Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/09/2018

_Traveler of Worlds_

Traveler of Worlds : Conversation with Robert Silverberg : Alvaro ZINOS-AMARO (et Robert SILVERBERG) : 2016 : Fairwood Press : ISBN-13 978-1-933846-63-7 (la fiche ISFDB du titre) : 276 pages (pas d'index ni de bibliographie) : coûte 16.99 USD pour un tp non illustré, qui ne semble plus disponible chez l'éditeur.

anglais,silverberg,1 étoile

Paru chez Fairwood Press, une Small Press américaine spécialisée dans la SF (elle a Scholes, Lake ou Bishop à son catalogue), cet ouvrage fait partie d'une catégorie peu fréquente mais qui se rencontre parfois : les interviews-fleuve tellement longues qu'elles occupent un livre à elles seules. On pensera à celles de Dozois ou Heinlein qui sont basées sur le même principe. C'est donc ici Robert Silverberg, un des derniers monstres sacrés du genre encore en vie qui est interviewé par Alvaro Zinos-Amaro, un auteur américain né en Espagne avec lequel il a collaboré sur la série "Blue Shift". Silverberg, au cas où les lecteurs de ce blog l'ignoreraient, est donc l'un derniers géants du genre, un écrivain à la productivité légendaire qui a endossé tous les rôles possibles, de jeune écrivain prometteur à marque commerciale en passant par auteur sophistiqué et hack-writer sous pseudonyme. A ce titre, une littérature critique relativement abondante lui a été consacrée.

anglais,silverberg,1 étoile

Cette longue interview est donc basée sur des propos recueillis par Zinos-Amaro durant quatre week-ends de 2015 mais ce dernier s'appuie aussi sur sa grande connaissance de l'auteur dont il est fan depuis 1996. Après une introduction et une préface de Dozois, le livre est divisé en sept chapitres de longueur variable qui déroulent un thème plus ou moins large (avec par exemple des titres comme Librairies ou Potpourri) de façon plus ou moins structurée. Le format est hyper-classique avec systématiquement une question de Zinos-Amaro (plutôt courte) qui précède une réponse de Silverberg (nettement plus longue) et ainsi de suite au fil de la conversation. Une postface de Mme Silverberg (Karen Haber) conclut l'ouvrage qui ne propose ni index ni bibliographie.

anglais,silverberg,1 étoile

Tout d'abord, je me permets de signaler que je suis toujours sceptique vis à vis de ce type d'ouvrage. En ce qui me concerne, je suis à la recherche d'éléments pouvant me permettre de mieux appréhender un auteur et/ou d'éléments factuels relatifs à sa carrière en tant que membre de la communauté des acteurs du genre. Cela veut dire que de lire en détail comment Silverberg n'a pas payé un billet de train à Berlin en 2014  (c'est page 46) n'offre strictement aucun intérêt pour moi et représente juste une perte de mon temps. Comme une bonne partie du livre est de ce niveau de détail, y compris le quasi-obligatoire (pour des américains) travelogue, cela fait beaucoup de passages où je me suis ennuyé malgré les qualités de conteur de Silverberg qui transparaissent parfois.

anglais,silverberg,1 étoile

Comme en plus Silverberg (un peu comme Asimov) donne facilement dans une certaine prétention auto-satisfaite (bien méritée il est vrai), le ton employé par l'interviewé n'est parfois pas très sympathique ce qui d'ailleurs jure avec l'admiration de l'interviewer qui en fait de temps en temps des tonnes. Le tout n'est donc pas forcément très agréable à lire et est d'un niveau d'information "utile" (en tout cas pour moi) assez faible. Comme en plus l'ouvrage ne propose pas index et surtout ne présente aucune structure clairement lisible (chronologique par exemple), il est virtuellement impossible de l'utiliser comme support pour un quelconque travail de recherche à moins de relire l'intégralité des 200 pages pour espérer y retrouver une bribe d'information précise. Au final, on ne peut retirer de ce livre qu'une vague impression pointilliste de Silverberg, ce qui le réserve aux fans du personnage et non à ceux qui veulent approfondir leur analyse de ses écrits. Dommage.

anglais,silverberg,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile

20/09/2018

_The Science Fiction of Iain M. Banks_

The Science Fiction of Iain M. Banks : Nick HUBBLE & Esther McCALLUM-STEWART & Joseph NORMAN (editors) : 2018 : Gylphi (série "SF Story Worlds") : ISBN-13 978-1-78024-054-1 (la fiche ISFDB du titre) : xx+261 pages (y compris index) : coûte 18.99 GBP pour un tp non illustré, disponible chez l'éditeur ().

anglais,banks,1 étoile

Paru chez Gylphi, un éditeur relativement nouveau dans le domaine des ouvrages de référence sur la SF qui propose une petite série de titres (qui sont listés ici), ce livre est consacré à Iain M. Banks (avec le "M" parce qu'il s'agit du Banks auteur de SF en non de celui de littérature générale). La mort de Banks en 2013 a hélas interrompu une riche carrière dans le genre. Sa série de la Culture qui décrit une société galactique utopique a de nombreux fidèles et a généré un grand nombre d'études tant elle fascine. Elle est d'ailleurs d'une façon logique souvent au cœur des divers ouvrages sur Banks qui existent (on pensera à Kincaid sur l'auteur en général) ou en est le seul sujet (comme chez Caroti).

anglais,banks,1 étoile

L'ouvrage se présente sous la forme d'un recueil d'une dizaine d'essais (inédits sous cette forme. deux d'entre eux ayant été publiés dans Foundation dans des versions antérieures) d'une vingtaine de pages chacun. Après une chronologie de la carrière de Banks qui bizarrement précède l'introduction, le livre est divisé en quatre parties  1) "Iain M. Banks", plutôt biographique avec un texte de son ami Ken MacLeod et une interview de Banks, 2) "Questions of Genre" reliant son oeuvre avec d'autres genres (le conte de fée), d'autres arts (la musique) ou d'autres auteurs (John Fowles et particulièrement son roman The Magus), 3) "Banks and the playing of games" sur les jeux présents chez l'auteur et la tentative de (re)créer celui d'Azad, 4) "Death and other limit points" sur des thèmes précis (le cannibalisme par exemple). Il n'y a pas de conclusion ni de bibliographie à la fin de l'ouvrage mais seulement un index.

anglais,banks,1 étoile

Mon impression au sujet de cet ouvrage est assez mitigée. La première partie est assez peu originale (on a déjà lu MacLeod sur Banks dans d'autres supports) ou pas franchement intéressante (l'interview m'a laissé froid). La seconde partie est un peu meilleure même si la nième réflexion sur l'utopianisme de la Culture et ses parallèles (ou pas) avec notre société n'apporte pas grand chose d'original et finit toujours par les mêmes conclusions. La troisième partie est clairement hors sujet pour une livre qui s'appelle (je le rappelle) The Science Fiction of Iain M. Banks puisqu'elle traite presque uniquement de la théorie du jeu (pas la théorie des jeux) et de la reconstitution du jeu d'Azad lors de Loncon 3 (la convention mondiale de Londres en 2015). Comme j'y étais et que j'ai assisté un peu à la partie, j'ai pu trouver un vague intérêt à la loooongue règle du jeu mas je ne suis pas sûr qu'un lecteur lambda aura le même avis.

anglais,banks,1 étoile

La dernière partie est à mon avis la plus intéressante (sûrement parce qu'elle accorde une certaine importance à Excession, roman que je tiens pour le meilleur de son auteur) mais présente malgré tout une certaine tendance à parler d'abord du sujet de prédilection de l'auteur de l'essai (par exemple le cannibalisme ou l'évolution de la notion de Sublime) sur une certaine longueur avant de finalement commencer à évoquer les oeuvres de Banks (c'est d'ailleurs aussi le cas de certains essais des parties précédentes), un travers familier à certains recueils d'essais dont la ligne directrice est soit peu claire soit peu "obligatoire". Au final un ouvrage plutôt décevant (par rapport à celui de Kincaid par exemple) voire même un peu trompeur en ce sens qu'une bonne partie du livre n'est pas vraiment à propos de "la science fiction de Iain M. Banks" (ni même à propos de Banks lui-même). On regrettera aussi l'absence d'une partie bibliographique (primaire ou secondaire) qui aurait pu aider le lecteur à approfondir le sujet.

anglais,banks,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile

26/08/2018

_Environments in Science Fiction_

Environments in Science Fiction : Essays on Alternative Spaces : Susan M. BERNARDO (editor) : 2014 : McFarland (série "Critical explorations in Science Fiction and Fantasy" #44) : ISBN-13 978-0-7864-7579-7 (la fiche ISFDB du titre): 195 pages (y compris bibliographie et index) : coûte 35.00 USD pour un TP non illustré disponible chez l'éditeur (), semble aussi exister en ebook (978-1-4766-1503-5).

anglais,1 étoile

On va aller vite... Paru dans l'une des collections d'ouvrages de référence de McFarland (celle-là), ce livre est recueil d'essais originaux par un groupe d'illustres inconnus (au sens d'auteurs qui n'ont apparement jamais rien publié d'autre sur le genre) qui sont pour la plupart ou professeurs d'anglais ou doctorants. D'après la quatrième de couverture, ce recueil est bâti autour de (ou des) l'espace(s) et de son influence sur les relations entre les personnages, les animaux et/ou l'environnement.

anglais,1 étoile

En fait, je n'ai absolument pas compris quels étaint les points communs entre les essais. On commence par les possibilités hétérotopiques chez Baxter & Pratchett, Le Guin et Delany, l'acceptance de la marginalité chez Piercy et Scott, une lecture d'Anathem de Stephenson, une de War with the Newts de Capek, l'image du laboratoire dans Frankenstein, une lecture écotopienne de News from Nowhere de Morris, une analyse de The Road de McCarthy et une de The Calcutta Chromosome de Ghosh, la Terraphilie chez PKD et un texte sur les deux dystopies.

anglais,1 étoile

Comme en plus, les auteurs sont globalement des adeptes de l'école du "je-raconte-toute-l'intrigue-ça-fait-du-texte", que leur vernis es-SF semble des plus limités (par contre, ils connaissent bien Deleuze et Guatari), et que l'un des essais va jusqu'à déployer une longue analyse sur l'absence de quelque chose (ici la description par Shelley du laboratoire du savant), on en arrive à se demander à quoi peut bien servir un tel ouvrage, si ce n'est pour les auteurs à atteindre leur quota de publications sans trop se fouler.

anglais,1 étoile

Au final, ce n'est pas que l'ensemble soit mauvais, c'est juste qu'il n'a ni queue ni tête et que le niveau de réflexion sur le genre n'est simplement pas terrible. Lire ce recueil ne présente tout simplement pas grand intérêt (on sauvera seulement le texte de Bernardo sur PKD).

anglais,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile

23/08/2018

_Eros in the Mind's Eye_

Eros in the Mind's Eye : Sexuality and the Fantastic in Art and Film : Donald PALUMBO (editor) : 1986 : Greenwood Press (série "Contributions to the Study of Science Fiction and Fantasy" #21) : ISBN-10 0-313-24102-3 (la fiche ISFDB du titre) : xxvi+290 pages (y compris index et bibliographie) : coûtait une trentaine d'USD pour un hc avec jaquette et illustré en n&b qui peut se trouver d'occase.

anglais, 1 étoile

Cet ouvrage est présenté comme un compagnon à Erotic Universe (évoqué ici). Comme ce dernier, il s'agit d'un recueil d'essais sur la représentation de la sexualité dans les arts et le cinéma (de SF&F, bien sûr). Ce blog se focalisant sur la SF&F "écrite", cet ouvrage est donc mentionné seulement pour mémoire. Pour la partie "Art", on pourra y trouver pas mal d'information (et quelques reproductions) sur les illustrations fantastiques ou surréalistes d'avant 1920 mais assez peu de choses sur l'illustration SF proprement dite. Côté "Film", c'est essentiellement Star Wars et The Rocky Horror Picture Show qui sont étudiés (2 essais chacun). Au final, le tout se laisse lire mais ne révolutionnera pas l'étude du genre.

anglais, 1 étoile

Note GHOR : 1 étoile (mais les amateurs de ces formes de SF pourront avoir un avis différent)

22/08/2018

_Erotic Universe_

Erotic Universe : Sexuality and Fantastic Literature : Donald PALUMBO (editor) : 1986 : Greenwood Press (série "Contributions to the Study of Science Fiction and Fantasy" #18) : ISBN-10 0-313-24101-5 (la fiche ISFDB du titre) : xviii+305 pages (y compris index et bibliographie) : coûtait 35.00 USD pour un hc avec jaquette non illustré qui peut se trouver d'occase.

angalis,1 étoile

Publié dans la longue série d'ouvrages de référence de Greenwood Press (qui atteindra la centaine de titres), cet ouvrage a pour objectif de se pencher sur l'intersection des études sur la sexulaité et de celles sur la littérature fantastique (au sens anglo-saxon, c'est à dire en VF SF + fantasy + fantastique + tous les trucs bizarres). Du fait de l'imagerie fortement sexuée utilisée par les premiers supports liés au genre (en gros les pulps), cette intersection a souvent été étudiée, même si, à l'époque, la réalité des textes était bien loin de ce qui était dessiné sur les couvertures. La SFF étant historiquement assez prude, certains auteurs ont aussi su se positionner comme des "spécialistes" du sexe (on pensera bien évidemment à Farmer), ce qui a contribué à alimenter les réflexions sur le sujet.

angalis,1 étoile

La structure de l'ouvrage est tout à fait classique pour un titre de cette série, puisqu'il s'agit d'un recueil d'essais de taille variable (de dix à trente pages) dûs à divers intervenants. Les quinze essais rassemblés sont ici divisés en quatre parties : "Theory" (4 essais de portée générale), "Themes" (5 essais sur des thèmes précis : les aliens, l'homosexualité...), "Feminist Views" (5 essais plus focalisés sur des oeuvres précises) et "Fanzines" (qui contient bizarrement 1 seul essai sur le phénomène des fanfictions K/S). En ce qui concerne les auteurs on trouve à parts égales des plumes connues (Palumbo, Barr, Landon...) et des auteurs qui n'ont été publiés que dans cet ouvrage (Spector, Veith, Frazer Lamb...). Une copieuse bibliographie primaire et secondaire annotée et un index clôturent l'ensemble.

angalis,1 étoile

La lecture de cet ouvrage commence plutôt mal, la première partie n'ayant qu'un rapport parfois lointain avec le sujet affiché du livre (Homère, les discriminations sexistes et non sexuelles...). Hélas, cela continue par la suite (le sexe et la mort dans la litgen) même si la partie thématique revient plus dans le sujet affiché de ce recueil en prenant enfin comme matière des oeuvres clairement SF&F (et non Le monde selon Garp), C'est sans doute la partie la plus "recherchée" avec de visibles efforts pour utiliser les ressources du genre. La troisième partie est complètement hors-sujet (toujours vis-à-vis de l'ambition affichée) puisqu'il s'agit de "Feminist Wiews" sur la SF en général en non d'une approche féminisite de la sexualité dans la SF&F . Du coup cette partie de l'ouvrage est encore une n-ième resucée du canon de la SF féministe des années 70 avec toutes ses figures imposées (Piercy, Russ, Tiptree, Le Guin), sa poignée d'ouvrages ressassés en boucle (et encore une visite guidée de Mattapoisett) et, chose toujours surprenante pour une frange qui prêche la diversité et la tolérance, ses procès en sorcellerie faits aux "fausses féministes" avec remise de bons points (Le Guin), mentions passables (McCaffrey) et mauvais points pour les traîtresses à la cause (ici c'est Janet E. Morris qui endosse ce rôle).

angalis,1 étoile

Les deux derniers essais (sur The Left Hand of Darkness et sur le K/S -les fanfictions homoérotiques sur le couple Kirk/Spock) sont d'honnête facture mais, franchement, ce sont des choses que l'on a pu déjà lire des milliers de fois tellement ces sujets étaient soit dans l'air du temps (comme Le Guin à l'époque) soit tellement originaux -au sens d'être propres à la SF&F- (le K/S) qu'ils fascinaient les universitaires en mal de copie. En parlant d'originalité, cet ouvrage innove (regrettablement) en proposant deux essais par Valerie Broege qui sont un remarquable exemple de préoccupation écologique avant l'heure puisque l'auteur y recycle plusieurs fois les mêmes phrases sur les mêmes sujets (j'ai dû vérifier tellement l'impression de déjà-lu était forte). C'est carrément se moquer du lecteur et cela en dit long sur la qualité de la relecture de l'ouvrage ou sur les exigences de Palumbo. Au final un ensemble non pas mauvais stricto sensu (bien ique manquant totalement d'originalité) mais juste une vaste tromperie sur la marchandise, comme cela arrive souvent chez Greenwood. Point d'étude sur "Sexuality and Fantastic Literature" mais un vague assemblage de textes.

angalis,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile