Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/12/2018

_La course au Rhin_

La course au Rhin (25 juillet-15 décembre 1944) : Pourquoi la guerre ne s'est pas finie à Noël : Nicolas AUBIN : 2018 : Ecomomica (série "Campagnes & Stratégies" #134) : ISBN-13 978-2-7178-7043-5 : 512 pages (y compris bibliographie mais pas d'index) : coûte 29€ pour un tp illustré d'une cinquantaine de cartes en n&b, disponible chez l'éditeur ().

La course au Rhin.jpg

Ce massif ouvrage est une étude complète de l'ensemble de la campagne de France (l'autre, celle de 1944), de la sortie de la tête pont de Normandie (par l'opération Cobra) à la veille de la contre-offensive allemande des Ardennes. L'angle choisi par Nicolas Aubin (à qui l'on doit un ouvrage sur le Red Ball Express chez H&C) pourrait presque être qualifié d'uchronique en ce sens qu'il se pose la question (prégnante fin 1944 chez les Alliés) de savoir pourquoi la guerre ne s'est pas finie à Noël 1944. A l'issue d'une étude exhaustive et passionnante, la conclusion de l'auteur (à sa grande est surprise, semble-t-il) est que la poursuite de la guerre jusqu'en 1945 est de la faute du haut-commandement du théâtre allié (Eisenhower et ses principaux subordonnés : Montmogmery, Bradley, Patton, Hodges). Incapable d'imposer (et d'avoir) une vision claire et tentant de ménager tout le monde (y compris ses "potes"), Eisenhower a sans doute loupé un certain nombre d'occasions.

Histoire de la première armée française.jpg

Bien évidemment le jeu du "Whaf If?" est toujours un exercice hautement subjectif et techniquement contestable et Aubin ne l'utilise qu'avec parcimonie. Son livre est surtout le récit de 5 mois de campagnes intenses qui voient la poursuite engagée par les chefs alliés finir par s'enliser, le tout ponctué par des échecs (Market Garden) ou des succès (Dragoon/Anvil). Au final un ouvrage particulièrement roboratif et à la pointe des recherches historiques. On ne lui reprochera que des cartes (pourtant nombreuses et variées) parfois à la limite du lisible (soit trop claires, soit nécessitant une loupe, soit manquant de définition).

Écrire un commentaire