Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/09/2019

_Robert Silverberg's Many Trapdoors_

Robert Silverberg's Many Trapdoors : Charles L. ELKINS & Martin Harry GREENBERG (editors) : 1992 : Greenwood Press (série "Contributions to the study of Science Fiction" #53) : x+156 pages (y compris index et bibliographie) : ISBN-10 0-313-26308-6 (la fiche ISFDB du titre) : coûtait une cinquantaine d'USD pour un HC non illustré sans jaquette (ou est-elle seulement absente sur mon exemplaire venant d'une bibliothèque), parfois trouvable.

anglais,silverberg,2 étoiles

Le fait que Robert Silverberg soit l'un des auteurs majeurs du genre est indiscutable. Ce qui le rend sans doute encore plus intéressant aux yeux du monde universitaire est sans doute son parcours chaotique et ponctué de périodes de retrait (annoncées avec force publicité) qui l'a mené des bas-fonds de l'écriture à la chaîne à des oeuvres infiniment plus complexes et à un statut de faiseur de best-sellers. Tout cela fait de la bonne matière pour écrire une belle et éducative histoire. Pourtant, et malgré un nombre significatif d'articles, il est un fait qu'il n'existe que peu d'ouvrages qui lui sont consacrés (un Starmont), un livre par Chapman chez Greenwood et, étonnamment, un copieux ouvrage en allemand). Ce titre est donc plutôt une rareté de par son thème et semble avoir eu une histoire éditoriale assez compliquée (c'est du moins ce que laisse entendre la préface).

anglais,silverberg,2 étoiles

Cet ouvrage est donc un recueil de sept essais (généralement inédits) assez longs autour de Silverberg ou de ses oeuvres. Après une longue introduction de Clareson, on trouve successivement un survol de la carrière de l'auteur (Letson), un texte sur Dying Inside (Chapman), une étude sur les nouvelles "à chute" (Francavilla), un essai sur l'identité dans divers textes (Flodstrom), The World Inside comme utopie ambiguë (Dietz), le thème de la transcendance chez RS (Reilly) et une analyse de Tom O'Bedlam (Manlove). On termine par une bibliographie primaire et secondaire d'une dizaine de pages et un index.

anglais,silverberg,2 étoiles

Si l'on considère l'étendue de la carrière de Silverberg et ses multiples phases, il est évident que le texte "général" de Letson sur l'auteur aurait pu sans problème voir sa taille multipliée par dix tellement il y a à dire. Du coup, une partie des essais ayant choisi une approche "pointilliste" et focalisée, on ne ressent pas trop l'absence d'une mise en perspective plus vaste. Le tout est de bonne tenue même si certains intervenants sont parfois plus dans leur propre "truc" que dans celui de l'auteur. L'attention portée à certains textes "mineurs" (Dietz & Manlove) est de plus rafraîchissante par son originalité. On peut même percevoir cette l'ambiguité et ces non-dits qui caractérise la relation de l'auteur avec la science-fiction.

anglais,silverberg,2 étoiles

De toute façon, les rapports complexes (à la Malzberg) et les apports de Silverberg au genre ne pourraient sans doute être sérieusement étudiés que sur un format beaucoup plus important (on pensera à ce qu'a fait Patterson sur RAH ou Porges sur ERB). Il faudra donc nous contenter de ces petites touches pour l'instant avec cet agréable petit (il y a à peine une centaine de pages de texte) recueil qui peut permettre de commencer à cerner un auteur mutliple.

anglais,silverberg,2 étoiles

Note GHOR : 2 étoiles

21/08/2019

_Robert Bloch_

Robert Bloch : Randall D. LARSON : 1986 : Starmont House (Starmont reader's guide #37) : 148 pages (y compris bibliographies & index) : ISBN-10 0-930261-58-5 (la fiche ISFDB du titre) : coûtait 8.95 USD pour un TP non illustré qui existe aussi peut-être en HC (-59-3).

anglias,bloch,2 étoiles

Cet ouvrage fait partie de la longue série des monographies publiées par Starmont dans les années 80 et qui ont couvert la plupart des auteurs de F&SF importants (de Aldiss à Wyndham). Ce tome est donc consacré à Robert Bloch, un auteur protéiforme qui a opéré dans tous les genres de l'imaginaire ainsi que dans bien d'autres (western, policier, novélisations). Au final ses textes de "pure" SF ne forment qu'une petite partie de son oeuvre d'où un relatif manque d'intérêt critique pour cet écrivain difficile à placer dans une case précise, un peu comme Fredric Brown ou Richard Matheson.

anglias,bloch,2 étoiles

Sous la plume d'un spécialiste américain de l'auteur, ce livre commence par une chronologie (comme le veut l'usage dans cette série) et se poursuit par une douzaine de chapitres d'une dizaine de pages chacun. Larson a fait le choix de grouper les écrits de l'auteur par genre, en commençant par les textes de type Weird Tales, en passant ensuite par la SF courte puis longue, le policier, l'horreur et en finissant par les choses inclassables (un roman historique et une novélisation). Une bibliographie primaire (textes en anglais seulement, mais assez complète), une bibliographie secondaire (incluant bizarrement les recueils francophones) et un index clôturent l'ouvrage.

anglias,bloch,2 étoiles

Au final, l'ensemble est plaisant à lire même si la partie dévolue à la SF est logiquement limitée à quelques chapitres d'où un moindre intérêt pour l'amateur du genre que je suis. Cette monographie permet de se faire une idée plus précise de la carrière d'un auteur dont on ne retient parfois que le fait qu'il est l'auteur de Psycho (un qualificatif simpliste qui lui déplaît d'ailleurs). On pourra regretter une partie analyse réduite au profit de la description des intrigues et le manque d'un chapitre biographique (comme il est pourtant d'usage dans cette série).

anglias,bloch,2 étoiles

Note GHOR : 2 étoiles

20/06/2019

_The Magic Labyrinth of Philip José Farmer_

The Magic Labyrinth of Philip José Farmer : Edgar L. CHAPMAN : 1984 : Borgo Press (série "Popular Writers of Today" #38) : ISBN-10 0-89370-258-7 (la fiche ISFDB du titre) : 96 pages (y compris index et bibliographie sommaire) : coûtait $4.95 pour un tp non illustré qui existe aussi en hc (-150-0), pas facile à trouver.

The magic labyrinth of Philip José Farmer.jpg

Paru chez Borgo dans sa longue série de monographies (), cet ouvrage est sorti alors que la carrière de Farmer était à son zénith, juste après la parution du dernier roman du cycle Riverworld. Il s'agit d'une étude qui est très proche de celle écrite par Brizzi quelques années auparavant (évoquée ici). Dans la pratique, ces deux petites monographies se complètent assez bien, même si je donnerais un léger avantage à Chapman (déjà un peu plus dense) qui aborde d'une façon plus approfondie les "parodies/pastiches/hommages" (à Tarzan, Doc Savage, Baum et d'autres) dont Farmer s'est fait à un moment une spécialité.

Doc Savage his apocalyptic life (Panther 1975).jpg

Comme Farmer a assez peu écrit après la sortie de cet ouvrage, si l'on excepte la très moyenne la série Dayworld (basée sur une idée de 1971), il se trouve que, malgré son âge, cet ouvrage est largement suffisant pour cerner l'auteur et ses principales thématiques dont bien sûr le côté "sexe" sur lequel sa réputation est basée en France et ce d'une façon parfois discutable. De toute façon, le Brizzi et celui-ci sont les seuls ouvrages sur le sujet, ils ont donc leur place dans toute bonne bibliothèque de référence sur le genre.

Dayworld (Berkley 1986-03).jpg

Note GHOR : 2 étoiles

17/06/2019

_The Pleasant Profession of Robert A. Heinlein_

The Pleasant Profession of Robert A. Heinlein : Farah MENDLESOHN : 2019 : Unbound (#203) : ISBN-13 978-1-78532-678-9 (la fiche ISFDB du titre) : xiii+477 pages (y compris appendices, index, bibliographie et liste des patrons -12 pages quand même) : coûte 25.00 GBP pour un hc non illustré avec jaquette, peut-être disponible chez l'éditeur () qui existe aussi en ebook (-680-2).

heinlein,2 étoiles,anglais

Même s'il devient maintenant de bon ton de dénigrer Heinlein et le reste de la SF américaine des années 40 à 70 au profit de nouvelles références plus présentables (voir par exemple ce thread) il est difficile de passer sous silence cet auteur majeur du genre que certains (dont je respecte l'opinion même si je n'adhère pas complètement à leur vues) pensent mêmes être le plus important de tous. Sans doute aidée dans ses recherches par la parution d'une imposante (malgré une partialité certaine) biographie de RAH par Patterson (en deux volumes chez Tor), c'est donc Farah Mendlesohn, historienne et critique britannique du genre (et amoureuse des chats) qui s'attaque à ce monument de la SF dans un livre publié en crowdfunding (d'où la longue liste de contributeurs à la fin de l'ouvrage).

heinlein,2 étoiles,anglais

Après une courte préface et une introduction, l'ouvrage est divisé en neuf chapitres de taille inégale. Le premier est une biographie de l'auteur utilisant les travaux de Patterson. Les trois suivants abordent divers points "techniques" (structure, arcs narratifs, rhétorique) de l'écriture de RAH tant dans ses romans que dans ses nouvelles. Les cinq dernières parties (formant une grosse moitié du livre) font le choix d'une approche plus thématique en essayant de discerner les positions de l'auteur sur un certain nombre de points sociétaux fondamentaux (les droits civiques, le racisme, le développement personnel, le sexe et le genre, etc.). Diverses annexes (certaines sans grand intérêt) ainsi qu'un index et une bibliographie terminent l'ouvrage.

heinlein,2 étoiles,anglais

Même si l'influence de RAH sur le genre est la grande absente d'un ouvrage qui semble se dérouler dans un certain vide éditorial, ce livre est clairement l'un des plus synthétiques et des plus complets sur l'auteur tout en restant "lisible" et relativement objectif. On pourra comparer l'approche de Mendlesohn avec celle de Franklin (sans doute plus incisive) ou celle de Stover (nettement plus flatteuse) parmi la quantité de livres consacrés à Heinlein (Slusser, Panshin, Major ou Gifford). Le premier chapitre est à lui seul indispensable comme résumé de tout ce que l'on sait maintenant de la vie de RAH qui n'était pas sans mystères (par exemple celui de sa vraie première épouse).

heinlein,2 étoiles,anglais

Si je n'ai pas de problèmes avec les chapitres "techniques" qui sont solides, j'avoue que la partie thématique m'a un peu déçu. Sans doute à force de vouloir livrer une étude équitable, Mendlesohn finit par parvenir à un point de vue complètement neutre et (AMHA) trop lisse. Elle nous dépeint finalement un auteur qui n'est ni raciste ni antiraciste, ni féministe ni masculiniste, pas vraiment de droite mais pas de gauche non plus (pour les USA s'entend), tolérant et intolérant, libéral et se méfiant du capitalisme, progressiste et réactionnaire, favorable à l'armement des citoyens mais trouvant les armes à feu inutiles, etc. Cet effet de "brouillage" est d'ailleurs une des caractéristiques assez énervantes d'un auteur qui a toujours adoré développer une croyance ou une position dans un texte et son contraire dans un autre. Au final, cette étude est une bonne base pour aborder Heinlein mais avec cet auteur caméléon, la conclusion reste toujours la même, il faut (tout) lire pour se faire une idée des messages qu'il voulait transmettre (et encore personne ne tombe d'accord...).

heinlein,2 étoiles,anglais

Note GHOR : 2 étoiles

21/03/2019

_Theodore Sturgeon : Le plus qu'auteur_

Theodore Sturgeon : Le plus qu'auteur : Jérôme DIDELOT (rédacteur en chef) : 2018 : Forum Les Débats & ActuSF : ISBN-13 978-2-36629-956-4 : 98 pages (pas d'index ni bibliographie) : coûte 14.90€ pour un grand tp illustré en couleur et n&b disponible .

français,sturgeon,1 étoile

Theodore Sturgeon jouissant, comme PKD, d'une réputation flatteuse et durable en France, il était logique que le centenaire de sa naissance soit salué par la parution d'ouvrages lui étant consacrés. Il y a donc eu un numéro spécial de Bifrost et donc cet hybride entre livre et magazine (il semble que cela s'appelle un mook). Sous la houlette de gens un peu aux marges du genre (une traductrice et un rockeur audiovisuel), ce projet se veut un hommage à un auteur qui a marqué beaucoup de lecteurs francophones.

français,sturgeon,1 étoile

Le plus simple pour évoquer ce type d'ouvrage composite est sans doute d'en lister le contenu. Il débute donc par une interview de Noël Sturgeon (la fille de l'auteur) qui nous livre ses souvenirs de son père. On trouve ensuite plusieurs pages de fac-similés de divers documents (croquis, lettres écrites ou reçues par Sturgeon, projets...) issus des archives de l'auteur. Suit le "gros" morceau de l'ouvrage (20 pages) qui est en fait une reprise plus ou moins expurgée de la préface de Marianne Leconte au "Livre d'or" paru chez Presses Pocket. Ce texte précède une réminiscence de Thomas Monteleone sur sa rencontre avec Sturgeon (où ce dernier était nu), une interview de Philippe Hupp sur le festival de Metz (et accessoirement Sturgeon), une "analyse" (en trois pages !) de l'auteur comme "romancier de Star Trek", une interview du cinéaste Bertrand Tavernier qui a failli adapter Sturgeon (mais ne l'a pas fait), une interview avec deux réalisateurs (Christian de Challonge et Laurent Heynemann) qui eux ont vraiment adapté des textes de l'auteur pour la télévision. On trouve ensuite une autre "analyse" (une page !) à base d'extraits de l'émission Temps X; deux pages de couvertures US/GB sans grande logique, explications (par exemple que The Synthetic Man c'est Cristal qui songe) ni crédits; et un guide de lecture (sic) avec plusieurs intervenants (que du beau linge : universitaire, philosophe, déléguée artistique littéraire...). On termine par six citations.

français,sturgeon,1 étoile

Comme moi aussi j'ai une tendresse particulière pour Sturgeon, je vais réfréner ma méchanceté naturelle en disant qu'au final cet ouvrage est "gentillet". Tout d'abord, hormis celle de Leconte, les "analyses" sont d'une profondeur très limitée ou sont basées sur de vagues suppositions (avec par exemple des phrases du genre "il est donc fort possible qu'il ait lu du Sturgeon" page 90). Ensuite les interviews sont souvent plus centrées sur les interviewés et leur carrière que sur Sturgeon (la palme revenant à Tavernier) alors qu'il était sans doute possible de récupérer une interview de l'auteur lui-même (l'ISFDB en liste presque une quinzaine, y compris plusieurs en français). A cela s'ajoutent des choses anecdotiques, que ce soient les 3 pages de Monteleone pour nous expliquer qu'il a vu les c.... de Sturgeon ou les copies de courriers.

français,sturgeon,1 étoile

Tout cela nous donne un produit joliment fait et agréable à lire mais qui manque singulièrement de substance. Pour 14.90€, je connais nombre de numéros spéciaux de revues qui offrent un travail autrement plus sérieux et original qu'un vague collage de choses déjà lues ou strictement périphériques (au hasard, les deux tomes de Lucien Morareau sur l'aéronautique navale française en 1939-1940 chez Lela Presse à 14.50€ chacun). Quand on voit que le texte avec largement le plus de substance est celui extrait du LdO et la vacuité de certains des articles, on ne peut que penser que le résultat est bien plus un Magazine (un truc vite fait et distrayant à lire chez le coiffeur) qu'un bOOK. L'intention est louable mais l'auteur méritait sans doute mieux. Sinon, vous pouvez toujours (re)lire Sturgeon.

français,sturgeon,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile (pour Sturgeon)