commencera à sauter qu'avec l'apparition de critiques vraiment solides (Slusser, Clute ou Franklin) qui porteront le débat sur la philosophie de l'auteur, le tout conjugué à la médiocrité de la production tardive de l'auteur qui le feront descendre tout seul de son piédestal. Un essai qui présente presque plus de valeur comme témoin d'un certain état d'esprit qu'intrinsèquement, tant il est dépassé par des ouvrages plus récents comme celui Picholle & Bellagamba (sur la vie de l'auteur et une présentation positive) ou celui de Franklin (sur l'aspect politique et une présentation négative).

Une porte sur l'été (JL 1973).jpg

Note GHOR : 2 étoiles