Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/04/2010

_Look at the evidence : Essays and reviews_

Look at the evidence : Essays and reviews : John CLUTE : 1995 : Liverpool University Press (collection "Science fiction texts and studies" #10) : ISBN-10 0-85323-820-0 : 465 pages (y compris index) : coûtait 27.50 GBP pour un HC non illustré avec jaquette, existe aussi en TP (-830-8), se trouve en neuf chez l'éditeur pour un peu plus cher : http://www.liverpool-unipress.co.uk/html/publication.asp?....

Look at the evidence.jpg

Cet ouvrage, comme son sous-titre l'indique, rassemble les essais et critiques écrites par John Clute entre 1987 et 1992. Il suit donc chronologiquement Strokes (Serconia Press, 1988) et précède Scores (Beccon, 2003). Il n'est pas indispensable de présenter John Clute, probablement le critique de SF le plus influent des ces vingt dernières années et un des personnages centraux de l'étude de la SF en Grande-Bretagne de par son implication dans de multiples projets. Réputé pour sa férocité, son exigence et sa maîtrise du langage (ses critiques utilisent nombre de mots précieux, ce qui est un peu sa marque de fabrique), il bénéficie d'une aura incontestable.

Scores.jpg

Ce recueil est divisé en trois parties inégales. La première tient lieu d'introduction (il y a une minuscule préface) et présente deux textes, l'un sur la SF en général et l'autre sur le travail du critique littéraire et/ou de SF. La deuxième constitue le gros du livre et regroupe par année (de 1987 à 1992 donc) et par origine (Year roundup de diverses sources, Interzone, autres revues) les critiques de Clute. Dans chacune d'entre elles, plusieurs oeuvres (romans le plus souvent, anthologies ou recueils et plus rarement ouvrages de référence) tirées de l'actualité du genre sont abordées, en moyenne sur une page (rarement moins, parfois plus). La dernière partie rassemble une demi-douzaine de textes n'abordant qu'un seul auteur (Capek, M. J. Harrison, Huxley, Meyrink, Rosendorfer et Tiptree), il s'agit le plus souvent de reprises de préfaces. Un index complet (noms et titres) clôture l'ouvrage.

Viriconium nights (Gollancz 1985).jpg

Il est difficile de prendre en défaut le jugement d'un monstre sacré comme Clute, aussi je ne m'y risquerai pas. C'est donc un recueil assez typique de l'auteur avec une verve indéniable qui est parfois féroce pour certains écrivains maintenant reconnus (comme cet avis sur Raft qui loue le milieu et descend la façon dont Baxter décrit ses personnages). Le côté obscur de ce Clute brillant et agréable est paradoxalement sa tendance à la pyrotechnique qui masque parfois son propos sous des tournures alambiquées ou des raisonnements tortueux. Outre que l'on n'est jamais sûr d'avoir parfaitement compris le sentiment de Clute sur le livre en question, il se produit une transformation de l'acte de critique en une oeuvre à part entière qui devient elle-même évaluable en se déconnectant du texte initial et perdant du coup (AMHA) sa raison d'être.

Raft (Roc 1992).jpg

Il reste malgré tout un vaste ensemble d'avis motivés sur la plupart des livres importants de la période considérée. En effet, contrairement à d'autres critiques, Clute reste assez proche du centre du genre (il traite donc surtout de SF) et ne pratique que d'une façon mesurée le démolissage d'ouvres mineures (contrairement à ce qu'ont pu faire Knight ou Blish/Atheling) qui seront rapidement oubliées. Comme les critiques de Clute sont plutôt du genre de celle que l'on apprécie mieux après avoir lu le livre en question, c'est un ouvrage qui se bonifie avec les ans. Seul bémol pour les lecteurs francophones, une bonne partie des textes évoqués sont inédits et risquent de le rester.

Clarke county, space (Ace 1990).jpg

Note GHOR : 2 étoiles

23/03/2010

_The issue at hand_

The issue at hand : William ATHELING Jr. : 1974 (pour cette édition) : Advent : ISBN-10 0-911682-17-1 : 158 pages (y compris index) : coûtait 3 USD pour un TP non illustré, existe aussi en HC (-09-0) et est même peut-être disponible chez NESFA : http://www.nesfa.org/press/Books/Advent/Blish-1.htm.

The issue at hand.jpg

Ce livre est un recueil de critiques initialement parues dans divers fanzines (surtout Skyhook) dans les années 50. Comme tout le monde le sait, William Atheling Jr. est en fait le pseudonyme (les raisons de son choix sont explicitées dans la préface) du célèbre auteur de SF James Blish (voir ici ce livre pour en savoir plus sur lui : http://ghor.hautetfort.com/archive/2010/02/11/imprisoned-...). Dans la pratique, mon exemplaire est une seconde édition (la première date de 1964, la seconde de 1973) et une troisième impression pour celle-ci. Il ne semble pas y avoir de différence de contenu entre les éditions.

War of the wing-men (Ace Double D-303 1958).jpg

Ce recueil est divisé en treize chapitres de taille très variable rangés par ordre chronologique de parution (et donc d'oeuvres critiquées), allant de l'automne 1952 à celui de 1960 (à noter que certains chapitres comportent des addenda postérieurs à leur parution). Chaque critique passe en revue une (l'un d'entre eux est par exemple presque exclusivement consacré à une seule nouvelle : Final exam de Arthur Zirul (in Astounding Mars 1954) ou plusieurs oeuvres, le plus souvent des nouvelles qui servent souvent de point de départ à Atheling/Blish pour exprimer ses avis sur la SF en général. Un index (noms propres) clôture l'ouvrage.

Astounding 1950-03.jpg

Pour ceux qui connaissent un peu les exigences affichées de Blish, le côté assez impitoyable de ces critiques ne sera pas une surprise. Il y a parfois, comme chez Knight, un certain acharnement analytique d'autant plus étonnant qu'il est dirigé vers des cibles qui ne méritent parfois pas un telle dissection puisque s'agissant d'auteurs (ou de pseudonymes) qui ne commettront que de rares textes maintenant oubliés. C'est toutefois toujours assez délectable à lire, comme une sorte de musée de l'horreur.

The frozen year (Ballantine 1957).jpg

Le seul point gênant de cet ouvrage d'un fin connaisseur du monde et des usages de la SF dans les magazines américains des années 50 est d'ailleurs aussi lié au choix des textes chroniqués. L'exigence de qualité affichée dès le début par Blish est certes pertinente et souhaitable pour le genre, mais la fait d'appliquer ses outils critiques sur des textes que, même à l'époque, peu de gens avaient lu peut défléchir le projet de l'auteur. Les années passant et les textes incriminés disparaissant presque complètement (combien de lecteurs, même aux USA, ont des collections complètes de ces magazines ?), on a parfois finalement l'impression d'une critique qui tourne un peu à vide et qui nous parle de choses inconnues et qui, du coup, nous "engage" peu. Reste quand même la plume de Blish et surtout un ouvrage qui fait partie des quelques titres légendaires parmi les ouvrages de référence sur le genre.

Startling stories 1953-01.jpg

Note GHOR : 2 étoiles

03/03/2010

_In search of wonder_

In search of wonder : Damon KNIGHT : 1974 (pour cet exemplaire, voir détails des versions ci-dessous) : Advent : ISBN-10 0-911682-15-5 : 306 pages (y compris bibliographie et index) : coûtait 2.75 USD pour un TP (existe en HC -07-4) pas très solide et illustré par J. L. Patterson, une version plus récente semble être disponible chez NESFA : www.nesfa.org/press/.

In search of wonder.jpg

Cet ouvrage est un des textes fondateurs de la critique de SF (ce point est d'ailleurs souligné dans la préface de Anthony Boucher). Il rassemble les critiques des textes de SF (nouvelles et romans) faites par Damon Knight durant la période 1950-1960 et publiées soit en revues (F&SF, Infinity, If) soit dans d'autres supports (fanzines, anthologies...). L'auteur, membre des Futurians, est surtout connu comme nouvelliste (ses romans sont tardifs et généralement non traduits), anthologiste (la série Orbit), chroniqueur et activiste au profit du genre (il fondera la SFWA et divers ateliers d'écriture). A noter qu'il existe trois versions de cet ouvrage de taille croissante (il s'agit ici de la deuxième édition de 1967) et un grand nombre d'impressions différentes sous deux formats (ici la 4ème impression du TP).

The sun saboteurs (Ace Double F-108).jpg

Divisé en 27 chapitres d'une taille assez variable (de cinq à quinze pages), ce recueil suit une organisation plus ou moins thématique (et non pas chronologique de parution ou d'écriture). Chacun d'entre eux rassemble plusieurs critiques (rarement très longues) d'oeuvres écrites soit par un même auteur (Van Vogt, Heinlein, Blish, Bradbury...) soit ayant un lien quelconque entre elles (elles concernent des anthologies, des écrivains britanniques, des nouveaux auteurs...). Une bibliographie des ouvrages chroniqués ainsi qu'un index clôturent l'ouvrage qui est illustré de quelques dessins originaux en N&B.

The man in the tree (Berkley 1984).jpg

L'importance historique de cet ouvrage est évidente puisqu'il s'agit d'une des toutes premières tentatives de recueillir sous forme permanente ces critiques qui forment en quelque sorte une partie de la mémoire du genre. Cela permet de replacer certains auteurs dans le contexte de l'époque (en tenant compte évidemment de la subjectivité et des goûts du critique) et constitue parfois les seuls avis un tant soit peu détaillés accessibles sur des choses obscures, soit des textes peu ambitieux, soit des auteurs peu étudiés (allant de Gallun à Piper).

People minus X (Ace Double D-291).jpg

Le positionnement de Knight dans son rôle de critique est clairement dans la férocité et l'iconoclastie, comme le montre sa fameuse attaque de Van Vogt (qui a même été traduite dans Fiction #102 comme au moins deux autres textes issus de ce livre) dont l'impact sur sa carrière est incontestable. C'est souvent très distrayant à lire (surtout quand il s'attaque aux têtes de turc du lecteur) mais cela veut aussi dire que, comme Blish ou Clute, Knight, qui a un pied dans les deux camps (écrivain et critique) prend le risque de la réaction habituelle : "Toi qui a tout compris, comme écrivain, tu as fait quoi ?" où la réponse n'est pas simple.

FI 102.jpg

Même si les avis de Knight sont solidement argumentés, et c'est le cas pour celui sur Van Vogt qui est très factuel, on peut finir par trouver l'agressivité du ton un peu excessive dans sa constante, parfois trop facile (le massacre de certains titres "peu ambitieux" fait un peu tir aux pigeons) ou mal dirigée (sans prise en compte de paramètres économiques ou éditoriaux). Globalement, ce style de critique "à chaud" et "à charge"a plutôt tendance à mal vieillir. Il n'en reste pas moins que cet ensemble est une des étapes obligées de la constitution d'un corpus critique du genre et présente donc un intérêt indiscutable.

Masters of evolution (Ace Double D-375).jpg

Note GHOR : 2 étoiles

23/11/2009

_Encyclopédie de poche de la Science-Fiction : Guide de lecture_

Encyclopédie de poche de la Science-Fiction : Guide de lecture : Claude AZIZA & Jacques GOIMARD : 1986 : Presses Pocket (#5237 de la collection SF) : ISBN-10 2-266-01797-7 : 573 pages (y compris bibliographie mais pas d'index) : coûtait à l'époque 50 FF pour un poche non illustré.

Encyclopédie de poche de la SF (guide de lecture).jpg

Cet ouvrage, nous indique l'avant-propos, s'est bâti autour des fiches de lectures réalisées par l'éditeur (Presses Pocket). Il s'agissait alors d'un système d'aides pédagogiques à destination des enseignants pour leur faciliter la lecture critique du genre. Elles ont donc été reprises et mises en forme par Claude Aziza (plutôt connu comme spécialiste de Jules Verne) et Jacques Goimard (le directeur de la collection) pour constituer un ensemble présenté comme une encyclopédie de la SF qui invite le lecteur à "faire le tour de la SF en 80 livres".

Le livre d'or Aldiss (PP 1982).jpg

Après un avant-propos qui narre la genèse du livre, le livre débute véritablement par une présentation d'une dizaine de pages qui est en fait à la fois l'habituelle tentative de définir la SF et une micro-histoire de celle-ci. On trouve ensuite le coeur du livre à savoir les 80 fiches (deux d'entre elles ont une numérotation double) chacune consacrées à un livre (recueil ou roman) ou parfois à un ensemble romanesque (Dune, Instrumentalité, Histoire du futur) en moins de cinq pages. Regroupées par auteur (introduit par une courte chrono-bibliographie), elles suivent un canevas standard : 1) "L'oeuvre" qui situe le livre dans la SF en général, dans la carrière de l'auteur en particulier et en donne le synopsis ou la composition (pour les recueils); 2) "Structures" qui décortique le livre soit en fonction de ses techniques d'écriture (personnages, cadre) soit en fonction de sa (ou ses) thématique(s); 3) "Lectures complémentaires" qui propose des pistes soit chez le même auteur, soit sur le même thème (parfois hors SF), voire des ouvrages de vulgarisation sur le sujet.

Frankenstein délivré (PP 1978).jpg

Ces plus de 400 pages de fiches sont suivies par plusieurs annexes : "Repères thématiques", une sorte de mini-dictionnaire de la SF qui renvoie aussi aux fiches pertinentes; "Repères chronologiques", une chronologie du genre de 180 à 1981 (oeuvres et évènements); "Cent films", une sélection commentée par ordre chronologique; "Cinquante bandes dessinées", même chose mais pour le domaine BD/Comics; "Cinquante romans pour les jeunes", section sur les juveniles classée par difficulté de lecture (y compris trois ouvrages faisant l'objet d'une fiche); "Bibliographie pratique", essentiellement une bibliographie secondaire (non commentée) et enfin une table des matières qui peut éventuellement servir d'index.

La porte des mondes (PP 1982).jpg

Sur le plan purement technique, il n'y a pas grand chose à redire à cet ouvrage. Les éléments biographiques et bibliographiques sont de bonne qualité et relativement exempts d'erreurs (il reste parfois quelques coquilles). Les fiches sur chaque livre sont suffisamment variées pour être agréables à lire et font preuve d'une très bonne connaissance du genre (chose dont on pouvait se douter vu les auteurs). L'ouverture est systématiquement faite sur d'autres textes et la bibliographie fournie est plutôt complète, parfois même un peu trop pour la VF puisqu'elle indique des ouvrages dont la qualité est parfois extrêmement faible. On regrettera éventuellement l'absence de mention des éditions antérieures de certains titres (seule l'édition la plus récente à la date d'écriture semble être mentionnée) ce qui peut gêner d'éventuelles recherches.

A l'assaut de l'invisible (PP 1981).jpg

Le seul point vraiment gênant au sujet de ce livre (qui a d'ailleurs fait débat lors de sa sortie) est la trop grande proportion de titres Presses Pocket dans sa sélection. J'ai compté qu'il y avait sur les 80 fiches 26 Livres d'Or (donc parus chez PP) et 42 (+1 si on rajoute les Cordwainer Smith légèrement postérieurs) titres de la collection SF. Cela veut donc dire que environ 85% de cette encyclopédie sont consacrés aux titres de son propre éditeur. Vu le mode de constitution de l'ouvrage (à partir des fiches de lecture montées par PP) c'est plutôt logique mais cela veut dire que le package est assez mensonger puisqu'il ne mentionne nulle part que le titre du livre devrait être Encyclopédie de poche de la Science-Fiction parue chez Presses Pocket. C'est d'autant plus dommage que la restriction à un seul éditeur conduit à des choix de titres assez surprenants comme celui du Livre d'or d'A. E. Van Vogt pour représenter les nouvelles de cet auteur alors qu'il s'agit d'un ensemble particulièrement faiblard composé de textes de fond de tiroir qui auraient pu facilement rester inédits en VF. Ce type de démonstration peut s'appliquer à plusieurs autres auteurs dont le tort est de ne pas avoir beaucoup de titres au catalogue PP (Aldiss représenté par Frankenstein délivré, Disch par Le prisonnier, titres décidemment mineurs). L'inclusion de Boulle (2 entrées), Barjavel (idem) et Huxley (aussi) se justifie probablement pour les mêmes raisons.

Le prisonnier (PP 1979).jpg

Au final, un livre de qualité dont le tort principal est une trop grande dépendance peu assumée vis à vis de son éditeur.

Métro pour l'enfer (PP 1981).jpg

Note GHOR : 2 étoiles

 

Bonus :

Encyclopédie de poche de la Science-Fiction : Livret pédagogique : Claude AZIZA & Jacques GOIMARD : 1987 : Presses Pocket (#5254 de la collection SF) : ISBN-10 2-266-01944-9 : 189 pages : format poche non illustré.

Encyclopédie de poche de la SF (livret pédagogique).jpg

Ce petit livre peu fréquent complète le précédent puisqu'il s'agit en fait de la deuxième partie des fiches de lecture réalisées par PP. On y retrouve donc les mêmes 80 livres (ou groupes de livres) avec pour chacun une proposition de calendrier d'étude et les recherches et travaux (exposés, adaptations, dossiers, recherches) que l'on peut faire faire à une classe à partir de ces ouvrages.

Un livre d'un intérêt strictement anecdotique pour les personnes qui ne sont pas membres du corps enseignant.

20/08/2009

_The complete critical assembly_

The complete critical assembly : David LANGFORD : Cosmos Books : 2002 : ISBN-10 1-58715-330-0 : 336 pages (y compris index) : coûtait 15 USD pour un TP qui semble assez facilement trouvable, y compris en neuf.

The complete critical assembly.jpg

Ce livre contient l'ensemble des rubriques mensuelles (parues sous le titre général de Critical mass) de critiques de livres de SF écrites par David Langford pour une succession de magazines consacrés principalement aux jeux de rôle (White Dwarf, GM, GMI). Au total cela représente un ensemble de 101 chroniques initialement publiées entre 1983 et 1991. La totalité de ces textes sont parus dans deux précédents volumes (Critical assembly & Critical assembly II).

The space eater (Baen 1987).jpg

Chacune de ces colonnes fait à peu près trois pages de long et diffère de l'usage habituel des magazines SF en ce sens qu'elle couvre un grand nombre d'ouvrages (plus d'une dizaine) au lieu de se concentrer sur un nombre moins important. Il s'agit donc plus de notules de lectures que d'analyses en profondeur, le tout permettant de passer en revue un partie non négligeable de la production SF de ces années. Cette apparence d'exhaustivité est d'autant plus marquée que Langford ne se limite pas aux textes majeurs mais n'hésite pas à parler d'ouvrages que l'on pourrait qualifier pudiquement de 'moins ambitieux'. On remarquera qu'il passe aussi en revue les ouvrages de référence et les publications des small press. Pour s'y retrouver, un index est quand même fourni.

The silence of the langford.jpg

La lecture de cet ouvrage permet de retrouver le délicieux Langford habituel, un mélange d'expertise indiscutable, d'un humour parfois féroce mais aussi d'une grande tendresse pour le genre et ses pratiquants. C'est souvent assez jouissif à lire, particulièrement quand il se lâche un peu sur un livre qui semble le mériter, comme par exemple sa critique de Battlefield Earth. Il n'y a bien sûr pas que des critiques négatives dans cet ouvrage (même si elles en représentent un des attraits indiscutables) mais aussi des éloges ou des appréciations mesurées. C'est surtout l'occasion pour les lecteurs de ces magazines (non SF rappelons-le) de découvrir un panorama de l'ensemble du genre, avec ses multiples coutumes, ses textes majeurs et sa foule d'intervenants.

Battlefield Earth (New Era).jpg

Cet ouvrage a aussi les défauts de ses qualités, à savoir que son approche pointilliste et extensive a tendance à morceler le discours de Langford et que les bons mots ou les piques brillantes peuvent parfois prendre le pas sur la réflexion plus sérieuse (réflexion que Langford maîtrise parfaitement). La solution est peut-être de lire ce livre par petites doses pour pouvoir savourer la voix de l'auteur. Il faut quand même noter que le choix de l'auteur de couvrir beaucoup de livres pas forcément excellents peut frustrer les lecteurs francophones qui seront souvent arrêtés par l'absence de VF de nombreux ouvrages discutés.

 

Note GHOR : 2 étoiles