Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/12/2015

_L'année de la fiction 1994, polar, S.-F., fantastique, espionnage Volume 6_

L'année de la fiction 1994, polar, S.-F., fantastique, espionnage Volume 6 : Jean-Claude ALIZET (et al.) : Encrage (collection "Travaux" #26) : 1995 : ISBN-10 2-906389-67-7 (la fiche ISFDB du titre) : 414 pages (y compris plusieurs index) : coûtait une quarantaine d'Euros en neuf pour un HC non illustré, parfois trouvable en neuf, plus rarement d'occase pour une vingtaine d'Euros.

français,1 étoile

Même avis que précédemment : un ensemble qui ratisse trop large et qui, au sein de la science fiction, propose une hiérarchie des textes à laquelle je ne souscris pas. Voir et pour des avis plus détaillés.

Note GHOR : 1 étoile

 

24/12/2015

_The Blackdex / The Bluedex_

The Blackdex / The Bluedex : Erwin S. STRAUSS : 1965 : MITSFS : pas d'ISBN (la fiche ISFDB du titre) : pages non numérotées : prix d'origine inconnu pour un grand hc non illustré à la reliure bizarre (un système de vis) difficile à trouver du fait de son tirage limité à 500 exemplaires.

anglais,1 étoile

Cet ouvrage mythique (il m'a fallu une vingtaine d'années pour réussir à mettre la main sur un exemplaire à un prix accessible) fait partie de la première génération des ouvrages de référence. Réalisé sur un compilateur IBM (qui n'avait pas par exemple de point d'interrogation ou de point d'exclamation) à l'aide de cartes perforées, il s'agit en fait d'un index des principaux magazines US (8 en tout, incluant bien évidemment Galaxy, Astounding, Amazing, F&SF) couvrant la période 1951-1964. Sa particularité et de se lire dans les deux sens (en retournant le livre, comme un Ace Double aux pages interposées), un sens de lecture donnant le Bluedex (index par auteur) et l'autre constituant le Blackdex (index par titre). Une entreprise complètement folle (des cartes perforées !) qui donnera naissance à l'encore plus complet The MIT Science Fiction Society's Index to the S-F Magazines, 1951-1965 (évoqué ici). Bien évidemment d'une exploitation très limitée de nos jours, c'est encore un des ces monuments à l'acharnement bibliographique des fans de science fiction.

anglais,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile (mais quelle passion)

_A Checklist of Science Fiction Anthologies_

A Checklist of Science Fiction Anthologies : W. R. COLE : 1964 : pas d'éditeur (probablement édité par l'auteur lui-même) : pas d'ISBN (la fiche ISFDB du titre) : xvi+374 pages : coûtait 7.50 USD pour un grand hc non illustré qui semble avoir été réédité (comme d'autres ouvrages de référence) par Arno Press.

anglais,1 étoile

Sous une couverture kitschissime à souhait, cet ouvrage est exactement ce qu'il annonce dans son titre : un index des anthologies de science fiction de 1927 à la date de sa compilation (1963). Il recense donc 227 anthologies (dont une française, Escales dans l'infini) et les 2700 textes qui les composent. Le tout est divisé en deux sections : 1927 - 1961 et un supplément pour 1962-1963, sections qui comprennent chacune plusieurs index (par titres d'anthologie, par "Editors", par titres des nouvelles et par auteurs des nouvelles). A cela s'ajoutent diverses informations au fil des index comme les origines des textes (généralement en magazine) et les pseudonymes employés (dans la mesure où ils étaient connus à l'époque).

anglais,1 étoile

Comme c'est souvent le cas avec les ouvrages de la première génération (comme ceux de Day ou Strauss), la somme de travail est remarquable (imaginez la mise en page de multiples index à l'ordinateur ou à la machine à écrire) et mérite toute notre admiration. Après, sur le plan pratique, il est clair que ce type de volume ne peut désormais rivaliser avec ce mode d'accès aux informations. L'intérêt de ce type d'ouvrage est donc maintenant essentiellement d'ordre historique.

anglais,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile

_Science Fiction : An Illustrated History_

Science Fiction : An Illustrated History : Sam J. Lundwall : 1978 : Grosset & Dunlap : ISBN-10 0-448-14414-X (la fiche ISFDB du titre) : 208 pages (y compris bibliographie et index) : coûtait 7.95 USD pour un coffee table book largement illustré (essentiellement en n&b) qui existe aussi en hc (14413-1).

anglais,1 étoile

En lisant ce livre, je me suis souvent demandé si je n'avais pas par mégarde acheté une deuxième édition de ce livre de Rottensteiner tant les similitudes entre les deux ouvrages sont frappantes : presque le même titre une fois traduit, format identique ("beau livre" à la couverture souple et au format presque carré), structure similaire (un mélange de chapitres soit chronologiques soit thématiques, ceux de Lundwall étant plus longs et moins nombreux), auteur européen dans les deux cas (même si Lundwall est plutôt anglophone), même présentation (grandes images souvent en n&b, rendu plutôt sombre et sources anciennes ou typiquement européennes), même discours sur la SF invention européenne trahie et dégradée par ces méchants américains, mêmes affirmations confinant parfois au ridicule sur les productions SF non anglo-saxonnes (deux des trois meilleurs magazines de SF du monde sont l'espagnol Nueva Dimension et le hongrois Galaktika, je vous passe les louanges tressées au français Spirale).

anglais,1 étoile

Ce discours vaguement méprisant vis à vis de la SF anglo-saxonne et essentiellement uchronique sur la SF européenne : s'il n'y avait pas eu la première guerre mondiale, Gernsback, la crise de 29, Campbell, la deuxième guerre mondiale (etc...) alors la SF aurait pu être un genre européen, respecté et d'une autre tenue littéraire que les histoires de calmars dans l'espace, est un phénomène récurrent dans les ouvrages de références écrits par des européens depuis qu'il existe une réflexion sur le genre. On voit souvent poindre l'idée que les américains (et leurs supplétifs britanniques) sont sans doute la pire chose qui ait pu arriver à la science fiction. C'est un peu le fond de commerce de tous ces textes francophones récents (de Vas-Deyres à Lehman en passant par Bréan) qui glosent sur le grandiose avenir virtuel et à jamais perdu de la SFF, une jolie construction uchronique où Renard, Merle, Messac, Bruss (et Limat ?) auraient été les héros adulés et reconnus d'une "anticipation scientifique" (ou un quelconque autre nom) qui se serait appuyée sur la collection Les Hypermondes et/ou le magazine Conquêtes pour renvoyer dans leur pays ces pulps mal écrits, leurs valeurs matérialistes et leurs couvertures criardes. La réalité et l'histoire sont parfois cruelles pour nos illusions ou nos désirs.

anglais,1 étoile

Il est dommage que le discours excessif de Lundwall transforme cet ouvrage en une sorte de pamphlet prosélyte au profit de la SF non américaine (même si le livre est pourtant destiné à être vendu aux américains). Ce côté caricatural peut en effet occulter l'intéressant panorama que fait Lundwall d'une science fiction "autre" tant littérairement que graphiquement (ce qui était aussi une des qualités de l'ouvrage de Rottensteiner).

anglais,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile

23/12/2015

_Sibilant Fricative_

Sibilant Fricative : Essays and Reviews : Adam ROBERTS : 2014 : Steel Quill Press (#SQ 001) : ISBN-13 978-1-907069-75-8 (la fiche ISFDB du titre) : 269 pages (pas d'index ni bibliographie) : coûte 14.99 GBP pour un tp non illustré produit en POD, disponible chez l'éditeur ().

Sibilant fricative.jpg

Publiés par une des composantes de NewCon Press, la maison d'édition de Ian Whates qui publie pas mal de titres intéressants (et joliment produits comme la série Imaginings) tant en fiction qu'en non-fiction par la nouvelle vague des auteurs britanniques, cet ouvrage est un recueil d'essais et de critiques d'Adam Roberts. Ce dernier est un auteur britannique à la bibliographie conséquente (mais seulement partiellement traduite) qui mêle des parodies (alimentaires ou de commande ?) de séries à succès (Star Wars, Harry Potter, TLOTR, etc.) et des titres nettement plus ambitieux. On lui doit aussi un nombre non négligeable d'ouvrages sur le genre dont certains ont été évoqués sur ce blog (ici, , ou là).

anglais,2 étoiles

Après une introduction mi-figue mi-raisin de Paul Kincaid et une préface de Roberts où il explique son optique de la critique (franche), cet ouvrage rassemble une cinquantaine d'essais critiques, une majorité étant consacrée à la SF (la partie "Sibilant") et le reste à la Fantasy (la partie "Fricative"). D'une longueur (d'une demie à une quarantaine de pages) et d'une forme (il y a des poèmes, une FAQ, des tweets, des dialogues entre réalisateurs...) variables, ces essais ne semblent pas être inédits (certains viennent du webzine Strange Horizons) et abordent essentiellement des romans même si l'on y trouve quelques films et une série télévisée (Lost). A noter l'absence d'index et de bibliographie.

anglais,2 étoiles

Une fois évacué dans la préface le classique dilemme de voir un auteur critiquer ses collègues et/ou connaissances, Adam Roberts fait clairement le choix d'une critique acérée (pour le moins). Il y a dans cet ouvrage un certain nombre de massacres à tronçonneuse qui sont, il faut l'avouer, assez jubilatoires. Dans cette catégorie (et pour rester dans l'écrit) on retiendra l'exécution de Titan (Ben Bova), de Willis (avec une fine analyse de sa popularité) et de l'interminable cycle The Wheel of Time de Robert Jordan (dans le plus long essai du livre). Même quand il est méchant, Roberts reste toujours factuel (ses critiques stylistiques sont appuyées par des extraits) et ouvre le débat sur des réflexions de fond, comme par exemple de savoir pourquoi tant de gens achètent Jordan, pourtant un auteur exécrable et ce que cette attitude nous indique sur le lectorat.

anglais,2 étoiles

Roberts n'est pas que négatif (même si  finalement peu de titres sont vraiment encensés) et certaines de ses critiques peuvent inciter à découvrir des textes, même si dans le cas de certains (comme Rajaniemi ou Tidhar) il vole un peu au secours de la victoire. Même quand il n'est que tiède, ses analyses sont toujours pertinentes et leur forme plutôt amusante malgré des cibles parfois un peu faciles comme les divers blockbusters cinématographiques US (Le livre d'Eli, Star Trek -le reboot-). Au final un ouvrage agréable à lire (même si la qualité technique d'impression n'est parfois pas au rendez-vous) et qui augure favorablement du nouvel opus critique de Roberts : Rave and Let Die (chez le même éditeur).

anglais,2 étoiles

Note GHOR : 2 étoiles