Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/12/2015

_Handbook of Vance Space_

Handbook of Vance Space : Michael ANDRE-DRIUSSI : 2014: Sirius Fiction : ISBN-13 978-0-9642795-7-5 (la fiche ISFDB du titre) : xxviii+187 pages : coûte une vingtaine d'USD pour un tp légèrement illustré disponible chez l'éditeur (), qui existe aussi en hc (-6-8).

Handbook of Vance Space.jpg

Malgré un léger changement de titre, cet ouvrage est la mise à jour (copieuse) du précédent Vance Space du même auteur (évoqué ici). C'est une sorte du guide touristique des mondes créés par Vance au fil de ses oeuvres. On y trouve la même passion et la même abnégation de la part d'André-Driussi, pour un résultat similaire en ce qui me concerne : un intérêt limité et une plus-value difficile à déterminer pour les amateurs "ordinaires" de Vance.

anglais,vance,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile (pour la folie de l'entreprise)

05/09/2014

_Demon Prince_

Demon Prince : The Dissonant Worlds of Jack Vance : Jack RAWLINS : 1986 : Borgo Press (série Milford/Popular writers of today #40) : ISBN-10 0-89370-263-3 : 104 pages (y compris index et bibliographie) : coûtait 7 USD pour un petit tp non illustré (existe aussi en hc -163-7), pas simple à trouver.

anglais,Vance,3 étoiles

Ce volume fait partie de la série de monographies d'auteurs (de SF en majorité) publiées par Borgo (et ses diverses incarnations) initialement dans les années 70 & 80 (voir ici pour la liste des titres). Il est donc consacré à Jack Vance, un des auteurs les plus connus du genre et qui, à l'époque, avait un peu levé le pied sur la production de textes de SF (la série des Alastor) et avait tenté une incursion dans la Fantasy "pure" avec la trilogie de Lyonesse. Il allait par la suite revenir à la SF pour ses derniers titres (les Caldwall et les Gaean Reach). A noter qu'il existe d'autres ouvrages sur Vance dont certains sont évoqués ici et .

anglais,vance,3 étoiles

Ce livre ne suit que partiellement les grandes lignes des titres de la même série. En effet, même s'il s'ouvre par l'habituelle chronologie et une brève introduction sur le personnage qu'était Vance, il abandonne la classique approche chronologique pour une exploration plus structurelle qui passe en revue successivement les mondes imaginés par l'auteur ("Vance's Worlds"), les astuces lexicales utilisées pour les décrire ("Vance's Words") et les intrigues et personnages que l'écrivain y déploie ("Vance's Plots"). Ces trois chapitres forment l'essentiel du volume et sont suivis par une courte conclusion qui évoque la (rétrospectivement brève) tentative de changement de genre de l'auteur et une assez longue (9 pages) interview. Une bibliographie secondaire sélective et un index clôturent l'ouvrage.

anglais,vance,3 étoiles

Cet ouvrage est un excellente surprise au sein d'une collection dont les titres sont souvent sans grand relief, généralement à cause de l'étroitesse du format imposé (embrasser la carrière d'un auteur en parfois une soixantaine de pages). Le choix d'une organisation originale s'avère ici payant et nous évite une n-ième liste chronologique, commentée et/ou résumée de la production d'un auteur. En se concentrant sur ce que décrit Vance, comment il le décrit et ce qu'il en fait par la suite, Rawlins se positionne en plein dans ce qui fait traditionnellement la force des écrits de l'auteur, à savoir l'évocation d'une société différente, y compris dans ses aspects les plus "ordinaires".

anglais,vance,3 étoiles

Il est aussi extrêmement rafraîchissant de voir que la posture de Rawlins sait aussi se faire critique, en particulier dans la dernière partie ("Vance's Plots"). En effet, l'auteur montre bien la quasi complète disparition de toute intrigue (et parfois de tout intérêt) au fur et à mesure de l'avancement de la carrière de Vance. Si, comme Rawlins le montre bien, il ne se passait déjà pas grand-chose dans les plus récents romans de Vance à l'époque de l'écriture de cet essai, le jugement aurait sans doute été encore plus sévère face à l'immobilisme de titres comme Lurulu ou Ports of Call. Mais l'on aime aussi Vance pour d'autres éléments que Rawlins détaille très bien : des sociétés vraiment autres (même si leur plausibilité est douteuse), un rythme reposant, un langage original (même si les francophones sont sans doute mieux armés pour en percevoir la construction) et surtout une "texture" détaillée qui lui est propre. En tout cas, il s'agit là probablement du meilleur livre sur Vance grâce à un "décorticage" approfondi et pertinent de la structure même de ses fictions.

anglais,vance,3 étoiles

Note GHOR : 3 étoiles

04/10/2010

_Vance space_

Vance space : Michael ANDRE-DRIUSSI : 1997 : Sirius Fiction : pas d'ISBN : 52 pages : coûte quelques USD pour un fascicule typé "fanzine" format A5 avec agrafage central, peu simple à trouver.

VNCSPC1997.jpg

Cet ouvrage a été écrit par Michael Andre-Driussi, un spécialiste de l'oeuvre de Gene Wolfe (on lui doit entre autres un lexique complet de la série Urth). Il s'agit d'un titre qui est un peu aux marges de ceux normalement couverts par ce blog puisque son sous-titre à rallonge est "A rough guide to the planets of Alastor cluster, the Gaean Reach, the Oikumene, & other exotic sectors from the science fiction of Jack Vance" ce qui indique bien que l'on est face à un des ces guides consacrés à certains univers fictionnels comme il en existe un certain nombre (par exemple sur Niven, Foster ou les Smith).

La machine à tuer (OPTA 1969).jpg

Il s'agit donc d'une sorte de guide touristique des mondes SF (et pas Fantasy) imaginés par Jack Vance. Ce volume prend la forme d'un dictionnaire des diverses planètes sur lesquelles se déroulent les romans et nouvelles de l'auteur, de la série des Princes Démons aux Alastor en passant par des standalones comme The moon moth ou Emphyrio. Par ordre alphabétique, de Aerlith (The Dragon masters) à Zeck (Wyst : Alastor 1716), Andre-Driussi recense toutes les informations données par l'auteur sur ces planètes, qu'elles soient géopgraphiques, politiques ou culturelles. Une chronologie de cet univers termine l'ouvrage qui comporte aussi une bibliographie secondaire et une carte stellaire centrale.

Emphyrio (PP 1986).jpg

On est là dans le domaine de l'hommage (ou de la passion pure) plus que dans celui de l'analyse ou la réflexion. Il est donc difficile d'avoir un avis raisonné sur cet ouvrage. Sans doute est-ce un régal pour les experts es-Vance (chose que je ne suis pas même si j'ai dû lire presque toute sa production) mais le simple amateur ne trouvera pas grand intérêt à cette suite d'informations auxquelles il manque clairement une mise en perspective.

The dragon masters (Ace Double 16640 1972).jpg

Connaissant la luxuriante imagination de l'auteur, il y avait sans doute matière à faire un véritable guide de ses mondes imaginaires. Il est clair qu'une telle entreprise demandera nettement plus de  travail que cette recension, certes sympathique, mais absolument brute (aucun commentaire autre que ceux de Vance) et qui manque visiblement d'une certaine organisation dans sa présentation (chaque entrée est presque structurée d'une façon différente). Même si c'est là un travail d'amateur, il n'apporte au final pas grand chose et c'est dommage parce que le concept est séduisant.

Les baladins de la planète géante (Le Masque 1981).jpg

Note GHOR : 1 étoile

26/03/2010

_Jack Vance : Critical appreciations and a bibliography_

Jack Vance : Critical appreciations and a bibliography : A. E. CUNNINGHAM (editor) : 2000 : The British Library : ISBN-10 0-7123-1102-5 : 232 pages (y compris bibliographie mais pas d'index) : coûtait 15 GBP pour un HC avec jaquette au tirage limité à 750 exemplaires, illustré de dessins originaux (de Paul Rhoads, qui a aussi fait la couverture), existe en version signée et augmentée de photos (-1103-3).

 Jack Vance british library.jpg

Cet ouvrage britannique est un recueil d'essais consacré à Jack Vance. Comme souvent quand il s'agit de cet auteur, c'est un produit à tirage limité et qui existe dans plusieurs déclinaisons. Piloté par Cunningham, le bibliographe de la bande, il est contemporain de et aussi lié à la VIE (la Vance Integral Edition, voir http://www.vanceintegral.com/), un projet collaboratif et pharaonique de publication de l'intégrale des textes de Vance qui montre que cet auteur est une valeur sûre pour vendre des éditions de luxe fort onéreuses à un petit groupe de fanatiques, une chose que Underwood-Miller (et maintenant Subterranean) ont bien comprise depuis longtemps.

Future tense (Ballantine 1964).jpg

Bénéficiant de textes dus aux plus grandes plumes du genre : auteurs (Ellison, Simmons, Wolfe) ou commentateurs (Langford, Shippey), ce livre comprend une dizaine d'essais de taille assez variable (de moins de dix à plus de quarante pages). On y trouve, outre de nombreuses évocations des textes de l'auteur (largement appuyés sur de longues citations), une analyse du thème de la vengeance, un petit segment autobiographique, l'avis d'un des éditeurs de Vance (Miller). Un des gros morceaux (soixante pages) du livre est une bibliographie (VO) qui couvre : les premières parutions (pour les nouvelles), les premières (ou remarquables) éditions (pour les livres), les adaptations et les livres secondaires. Cette bibliographie comprend aussi une chronologie et un index. A noter qu'une partie des textes seront traduits en VF dans Les univers de Jack Vance.

Dust of far suns (DAW 1981).jpg

Malgré le "critical" dans son sous-titre, cet ouvrage est plus un "companion" en hommage à Vance qu'une analyse critique. On est clairement dans la célébration et le souvenir ému plutôt que dans la déconstruction littéraire d'un auteur important mais qui, comme tant d'autres avant lui, a peut-être écrit le ou les "livres de trop". Du coup, ce titre offrira plus de plaisir à l'amateur de longue date qui se voit replongé dans des mondes familiers qu'à celui qui va chercher à comprendre comment fonctionnaient les récits de l'auteur.

Emphyrio (OPTA 1978).jpg

Malgré tout, c'est un ouvrage d'une grande qualité (belle jaquette, reliure solide, papier luxueux) qui, une fois n'est pas coutume, est proposé à un prix extrêmement attractif au regard de ses prestations. On pardonnera donc aisément son côté parfois un peu trop 'fan-boy' et sa partie bibliographique qui, si elle est bien faite et limpide, n'offre quand même pas les même prestations que le Currey (pour les premières éditions) ou que l'une des bibliographies plus complètes (et plus internationales) de Vance qui existent (Levack & Underwood, Benson & Stephensen-Payne ou Hewett & Mallett). Il suffit simplement de se laisser emporter par les souvenirs de la voix d'un conteur hors pair.

Tales of the dying earth (Orb 2000).jpg

Note GHOR : 2 étoiles

25/03/2010

_Jack Vance_

Jack Vance : Tim UNDERWOOD & Chuck MILLER (editors) : 1980 : Taplinger (série "Writers of the 21st century") : ISBN-10 0-8008-4295-2 : 252 pages (y compris bibliographie et index) : coûtait 6 USD pour un TP non illustré, existe aussi en HC (-4294-4).

Jack Vance.jpg

Ce livre, comme celui sur Asimov (http://ghor.hautetfort.com/archive/2010/03/08/isaac-asimo...) ou celui sur Clarke (http://ghor.hautetfort.com/archive/2009/06/09/arthur-c-cl...), fait partie de la brève (moins d'une demi-douzaine de titres) série de monographies des principaux auteurs de SF publiées par Taplinger aux USA. Il est donc consacré à Jack Vance, un auteur qui était, lors de l'écriture de cet ouvrage, au début d'une période faste où sa popularité deviendra très grande à la fois en SF (on est en plein dans la série des Princes-démons) et en Fantasy (la série Madouc un peu plus tard). Ceci changera dans les années 2000 où le nom de Vance s'effacera peu à peu, aidé par une production tardive assez peu intéressante et parfois proche de l'auto parodie.

The killing machine (Coronet 1980).jpg

Cet ouvrage est une compilation de huit essais originaux de taille très variable sur l'oeuvre de Vance encadrés par une introduction de Miller et une postface de Poul Anderson. Sous la plume de contributeurs célèbres, on trouve dans l'ordre : Spinrad sur The dragon masters, Close sur les nouvelles des années 40, Cox sur la côté parfois opposé aux valeurs du genre de Vance, Herron sur les similitudes avec Clark Ashton Smith, Willard sur le cycle de Tschaï, Silverberg sur la série Dying Earth, Dowling sur les space-opéra et enfin Tiedman sur Vance comme styliste (il s'agit d'un texte remanié, précédemment publié sous une forme différente). L'ouvrage se termine par une bibliographie primaire et secondaire complète mais se cantonnant aux premières éditions/parutions due à Tymn ainsi qu'un index thématique.

The worlds of Jack Vance (Ace 1973).jpg

L'ensemble est d'un excellent niveau et le plupart des contributions sont pertinentes. On appréciera particulièrement le texte sur les rapports assez étroits entre les textes de Vance et ceux de Smith qui s'appuie sur la matériau de base (les mots écrits par les auteurs) pour montrer que ce dernier est au minimum une source d'inspiration, si ce n'est pas plus. Intéressant est aussi le passage en revue détaillé des premières nouvelles qui montrent déjà les forces et les faiblesses de l'auteur.

Eight fantasms and magics (Collier 1970).jpg

C'est donc un livre solidement charpenté qui aborde à peu près toutes les facettes d'un auteur attachant et permet de se replonger dans les nombreux classiques de Vance. Il est de plus servi par une bibliographie certes schématique mais qui donne l'essentiel et bénéficie d'un ton relativement mesuré, ni trop enthousiaste ni trop critique qui a le mérite de bien "poser" bien les débats. Le seul regret que l'on puisse avoir est que le livre soit trop court (malgré ses plus de 200 pages) tant il y aurait de choses à dire.

The dragon masters (Ace Double F-185 1963).jpg

Note GHOR : 3 étoiles