Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/04/2011

_The Anticipation Novelists of 1950s French Science Fiction_

The Anticipation Novelists of 1950s French Science Fiction : Stepchildren of Voltaire : Bradford LYAU : 2011 : McFarland (série "Critical Explorations in Science Fiction and Fantasy" #24) : ISBN-13 978-0-7864-5857-8 : x+238 pages (y compris index et bibliographie) : coûte 55 USD pour un TP non illustré disponible chez l'éditeur (https://www.mcfarlandbooks.com/book-2.php?id=978-0-7864-5...).

The Anticipation novelists of 1950s french SF.jpg

Sous la plume d'un universitaire américain dont c'est le premier livre (à noter qu'il est basé sur sa thèse), cet ouvrage aborde étonnamment un sujet typiquement français. Nous sommes en effet en face d'une étude sur les titres parus dans la collection "Anticipation" du Fleuve Noir de sa création jusqu'en 1960. Collection populaire par excellence, souvent décriée mais ayant accueilli la plupart des auteurs français (de Klein à Jeury en passant par Andrevon ou Wagner), Anticipation est un monument du genre dans notre pays, à la fois par sa longévité (plus de cinquante années) et par le nombre de titres publiés (un peu plus de 2000). Lyau se sert de ce miroir pour analyser les réactions des auteurs français de SF face à l'obligatoire mutation du pays juste après la 2GM.

Bureau de l'nvisible (FN 1955).jpg

Après une préface de Slusser et un premier chapitre qui brosse un état des lieux tant du pays que du genre (localement et internationalement), l'auteur a choisi de diviser les onze auteurs français ayant écrit pour la collection dans la période choisie en plusieurs groupes en fonction de leur positionnement par rapport au concept de progrès. Il commence donc par les "Modérés" (Richard-Bessière, Rayjean, Kemmel), puis consacre un chapitre à Guieu (le seul de la catégorie "Extrémistes"). Suivent les "Conservateurs" (Wul, Limat, Randa, Steiner) et les "Radicaux" (Vandel, Bruss) avant de terminer par D'Argyre/Klein. Une courte conclusion boucle le tout avant de passer à la bibliographie (classée par sujets) et à l'index.

Chirurgiens d'une planète (FN 1960).jpg

C'est toujours une expérience assez particulière que de lire une analyse sur son pays et sa SF écrite par un étranger. Même si Lyau n'échappe pas à certains lieux communs (la grande culture des Français qui sont tous allés au lycée et ont tous été nourris de Voltaire et Pascal), son regard est très intéressant et sonne plutôt juste dans son analyse des transformations vécues par le pays dans les années 50 pour rattraper son retard (essentiellement scientifique). Basé sur une lecture de chacun des 140 ouvrages concernés (quel courage !), les conclusions de l'auteur sont séduisantes et présentent une approche de la collection originale et étayée. On appréciera aussi le lien permanent fait avec les "autres SF" (ici surtout l'américaine) qui ont en pratique traité les mêmes anxiétés face à l'avenir d'une façon souvent similaire.

Panique dans le vide (FN 1958).jpg

On pourra juste regretter d'abord un prix excessif (40 Euros pour un TP pas très solide, cela donne une idée de la probable confidentialité du sujet), puis un petit manque de relecture (les titres français sont parfois massacrés et les noms propres aussi, même ceux des anglo-saxons), quelques approximations factuelles et le fait que la bibliographie secondaire (sur la SF) utilisée par Lyau soit quand même assez maigre avec peu de sources (trois principales : Versins, Lofficier, Douilly) dont certaines sont un peu légères (comme le Douilly qui est plus un catalogue qu'une analyse du FNA). Ce livre n'en reste pas moins un travail solide et riche d'enseignements. En plus de ses qualités, l'amateur retiendra aussi le fait qu'il ait été écrit par un américain et publié par un éditeur lui aussi américain, ce qui montre bien le triste état (presque le néant complet) dans lequel se trouve la réflexion universitaire sur le genre dans notre pays.

Anticipation.jpg

Note GHOR : 3 étoiles

08/04/2011

_The ides of Octember_

The ides of Octember : A pictorial bibliography of Roger Zelazny : Christopher S. KOVACS : 2010 : NESFA Press : ISBN-13 978-1-886778-92-4 : 399 pages (y compris index) : coûte 36 USD pour un TP illustré, disponible chez l'éditeur (www.nesfa.org).

The ides of octember.jpg

Dans le cadre de leur remarquable intégrale des nouvelles de Zelazny, (un superbe ensemble de six volumes de presque 600 pages chacun, riches en textes rares et en paratexte passionnant), les éditions NESFA ont aussi sorti cette bibliographie illustrée de Roger Zelazny. Cet auteur, autrefois un des phares de la New Wave américaine, est, comme tant d'autres, en train de glisser dans un relatif oubli malgré la réputation (particulièrement en France) de sa série Ambre.

Power & light (NESFA 2009).jpg

Cet ouvrage est donc une classique bibliographie de l'auteur qui, à la différence de ses prédécesseurs (Levack, Stephensen-Payne), se concentre uniquement sur les parutions en langue anglaise. On y retrouve l'organisation habituelle avec un nombre important de parties plus ou moins volumineuses qui couvrent d'une façon classique les textes de Zelazny (livres, nouvelles, non-fiction, poésie, recueils; le tout formant les deux tiers de l'ensemble) et ceux sur Zelazny (interviews, études, bibliographies, critiques. Chaque section est organisée par ordre alphabétique et présente les données bibliographiques habituelles suivant le type de texte (date, éditeur, ISBN, pagination, illustrateur, prix, etc.). A noter que seules les rééditions/réimpressions avec changement de couverture sont indiquées. Le tout est illustré de reproductions de couvertures format vignette (à peine plus grandes qu'un timbre poste) en N&B et est accompagné de plusieurs index.

Analog 1975-11.jpg

Cet ouvrage sera un régal pour le bibliographe amateur de Zelazny. A la fois récent et bénéficiant des longues recherches de Kovacs (on appréciera par exemple son travail sur les "Phantom Titles", les scories bibliographiques qui finissent toujours par apparaître), il est une acquisition indispensable même si son prix est comparativement assez élevé. La partie consacrée aux nouvelles est particulièrement riche et exhaustive.

anglais,zelazny,3 étoiles

Bien évidemment, on pourra toujours trouver quelques points à critiquer comme la petitesse des illustrations ou des points de détails (l'oubli d'une version de Coils datant de 1988 à la couverture différente de l'EO qui aurait donc dû être listée). Toutefois la vraie question que pose cet ouvrage malgré ses qualités indéniables est celle de sa véritable plus-value par rapport à des sources d'information en ligne. Pour être franc, il n'y a pas grand chose de plus dans ce livre sur le plan strictement bibliographique que ce que l'on peut tirer (avec les précautions d'usage) d'un site comme l'ISFDB, y compris les couvertures. Du coup la supériorité de cet ouvrage réside uniquement dans  certains points (poésie, adaptations dans d'autres médias, ou articles sur Zelazny) que l'on pourrait aisément voir comme annexes par rapport au coeur du projet, d'où la question de son utilité.

anglais,zelazny,3 étoiles

Note GHOR : 3 étoiles

27/09/2010

_Science fiction after 1900 : From the steam man to the stars_

Science fiction after 1900 : From the steam man to the stars : Brooks LANDON : 1997 : Twayne (série "Studies in literary themes and genres" #12) : ISBN-10 0-8057-0962-2 : xxxii+251 pages (y compris index) : coûtait 25 USD pour un HC avec jaquette non illustré.

Science Fiction after 1900.jpg

Ecrit par Brooks Landon, un professeur d'université américain (il enseigne l'anglais dans l'Iowa) à qui l'on doit un certain nombre d'essais sur le genre, cet ouvrage est une sorte d'histoire de la SF (la Fantasy n'est pas abordée) durant le vingtième siècle. Son placement dans une série de titres consacrés aux divers genres (l'autobiographie, la biographie) ou techniques (les nouvelles) lui confère aussi une dimension autre qu'historique puisque s'intéressant au genre tout entier, y compris dans sa dimension internationale.

Le ciel est mort (Denoel 1972).jpg

Après une longue préface et une copieuse chronologie (de 1818 à 1996), ce livre est divisé en cinq principaux chapitres de taille inégale. Le premier évoque la culture propre à la SF par le biais d'analyses de trois textes (par ordre chronologique : E. M. Forster, J. W. Campbell et P. Zoline) appartenant à des époques différentes. Le deuxième traite l'histoire du genre jusqu'à l'âge d'or des années 40. Il est suivi par un tour d'horizon des SF autres qu'anglo-saxonne (Lem, les Strougatsky). On passe dans les années 60-70 dans le quatrième chapitre qui aborde Dick et les auteurs féministes. Le dernier revient à une perspective historique et chronique les divers mouvements qui se sont succédés depuis les années 50 (New wave, Cyberpunk,etc.). Après plusieurs pages de notes, on trouve trois copieuses annexes : un essai sur les ouvrages de référence, une liste commentée de titres et enfin un index.

Brèche dans l'espace (Marabout 1976).jpg

Comme d'habitude, il est clair que, vu la place allouée à Landon (moins de 200 pages), la mission de raconter l'histoire du genre est impossible, d'autant plus que ce dernier se lance dans une (fort louable) tentative de couverture internationale. Pour nous raconter la SF, l'auteur, il faut l'avouer, reste d'un grand classicisme. En effet, tous les points de passage obligés sont bien franchis (de Frankenstein à Gibson en passant par Russ sans oublier les pays de l'Est) et le tout est proche de l'histoire du genre "standard" qui est devenue presque canonique.

Pique-nique au paradis (OPTA 1973).jpg

Même si ce côté plutôt convenu peut parfois donner une impression de déjà-vu, Landon a réussi à écrire un livre intéressant. A la fois par sa narration, certes classique mais agréable, mais surtout par la place qu'il accorde dans son récit aux diverses théories sur le genre. On va croiser dans ce livre tous les gens qui ont eu une réflexion un tant soit peu approfondie sur la SF, de Malmgren à Clute sans oublier Suvin, Wolfe ou Disch. Cette richesse est d'ailleurs parfaitement apparente dans l'excellent appendice "Bibliographic essay" qui est une mine de pistes de lecture sur le genre. Au final, un bon ouvrage qui permet de se faire une idée (certes schématique) de l'histoire de la SF et de la façon dont elle a été pensée.

Worlds apart.jpg

Note GHOR : 3 étoiles

23/09/2010

_Science Fiction_ (Luckhurst)

Science Fiction : Roger LUCKHURST : 2005 : Polity Press (série "Cultural history of literature") : ISBN-10 0-7456-2893-1 : vii+305 pages (y compris bibliographie et index) : coûtait une vingtaine d'Euros pour un TP non illustré disponible en neuf chez l'éditeur (http://www.polity.co.uk/book.asp?ref=9780745628929) qui existe aussi en HC (-2892-3).

Science Fiction (Luckhurst).jpg

Ecrit par Roger Luckhurst, un professeur britannique à qui l'on doit déjà un ouvrage sur James G. Ballard (The angle between two walls), ce livre est une histoire du genre, ici abordée sous l'angle de l'histoire culturelle (c'est à dire la façon dont la SF se place par rapport aux valeurs culturelles d'une époque et d'un lieu). A noter que faute d'un texte "définitif" (comme pouvait l'être le C&N pour les encyclopédie dans les années 90), ce type de projet (raconter l'histoire du genre) revient régulièrement avec des angles d'attaques et des ambitions différents (cf. Roberts en 2007 ou Colson/Ruaud en 2009).

The history of science fiction (Roberts).jpg

Après une courte introduction, le livre est divisé en trois grandes parties qui suivent l'histoire du genre dans un ordre (logique !) chronologique (malgré la présence d'apartés spécifiques à la scène britannique) et dont la taille va croissant. La première ("Emergence 19980-1945") traite en trois chapitres de la période qui va de la proto-SF jusqu'à la fin de la 2GM. La deuxième ("Elaboration 1945-1959") est consacrée à la SF technophile et à son évolution vers la critique sociale. "Decade studies" termine l'ouvrage avec un chapitre sur chacune des décades des 60 aux 90. Une bibliographie sélectionnée (ouvrages de référence) et un index clôturent le livre.

The star fraction (Legend 1995).jpg

Comme toute tentative de ce type sur moins de trois cents pages, il est évident que Luckhurst a dû être amené à élaguer pas mal de parties de son discours. Cela se remarque tout d'abord par la place un peu disproportionnée (si on la met en rapport avec le corpus des textes) donnée à la proto-SF. C'est d'ailleurs un défaut récurrent qui légitime certes le tout mais dont, sur le fond, on peut contester la validité. Même si la SF est un genre en permanent dialogue interne, l'influence réelle de certains textes mineurs de Wells (par exemple) sur l'histoire du genre reste à démontrer.

L'homme invisible.jpg

De la même façon, le manque de place semble conduire l'auteur à minimiser la place accordée à la SF "non-littéraire" (essentiellement le cinéma) et à concentrer son discours sur certains textes certes emblématiques mais dont la seule étude n'est pas suffisante pour rendre compte des évolutions du genre (c'est la cas du Cyberpunk qui est presque égalé avec le roman Neuromancer). Il ne faudrait pas prendre ces critiques comme une condamnation du livre. L'ouvrage est très solide (on sent bien que Luckhurst aurait plus à dire) et ses limitations (de place) ne sont probablement pas le fait de l'auteur. C'est une très bonne histoire du genre (même si elle est trop courte) dont la force est de montrer les interactions entre celui-ci et la culture qui l'entoure.

Neuromancien (La Découverte 1985).jpg

Note GHOR : 3 étoiles

20/09/2010

_Les romans de Philip K. Dick_

Les romans de Philip K. Dick : Kim Stanley ROBINSON : 2005 : Les Moutons Electriques : ISBN-10 2-915793-05-0 : 255 pages (y compris index) : coûte 15 Euros pour un TP non illustré, peut-être disponible en neuf.

Les romans de Philip K Dick.jpg

Il était inévitable que cet ouvrage soit un jour traduit en français. Ecrit par Kim Stanley Robinson (qui est perçu chez nous comme le principal auteur de Hard Science) et traitant de Philip K. Dick (le favori de toujours des amateurs francophones), cette combinaison de facteurs était irrésistible. Cet ouvrage est donc basé sur la thèse de KSR et correspond à la traduction d'un ouvrage assez rare qui date de 1984 (The novels of Philip K. Dick chez Umi Research Press). Son principe est de faire une analyse complète de l'ensemble de la production romanesque de PKD.

Substance mort (Denoel 1978).jpg

Après une introduction de Patrice Duvic, ce livre se déroule suivant un schéma assez clairement chronologique. Il est divisé en neuf chapitres d'une vingtaine de pages chacun et qui "découpent" l'oeuvre de Dick en autant de périodes allant des oeuvres "mainstream" de ses débuts (qui ont d'ailleurs été publiées posthumément) à celles "mystiques" de la fin (Siva, L'invasion divine, etc.). L'étude de chaque roman est menée avec l'aide des brouillons de l'auteur et s'appuie aussi sur d'autres analyses (celle de Suvin par exemple). Une postface du traducteur (Laurent Queyssi) et un index clôturent cet ouvrage qui ne propose pas de bibliographie.

Le guérisseur de cathédrales (PP 1980).jpg

Une des grandes forces de ce livre est d'être presque uniquement concentré sur le texte de PKD. A la différence d'autres ouvrages sur l'auteur où la partie biographique et tout le folklore qui tourne autour de lui sont des éléments centraux largement développés, ces divers aspects de la vie de l'auteur ne sont pas considérés par Robinson comme pertinents pour une analyse littéraire. On échappe ainsi à tous les poncifs et autres anecdotes (le FBI, la soeur, les drogues, etc.) qui encombrent généralement les réflexions sur l'auteur. Cela permet un salutaire retour sur le matériau primaire.

Le bal des schizos (Lattès 1979).jpg

A cette grande focalisation sur le matériau primaire s'ajoute bien sûr l'importante quantité de travail fournie par Robinson. Il a en effet rassemblé de nombreuses informations souvent inédites (à l'époque de parution VO de ce titre), notamment celles tirées des documents de travail de Dick conservés à l'Université de Californie. Avec en plus un prix attractif (chose rare chez cet éditeur), cet ouvrage est une vraie réussite à qui la seule chose que l'on pourra reprocher est d'avoir (délibérément) laissé de côté les textes courts de Dick malgré l'intérêt qu'offrent certains d'entre eux, y compris pour "expliquer" certains romans.

If 1964-10.jpg

Note GHOR : 3 étoiles