Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/08/2008

_Anne McCaffrey A life with dragons_

_Anne McCaffrey A life with dragons_ : Robin ROBERTS (1957 - ) : University Press of Mississippi : 2007 : ill Rowena : ISBN-13 978-1-57806-998-9 : 243 pages (y compris cahier photographique central -non paginé- et index et biblio des sources utilisées) : 18 Euros 19 port compris pour un HC avec jaquette.

Anne McCaffrey A life with dragons.jpg



Comme son sous-titre l'indique, cet ouvrage est donc une biographie de Anne McCaffrey. C'est la deuxième après la courte tentative de son fils (_Dragonholder_ -> http://ecx.images-amazon.com/images/I/51ZZAKJT55L._SS500_.jpg , pas lu). L'auteur est un "spécialiste" de McCaffrey et aussi un fan de l'auteur qu'il a longuement interviewée chez elle.

Anne McCaffrey (Greenwood).jpg

Comme toute bonne biographie et d'une façon logique, ce livre est donc logiquement organisé de façon chronologique en huit
chapitres qui couvrent des péiodes clés de la vie de l'auteur.

1- Le cadre familial
2- L'adolescence
3- Le lycée et le mariage
4- Les débuts d'écrivain et le travail avec Virginia Kidd (son agent)
5- L'émigration en Irlande
6- Les premiers succès (Pern)
7- La réussite
8- Les derniers honneurs

On le voit bien aux titres des chapitres, le choix est clairement fait d'une narration très orientée sur la vie de famille de McCaffrey, bien plus que sur une analyse littéraire de son oeuvre.

Je dois avouer ne pas être un gros fan de McCaffrey, ni même un grand connaisseur de son oeuvre et je dois dire que je sors de cette biographie sans aucun désir de changer cet état de fait. C'est un peu dommage dans la mesure où, pour moi, la biographie peut être un outil pour approfondir un auteur en décryptant/dévoilant certaines influences, mais peut aussi être une raison de s'intéresser à un écrivain peu pratiqué.

On va dire qu'il s'agit d'une biographie bien "gentillette", écrite par un auteur visiblement très fan de son sujet. Ce côté "McCaffrey est une personne superbe, sublime, géniale, généreuse etc..." est certainement le point le plus énervant soulevé par un tel ouvrage. S'il parait normal de choisir d'écrire une biblio sur son auteur favori et non sur celui que l'on déteste le plus, il est important de garder une certaine distance avec le sujet, comme le font (par exemple) Phillips ou White.

 James Tiptree Jr.jpg       Asimov the unauthorized life.jpg

Ici, on est plutôt dans le mielleux et la guimauve où mêmes les conflits sont minorés (AMHA on ne part pas s'exiler en Irlande à la quarantaine pour rien) et où McCaffrey écrase de sa majesté tout le livre.

Du coup, on a par moment l'impression que des bouts de l'histoire sont passés sous silence et cela peut rendre sceptique sur l'exactitude ou la complétude des évènements relatés.

Autre point négatif, la très faible profondeur de l'analyse des textes de McCaffrey. Il est vrai que McCaffrey n'a jamais écrit (AMHA, oeuf corse) de chef d'oeuvre et que sa place dans le panthéon de la SF est plus dûe à une influence sur les primo-accédants à la SF qu'à une participation active à l'évolution du genre. Ceci peut expliquer un certain manque de "matière" à analyse, on pourrait ausss penser que cette analyse éventuelle s'est trouvée déportée dans l'autre livre de Roberts qui est indiscutablement plus littéraire.

Cette analyse purement superficielle est montrée, par exemple, par le fait qu'il nous est répété à longueur de page que certains romans comportent des éléments biographiques fondateurs mais ceux-ci ne sont, le plus souvent, que des lieux communs (mort des proches, maladies, divorce...). Roberts pare aussi souvent McCaffrey des lauriers de combattante du féminisme, chose qui, dans sa démonstration, se borne au fait d'avoir utilisé des héroines féminines. AMHA un peu léger et pas forcément partagé par les personnes impliquées dans ce combat.

A la base, ce type d'ouvrage est intéressant dans la mesure où il peut livrer des clés pour l'interprétation des écrits de l'auteur en utilisant le prisme de la vie personnelle de cette dernière. Hors, ici ces éléments sont soit occultés, soit tellement génériques (ou trop détaillés) que la lecture de la biographie ne permet pas d'éclairer la lecture des textes fictifs produits. L'ouvrage ne sert donc pas à grand chose si ce n'est à raconter une belle histoire d'écrivain(e) qui devient riche et reconnue à la fin, mais en tout cas pas à comprendre pourquoi elle le devient.

Juste une dernière pique : on peut se demander comment une université peut cautionner et publier un tel livre. Non pas qu'il soit mauvais mais juste qu'il est au final assez vide pour qui veut aller plus loin qu'une suite de détails anecdotiques sur le nombre de salles de bain de la maison de McCaffrey.

A réserver aux fans de l'auteur et aux lecteurs de Gala (qui sauront tout de la liaison entre McCaffrey et d'Asimov ou de celle de Kidd et Elwood).

Note GHOR : 1 étoile

13/07/2008

_H. Beam Piper : A biography_

H. Beam Piper : A biography : John F. CARR : McFarland : 2008 : ISBN-13  978-0-7864-3375 : 250 pages (y compris annexes, index et biblio) : une grosse vigntaine d'Euros port compris pour un HC sans jaquette.

H Beam Piper A biography.jpg

H. Beam Piper est un auteur maintenant presque complètement oublié. Peu traduit dans notre pays : 4 romans, tous indisponibles depuis longtemps et une demi-douzaine de nouvelles, il n'est guère plus connu outre-atlantique, où sa période de visibilité maximale a été le début des années 60 (de son vivant quand il écrivait surtout pour Astounding/Analog) et lors du boom des paperback années 80 où sont sortis des receuils (Empire, Federation) et des sequels autorisées à certaines de ses séries (Paratime, Fuzzy).

A planet for texans (Ace Double D-299).jpg

Cet ouvrage est donc une biographie de l'auteur, de sa naissance en 1904 jusqu'à son suicide en 1964. Il est organisé en court chapitres qui s'appuient essantiellement sur la volumineuse correspondance de l'auteur et son journal intime. C'est un portrait plutôt tragique, d'un conteur né qui a mis plus de 40 ans à être publié, d'un homme solitaire (la plupart du temps) et en proie à d'insolubles problèmes financiers, tentant de combiner un travail de gardien de nuit et une carrière d'écrivain. Un perfectionniste qui ré-écrivait un nombre incalculable de fois ses textes. Un être humain qui devait, au final, être plutôt malheureux.

Space viking (TF 1982).jpg

Quand on fait le parallèle avec la vie Tiptree/Sheldon (qui se termine de la même façon), on mesure bien là toute la différence entre une fille de la haute bourgeoisie et un prolétaire, ce qui montre bien que le talent est certes important (ils en avaient AMHA tous les deux) mais que le milieu social fait une énorme difference, même pour une carrière d'écrivain. Le récit est suivi par plusieurs annexes (dont deux articles sur la THFH repris de divers supports) et une bibliographie assez sommaire (incomplète pour la VF).

Tinounours sapiens (Le Masque 1978).jpg

Cette plongée dans l'univers d'un écrivain poussé au suicide par ses ennuis financiers et sa solitude est parfois un peu flippante mais reste tout le temps intéressante. Piper est un cas d'école, un de ces écrivains de SF talentueux mais viticmes d'un marché trop étroit pour pouvoir en vivre, un homme qui faisait rêver des milliers de lecteurs tout en vivant dans une misère presque noire. C'est un d'ailleurs un document essentiel pour comprendre les conditions de 'fabrication' de la SF et les mécanismes économiques en jeu.

Paratime (Ace 1983).jpg

Techniquement, on pourra reprocher à cet ouvrage un certain nombre de coquilles (phrases en double) et des répétitions dans le corps du texte où des anecdotes apparaissent plusieurs fois, ainsi qu'une biblio "non-standard" et parfois peu pratique à utiliser (manque d'un index, receuils non cités). On pourra aussi regretter une absence quasi-totale de réflexion sur les textes de Piper eux-mêmes (on sait à peine de quoi ils parlent si on ne les connaît pas) qui ne sont que très rarement placés dans le contexte SF global ni dans celui des préoccupations et sources d'inspiration de l'auteur. Mais il faut se souvenir que ce livre est une biographie et non une analyse de l'oeuvre de l'auteur, d'où très probablement ce parti-pris.

Un livre au final attachant (malgré un personnage qui en ressort parfois comme assez peu sympathique) et surtout un hommage mérité à un auteur important, un travail bien mené et à soutenir.

Uller uprising (Ace 1983).jpg

Note GHOR : 3 étoiles      

_The Futurians_

The Futurians : Damon KNIGHT : John Day : 1977 : ISBN-10 0-381-98288-2 : 276 pages (y compris index et cahiers photographiques N&B) : d'occase pour une dizaine d'Euros (+ port) pour un petit HC avec jaquette.

The Futurians.jpg

Les Futurians sont un groupe d'écrivains et d'éditeurs américains qui ont formé, dans les années d'immédiate avant-guerre, une sorte de communauté entièrement tournée vers la SF, partageant logement, combats, ambitions littéraires, sources de revenu et parfois même épouses. Les plus connus des anciens Futurians sont, outre Damon Knight lui-même, Isaac Asimov, James Blish, Fred Pohl, Cyril Kornbluth, Judith Merril et Don A. Wollheim qui sont tous devenus des acteurs majeurs de la SF US des années 50 à 80, tant dans des rôles d'écrivains que dans ceux de directeurs de collection, critiques ou redacteurs en chef.

The rithian terror (Ace Double M-113 1965).jpg

Damon Knight raconte donc dans cet ouvrage l'histoire au jour le jour de ce groupe de personnages, de leur rencontre à leur mort (pour une partie d'entre eux).  Pour ce faire, il s'appuie sur sa propre mémoire mais aussi sur des interviews avec les survivants ou leur famille pour les décédés ainsi que sur les traces écrites laissées par les membres du groupe. Pour nous plonger un peu plus dans l'ambiance, un certain nombre de photographies d'époque sont insérées. Elles montrent les personnages cités dans le livre ainsi que certaines de leurs productions (fanzines, magazines, dessins). On regrettera que ces dernières ne soient hélas pas légendées.

Late Knight edition (NESFA 1985).jpg

Ce livre est assez cru et remet en question le mythe qui s'est formé autour de ce groupe de gens destinés à devenir célèbres dans le milieu de la SF. En effet, au fil de la lecture, on en s'éloigne de plus en plus du récit d'une stimulante aventure intellectuelle pour découvrir celui de l'existence petite et étriquée d'un groupe de jeunes adultes immatures et complexés. Au lieu de grandes ambitions pour la SF, on assiste plutôt à des luttes incessantes pour le pouvoir. Ces luttes étaient menées à la fois contre l'extérieur du groupe (Gernsback, d'autres groupes de fans, Sykora, Moskowitz) pour obtenir l'illusoire "contrôle" du fandom et se prolongeaient aussi en interne entre les membres les plus importants pour déterminer qui était l'alpha-mâle. J'emploie à dessein cette expression parce que le groupe était aussi parcouru par une grande tension sexuelle où la conquête des rares filles était un source de conflit importante.

Permutation mentale (PC 1979).jpg

Knight nous brosse un portrait sans fard d'une bande de post-ados, certes brillants mais parfois aux limites de la  psychose, immatures, sans le sou et pratiquant l'auto-destruction (alcool, cigarettes, bagarres) avec un entrain qui fait un peu froid dans le dos. Tout cela est très lucide, ce qui est à l'honneur de l'honnêteté de Knight, mais l'impression finale est celle d'un groupe de malades mentaux, affublés de diverses tares, inadaptés et pour tout dire pas vraiment sympathiques. Même si les groupes d'amateurs, quel que soit le domaine, sont toujours le lieu de luttes d'influence, la taille des égos et les capacités intellectuelles et artistiques certaines des Futurians couplée à une promiscuité économiquement imposée, exacerbent nettement le côté malsain de telles rivalités.

Ce document est important pour mettre en perspective certaines histoires de la SF (on pensera aux mémoires d'Asimov qui ne sort pas grandi de ce livre) que le recul et la célébrité ont visiblement tendance à enjoliver. Un témoignage de première main sur une époque et des personnages clefs d'une SF encore balbutiante. On pourra aussi comparer le récit des évènements fait par Knight à d'autres relations de la même période, en particulier l'autobiographie de Pohl : The way the future was ou les volumineuses mémoires d'Asimov.

The way the future was.jpg

 Note GHOR : 2 étoiles