Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/12/2018

_Hitler Dönitz and the Baltic Sea_

Hitler Dönitz and the Baltic Sea : The Third Reich's Last Hope 1944-1945 : Howard D. GRIER : 2007 (pour la première édition, celle-ci étant la deuxième et date de 2013) : Naval Institue Press : ISBN-13 978-1-59114-345-1 : xxii+287 pages (y compris index et bibliographie) : coûte 35USD pour un hc illustré de quelques cartes et photographies en n&b, disponible chez l'éditeur ().

Hitler Dönitz and the baltic sea.jpg

Ce livre est en quelque sorte un ouvrage "à thèse". En décrivant les opérations autour de la Baltique entre 1944 et la fin de la guerre, l'auteur (un professeur d'histoire américain) veut montrer que tous les choix militaires d'Hitler étaient uniquement faits afin de permettre la mise en service des nouveaux sous-marins allemands, essentiellement des Types XXI et XXIII (il nous épargne heureusement le grand numéro des sous-marins Walter, les armes miracles favorites des amateurs d'uchronie). Il commence par détailler les phases militaires (une grosse moitié du livre) puis nous explique ensuite dans les trois derniers chapitres les raisons ayant conduit Hitler à certaines décisions qui pourraient paraître surprenantes (le maintien en Estonie puis en Courlande, les nombreuses poches littorales laissées en Prusse, le soutien à la Finlande, l'obsession de la Norvège). Tout cela avec comme complice principal l'amiral (et successeur) Dönitz qu'il montre épousant complètement les vues de son maître et manipulant l'armée pour ses desseins.

The naval war in the Baltic 1939-1945.jpg

Le résultat est en tout cas plutôt convaincant et est visiblement basé sur des recherches intensives dans les archives d'époque (il y a presque quarante pages de notes correspondant à des références précises). Après, il est toujours difficile de déterminer à posteriori quelles étaient les motivations exactes d'un dictateur décédé, d'où une seconde partie plus spéculative alors que la première est le récit intéressant (même s'il manque un peu de cartes) d'une suite d'opérations rarement abordées au travers du prisme principal de la Baltique.

Écrire un commentaire