Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/01/2015

_Les dieux cachés de la science-fiction française et francophone (1950-2010)_

Les dieux cachés de la science-fiction française et francophone (1950-2010) : Natacha VAS-DEYRES & Patrick BERGERON & Patrick GUAY & Florence PLET-NICOLAS & Danièle ANDRE (editors) : 2014 : Presses Universitaires de Bordeaux (#111 de la revue Eidôlon) : ISBN-13 979-10-91052-11-5 : 314 pages (y compris bibliographie et index) : coûte 23€ pour un tp non illustré disponible en neuf via le site de l'éditeur ici.

français,2 étoiles

Deuxième numéro de la revue Eidôlon à être consacré de façon claire à la SF, après le décevant numéro 91, cet ouvrage profite de la relative vogue des études sur la science-fiction française (voir par exemple les récents ouvrages importants de Bréan et Vas-Deyres, des auteurs qui figurent d'ailleurs au sommaire de ce numéro). Il s'agit ici du résultat d'un travail collectif entre deux universités canadiennes et le CLARE, une unité de recherche de l'université de Bordeaux, travail qui porte sur la SF d'expression française depuis ses débuts puisqu'il sera suivi en 2015 par un autre volet consacré à la période 1890-1950. Dans le droit fil d'une célèbre enfilade sur un forum de discussion, ce recueil d'essais cherche à découvrir quels sont les principales forces (les "dieux cachés" du titre : politique, métaphysique, religion...) qui ont influencé l'évolution de la SFF.

français,2 étoiles

Après un avant-propos qui détaille le projet et une préface de Gérard Klein qui vise à découpler historiquement la SFF de la SFUS, l'ouvrage s'organise en cinq parties comportant un nombre variable d'essais (eux-mêmes de taille très variable, de moins de 10 à plus de 25 pages) qui semblent inédits. La première partie rassemble trois essais autour de l'angle politique (Andrevon, le Cyberpunk et Pelot), elle est suivi par cinq textes sur les "marges et singularités" (Brussolo, Bordage, Houellebecq, une expo de SF en 1967-68 et une comparaison entre deux films français de SF). On trouve ensuite quatre essais autour de la disharmonie (divers films, le post-apocalyptique francophone). La quatrième partie explore la spiritualité et la religion (avec six articles entre autre sur Vonarburg -et sa réponse-, Bordage et Henneberg). Enfin, la dernière section aborde le domaine de la bande dessinée (4 essais sur la SF jeunesse, Valérian, Bilal et Jacobs). Une bibliographie générale et deux index (noms et oeuvres) clôturent l'ensemble.

français,2 étoiles

Par rapport au numéro précédent de cette revue, on constate une nette hausse du niveau des articles (qui va peut-être de pair avec un certain renouvellement, même si l'on rencontre des signatures connues dans le domaine de l'étude francophone du genre). On peut dire que ce recueil est largement du niveau de ses homologues anglo-saxons du type de ceux publiés par Greenwood Press par exemple. Du coup, on y retrouve le même manque de focalisation qui se traduit par un côte un peu hétéroclite des thèmes abordés dont le lien avec le projet de l'ouvrage semble parfois bien ténu, comme le texte  sur l'exposition "Science-Fiction" au musée des arts modernes (au catalogue célèbre) qui relève soit de l'anecdote, soit de la mission impossible (évoquer une exposition sans en monter une seule image) soit de la mégalomanie (la conclusion suggère vaguement que l'apparition de nombreuses collections spécialisées en est la conséquence). On y trouve aussi ce penchant caractéristique pour des sujets "acceptables" comme l'article sur Houellebecq qui n'est certainement pas le premier nom auquel on penserait pour évoquer les "dieux" de la SF mais plus une classique tentative de trouver une caution littéraire.

français,2 étoiles

Malgré quelques scories au niveau des essais dans leur ensemble (la préface de Klein qui se tire dans le pied tout seul, certains qui semblent mal construits comme celui sur le CP qui comporte plus de notes que de texte ou d'autres qui ne sont que des listes comme celui sur les fictions post-apocalyptiques) ou sur des points de détails (des étonnantes fautes d'orthographe, des raccourcis dans les présentations de l'histoire éditoriale du genre ou des affirmations un peu hâtives par exemple sur l'imagerie Cyberpunk), le résultat est intéressant avec la plus-value pour le lecteur francophone d'aborder des auteurs d'expression française (donc peu étudiés) avec des articles d'une longueur significative (Andrevon, Pelot, Bordage, Brussolo malgré l'excès d'emphase) même si elle peut parfois sembler trop courte. Tout n'est pas forcément d'une originalité folle (les articles sur Besson et Jacobs donnent particulièrement une impression de déjà-vu tellement on a pu écrire sur ces créateurs et leurs univers) mais l'ensemble vaut largement le coup et confirme les progrès des ouvrages de référence en VF.

français,2 étoiles

Note GHOR : 2 étoiles

06/11/2014

_Science Fiction Voices_ (#1,2,3 &4)

Science Fiction Voices #1 : Darrell SCHWEITZER : 1979 : Borgo Press ("The Milford Series" #23) : ISBN-10 0-89370-233-1 : 63 pages (pas d'index ni de bibliographie) : coûtait 3 USD pour un tp non illustré (existe aussi en hc -133-5).

Science fiction voices 1.jpg

Science Fiction Voices #2 : Jeffrey M. ELLIOTT : 1979 : Borgo Press ("The Milford Series" #25) : ISBN-10 0-89370-237-4 : 62 pages (pas d'index ni de bibliographie) : coûtait 3 USD pour un tp non illustré (existe aussi en hc -137-8).

Science fiction voices 2.jpg

Science Fiction Voices #3 : Jeffrey M. ELLIOTT : 1980 : Borgo Press ("The Milford Series" #29) : ISBN-10 0-89370-243-9 : 64 pages (pas d'index ni de bibliographie) : coûtait 3 USD pour un tp illustré (photos des auteurs interviewés) qui existe aussi en hc (-143-2).

Science Fiction Voices 3.jpg

Science Fiction Voices #4 : Jeffrey M. ELLIOTT : 1982 : Borgo Press ("The Milford Series" #33) : ISBN-10 0-89370-248-X : 63 pages (pas d'index ni de bibliographie) : coûtait 3 USD pour un tp illustré (photos des auteurs interviewés) qui existe aussi en hc (-148-3).

Science fiction voices 4.jpg

Cet avis groupé concerne les quatre premiers titres de la série Science Fiction Voices (le cinquième est évoqué ici). C'est un ensemble d'interviews d'acteurs (puisqu'en plus des auteurs il y a un rédacteur en chef et un illustrateur) du genre datant de la fin des années 70. La plupart des textes sont initialement parus sous des formes plus ou moins différentes dans divers magazines et fanzines.

anglais,2 étoiles

La structure de chaque ouvrage est constante : une préface de l'auteur, une introduction d'une "guest star" (AEVV, Lupoff ou Gallun) et un certain nombre d'interviews (de 7 à 4, le nombre diminuant au fil des livraisons avec pour corollaire une augmentation de la longueur unitaire). Pour mémoire, la liste des interviewés est la suivante : Sturgeon, Bester, Pohl, Gunn, Leiber, Clement & De Camp pour le #1; Brabbury, Niven, Van Vogt, Anderson & Silverberg pour le #2; Pournelle, Ellison, Gerrold, Benford & Lupoff pour le #3; Hornig, Shaw, Freas & Stableford pour le #4. On déplorera l'absence systématique d'index.

anglais,2 étoiles

Au vu des dates de réalisation des entretiens (il y a largement plus d'une trentaine d'années), il est évident que le seul intérêt d'une telle série d'ouvrages de nos jours ne peut qu'être qu'à des fins de recherches historiques ou dans le cadre de l'étude de la carrière d'un auteur précis. Si pour certains (les plus prolixes) ces interviews n'offrent qu'une plus-value limité, il y a dans cet ensemble des voix que l'on a moins l'habitude d'entendre (celles des auteurs présents dans le tome 3) et d'autres qui peuvent nous apporter une vision différente (je pense à celle d'Hornig qui permet de voir l'envers du décor des pulps). Il faut donc "faire son marché" dans cette série pour l'exploiter pleinement.

anglais,2 étoiles

Note GHOR : 2 étoiles

15/10/2014

_Science Fiction Reader's Guide_

Science Fiction Reader's Guide : L. David ALLEN : 1974 : Centennial Press : ISBN-10 0-8220-1611-7 : 299 pages (y compris index et bibliographie) : coûtait 1.50 USD pour un pb non illustré aisément trouvable d'occase.

Science fiction reader's guide.jpg

Initialement paru en 1973 sous le titre Science Fiction: An Introduction dans la série Cliff's Notes (un peu l'équivalent de nos Classiques Vaubourdolle, une collection explicative pour un public de lycéens, voir par exemple ce titre consacré à Heinlein), cet ouvrage est dû à la plume de L. David Allen, un professeur américain qui a écrit plusieurs livres dans la même veine (voir sa bibliographie ). Il s'agit donc d'une introduction au genre par le biais d'un certain nombre de textes déclarés comme représentatifs, un format relativement fréquent dans le domaine de l'aide pédagogique qui sera même réutilisé par Allen dans ce livre plus tardif.

2 étoiles,anglais

Après avoir défini les principales catégories de SF (Hard, Soft, Science Fantasy & Fantasy), le livre étudie ensuite quinze oeuvres plus en profondeur. Elles sont abordées dans l'ordre chronologique de parution et couvrent un siècle, de 20,000 lieues sous les mers (1870) à Ringworld (1970) en passant par (dans l'ordre) des titres de Wells, Asimov (deux), Bester, Clarke, Leiber, Clement, Miller, Herbert, Heinlein (deux), Panshin et Le Guin, chaque essai occupant un dizaine de pages. On notera de nombreuses annexes en fin d'ouvrage : une tentative de définition du genre, une approche des protocoles de lecture, un guide pour bien "lire" des ouvrages de SF, un article sur la suspension d'incrédulité, les principaux prix et leurs lauréats, une bibliographie du genre par auteur, une bibliographie secondaire et un index.

2 étoiles,anglais

En tant que guide de lecture, le travail d'Allen ne souffre d'aucune critique dans son "décorticage" des mécanismes littéraires employés par les auteurs et est à même de fournir à tout étudiant manifestant des tendances à la fainéantise un résumé parfaitement exploitable de l'intrigue. Comme souvent, la vraie question est celle de l'utilisation de cet ouvrage par un lecteur qui n'a pas de devoir à rendre.

2 étoiles,anglais

Celui-ci y trouvera néanmoins une évocation agréable d'un certain nombre de classiques du genre (on remarquera que, d'une façon générale, la sélection d'Allen est moins originale que celle qu'il opère dans son Ballantine teacher's Guide même si certains textes comme Conjure Wife sont peu fréquemment rencontrés dans ce type d'ouvrage) avec une approche elle-aussi assez classique (Ringworld comme exploration du thème de la chance). En fait, les parties les plus intéressantes sont celle où Allen nous propose des réflexions d'ensemble, même si elles auraient gagnées à être plus developpées. Un bon petit livre, sympathique et peu cher, mais qui reste généralement au niveau (annoncé) de l'aide à la lecture.

2 étoiles,anglais

Note GHOR : 2 étoiles

01/10/2014

_The Science Fiction Novel_

The Science Fiction Novel : Imagination and Social Criticism : Basil DAVENPORT (editor) : 1974 pour cet ouvrage (1959 pour la première édition) : Advent : ISBN-10 0-911682-13-9 : 128 pages (y compris index) : coûtait 2.25 USD pour un tp non illustré facilement trouvable, y compris en neuf chez NESFA (pour 9 USD), qui existe aussi en hc.

anglais,1 étoile

Basé sur une série de conférences faites à l'université de Chicago au début de l'année 1957 et compilé par Basil Davenport (à qui l'on doit quelques articles et anthologies dans les années 50), ce recueil tente d'analyser l'impact de la SF sur la critique sociale, dans la mesure où il en existe un (un thème typique de ces années ou la "Social SF" à la Galaxy étaient dominante). Quatre auteurs majeurs (à l'époque), à savoir Heinlein, Kornbluth, Bester et Bloch, ont planché sur ce thème et leur réflexion a été transcrite dans cet ouvrage qui est d'ailleurs l'un des premiers titres consacrés à la réflexion sur le genre.

anglais,1 étoile

Après une introduction de Davenport, l'ouvrage se compose de quatre essais de longueur variable (de quarante à vingt pages) où chaque auteur essaie de répondre à la question posée, question que l'on pourrait résumer par : "La SF a-t-elle réussi à devenir une force d'évolution sociale ?". En matière d'annexes, on trouve juste un index en fin de ce bref volume. A noter que cet ouvrage existe en un grand nombre de versions (trois éditions, plusieurs impressions par édition et un choix de deux types de format, tp ou hc) qui diffèrent par leur couverture ou leur nombre de pages mais dont le contenu reste identique.

anglais,1 étoile

Pour résumer le contenu de ce recueil, on peut dire que, d'une façon générale, la réponse à la question posée est globalement non (la SF n'a que peu d'influence sur le réel) ce qui donne un résultat qui semble assez logique. Le souci est que, malgré la qualité certaine des auteurs conviés au sommaire, le résultat n'est pas forcément convaincant. En effet, les essais ne me semblent pas d'une grande qualité et manquent un peu de structure. C'est sans doute dû au fait que les textes rassemblés sont des adaptations d'interventions publiques et non des papiers universitaires, d'où une probable recherche par les auteurs d'effets rhétoriques au détriment de l'analyse en profondeur.

anglais,1 étoile

A cela s'ajoute le texte de RAH qui est complètement hors sujet puisqu'il se livre en fait à une réflexion générale sur la SF, sa définition, ses rapports avec la technologie ou la Fantasy et nous livre en prime diverses anecdotes sur sa carrière d'écrivain. Ce n'est pas inintéressant en soi mais place son essai "à angle droit" des autres. Les trois autres textes ne feront pas date dans l'histoire de la réflexion sur le genre (il est d'ailleurs parlant de voir le très faible nombre de cas où ils ont été repris dans d'autres volumes). Au final, l'ouvrage est plus une curiosité historique (certains auteurs présents ayant peu écrit sur le genre) qu'autre chose.

anglais,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile

10/09/2014

_Emshwiller : Infinity X Two_

Emshwiller : Infinity X Two : Luis ORTIZ : 2007 : Nonstop Press (série "Library of American Artists" #2) : ISBN-13 978-1-933065-08-3 : 173 pages (y compris index) : coûte 40 USD pour un HC illustré (format carré) disponible en neuf chez l'éditeur (et même en promotion).

anglais,2 étoiles

Comme (Outermost) un titre du même auteur paru chez le même éditeur, cet ouvrage est essentiellement un titre d'orientation graphique. En effet, s'il évoque d'un seul coup les époux Emshwiller (Ed l'illustrateur et Carol l'écrivain), il est, par la force des choses (s'agissant d'un ouvrage illustré), plutôt consacré au premier. Cet illustrateur est particulièrement connu en VF pour ses couvertures (souvent humoristiques) des premiers numéros de Galaxie (1ère et 2ème série) ou des copies qui en ont été faites. Son épouse, à la carrière qui a débuté plus tardivement, est elle une nouvelliste initialement étiquetée "New Wave" qui a continué d'écrire jusqu'en 2012.

anglais,2 étoiles

Après une préface de Carol Emshwiller et une longue introduction due à Alex Eisenstein, l'ouvrage est composé d'une quinzaine de chapitres qui déroulent chronologiquement et en parallèle les carrières des deux époux (avec un focus plus marqué sur Ed qui a eu une carrière plus longue, plus productive et dans des domaines plus variés que son épouse). Une iconographie (couleur et N&B) très abondante (photographies puis couvertures et illustrations puis images vidéo ou informatiques) enrichit l'ouvrage qui propose aussi une courte bibliographie et un index.

anglais,2 étoiles

On ne peut que louer la qualité purement physique de l'ouvrage qui est d'une grande solidité, agréable à manipuler et qui propose surtout des reproductions fidèles, en couleurs et grand format des oeuvres d'Ed Emshwiller. Bien évidemment les captures d'écran, de vidéos ou de films sont d'un niveau technique inférieur pour des raisons purement techniques. Le seul gros bémol en matière de qualité de fabrication est la complète inutilité du système de notes. En effet, si l'on a bien plusieurs pages de notes correspondant aux divers chapitres, il n'y a aucune façon de les relier au texte d'Ortiz puisque les renvois sont tout simplement absents (on peut simplement parfois deviner quelle note se réfère à quelle phrase).

anglais,2 étoiles

Outre ce problème qui obère la facilité de lecture, il ne faut bien sûr pas voir dans cet ouvrage une analyse en profondeur d'un artiste (et à fortiori de deux), ce que sa quantité de texte possible (somme toute réduite) ne permet pas. C'est d'autant plus vrai pour Carol dont l'oeuvre est assez rapidement expédiée. A cela s'ajoute la difficulté pour l'auteur de rendre compte par écrit de la deuxième partie de la carrière d'ED qui était centrée sur le cinéma "expérimental" ou la vidéo. Au final, un bel objet chatoyant dont les illustrations rappelleront de nostalgiques souvenirs à certains.

anglais,2 étoiles

Note GHOR : 2 étoiles