Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/09/2015

_Back in the Spaceship Again_

Back in the Spaceship Again : Juvenile Science Fiction Series Since 1945 : Karen SANDS & Marietta FRANK : 1999 (pour la première édition) :  Greenwood Press (série Contributions to the Study of Science Fiction and Fantasy #84) : ISBN-10 0-313-30192-1 (la fiche ISFDB du titre) : x+152pages (y compris bibliographie et index) : coûte actuellement 64 USD pour un hc non illustré sans jaquette chez l'éditeur (). A noter que mon exemplaire est une deuxième impression (comme l'indique la page de copyright) à la date publication inconnue.

Back in the spaceship again.jpg

 

Il existe un certain nombre de titres consacrés à la SF pour la jeunesse que cela soit d'une façon générale (le plus récent étant celui de Mendlesohn évoqué là) ou dans le cadre d'études consacrées à un auteur (comme le récent livre Major sur les juveniles d'Heinlein). La démarche de Sands (une professeur d'anglais) et de Frank (une bibliothécaire) est légèrement différente puisqu'elle se concentre sur les séries pour les jeunes (délaissant donc tous les standalones) et que, outre les "juveniles" dans leur définition habituelle (type Heinlein), elle englobe aussi les livres destinés aux plus jeunes enfants (ce que l'on appellerait des livres d'images). A noter que, pour des raisons pratiques (surtout d'accès), l'ouvrage se borne à étudier des textes en anglais et parus depuis 1945.

anglais,juvenile,1 étoile

Après une courte préface et une introduction qui précise les contours du projet, l'ouvrage adopte une division thématique en huit chapitres. Sont ainsi explorés par tranche d'âge les thèmes du robot, des animaux familiers, de la présence féminine, de l'humour, de la science, des utopies/dystopies, des extraterrestres et enfin de la préoccupation souvent présente du passage à l'âge adulte. Une copieuse (plus de vingt pages) bibliographie commentée des séries (en anglais) entrant dans le champ d'étude de l'ouvrage est fournie en annexe ainsi qu'une bibliographie générale et un index.

anglais,juvenile,1 étoile

Considérant la taille importante du domaine étudié et le fait que, hormis une petite minorité de titres par des auteurs connus, la plupart des œuvres citées n'ont pas été traduites en français (ou alors sont comme certains titres de Wollheim ou Del Rey parus dans les années 50 à peu près inaccessibles sauf à certains collectionneurs), il est clair que l'intérêt de ce livre est mécaniquement assez limité pour des amateurs francophones. Les noms de Ruthven Todd ou de Joanna Cole nous "parlent" en effet nettement moins que ceux de Philippe Ebly ou Michel Grimaud.

anglais,juvenile,1 étoile

De plus, l'approche choisie par les auteurs (un parcours thématique) est finalement assez pauvre (sans parler du fait que le livre est particulièrement mince) et se réduit parfois à une succession de résumés d'intrigues ou à des généralités ("les animaux familiers sont surtout des chiens et des chats"). Le fait de ne pratiquement se baser sur un petit nombre d'exemples (certaines séries reviennent en permanence) a aussi tendance à appauvrir le discours et à faire tiquer à la vingtième mention d'un des dix livres consacrés à Miss Pickerell. Tout cela manque vraiment d'une analyse en profondeur soit littéraire soit économique (puisque l'on est là plus dans le commerce que dans l'art) et limite l'attrait du livre pour qui n'a pas été un enfant dans les USA des années 50-60.

anglais,juvenile,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile

28/08/2015

_L'enseignement du français par la science fiction_

L'enseignement du français par la science fiction : Pierre FERRAN (editor) : 1979 : Les Editions ESF (collection "Sciences de l'éducation") : ISBN-10 2-7101-0199-8 (la fiche ISFDB du titre) : 155 pages (y compris index et bibliographie) : semble avoir coûté 55 FRF pour un tp non illustré pas forcément très fréquent.

L'enseignement du français par la science fiction.jpg

La science-fiction a parfois été présentée par certains amateurs aux enseignants de tous niveaux comme une éventuelle solution pour intéresser des élèves de moins en moins attirés par la lecture (ou tout autre matière scolaire). Basé sur le principe que l'on peut "enrober" une matière dans un sujet que l'on pense apprécié des jeunes, cette approche ressurgit périodiquement des deux côtés de l'Atlantique. Elle a donné naissance à un certain nombre d'ouvrages (peu nombreux mais apparaissant régulièrement, de Grenier à Picholle & Blanquet en VF et de Tymn à Sawyer & Wright en anglais) à vocation pédagogique et à destination principalement des enseignants.

français,0 étoile

Sous la direction de Pierre Ferran (à qui l'on doit aussi quelques nouvelles) cet ouvrage rassemble plusieurs enseignants/amateurs du genre dont bizarrement, les contributions ne sont pas identifiées. Après une déclaration d'intention, l'ouvrage se poursuit par un recensement des attitudes habituelles face à la science-fiction (ainsi que l'habituel jeu de la définition). Suivent les trois parties principales qui retranscrivent des approches pédagogiques effectivement réalisées et ce suivant les niveaux scolaires (primaire, premier cycle, deuxième cycle). Juste avant la courte conclusion, un dernier chapitre synthétise les forces du genre pour l'enseignement. Quelques annexes sont proposées : une bibliographie commentée, une enquête sur les lecteurs, une sorte de quizz et un index.

français,0 étoile

N'étant pas enseignant, mon bref avis est bien évidemment à prendre avec toutes les réserves d'usage. J'ai trouvé cet ouvrage plutôt décevant. La réflexion sur la SF est très convenue et est surtout délivrée avec un ton vaguement ironique qui dessert probablement les objectifs de cette entreprise. Les récits d'expérience sur le terrain sont potentiellement intéressants (malgré une forme qui les rend parfois presque illisibles) mais soit trop peu travaillés soit "disqualifiés" par le fait de n'avoir pas pu être menés à leur terme. A mon niveau, cet ouvrage n'offre donc strictement aucun intérêt et je ne vois pas comment l'ensemble est transposable par d'autres enseignants.  Au final, ce livre part d'une intention louable mais souffre d'une réalisation déficiente et d'une organisation trop bâclée.

français,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile (et encore).

17/08/2015

_Conan Meets the Academy_

Conan Meets the Academy : Multidisciplinary Essays on the Enduring Barbarian : Jonas PRIDA (editor) : 2013 (d'après le copyright) : McFarland (ne semble pas faire partie de l'habituelle série "Critical explorations in Science Fiction and Fantasy") : ISBN-13 978-0-7864-6152-3 (la fiche ISFDB du titre): 216 pages (y compris bibliographie) : coûte 35USD pour un TP disponible chez l'éditeur qui existe aussi en e-book.

Conan meets the academy.jpg

Le personnage de Conan est sans doute celui qui symbolise le mieux l'Heroïc Fantasy aux yeux du grand public (plus que ceux de Tolkien qui sont individuellement moins connus). Depuis sa création par Howard dans les années 30 (dans la revue Weird Tales) et avec l'aide de multiples déclinaisons ou reprises (romans, nouvelles -parfois sous d'autres plumes-, images -pensez Frazetta-, comics et surtout films) il incarne "le" barbare à la grande épée qui massacre son chemin dans un univers vaguement antique. C'est donc sur ce personnage (tel que créé par Howard) mais aussi sur l'icône culturelle qu'il est devenu (essentiellement grâce à Schwarzenegger) que Jason Prida (un professeur d'anglais du Vermont dont c'est là le seul ouvrage connu) a choisi de rassembler ce recueil d'essais.

anglais,conan,2 étoiles

Rassemblant dix essais inédits, cet ouvrage débute par une préface et une introduction de Prida qui visent à mieux préciser les contours du phénomène Conan. L'ouvrage est ensuite divisé en deux parties. La première (6 essais) est consacrée au "vrai" Conan (c'est à dire celui qui ressort des propres textes de Howard) et aborde plusieurs pans de l'univers créé par l'auteur à divers niveaux : sa géographie (et ses probables sources d'inspiration), le concept même de barbare tel que raffiné par REH au fil de ses écrits, les liens entre les femmes et la civilisation dans cet univers fictif, les liens avec le Western, les stéréotypes raciaux de l'auteur et enfin appliquent des méthodes d'analyses statistiques pour déterminer les "vrais" auteurs de tel ou tel texte. La deuxième partie ne comporte que quatre essais qui débutent par une analyse des liens entre Conan et le sénateur Schwarzenegger puis se focalisent sur le Conan "culturel" en explorant sous l'angle de la masculinité ou de l’homosexualité les communautés électroniques qui se sont constituées autour du héros. Un court index clôture cet ouvrage qui a la particularité d'avoir été écrit majoritairement par des nouveaux auteurs (d'ailleurs plutôt du domaine des études de lettres).

anglais,conan,2 étoiles

Il est surprenant, au vu de sa grande popularité, de constater que cet ouvrage est le premier intégralement consacré à ce héros. C'est à la fois le signe de la faiblesse de la réflexion sur la fantasy (si l'on excepte bien sûr les hordes de livres sur Tolkien) au niveau universitaire et celui d'une évolution des choses. C'est d'autant plus intéressant que cet ouvrage est plutôt séduisant même pour un amateur modéré du genre comme je le suis. La première partie est particulièrement bien faite et éclaire bien, au travers de ses écrit, le personnage qu'était Howard (on échappe quand même heureusement à tout le folklore autour de sa mort). Sans chercher d'excuses, elle nous montre un auteur pur produit de son époque (les années 20-30) et de ses origines (le Texas), des éléments qui résonnent fortement dans son œuvre.

anglais,conan,2 étoiles

Il y a même des essais qui sont assez fascinants mais qui auraient sans doute gagnés à être plus développés (celui sur l'analyse mathématique des textes et celui sur les forums de discussion) et dont la partie "explication de la méthode" est parfois un peu rebutante. Je suis plus dubitatifs sur la seconde partie de l'ouvrage où l'on est plus dans l'énoncé d'évidences ("Conan c'est macho", "on n'aime pas les homos sur Internet", "le rose cela fait fille") malgré des sujets (par exemple les interactions dans les forums de discussion ou la customisation des personnages de MMORPG) qui offrent probablement un grand potentiel d'études. Au final, une bonne surprise sur un sujet qui, à la base, ne m'intéressais pas particulièrement.

anglais,conan,2 étoiles

Note GHOR : 2 étoiles

04/05/2015

_Holy Sci-Fi!_

Holy Sci-Fi! : Where Science Fiction and Religion Intersect : Paul J. NAHIN : 2014 : Springer (série "Science and Fiction") : ISBN-13 978-1-4939-0617-8 : xviii+224 pages (y compris index et bibliographies) : coûte 21 Euros chez l'éditeur (ici) pour un tp légèrement illustré qui existe aussi en version e-book.

Holy Sci-Fi.jpg

Sous la plume de Paul J. Nahin (un professeur d'ingénierie américain à qui l'on doit un certain nombre d'ouvrages aux frontières de la science et de la SF ainsi qu'une vingtaine de nouvelles courtes), ce livre se penche sur les interactions entre la SF (en excluant la Fantasy) et la religion. Les rapports entre ces deux domaines ont été souvent houleux sans doute pour cause de compatibilité limitée entre leurs perceptions respectives de l'univers (même s'il existe une Christian SF qui reste confidentielle). Cela n'empêche pas l'existence d'un certain nombre d'ouvrages sur le sujet, dont en particulier celui-ci par McKee au projet et à la construction très proches de celui de Nahin.

anglais,2 étoiles

Après une longue introduction où l'auteur (qui se dit "athée" ou mieux "agnostique") précise sa position par rapport aux religions et aux croyances qu'elles proposent, l'ouvrage se divise en sept parties globalement thématiques d'une vingtaine de pages chacune. Dans la première d'entre elles, l'auteur se penche tout d'abord sur la proto-SF. Il passe en revue dans les chapitres suivants les principaux thèmes du genre : la cosmologie, les robots, les ordinateurs, les extraterrestres (surtout sous l'angle SETI), le voyage dans le temps (pour assister à la crucifixion) et enfin la confrontation directe avec les déités. Outre une bibliographie et un index, l'auteur nous offre divers bonus : un article sur les probabilités (sur la théorie des jeux) et cinq short-shorts (trois sont de lui et deux de Benford) issues de Nature et d'Analog. A noter qu'un petit nombre d'illustrations (surtout des comic strips) agrémentent l'ensemble.

anglais,2 étoiles

Il est évident que Nahin emprunte dans ce livre des chemins déjà parcourus par d'autres. On va donc y (re)croiser les habituelles oeuvres qui traitent de la religion : les romans A Case of Conscience (Blish), Behold the Man (Moorcock), The Sparrow (Russell) ainsi que les nouvelles For I Am a Jealous People (Del Rey), The Nine Billion Names of God (Clarke) ou The Quest for Saint Aquin (Boucher). Ce petit air de "déjà-vu" est contrebalancé par la présence de textes nettement moins connus, y compris des mêmes auteurs (par exemple Evensong de Del Rey). Comme avec le livre de McKee, il s'agit d'une promenade dans la mémoire du genre (il y a finalement assez peu de textes vraiment récents étudiés en profondeur si ce n'est celui de Chiang : Hell Is the Absence of God) qui est bien rafraichissante.

anglais,2 étoiles

On pourra quand même trouver que l'ensemble manque pas mal de "structure" et que Nahin se disperse parfois un peu avec des passages un peu hors-sujet (comme par exemple une longue évocation de First Contact de Leinster) ou des digressions un peu envahissantes sur des sujets qui semblent lui tenir à coeur. Tout cela est très sympathique d'autant que l'on évite le prosélytisme omniprésent de certains livres sur le sujet (comme ceux dus à Sammons ou Fernandez). En remerciement de cette balade commentée, on excusera même la petite coquetterie que représente l'inclusion par Nahin de ses propres fictions (qui ne sont d'ailleurs pas terribles mais restent quand même au-dessus de celles de Benford).

anglais,2 étoiles

Note GHOR : 2 étoiles

01/04/2015

_The Transcendent Adventure_

The Transcendent Adventure : Studies of Religion in Science Fiction/Fantasy : Robert REILLY (editor) : 1985 : Greenwood Press (série "Contributions to the Study of Science Fiction and Fantasy" #12) : ISBN-10 0-313-23062-5 : x+266 pages (y compris index et bibliographies) : coûtait (semble-t-il) 35 USD pour un hc non illustré et sans jaquette.

The transcendent adventure.jpg

Cet ouvrage est l'un des premiers de la série de titres publiés par Greenwood Press dans sa copieuse collection Contributions to the Study of Science Fiction and Fantasy (plus d'une centaine de livres sur une vingtaine d'années). Rassemblés par Robert Reilly (un professeur d'anglais à qui l'on doit quelques articles et critiques), ce recueil d'essais inédits (et qui le resteront sauf celui sur Farmer) part du constat que la foi en la science habituellement manifestée par le genre est moins représentée et que, à contrario, l'intérêt pour la religion (re)devient l'une des façons d'explorer les chemins de la transcendance.

Le silence de la Terre & Voyage à Vénus & Cette hideuse puissance (OPTA 1967).jpg

Après la classique introduction de l'assembleur du volume qui en précise le projet et la structure, l'ouvrage se présente sous la forme d'un recueil de quinze essais de taille assez variable (entre dix et vingt pages) séparés en quatre parties. La première est consacrée à des textes (il y en a quatre) de portée générale sur les rapports entre SF et religion. La deuxième, la plus courte (trois essais), se concentre sur C. S. Lewis et James Blish en étudiant la trilogie Vénus du premier et A Case of Conscience du second. La troisième partie, la plus étoffée, étudie un certain nombre d'auteurs ou de textes précis (dans l'ordre : PKD, Farmer, Herbert, Lessing, A Canticle For Leibowitz, Mockingbird (Tevis), Tolkien et Zelazny). La dernière partie est constituée des annexes : bibliographie primaire non commentée d’œuvres sur la religion, bibliographie secondaire sur le même sujet et index.

L'oiseau d'Amérique (JL 1981-10).jpg

On me pardonnera ce jeu de mots, mais le moins que l'on puisse dire est que l'ensemble n'est tout simplement pas transcendant. Tout d'abord, la simple quantité de matière n'est finalement pas très importante, avec une maquette assez aérée et un volume d'annexes élevé. Du coup, le vaste sujet qu'est l'analyse des rapports entre SF, science et religion n'est qu'effleuré, impression accentuée par la structure même du livre qui fonctionne essentiellement par petites touches en se focalisant sur quelques œuvres et quelques auteurs qui reviennent régulièrement.

L'île des morts (OPTA 1971).jpg

En plus, la qualité même des articles est parfois assez quelconque. Ceux de la première partie versent par exemple plutôt dans une théologie assez fumeuse et émettent même de discrets relents de prosélytisme. Le deuxième partie a bien du mal à trouver des choses originales à dire sur des textes largement commentées depuis des décennies et parfois sur des longueurs bien plus conséquentes (par exemple par Ketterer en ce qui concerne Blish). Seule la troisième partie (la quatrième, les bibliographies, étant strictement anecdotique) offre des pistes de réflexion intéressantes sur des choses parfois peu souvent évoquées (Tevis) ou originales (l’influence perse sur The Lord of the Rings même si les éléments fournis semblent un peu légers). L'impression d'ensemble est toutefois celle d'un recueil d'essais sans grand relief ni originalité, ce qui est dommage au vu du tarif demandé.

anglais,1 étoile

 

Note GHOR : 1 étoile