Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/07/2013

_The man from Mars_

The man from Mars : Ray Palmer's amazing pulp journey : Fred NADIS : 2013 : Jeremy P. Tarcher/ Penguin : ISBN-13 978-0-399-16054-7 : xiii+289 pages (y compris bibliographie et index) : coûte 28.95 USD pour un hc avec jaquette illustré en n&b, disponible dans toutes les bonnes librairies en ligne.

anglais,palmer,2 étoiles

Parmi les rédacteurs en chef importants de la SF, si les amateurs arrivent assez facilement à "placer" des gens comme Campbell, Boucher ou Gernsback, il leur est parfois plus difficile de dire qui était Raymond Palmer. Pourtant la carrière de ce personnage a été longue et son influence certaine. A la tête d'Amazing (et de son cousin Fantastic Adventures) durant toutes les années 40, il a été l'un des "seconds couteaux" essentiels de la scène SF américaine. Mais, outre-atlantique principalement, on se souvient surtout de lui (en mal) pour son invention du "Mystère Shaver", une vaste entreprise de mystification à base de civilisations souterraines héritières de Lémuria ou de l'Atlantide, d'influences maléfiques et de grands anciens déchus ou pas. Il sera par la suite de toutes les "modes" pseudo-scientifiques, allant des OVNIs à la théorie de la Terre creuse en passant par la lecture de messages présents dans les roches. 

anglais,palmer,2 étoiles

C'est donc la biographie de Raymond A. Palmer (rap pour les intimes) que Fred Nadis (un spécialiste de la culture populaire US) entreprend de nous narrer au travers de cet ouvrage. De façon structurelle, l'ouvrage emploie la forme chronologique la plus classique et nous détaille la vie (de sa naissance en 1910 à sa mort en 1977) et la carrière de son sujet en dix chapitres d'une taille homogène même si les périodes couvertes sont bien évidemment d'une amplitude temporelle variable, le gros de l'ouvrage étant consacré aux années 1945-1960 (du mystère Shaver aux soucoupes volantes). L'ensemble est illustré d'une vingtaine de vignettes en n&b (photos de rap et diverses reproductions de documents) et propose aussi une bibliographie et un index.

anglais,palmer,2 étoiles

A la lecture (et en dépit d'une couverture et d'un titre un peu trop "accrocheurs"), cette bibliographie présente tout le sérieux nécessaire à un tel travail malgré le côté parfois un peu "azimuté" de son sujet. Agréable à lire, elle nous renvoie l'image d'un personnage complexe dont il est difficile, même avec le recul, de savoir s'il était un bateleur donnant à son public le sensationnel qu'il attendait ou un croyant qui pensait vraiment authentiques toutes les théories du complot qu'il épousait et qu'il publiait dans les colonnes de ses nombreux magazines (Amazing puis Fate ou Mystic). Nadis nous aide d'ailleurs à mieux cerner tout cet ensemble de croyances aux marges de la science ou de la société grâce à un discours très pédagogique.

anglais,palmer,2 étoiles

Avec un personnage comme Palmer qui est ainsi passé de la SF au mysticisme populaire, il est clair que l'amateur d'histoire du genre pourra trouver que la partie consacrée à celui-ci est la plus maigre. En effet, la carrière d'"editor" de Palmer est surtout évoquée dans le premier tiers du livre. Même si les recherches de Nadis ont été impeccablement menées (on y trouvera des sources de première main ainsi que la plupart des textes standards sur le sujet, de Ashley à Westfahl en passant par Davin), des périodes comme celle de sa direction d'Universe ou sa collaboration avec Bea Mahaffey sont trop rapidement survolées. On aurait aimé voir la réelle influence de Palmer sur le genre analysée plus en détail, même si, de façon logique, Nadis se concentre sur le domaine de la culture populaire qu'il maîtrise complètement. En tout cas, c'est un texte à lire sur un acteur important du genre.

anglais,palmer,2 étoiles

Note GHOR : 2 étoiles

08/02/2013

_Into your tent_

Into your tent : The life, work and family background of Eric Frank Russell : John L. INGHAM : 2010  : Plantech UK : ISBN-13 978-0956457-60-8 : viii+362 pages (y compris bibliographie mais pas d'index) : coûtait 9.99 GBP pour un tp avec quelques illustrations en n&b.

Into your tent.jpg

Publié par un étrange éditeur (puisque Plantech UK est en fait une firme spécialisée dans les composés chimiques issus de plantes), cet ouvrage est une biographie de l'écrivain britannique Eric Frank Russell (1905-1978). Il s'agit là du premier livre consacré à cet auteur si l'on omet les bibliographies "pures" existantes (celle de F. Valéry : http://ghor.hautetfort.com/archive/2009/11/26/russell-val... et les différentes versions parues de celle parue chez GCP/Borgo). Une chose étonnante au vu de la stature d'EFR qui, après avoir été révélé par le Fortéen Sinister Barrier (1939, dans le premier numéro de la revue mythique Unknown), a été l'un des auteurs "phares" des années 1945-1955 avec de nombreuses parutions dans la revue leader Astounding.

Sinister barrier (Fantasy Books).jpg

Après une très courte préface d'A. D. Foster (à qui l'on doit en 1995 l'expansion en roman de la nouvelle Design for Great-Day/The Ultimate Invader), l'ouvrage se compose de dix chapitres de longueur inégale. Les cinq premiers, qui forment l'essentiel de l'ouvrage, déroulent la biographie de l'auteur en la divisant en plusieurs phases, sachant que le premier chapitre (75 pages) est consacré à la l'histoire familiale de l'auteur. On passe ensuite aux premiers écrits, puis à la période de la 2GM (où EFR a servi dans la RAF), la période de maturité et enfin la fin de la carrière de l'auteur, victime d'une sorte de burn-out vis à vis du genre. Les chapitres suivants sont de taille variable : EFR et le cinéma, les écrits de non-fiction de l'auteur, une sorte de conclusion, une bibliographie des textes en anglais et une bibliographie des textes traduits. Le tout est agrémenté de quelques photos en n&b mais bizarrement ne comporte pas d'index.

Design for great-day (Tor 1996).jpg

Il est clair qu'il s'agit là de l'oeuvre maîtresse d'un fan de Russell (il ne semble pas exister d'autres écrits de Ingham) et il faut s'incliner devant le travail fourni. Travail de recherche d'autant plus difficile que Russell semblait beaucoup tenir à sa vie privée et pouvait être plutôt désagréable vis à vis des curieux. Si l'on excepte le (trop, à mon avis) développé premier chapitre qui traite en long et en large des vies des Russell et alliés depuis 1803, la partie biographie est très intéressante à lire et fourmille de détails sur les oeuvres, leur écriture et les diverses modifications qu'elles ont pu subir. De plus, et ce n'est parfois pas le cas dans d'autres biographies, le contexte éditorial du genre est toujours présent dans le récit d'Ingham, comme le sont les nombreux impératifs économiques (droits territoriaux, propriété des textes, spécificités de certains marchés, délais de parution ou de paiement) du domaine; un ensemble de contraintes qui pèsent sur l'écrivain professionnel et ne sont pas sans conséquences sur sa carrière littéraire.

anglais,russell,3 étoiles

Le reste du livre est d'un aussi bon niveau même si la partie sur la non-fiction de Russell n'est pas indispensable du fait de l'extrême difficulté à se procurer les textes en question (y compris pour le biographe lui-même). On appréciera aussi la qualité de la bibliographie, y compris de celle en VF où il est rare de trouver quelqu'un qui a remarqué que, par exemple, les deux variantes de (La) Sentinelle de l'espace au Masque ne portent pas le même titre (et sont d'ailleurs attribuées à Eric Frank Russel, comme la version sérialisée dans Satellite). Hormis la trop longue partie familiale du début (les aventures du petit cousin de la grand-tante de l'auteur), on pourra seulement reprocher à cet ouvrage quelques redites (dans le chapitre 8 par exemple) et une structure chronologique parfois complexe. En tout cas, c'est un ouvrage indispensable à qui veut appréhender la carrière un auteur important du genre.

anglais,russell,3 étoiles

Note GHOR : 3 étoiles

08/04/2011

_The ides of Octember_

The ides of Octember : A pictorial bibliography of Roger Zelazny : Christopher S. KOVACS : 2010 : NESFA Press : ISBN-13 978-1-886778-92-4 : 399 pages (y compris index) : coûte 36 USD pour un TP illustré, disponible chez l'éditeur (www.nesfa.org).

The ides of octember.jpg

Dans le cadre de leur remarquable intégrale des nouvelles de Zelazny, (un superbe ensemble de six volumes de presque 600 pages chacun, riches en textes rares et en paratexte passionnant), les éditions NESFA ont aussi sorti cette bibliographie illustrée de Roger Zelazny. Cet auteur, autrefois un des phares de la New Wave américaine, est, comme tant d'autres, en train de glisser dans un relatif oubli malgré la réputation (particulièrement en France) de sa série Ambre.

Power & light (NESFA 2009).jpg

Cet ouvrage est donc une classique bibliographie de l'auteur qui, à la différence de ses prédécesseurs (Levack, Stephensen-Payne), se concentre uniquement sur les parutions en langue anglaise. On y retrouve l'organisation habituelle avec un nombre important de parties plus ou moins volumineuses qui couvrent d'une façon classique les textes de Zelazny (livres, nouvelles, non-fiction, poésie, recueils; le tout formant les deux tiers de l'ensemble) et ceux sur Zelazny (interviews, études, bibliographies, critiques. Chaque section est organisée par ordre alphabétique et présente les données bibliographiques habituelles suivant le type de texte (date, éditeur, ISBN, pagination, illustrateur, prix, etc.). A noter que seules les rééditions/réimpressions avec changement de couverture sont indiquées. Le tout est illustré de reproductions de couvertures format vignette (à peine plus grandes qu'un timbre poste) en N&B et est accompagné de plusieurs index.

Analog 1975-11.jpg

Cet ouvrage sera un régal pour le bibliographe amateur de Zelazny. A la fois récent et bénéficiant des longues recherches de Kovacs (on appréciera par exemple son travail sur les "Phantom Titles", les scories bibliographiques qui finissent toujours par apparaître), il est une acquisition indispensable même si son prix est comparativement assez élevé. La partie consacrée aux nouvelles est particulièrement riche et exhaustive.

anglais,zelazny,3 étoiles

Bien évidemment, on pourra toujours trouver quelques points à critiquer comme la petitesse des illustrations ou des points de détails (l'oubli d'une version de Coils datant de 1988 à la couverture différente de l'EO qui aurait donc dû être listée). Toutefois la vraie question que pose cet ouvrage malgré ses qualités indéniables est celle de sa véritable plus-value par rapport à des sources d'information en ligne. Pour être franc, il n'y a pas grand chose de plus dans ce livre sur le plan strictement bibliographique que ce que l'on peut tirer (avec les précautions d'usage) d'un site comme l'ISFDB, y compris les couvertures. Du coup la supériorité de cet ouvrage réside uniquement dans  certains points (poésie, adaptations dans d'autres médias, ou articles sur Zelazny) que l'on pourrait aisément voir comme annexes par rapport au coeur du projet, d'où la question de son utilité.

anglais,zelazny,3 étoiles

Note GHOR : 3 étoiles

03/11/2010

_Outermost : The art + life of Jack Gaughan_

Outermost : The art + life of Jack Gaughan : Luis ORTIZ : 2010 : Nonstop Press : ISBN-13 978-1-933065-16-8 : 176 pages (y compris index) : coûte 40 USD pour un HC illustré (format carré) disponible en neuf chez l'éditeur (http://nonstop-press.com/?page_id=12&category=1&p...).

Outermost.jpg

Un peu aux marges des titres couvert par ce blog, cet ouvrage fait plutôt partie de la catégorie des "pictorial", c'est à dire les livres essentiellement consacrés aux illustrations ou aux illustrateurs. Il s'agit ici d'une sorte de biographie illustrée de Jack Gaughan. Celui-ci est un des dessinateurs phares de la SF US dans les décennies 60 et 70 dont le travail pour DAW ou Ace est resté dans les mémoires des amateurs, y compris des francophones puisqu'un nombre non négligeable des ses oeuvres se sont retrouvées sur des titres publiés en France.

Entry to elsewhen (DAW 1972).jpg

Après une introduction de l'épouse de Gaughan, cet ouvrage se divise en une quinzaine de chapitres qui suivent classiquement (et chronologiquement) la carrière de l'auteur, de sa naissance en 1930 dans l'Ohio à son décès précoce en 1984. On y rencontre ses mentors (Hannes Bok), ses collègues (Finlay, Schoenherr) ou ses clients (Wollheim, Carr). Un index clôture cet ouvrage qui se caractérise par une iconographie abondante (plus de 500 images) tant en couleur qu'en N&B et qui mêle brouillons, croquis préparatoires, croquis et oeuvres publiées (les couvertures elles-mêmes).

Sentinelle de l'espace (Le Masque 1974).jpg

Physiquement, l'ouvrage est d'une grande qualité (papier, reliure, niveau de reproduction) et le résultat est visuellement superbe. C'est un régal que de se plonger dans l'imaginaire de cet artiste tout en étant bien guidé par les nombreux dessins intermédiaires qui permettent d'appréhender la façon de travailler de Gaughan. L'utilisation intensive des cahiers de brouillons de l'illustrateur est ici un plus indiscutable qui permet au livre de ne pas être qu'un simple catalogue de reproductions de couvertures.

IASFM 1979-04.jpg

Par opposition à la partie graphique, je serais plus réservé sur la partie textuelle qui m'a semblé un peu en dessous de l'iconographie. Le récit est relativement sans relief et, pour l'amateur de SF, se concentre un peu trop sur les premières années de la vie de l'artiste. Ceci induit d'ailleurs un décalage assez désagréable entre les illustrations (qui datent pour la plupart de la période tardive de Gaughan) et le texte lui-même. Il arrive même qu'une oeuvre soit évoquée dans le texte à une certaine page mais qu'elle ne soit reproduite que vingt pages plus loin. C'est malgré tout un ouvrage fort attachant qui rend parfaitement hommage à un des ces artistes qui ont influencé l'identité visuelle du genre.

Off center (Ace Double M-113 1965).jpg

Note GHOR : 2 étoiles

03/09/2010

_Reflections of A. E. Van Vogt_

Reflections of A. E. Van Vogt : A. E. VAN VOGT : 1975 : Fictioneer Books : pas d'ISBN : 136 pages (y compris bibliographie mais pas d'index) : coûtait 3.50 USD pour un TP avec quelques photos N&B, difficilement trouvable.

Reflections of A E Van Vogt.jpg

Edité par Fictioneer Books, la firme spécialisé créée par David Anthony Craft qui produira quelques ouvrages consacrés au genre avant de se concentrer sur les comics, ce titre est une autobiographie de Van Vogt. Cet auteur, comme certains autres (on pensera à RAH) a la particularité maintes fois vérifiée de déchaîner les passions. Génie pour les uns, "gâcheur cosmique" pour les autres, il ne laisse jamais indifférent et son empreinte sur le genre est indéniable.

Future glitter (Ace 1973).jpg

Ce livre débute par deux préfaces, une due à Forrest J. Ackerman et l'autre à la plume de l'auteur lui-même. D'une façon prévisible avec Van Vogt, on ne retrouve pas vraiment l'habituel schéma chronologique des autobiographies. Celle-ci est divisée en divisé en trois grandes parties (très inégales) et une vingtaine de courts chapitres qui forment une certaine suite temporelle mais sont plutôt d'orientation thématique (la dianétique, les écrits de son épouse, certains textes précis comme The violent man). Une bibliographie à l'organisation assez "spéciale" clôture l'ouvrage qui est en plus agrémenté de trois photos en N&B.

Des lendemains qui scintillent (JL 2T1975).jpg

A la lecture, cet ouvrage donne une étrange impression de "déjà vu" qui s'explique en fait assez aisément. Comme il s'agit presque des seuls écrits autobiographiques d'un auteur sur lequel on a beaucoup écrit, la plupart des commentateurs se sont abondamment servi dans ce petit opus pour y trouver de la matière première. De celui de Altairac à celui de Drake, on retrouve partout dans les ouvrages sur Van Vogt des bribes de cette autobiographie, ce qui n'est pas sans lui ôter sa fraîcheur.

Des lendemains qui scintillent (JL 02-1985).jpg

Cet ensemble, même si l'on peut regretter sa brièveté, est donc un indispensable pour qui souhaite connaître cet auteur et surtout découvrir de première main ses positions sur certains points comme, bien évidemment, ses rapports avec Hubbard. On remarquera aussi que AEVV est nettement plus disert sur sa jeunesse ou ses débuts que sur ses oeuvres tardives. Le seul point noir du livre est la bibliographie au classement remarquablement embrouillé (nouvelles d'AEVV dans Astounding, puis nouvelles de Fantasy, puis SF de E. M. Hull puis Fantasy de la même, etc.) qui n'apportera pas grand chose à l'amateur actuel même si l'information relative à la constitution des nombreux fix-ups devait, à l'époque, être assez inédite. Au final un texte important pour un auteur qui l'est tout autant.

Des lendemains qui scintillent (JL 03-1990).jpg

Note GHOR : 3 étoiles