Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/01/2020

_Jack Vance : Seven Articles on His Work and Travels_

Jack Vance : Seven Articles on His Work and Travels : Michael ANDRE-DRIUSSI : 2016 : Sirius Fiction : ISBN-13 978-1-947614-02-4 (la fiche ISFDB du titre) : 64 pages (y compris index) : coûte 6.95 USD pour un fascicule non illustré, disponible via l'éditeur (), existe aussi en ebook.

vance,anglais,1 étoile

Sous la plume de Andre-Driussi, un spécialiste de Vance et de Wolfe (on lui doit par exemple cet ouvrage et celui-là), ce petit opus rassemble sept articles sur Jack Vance publiés par l'auteur essentiellement dans la revue critique NYRSF entre 1998 et 2015.

vance,anglais,1 étoile

Les sept articles présentés sont de longueur très variable (mais quand même faible dans l'absolu) de trois à vingt pages. On trouve tout d'abord une tentative d'unifier les écrits SF de Vance dans une "Future History" cohérente (c'est le texte le plus long), une lecture de The Blue World comme appartenant à la Hard-Science, un essai visant à lier les oeuvres de l'auteur avec ce que l'on sait de ses nombreux voyages, une brève discussion des quatre termes inventés qui apparaissent dans la nouvelle Sjambak, une étude des récurrences dans la série des Princes Démons, une reconnaissance du côté séminal de la nouvelle The New Prime et enfin une critique d'une encyclopédie sur Vance (un livre en trois volumes paru chez Mellen et à peu près inconnu sans doute au vu de son prix de presque 300 USD). Un index clôture l'ouvrage.

vance,anglais,1 étoile

C'est un petit ensemble plutôt sympathique (malgré une mise en page à revoir qui laisse par exemple un seul mot sur la page 55) avec des textes qui font preuve d'une grande connaissance du corpus Vancien. On regrettera surtout une écriture un peu trop "détachée" qui fait que les analyses d'Andre-Driussi, pourtant intéressantes et souvent pertinentes comme ses analyses de The Blue World et The New Prime qui auraient même gagné à être plus étoffées, peuvent n'être prises que comme des plaisanteries de fan. On pourra aussi trouver le prix demandé un peu élevé pour la pagination et le fait qu'il ne s'agisse que de reprises.

vance,anglais,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile

24/12/2019

_Tout le Steampunk !_

Tout le Steampunk ! : Etienne BARILLIER & Raphaël COLSON : 2014 : Les Moutons Electriques (série "Bibliothèque des miroirs") : ISBN-13 978-2-36183-182-0 (inconnu de l'ISFDB) : 350 pages (avec index, mais sans bibliographie) : coûtait 29.90 € pour un hc carré avec jaquette, illustré en couleurs et disponible pour pas cher chez l'éditeur.

Tout le steampunk !.jpg

Sous la plume de Barillier & Colson (comme quoi on n'est jamais aussi bien servi que par soi-même), auteurs récurrents du monde des ouvrages de références francophones, cet ouvrage est une sorte d'ode au Steampunk. Ce "genre" autoproclamé par des amateurs de marketing m'a toujours fait penser à la grenouille qui tente de se faire aussi grosse qu'un bœuf. Malgré toute l'emphase des auteurs (et pourtant il y en a des tonnes), je reste convaincu que le Steampunk n'est juste qu'un vernis superficiel caractérisé par quelques signes distinctifs (le dirigeable, la vapeur, le cuivre...) que l'on "plaque" d'une façon opportuniste sur des genres existants (essentiellement l'uchronie et les super-héros). Du coup, j'ai du mal à m'enthousiasmer sur ce catalogue déjà vieux de plusieurs années qui encense un mouvement qui est d'une façon logique proche de la fin de son cycle commercial (comme le Cyberpunk avant lui ou les zombies).

français, 0 étoile

De plus, le discours des auteurs (on ne sait d'ailleurs pas trop qui a écrit quoi) vise beaucoup trop large et à force de nous servir des sous-sous-genres (Dieselpunk, Atompunk, Biopunk, Clockpunk, Néo-pulp et j'en passe sûrement) finit par juste donner une impression de remplissage, impression accentuée par un certain nombre de redites. Comme souvent, le côté "catalogue" prend l'ascendant sur une éventuelle réflexion sur le pourquoi de cette imagerie et de son succès (qui n'apparaît brièvement qu'à la toute fin de l'ouvrage) qui aurait sans doute été intéressante. L'absence de bibliographie, qu'elle soit primaire ou secondaire, est d'ailleurs révélatrice du fait que ce livre n'a visiblement pas été pensé comme un ouvrage de référence.

français, 0 étoile

Pour continuer à être méchant, il faut d'abord indiquer que mon exemplaire est d'une qualité de fabrication déplorable : massicoté à la hache et horriblement relié en carton par un club du troisième age tchèque. Tellement que je me suis même demandé si ce n'était pas un ARC. Ensuite, l'on y retrouve toutes les qualités habituelles des ouvrages de référence des Moutons : fautes d'orthographe, police de caractère maniérée (un sorte de virgule sur certains "t" et "p"), affirmations hâtives (John Clute présenté comme américain), chronologie à revoir (pour Priest, La machine à explorer l'espace est donnée comme antérieure à Le monde inverti), références obsolètes (le Barets, quand même !), illustrations massacrées (bouffées par le cadre vaguement art-déco, sauvagement rognées, tout cela sans doute pour des raisons de copyright) et non légendées, recherches insuffisantes (comme ignorer l'école rétrofuturiste des débuts de Métal Hurlant - Sire, Chaland, Benoît-), auto-publicité envahissante (la plupart des rares références citées concernent -Oh surprise !- d'autres ouvrages du même éditeur).

français, 0 étoile

Au final, il n'y a pas grand chose à sauver de ce livre sauf quelques illustrations ayant échappé au massacre, sous réserve de retrouver à quoi elles correspondent. Cette opinion doit vouloir dire que je ne suis pas dans la cible visée par cet éditeur.

français, 0 étoile

Note GHOR : 1 étoile (à réserver à ceux qui pensent que le Steampunk est la dernière chose à la mode)

27/09/2019

_J. G. Ballard_

J. G. Ballard : D. Harlan WILSON : 2017 : University of Illinois Press (série "Modern masters of science fiction") : ISBN-13 978-0-252-08295-5 (la fiche ISFDB du titre) : x+197 pages (y compris bibliographie et index) : coûte 22.00 USD pour un tp non illustré, disponible chez l'éditeur (), existe aussi en hc (04143-3) et en ebook (05003-9).

ballard,anglais,1 étoile

Un des paradoxes des ouvrages sur le genre est que, généralement, plus l'auteur étudié est loin du centre de celui-ci, plus la littérature à son sujet est abondante (Vonnegut et Atwood sont les exemples qui viennent immédiatement à l'esprit). J. G. Ballard, l'objet de cette monographie parue dans la série d'études mono-auteurs éditées par les UIP, est dans ce cas là puisqu'il existe pas loin d'une vingtaine de livres qui lui sont consacrés. Sous la plume de D. Harlan Wilson, un universitaire et professeur d'anglais britannique qui est aussi écrivain, ce livre est donc le plus récent sur le sujet.

ballard,anglais,1 étoile

Après une assez longue introduction, cet ouvrage est divisé en six chapitres de longueur variable. Il commence par une partie biographique d'une quinzaine de pages. Elle est suivie par un chapitre sur les nouvelles et les textes de non fiction de Ballard, puis par quatre chapitres analysant chacun un groupe de textes (les catastrophes naturelles, les catastrophes culturelles, les autobiographies et les derniers romans). Une rapide conclusion précède une copieuse (plus de dix pages) bibliographie (primaire et secondaire) ainsi qu'un index.

ballard,anglais,1 étoile

Comme je l'ai déjà dit à propos de la monographie de William Gibson parue dans la même série (), la désignation de Ballard comme l'un des "Modern masters of Science Fiction" me pose problème. Le fait que cet avis ne soit pas juste une vue de mon esprit est rendu encore plus flagrant par les contorsions auxquelles se livre Wilson pour trouver les liens de la majorité des écrits de Ballard (en gros tout hormis ses nouvelles, Hello America et les quatre premières catastrophes) avec la science fiction.

ballard,anglais,1 étoile

Comme il n'y arrive pas vraiment (il n'y a qu'à voir à quelle vitesse il expédie les quatre derniers romans de l'auteur de Cocaine Nights à Kingdom Come), l'intérêt de l'ouvrage est plutôt faible pour l'amateur pur et dur de SF que je suis. Bien sûr, cela n'enlève rien au travail de Wilson qui est solide et documenté, même si on discerne en filigrane certaines querelles entre Ballardiens zélés de diverses obédiences. Je suis juste amené à regretter que cette série d'ouvrages se disperse un peu vers des auteurs qui sont peut-être plus importants pour d'autres domaines (le postmodernisme pour Ballard, le féminisme pour Russ) que pour la SF elle-même. C'est dommage parce qu'elle a aussi publié des ouvrages sur des auteurs nettement plus centraux pour le genre mais négligés (on pensera à ceux sur Benford, Brunner ou Bester). Il reste tant d'auteurs de SF "pure" à étudier sur ce format.

ballard,anglais,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile (pour le rapport avec la SF)

30/04/2019

_A Research Guide to Science Fiction Studies_

A Research Guide to Science Fiction Studies : An Annotated Checklist of Primary and Secondary Sources for Fantasy and Science Fiction : Marshall B. TYMN & Roger C. SCHLOBIN & L. W. CURREY : 1977 : Garland Publishing (série "Garland reference library of the humanities" #87) : ISBN-10 0-8240-9886-2 (la fiche ISFDB du titre) : ix+165pages (y compris index) : coûtait 21.00 USD pour un hc (sans jaquette ?) non illustré, difficilement trouvable sauf désherbage de bibliothèques.

anglais,1 étoile

Quelque part, ce blog est prévu pour remplir les mêmes missions que cet ouvrage. En effet ce dernier est une liste commentée des divers ouvrages de référence (uniquement anglo-saxons) et des thèses de doctorat sur le genre (cette partie ayant été compilée par Douglas R. Justus) jusqu'en 1976. Listant un peu plus de quatre cents titres, ce volume est organisé par grands "types" (index, biographies, bibliographies, études générales, études spécifiques...) d'ouvrages qu'ils soient généralistes (tous genres) ou spécialisés (uniquement SFF).

anglais,1 étoile

Pour chacun d'entre eux, les informations bibliographiques usuelles sont fournies ainsi qu'une description de leur contenu et une courte appréciation en terme d'utilité comme outil de référence. Les thèses de doctorat sont listées par auteur et par titre et ne sont pas commentées. Un index par titre et un autre par auteur clôturent l'ensemble.

anglais,1 étoile

Bien évidemment, je peux qu'apprécier ce type d'ouvrage qui permet de rêver à des documents qui sont sans doute inaccessibles (par exemple un fascicule de 8 pages sur les premières éditions de Farmer). Il est clair que pour d'autres personnes, l'intérêt est sans doute plus limité, les ouvrages "classiques" (et trouvables) comme ceux de Tuck, Gunn ou Aldiss étant évoqués de façon plus détaillée dans des livres plus récents (par exemple Burgess et al.) voire ici-même. Du coup, c'est donc un ouvrage à réservés à des historiens de l'étude du genre ou à des chercheurs invétérés.

anglais,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile (mais plus pour moi)

23/04/2019

_Postcolonialism and Science Fiction_

Postcolonialism and Science Fiction : Jessica LANGER : 2011 : Palgrave Macmillan : ISBN-13 978-0-230-32144-1 (la fiche ISFDB du titre) : ix+188 pages (y compris bibliographie et index) : coûtait une cinquantaine de GBP pour un hc sans jaquette non illustré qui semble être un POD, se trouve en neuf (par exemple ).

anglais,1 étoile

Ecrit par une quasi-inconnue (deux poèmes et un article en plus de cet ouvrage dans l'ISFDB), ce livre est un parfait exemple de l'utilisation de la science-fiction comme prétexte. J'ai déjà dû exposer les principes utilisés : supposons que vous soyez spécialiste d'une théorie ou d'une thématique littéraire quelconque (écologie, postmodernisme, critical theory, marxisme, féminisme, queer studies...) et que vous ayez besoin de publier. Il vous suffit de trouver quelques textes ayant un rapport avec votre sujet (pour les plus fainéants, il suffit parfois même de visionner à peine une dizaine de films) et de délayer ces bribes de SF dans votre discours habituel et hop, vous avez un livre !

anglais,1 étoile

Ici le substrat est fourni par le postcolonialisme (incluant sans doute faute de matériau le Japon), qui pour ce que j'en ai compris est la réflexion sur eux-mêmes des anciens pays colonisés par les méchants occidentaux (bien évidemment quand des non-occidentaux colonisent d'autres non-occidentaux, cela ne compte pas). Les post-colonial studies sont sans doute un domaine d'étude légitime mais deux chiffres mettent en perspective le rapport de ce livre et de la SF : pour presque 150 pages d'étude, la bibliographie primaire des textes de fiction ne comporte en tout que 9 romans et 5 nouvelles (mais il y a 12 (!) pages de "Critical and other works"). En ce qui me concerne et en tant qu'amateur de SF et non en tant qu'universitaire en mal de copie, la messe est dite.

anglais,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile (et encore)