Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/05/2016

_Science/Fiction Collections_

Science/Fiction Collections : Fantasy, Supernatural & Weird Tales : Hal W. HALL:  1983 : The Haworth Press (série "Special Collections" V2 #1/2) : ISBN-10 0-917724-49-6 (la fiche ISFDB du titre) : 181 pages (pas d'index) : coûtait une vingtaine d'USD pour un hc petit format non illustré (et sans jaquette), se trouve maintenant parfois d'occase.

anglais,2 étoiles

Il est clair que cet ouvrage ne pouvait qu'être publié aux USA. Il s'agit en effet essentiellement d'une recension des principales collections consacrées à la SF, une chose sans doute compliquée à réaliser ailleurs sachant le peu d'intérêt pour le genre manifesté en Europe ou en France (à part peut-être une timide tentative de la BNF et bien sûr la Maison d'Ailleurs ou la SFF britannique).

anglais,2 étoiles

Sous la forme d'un recueil d'essais par divers auteurs (surtout des habitués de ce domaine particulier comme Tymn ou Hall), cet ouvrage présente tout d'abord sur une longueur variables les collections "majeures" aux USA (+1 canadienne) : celle de la LOC (Library Of Congress), celles des principales universités (MIT, Texas A&M, Université de Californie) mais aussi celles aux mains de collectionneurs privés (les inévitables Moskowitz et Ackerman. Après cette partie principale, on trouve plusieurs essais sur des thématiques associées (classification, ouvrages de référence bibliographiques) ainsi que des listes d'adresses (collections et marchands de livres).

anglais,2 étoiles

L'ensemble est très inégal et dépend fortement des qualités narratives des auteurs des divers essais. Certains ne sont d'ailleurs presque que des plaquettes publicitaires alors que les plus intéressants sont ceux qui décrivent les raisons et les processus d'accumulation de collections parfois énormes. Certains personnages comme Moskowitz en ressortent d'ailleurs avec un plus grand capital sympathie et d'autres  sont visiblement assez imbus d'eux-mêmes (Ackerman). L'essai sur la classification du genre est aussi (involontairement) amusant que l'on pouvait le prévoir tant le problème est visiblement insoluble et l'évaluation des ouvrages de référence de 1941 à 1981 par Tymn peut donner des idées d'achat. Au final un sujet aride qui donne lieu à un ouvrage inégal mais qui peut faire rêver devant la liste des merveilles que recèlent ces collections.

anglais,2 étoiles

Note GHOR : 2 étoiles

02/05/2016

_Index to Science Fiction Anthologies and Collections_

Index to Science Fiction Anthologies and Collections : William CONTENTO : 1978 : G. K. Hall & Co. : ISBN-10 0-8161-8092-X (la fiche ISFDB du titre) : xii+608 pages : coûtait 28 USD pour un hc grand format non illustré (et sans jaquette), se trouve maintenant d'occase pour presque rien au fur et mesure que des exemplaires sont mis au rebut par des bibliothèques américaines.

anglais,1 étoile

Pour les amateurs de musculation (le livre pèse presque 2 kilogrammes), les nostalgiques des compilateurs à cartes perforées (COBOL ou FORTRAN) et de l'écriture en MAJUSCULES, les gens capables de lire la codification MITSF dans le texte et pour qui des lignes comme "SON IS BORN, A   SS ASF 46 05" ne présentent aucun mystère, cet ouvrage est un must. En terme de projet, c'est du classique puisque l'objectif de Contento est la recension des tous les recueils et anthologies parus en langue anglaise jusqu'en 1977 (ce qui représente plus de 2000 livres compilés).

anglais,3 étoiles

La structure est celle d'une série d'index alphabétiques : 1) Index des titres des ouvrages, 2) Index des textes par auteur, 3) Index des titres de nouvelles et 4) Contenu détaillé des ouvrages listés. Comme on le voit aisément, même s'il lui est antérieur, ce volume est nettement plus pratique et complet que le Fletcher (évoqué ici). Le "Contento" est d'ailleurs, sous ses diverses formes (il existe un supplément papier pour la période 1977-1983 chez le même éditeur, puis il passera sur CD-ROM et ensuite sera accessible en ligne), toujours un des ouvrages de base de la bibliographie du genre. A ce titre et en cas de panne généralisée de l'internet, c'est un ouvrage à avoir dans toute bonne bibliothèque de référence (même s'il est complètement muet sur les éventuelles rééditions ou réimpressions, seules les EO étant renseignées).

anglais,3 étoiles

Note GHOR : 3 étoiles

01/05/2016

_Science Fiction Story Index 1950-1979_

Science Fiction Story Index : Second Edition 1950-1979 : Marilyn P. FLETCHER : 1981 : American Library Association : ISBN-10 0-8389-0320-7 (la fiche ISFDB du titre) : xi+610 pages : coûtait 20 USD pour un tp grand format non illustré, se trouve maintenant d'occase pour presque rien au fur et mesure que des exemplaires sont mis au rebut par des bibliothèques américaines.

SCNCFCTNST1981.jpg

Cet ouvrage se présente comme une expansion (bienvenue puisque le nombre de pages est doublé) et une mise à jour (11 ans de couverture en plus) du (très mauvais) ouvrage de Siemon sur le même thème. Il est d'une structure assez simple : 1er index des livres eux-mêmes (anthologies et recueils), 2ème index des titres (ceux des livres et ceux des textes sont mélangés), 3ème index par auteur. Dans la pratique, il est particulièrement pénible à utiliser puisque, dans la section par auteur il y a une ligne par occurrence de chaque texte avec un renvoi codé (du genre "AS0340" c'est à dire l'anthologie Fifty Short Science Fiction Tales) ce qui multiplie les manipulations pour localiser un texte et, plus gênant, ne donne aucun moyen de connaître le sommaire d'une anthologie ou d'un recueil donné (sauf à parcourir TOUS les textes). Un ouvrage qui est donc seulement bon à être rangé dans la vaste musée de la bibliographie SF.

anglais,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile

30/04/2016

_The Pendex_

The Pendex : An Index of Pen Names and House Names in Fantastic, Thriller, and Series Literature : Susannah BATES : 1981 : Garland (série "Garland Reference Library of the Humanities" #227) : ISBN-10 0-8240-9501-4 (la fiche ISFDB du titre) : xii+233 pages : coûtait 22.50 USD pour un hc sans jaquette et non illustré, se trouve maintenant d'occase pour presque rien au fur et mesure que des exemplaires sont mis au rebut par des bibliothèques.

anglais,1 étoile

Faisant partie d'une catégorie d'ouvrage très spécialisés et peu fréquents (on pensera à Who's Hugh de Robinson ou Who Goes There de Rock voire au troisième tome de l'encyclopédie de Tuck), ce livre est une liste des correspondances entre les pseudonymes et les véritables identités. Comme son sous-titre l'indique, il couvre assez largement les genres de l'imaginaire et les autres littératures de séries (policier, thriller). Doté de plusieurs clés d'accès (nom réel->pseudo, pseudo->nom réel, index général) et de quelques appendices, il n'y a pas grand chose à dire sur cet ouvrage. L'absence complète de sources citées pour chaque lien entre nom et pseudonyme (à la différence de Robinson), certaines affirmations à mon avis un peu rapides (Sheldon = Tubb) et, d'une façon strictement anecdotique, le fait que l'auteur nous parle à longueur de texte d'un certain Hugo Gernsbach ne peuvent qu'inciter à une certaine méfiance dans un domaine éminemment obscur et sujet à pas mal de désinformation. Même s'il est plus pratique à manier que ses concurrents (relié et plus petit), il ne sera que d'une utilité et d'une fiabilité limitées.

anglais,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile

20/04/2016

_Judith Merril : A Critical Study_

Judith Merril : A Critical Study : Dianne NEWELL & Victoria LAMONT : 2012 : McFarland : ISBN-13 978-0-7864-4836-4 (la fiche ISFDB du titre) : xvi+239 pages (y compris index et bibliographies) : coûtait 40 USD pour un tp légèrement illustré en n&b, existe aussi en ebook (978-0-7864-8985-5).

merril,anglais,2 étoiles

Il est clair qu'il existe plusieurs visions de la place de Judith Merril dans l'histoire et l'évolution de la science-fiction. A cause de ses nombreuses casquettes (Futurian(e), écrivain solo ou en collaboration, anthologiste, critique, etc.) et sa grande implication dans certains cercles influents, elle a longtemps un peu "fait partie du paysage" et eu une voix qui comptait. Pour autant, son influence réelle reste l'objet de plusieurs perceptions divergentes. Certains, au vu de sa faible production de fiction (quelques romans y compris des collaborations et une trentaine de nouvelles) et de son départ au Canada, la voient comme une figure marginale, plus importante de  par ce qu'elle annonce (l'arrivée du féminisme au sein du genre) que par ses activités. D'autres, se basant sur ses activités d'anthologiste et son influence sur la scène de la SF canadienne, voudraient lui voir reconnaître une plus grande place dans l'histoire de la science-fiction. Cet ouvrage s'inscrit clairement dans cette dernière démarche.

merril,anglais,2 étoiles

Partiellement basé sur des articles parus précédemment dans diverses revues sur le genre (SFS ou Foundation), cet ouvrage est principalement divisé en deux parties distinctes. La première se concentre sur la fiction de Merril (écrite seule) et l'analyse en détail sous l'angle des thèmes récurrents (la frontière, la peur atomique, la communication ou la psychologie). La deuxième partie se compose de trois chapitres et, hormis le premier consacré aux collaborations, commence au moment où Merril arrête d'écrire (le tout début des années 60). New Waves and New Communities (chapitre 7) évoque les activités d'anthologiste de Merril et sa vie au Canada, The Memoir (chapitre 8 et dernier) est essentiellement une défense de son autobiographie (Better to Have Loved) écrite en collaboration avec sa petite fille, un titre évoqué ici-même. Une bibliographie primaire et secondaire ainsi qu'un index clôturent un ouvrage qui est agrémenté d'une dizaine de photographies n&b.

merril,anglais,2 étoiles

La partie consacrée aux écrits de Merril (et à ses collaborations, en particulier avec C. M. Kornbluth) est particulièrement intéressante même si on peut penser qu'il arrive aux auteurs de se forcer un peu pour trouver des choses à dire sur des textes véritablement mineurs parus dans des revues de troisième niveau (comme Future ou Space Science Fiction). Le choix d'un traitement thématique amène d'ailleurs à une lecture un peu complexe et non dépourvue de redites quand des textes comme Rain Check sont traités séparément dans plusieurs sections (ici celle sur le féminisme et celle sur les extraterrestres). C'est en tout cas un ensemble assez fouillé qui, de fait, balaye presque toute la (faible) production de l'auteur et met en lumière des écrits un peu moins connus que That Only a Mother ou (pour le monde anglo-saxon) Shadow on the Hearth.

merril,anglais,2 étoiles

Parmi les points qui m'ont gêné, j'ai, pour ma part, une appréciation très différente de celle de Newell et Lamont en ce qui concerne l'autobiographie de Merril (pour mémoire) et je maintiens mes réserves sur cet ouvrage. La défense présentée me paraît particulièrement embrouillée et rejetant trop facilement la faute sur les lecteurs (qui n'ont tout simplement pas compris l'originalité de la démarche de Merril). Chacun pourra juger sur pièce en la lisant. Plus important est que la thèse qui sous-tend l'ouvrage (à savoir que 1) l’importance de Merril dans l'histoire de la SF est délibérément sous-évaluée et 2) ceci à cause d'une sorte de complot aux protagonistes assez flous) est à mon avis fausse et insuffisamment étayée. En ce qui me concerne, j'ai du mal à créditer Merril d'une grande influence sur le genre pour plusieurs raisons : 1) sa période "écrivain" est assez courte (une petite dizaine d'années) et ne comporte pas vraiment d’œuvres considérée comme marquantes (si ce n'est encore une fois That Only a Mother dont les interprétations sociétales sont à mon avis postérieures à un texte qui est plus proche de l'horreur à chute que du proto-féminisme); 2) sa période "anthologiste" ne concerne presque exclusivement que des anthologies de reprises. Merril n'a donc pas pu exercer la même influence qu'un rédacteur en chef ou qu'un anthologiste qui suscite l'écriture de textes suivant un projet précis (comme a pu le faire Ellison); 3) sa période "femme d'influence" n'a pu s'exercer que sur un sous-ensemble réduit du champ de la SF (ici la SF canadienne contestataire de langue anglaise) ou par des écrits assez éphémères (sa rubrique Books dans F&SF qui n'a duré que 4 ans). Il est d'ailleurs assez frappant de voir que la Merril anthologiste (celle qui pourtant est censée avoir eu la plus grande influence sur le genre) est la grande absente de l'ouvrage. En gros, je pense qu'il n'est pas nécessaire d'inventer un complot qui aurait délibérément minoré la place de Merril, mais que objectivement, celle-ci, par son parcours (où elle s'est quand même mise sur la touche en partant au Canada), ne fait tout simplement pas partie des "prime-movers" du genre (on remarquera que, par exemple, Sabella la "classe" en No 67 de Who Shaped Science Fiction?). Malgré cela, tout l'intérêt de cet ouvrage militant mais solidement recherché est justement de forcer le lecteur à revoir son histoire de genre et éventuellement à en amender sa perception.

merril,anglais,2 étoiles

Note GHOR : 2 étoiles