Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/12/2008

_Off the main sequence_

Off the main sequence: Tom EASTON : Borgo Press : 2006 : ISBN 0-8095-1205-X : Trade Paperback : 350 pages (y compris index) : une quinzaine d'Euros en neuf port compris.

Off the main sequence.jpg

Ce livre est un receuil des critiques de par Tom Easton (auteur de SF plutôt technophile, particulièrement connu pour sa série 'Organic future') parues dans ANALOG entre 1988 & 2004. C'est une sorte de volume compagnon à Periodic stars qui traitait les oeuvres d'auteurs 'récurrents' (lire connus) d'où son titre.

Periodic stars.jpg

Pour ce nouvel opus, Easton a choisi d'extraire de ses chroniques mensuelles dans ANALOG, tout ce qui est un peu atypique (d'où le titre en forme de clin d'oeil). Il s'agit plus de notules à vocation informatives que de véritables critiques structurées, la longueur de chacune étant au grand maximum d'une page, avec un minimum d'une dizaine de lignes.

Sont donc traités :
- les ouvrages de fiction parus dans des small presses (NESFA, Meisha Merlin, Tachyon...), qu'ils soient des romans, des anthologies ou des
recueils. Le tout tient sur une centaine de pages.
- les ouvrages de poésie (10 pages).
- les magazines à faible diffusion ou parution irrégulière (Pulphouse, On Spec...) sur moins de dix pages.
- les ouvrages sur l'écriture (moins de 10 pages).
- les ouvrages de référence en trois sections (histoire, critiques, autobio & biographies) sur cinquante pages.
- les ouvrages de vulgarisation scientifique (70 pages).
- les publications numériques (40 pages).

Les informations relatives à chaque titre (éditeur, ISBN, pagination) sont bien entendu données par l'auteur, ce qui permet soit de localiser un ouvrage, soit de l'acheter.

Tower of the gods (Ace 1993).jpg

Au vu de la laconicité de ces notules et de la faible diffusion des ouvrages considérés, il est exclu d'utiliser cet ouvrage pour se forger autre chose qu'une simple première opinion sur les titres discutés. Easton est d'ailleurs dans un registre purement informatif, ne se laissant aller à des appréciations tranchées que très rarement.

Ce livre sera donc le plus utile dans un rôle de catalogue ou de guide d'achat, permettant de recenser et trouver des titres peu fréquents ou d'avoir une idée du contenu d'un ouvrage peu connu rencontré au cours d'une recherche.

Un deuxième usage, assez limité, sera de pouvoir juger de la réception initiale faite à tel ou tel auteur devenu célèbre, particulièrement s'il a été publié tout d'abord dans des éditions confidentielles. Le cas d'Allen Steele est à cet égard typique, puisque l'on peut assister en filigrane à sa découverte et à sa maturation au travers des notules d'Easton. En effet, avant de devenir la vedette qu'il est, ses premiers livres ont été édités par des small presses (Rude astronauts ou All-american alien boysont sortis chez Old Earth Books et d'autres chez Meisha Merlin avant d'être repris par Ace).

Sex and violence in zero-g (Meisha Merlin 1999).jpg

Un ouvrage dont l'intérêt est nettement limité, malgré ses qualités intrinsèques.

Note GHOR : 1 étoile

08/12/2008

_The country you have never seen : Essays and reviews_

The country you have never seen : Essays and reviews : Joanna RUSS : Liverpool University Press : 2007 ; ISBN 978-0-85323-869-0 : 305 pages (y compris index) : une trentaine d'Euros pour un TP, assez cher pour un ouvrage d'une qualité de fabrication moyenne.

The country you have never seen.jpg

Ce livre est un recueil de divers types de textes de Jonna Russ, une auteur de SF surtout connue pour ses écritis et positions féministes, principalement le roman The female man.

Il se compose de trois parties inégales :

- "Reviews" (200 pages), rassemble une partie des critiques/chroniques écrites par l'auteur. Il s'agit soit de textes traitant de fictions de SF (datant principalement des années 70) et parues dans The magazine of F&SF, soit des critiques sur des ouvrages théoriques sur le féminisme ou le lesbianisme parues dans divers supports spécialisés. Ces critiques traitent d'un (pour la non SF) ou plusieurs (pour la SF) ouvrages, consacrant à chaque livre évalué une longueur variable allant d'une dizaine de lignes à deux ou trois pages.

- "Essays" (50 pages) contient 6 essais (datant des années 70-80 et ne contenant pas d'inédits) allant de plusieurs textes sur les problématiques du genre (au sens de sexe) dans la SF, à une entrée du Twentieth-century science fiction authors sur Lovecraft (dont on peut se demander pourquoi et comment Russ a été considérée comme une spécilaiste de l'auteur).

20th century sf writers 2nd edition.jpg

- "Letters" (50 pages) contient une vingtaine de lettres (ici encore datant des années 70-80) de Russ à diverses revues, sur des sujets n'ayant généralement aucun rapport avec la SF mais concernant le féminisme ou le lesbianisme. Ces lettres ne sont partiellement contextualisées à l'aide de notes de l'auteur.

Le premier point qui vient à l'esprit après la lecture est qu'il y a certainement tromperie sur la marchandise. Tromperie portant non pas sur sa qualité mais sur sa description. En effet, cet ouvrage est blurbé (et fait d'ailleurs partie d'une collection dédiée) comme étant clairement un ouvrage SUR la SF :

"The Country You Have Never Seen gathers Joanna Russ's most important essays and reviews, revealing the vital part she played over the years in the never-ending conversation among writers and fans about the roles, boundaries, and potential of science fiction. Spanning her entire career, the collection shines a light on Russ's role in the development of new wave science fiction and feminist science fiction, while at the same time providing fascinating insight into her own development as a writer."

Hors, à la lecture, on peut estimer que pas loin de 50% du livre ne sont pas consacrés à la SF mais aux autres sujets qui passionnent Russ : la politique des genres, le féminisme, le lesbianisme. A titre d'exemple, un des ouvrages critiqués à loisir est un livre qui s'intitule Surpassing the love of men : romantic friendship and love between women from the renaissance to the present, ouvrage au sujet clair, certainement très intéressant mais dont l'objet est bien loin de la SF.

Indépendemment de la qualité des livres chroniqués et de celle de la chroniqueuse, ce n'est clairement pas le produit annoncé et, à ce prix (une trentaine d'Euros pour un livre broché, je le rappelle), je ne peux que le regretter. C'est d'autant plus dommage qu'il doit bien exister d'autres textes de Russ qui traitent vraiment de SF et qui restent inédits en volume (les autres chroniques dans F&SF par exemple) et qui auraient naturellement trouvé leur place dans cet ouvrage.

Sur la partie purement SF, si les essais de Russ sont toujours aussi pertinents, et même si le temps et certaines ré-évaluations théoriques ont fait nettement évoluer les problèmes de l'écriture ou de la représentation féminine dans la SF, je n'ai guère était enchanté des critiques d'ouvrages SF.

Ces critiques me semblent à la fois trop lapidaires ("c'est un truc de sale machiste"), trop peu soutenues par des éléments factuels (si ce ne sont de nombreuses citations de phrases soit disant mal écrites, chose qui ne m'a pas parue évidente, mais je ne suis pas locuteur anglais primaire) et concentrées sur des cibles qui en veulent peu la peine.

Par exemple, il est dommage de voir, au détour d'une chronique, que Russ dit de Dune que c'est un "third-rate book" (chose qui peut se défendre) sans aucune justification supplémentaire, alors que cela aurait pu être le début d'une réfutation intéressante, par exemple sous l'angle du rôle et de la position des femmes dans l'univers de Herbert.

Dune T1 (PP 03-1980).jpg

De plus, j'ai trouvé le ton de Russ assez désagréable, une écriture qui oscille entre le "colloquial", le revendicatif et le théorique et qui, malgré certaines vaines tentatives, manque totalement d'humour (ou d'un humour que je puisse comprendre ou apprécier).

Et puis, écrire dans une revue professionnelle que tel texte lui rappelle tel autre mais qu'elle a la flemme de chercher lequel, cela s'appelle se moquer du lecteur.

En gros, Russ n'est pas Atheling (pas le savoir), Knight (pas la pointe acérée mais juste) ou Clute (pas l'ironie délicieuse).

note GHOR : 1 étoile

28/11/2008

_Magill Surveys : Science fiction Alien encounter

Magill Surveys : Science fiction Alien encounter: Frank M. MAGILL (éditeur, les auteurs des notules ne sont pas identifiés ni listés) : Salem Softbaks : 1981 : ISBN 0-89356-311-0 : pas d'illustration : 376 pages (y compris index sommaire) : quelques Euros pour un TP petit format (à noter qu'il n'est que moyennement solide).

Magill surveys SF Alien encounter.jpg


Ce livre est une extraction thématique d'un autre ouvrage, le massif (5 tomes, plus de 500 livres couverts) Survey of science fiction literature.

Comme le livre dont il est issu, il s'agit d'une compilation de petits essais (moins d'une centaine) ayant la particularité de porter sur des oeuvres (et non des auteurs). Chaque essai fait entre 4 et 6 pages et présente (un peu) l'auteur, (un peu aussi) l'environnement SF de 'oeuvre et se consacre principalement à une description critique de celle-ci. Cette partie est essentiellement axée sur la récapitulation de l'intrigue et spolie du coup pas mal. Dans de rares cas, des pistes vers d'autres critiques ou analyses sont fournies.

Le principe du choix des notules retenues est de traiter (plus ou moins, parfois nettement moins) du thème de la rencontre avec les extraterrestres.

Les auteurs dont les oeuvres sont sélectionnées sont majoritairement anglo-saxons (avec comme exceptions Lem, Lasswitz et les Strougatsky) et les textes font partie des 'classiques' reconnus, avec toutefois quelques agréables (au sens de rarement traitées) surprises comme War of the wing-men, Shadows in the sun ou If the stars are god.

War of the wing-men (Ace Double D-303 1958).jpg   From other shores (NESFA 2007).jpg  Les aires du réel & Les étoiles, si elles sont divines (OPTA 1979).jpg

Je ne sais pas trop quoi faire de ce livre.

D'habitude j'aime bien me remémorer mes lectures en y replongeant par commentaires interposés, mais là je n'ai pas été convaincu. Outre des critères d'inclusion assez vagues (le rattachement de Terre planète impériale au thème des rencontres ET reste un mystère pour moi), je n'ai pas du tout été emballé par les essais. On sent trop ce qui est certainement la vocation première de l'ouvrage : permettre à des lycéens ou des étudiants de faire croire qu'il ont lu tel ou tel livre en leur fournissant un résumé qui puisse faire illusion. Ce choix entraîne naturellement une hypertrophie de la partie paraphrase/résumé de l'intrigue, ce qui minimise d'autant la partie critique ou analytique.

Imperial Earth (Ballantine 1976).jpg

En plus, on peut percevoir un bon vieux courant d'annexation religieuse (au sens de fondamentaliste chrétien US) dans une partie des commentaires (c'est peut-être d'ailleurs une caractéristique de ces éditions), alors que certains des textes que je connais ne supportent/cautionnent pas forcément une approche de ce type.

Un livre a stocker au cas où (pour un avis détaillé unique sur certains ouvrages), mais que ne fait pas date dans l'histoire des critiques du genre.

Note GHOR : 1 étoile