Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/08/2021

_Roger Zelazny_ (Cox)

Roger Zelazny : F. Brett COX : 2021 : University of Illinois Press (série "Modern masters of science fiction") : ISBN-13 978-0-252-08575-8 (la fiche ISFDB du titre) : x+208 pages (y compris bibliographie et index) : coûte 27.95 USD pour un tp non illustré, disponible chez l'éditeur (), existe aussi en hc (04376-5) et en ebook (05266-8).

Roger Zelazny (Cox).jpg

La carrière de Roger Zelazny (décédé brutalement en 1995 à à peine 58 ans) est assez "classique" pour un auteur de SF. Des débuts dans le fanzinat, une explosion grâce à des textes courts devenus classiques, une série concentrée de romans remarqués et, assez vite, le passage à un statut d'écrivain professionnel qui correspond à l'établissement d'une certaine routine avec des écrits, certes parfaitement compétents mais un peu plus "abordables" ("commerciaux" ?) et de fréquents retour dans des univers relativement balisés (Ambre, Dilvish, Francis Sandow). Du coup, la place de Zelazny dans le panthéon du genre est sans doute plus fragile que l'on aurait pu le croire, un état de fait que Cox déplore en pointant le peu d'intérêt du monde académique et une certaine désaffection des lecteurs malgré le travail remarquable de mise à disposition réalisé par NESFA avec cette intégrale.

Nine black doves (NESFA 2009).jpg

Sous la plume d'un professeur d'anglais (et accessoirement auteur de SF lui-même), il s'agit du plus récent volume consacré à Zelazny, sachant qu'il en existe trois autres, Yoke, Krulik et Lindskold (sur lequel je n'ai pas encore mis la main), tous datant des années 90. Cet ouvrage fait partie de l'indispensable collection de monographies publiées par l'université de l'Illinois. On y retrouve le canevas standard de ce type d'ouvrage avec une brève partie biographique (le premier chapitre) suivi d'un parcours chronologique de la carrière de l'auteur en quatre longues parties. On notera l'étonnante présence de cette interview de Zelazny, un document court (8 pages) et assez ancien (il date de 1972). On trouve aussi à la fin de l'ouvrage une bibliographie (primaire et secondaire) ainsi qu'un index.

Home is the hangman (Tor Double 21).jpg

Comme j'aime bien Zelazny (peut-être parce que j'ai évité de lire ses fins de séries de pseudo fantasy), j'ai apprécié cet ouvrage qui est dans la bonne moyenne de la série d'UIP. Il est clair que Cox est un inconditionnel de l'auteur, ce qui explique sans doute la difficulté que l'on sent bien quand il s'agit pour lui d'aborder les dernières œuvres de Zelazny. Certains d'entre elles (comme les collaborations avec Lindskold ou d'autres -Saberhagen, Thomas, Sheckley, ) sont d'ailleurs discrètement et rapidement et heureusement passées à la trappe. Paradoxalement et malgré tous les efforts de Cox, la structure et le discours mêmes de l'ouvrage ne peuvent que confirmer que Zelazny est un auteur qui a cessé d'être central pour le genre dès la fin des années 70 pour devenir un professionnel fiable mais prévisible. 

Lord Démon (Folio 2003-10).jpg

Comme souvent avec les titres de cette série, une fois le livre refermé, on a une vague impression de "pas assez". Une impression que l'on peut rationaliser en faisant le constat qu'il n'y a en fait que 150 pages de texte aéré dans le livre, ce qui fait un peu léger pour un auteur comme Zelazny, mais il s'agit sans doute d'une contrainte imposée par l'éditeur. Un dernier mot pour finir, pour l'avoir rencontré à la convention de 1988 à Paris, Zelazny était, comme le souligne bien Cox, un vrai Monsieur, fort agréable.

To die in Italbar (Faber & Faber 1975).jpg

Note GHOR : 2 étoiles

Écrire un commentaire