Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/04/2022

_Ray Bradbury : The Life of Fiction_

Ray Bradbury : The Life of Fiction  : Jonathan R. ELLER & William F. TOUPONCE : 2010 (pour cette édition, 2004 pour l'EO) : Kent State University Press : ISBN-13 978-0-87338-779-8 (la fiche ISFDB du titre) : xxii+570 pages (y compris bibliographie et index) : coûte 45.00 USD pour un hc illustré en n&b avec jaquette disponible chez l'éditeur (), existe aussi en divers formats d'ebooks.

Ray Bradbury The Life of Fiction.jpg

De part son statut de "rare écrivain de SF étant sorti du ghetto" (un peu comme Vonnegut ou Ballard et maintenant Gibson), Bradbury est un auteur à qui ont été consacrés un nombre significatif d'ouvrages. Ont été évoqués ici-même Seed (le plus récent), Slusser, Johnson, Indick (spécifiquement sur le théâtre) et Touponce (l'un des co-auteurs). Du coup, comme je kl'ai déjà fait, cela va me permettre de vous épargner mon laïus habituel sur le positionnement de l'auteur et ses relations parfois tendues avec le genre.

A l'ouest d'octobre (Denoel 1999-05).jpg

L'ouvrage se présente donc sous la forme d'un beau bébé (presque 600 pages) sans fioritures (peu d'illustrations si ce ne sont que quelques copies de pages manuscrites ou de brouillons et divers tableaux) mais un paratexte significatif (quarante pages de notes, appendices bibliographiques détaillées de presque cent pages, index). En terme de structure, le livre est divisé en une longue (50 pages) introduction suivie de huit chapitres balayant les principales œuvres de Bradbury (Dark Carnival/The October Country, The Martian Chronicles, Fahrenheit 451, Something Wicked This Way Comes, Dandelion Wine...) dans un ordre à peu près chronologique. Une des particularités de l'ouvrage est qu'il est en quelque sorte "double". Chaque chapitre se subdivise en effet en une première partie consacrée à l'histoire "éditoriale" du texte considéré (partie écrite par Eller à qui l'on doit aussi les appendices) et une partie d'analyse thématique (et donc plus littéraire) par Touponce (qui a aussi écrit l'introduction et la conclusion) qui place l'ensemble de l’œuvre de Bradbury sous l'angle de la "Carnavalisation" (un terme finalement assez vague et pas vraiment défini par Touponce). 

Bien après minuit (Denoel 1979-02).jpg

Même s'il n'est pas le plus récent des titres consacrés à Bradbury, cet ouvrage est finalement sans doute le meilleur. Soutenu par une quantité impressionnante de travail de recherche de la part des deux auteurs (surtout Eller, me semble-t-il, qui a comparé en détail de nombreuses versions de chaque texte majeur), le lecteur est plongé en plein cœur du processus continu de création de l'auteur. En effet, Bradbury réécrivait plusieurs fois ses textes même après leur parution initiale (on se souviendra des changements de date dans Chroniques martiennes) et modifiait aussi presque en permanence le contenu de ses recueils.

De la poussière à la chair (Denoel 2002-09).jpg

Du coup la partie "technique" de l'ouvrage (celle consacré à la genèse et la publication des textes) se lit parfois comme un roman policier et est parfois franchement passionnante en plus d'être solidement étayée. Par contre, je suis plus réservé sur la partie "thématique" qui emploie à toutes le sauces le concept de carnavalisation. Au bout de plusieurs de pages on arrive à bien comprendre l'idée et à percevoir l'attrait sans doute venu de l'enfance de l'auteur pour le carnaval, les foires et les cirques. Par contre, de là à en faire une sorte de couteau suisse pour expliquer toutes les thématiques déployées par Bradbury tout au long de sa carrière me paraît une démarche un peu réductrice. Malgré ce point que l'on peut discuter, il s'agit à mon sens de la meilleure étude que j'ai lue sur cet auteur important.

La foire des ténèbres (Denoel 1985-03).jpg

Note GHOR : 3 étoiles

Écrire un commentaire