Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/05/2014

_Planètes pilleuses et autres thématiques de la science-fiction_

Planètes pilleuses et autres thématiques de la science-fiction  : Jean-Pierre LAIGLE : 2013 : L'oeil du Sphinx #44 (collection "Les études du Dr Armitage" #1) : ISBN-13 979-10-91506-07-6 : 247 pages + cahier central couleur (pas d'index mais pas mal de publicités à la fin du livre) : coûte 19 Euros en neuf pour un TP illustré de quelques photos en N&B et couleurs, disponible chez l'éditeur.

Planètes pilleuses.jpg

Cet ouvrage est dû à la plume de Jean-Pierre Laigle, qui est à la fois (sous un autre nom) la personne derrière les éditions Antarès (une maison spécialisée dans la SF soit ancienne, soit de provenance originale) et aussi le Rémi Maure auteur (entre autres) d'une célèbre étude sur les arches stellaires. Il est publié par les éditions de l'œil du Sphinx dont le domaine de prédilection est plutôt l'étrange ou le paranormal mais qui a dans son catalogue quelques titres d'études sur la SF déjà évoqués ici comme celui-ci ou celui-là. En terme de typologie, il s'agit d'un recueil d'essais par un même auteur sur des thèmes variés, assez proche de certains tomes proposés par Greenwood ou Borgo.

anglais,2 étoiles

Ce livre rassemble donc cinq essais de taille variable (de plus de soixante pages pour les plus longs à moins d'une trentaine pour le plus court) dont deux ne semblent pas être complètement inédits, ayant déjà été publiés sous des formes moins complètes soit en français soit dans d'autres langues. Après une courte préface de Stableford, le premier essai proposé (qui donne d'ailleurs son titre au recueil) concerne les planètes pilleuses, des astres qui s'approchent de la Terre pour voler diverses ressources. Le deuxième est une recension des "suites" (ou textes parallèles) au roman de H. G. Wells The Time Machine. Il est suivi par le plus court texte de l'ensemble qui s'intéresse aux fictions où l'Europe est re-colonisée par ses anciennes dépendances. On trouve ensuite un long essai sur les autres Lunes de la Terre puis enfin le dernier sur des "enclaves" d'origine météorique qui pourraient se trouver sur notre globe. Chacun des essais adopte une structure identique avec une courte introduction, une longue recension chronologique des textes (voire des films ou des bandes dessinés) traitant du thèmes, une conclusion qui évalue et place l'ensemble en perspective et se termine par une bibliographie détaillée. A noter que l'ouvrage ne comporte pas d'index mais est illustré en N&B dans le corps du texte et propose aussi un cahier couleur central de douze pages.

français,2 étoiles

Dans cet ouvrage, la démarche de Jean-Pierre Laigle est assez proche de celle d'un Sam Moskowitz à savoir l'exploration historique d'un thème en essayant de tracer son évolution via des textes presque inconnus et par le biais de jeux d'influence littéraires supposés dont la réalité est parfois sujette à caution. On ne peut en tout cas qu'être admiratif devant la masse de matière rassemblée par l'auteur qui met à la fois à contribution des traditions science-fictives (espagnole, indienne, etc.) peu fréquemment exploitées (et/ou simplement connues) et qui a su dénicher de rares textes de proto-SF française. Les thèmes abordés sont en plus d'une grande originalité même si leur côté plutôt pointu nécessite une certaine connaissance du genre.

français,2 étoiles

Les seuls reproches que l'on pourra faire à cet ensemble sont à la fois d'ordre physique (le livre est d'une solidité assez moyenne au vu de son prix) et portent sur des points de détails : le choix d'une capitalisation (d'ailleurs variable) plutôt anglo-saxonne (avec profusion de majuscules) pour des titres en français, une stratégie bibliographie dont on ne sait si elle est complète, partielle ou sélective (on comparera par exemple la bibliographie fournie par Laigle pour The Star Mouse avec ceci); un style qui rend parfois les propos de l'auteur peu clairs (un artefact de rétro-traduction ?).  Ce sont plutôt les parties d'inspiration "Moskowitzienne" évoquées plus haut qui peuvent être contestées, le manque de justification étant parfois patent. En tout cas ce recueil est fort intéressant à lire et l'on espère que la série des études du Dr. Armitage comportera d'autres items.

français,2 étoiles

Note GHOR : 2 étoiles

16/02/2014

_Shadowmen_

Shadowmen : Heroes and villains of french pulp fiction : Jean-Marc LOFFICIER & Randy LOFFICIER : 2003 : Black Coat Press : ISBN-10 0-9740711-3-7 : 304 pages (y compris index et bibliographie) : coûte 20 USD pour un tp (POD) illustré en N&B, disponible chez l'éditeur.

Shadowmen.jpg

Shadowmen 2 : Heroes and villains of french comics : Jean-Marc LOFFICIER & Randy LOFFICIER : 2004 : Black Coat Press : ISBN-10 0-9740711-8-8 : 319 pages (y compris index) : coûte 21 USD pour un tp (POD) illustré en N&B, disponible chez l'éditeur.

Shadowmen 2.jpg

Aux marges des titres habituellement évoqués ici, une brève mention de deux titres du duo Lofficier, infatigables promoteurs de la (proto)SF francophone dans le monde anglo-saxon (par leurs écrits et leur maison d'édition Black Coat Press). Ces deux ouvrages sont donc des dictionnaires listant une partie des héros et méchants du feuilleton populaire (faute d'un terme plus précis en VF) pour le premier volume et ceux de la bande dessinée (sous ses diverses formes) pour le second.

Arsène Lupin.jpg

Une partie non négligeable des personnages décrits se rattachant à la SF (ou à la proto-SF), ces ouvrages peuvent être une source d'information fort pratique grâce à la présence systématique de copieuses bibliographies largement multimedia (films, séries, anime, radio,etc.). Largement illustrés (même si le résultat est parfois aux limites de la lisibilité quand il s'agit de reproduire des pages entières d'album sur une demi-page), ces ouvrages permettront aussi aux nostalgiques de retrouver les héros de leur enfance.

Les voiliers du soleil (FN 1961).jpg

Au final des ouvrages fort sympathiques et agréables à lire, même si la présence de certains délires à la Farmer (expliquant le réel par le fictionnel ou essayant de mêler divers univers fictifs) ne s'imposait pas forcément tant elle peut paraître à "angle droit" avec le projet de l'ensemble.

Tarzan alive.jpg

24/08/2013

_Science Fiction Quotations_

Science Fiction Quotations : from the Inner Mind to the Outer Limits : Gary WESTFAHL : 2005 : Yale University Press : ISBN-10 0-300-10800-1 : xxi+461 pages (y compris index) : coûtait 25 USD pour un tp non illustré.

Science fiction quotations.jpg

Même s'il est peut-être abusif de classer ce livre dans les purs ouvrages de référence, ce recueil mérite à mon avis une mention sur ce blog. Le recueil de citations est en effet un sport vieux comme la littérature auquel, du fait de son caractère fortement participatif, la SF ne déroge pas. Les aphorismes célèbres tirés du genre ne manquent pas comme les trois lois d'Asimov ou celles de Clarke. C'est donc à cet exercice de citations (venues DE la SF mais aussi SUR la SF) que Westfahl (un personnage que l'on ne présente plus ici) s'est plié, suivant les pas de Rotsler qui nous avait donné, en son temps, un tout petit livre qui s'intitulait Science Fictionisms.

anglais,1 étoile

Après une préface de Clarke sur la définition du genre et une introduction de Westfahl qui explique son mode de sélection, l'ouvrage est organisé d'une façon simple. Les citations recueillies (dans des nouvelles, des romans, des essais ou des oeuvres audiovisuelles) sont regroupées en une centaine de thèmes (de Actions à Work) où elles sont classées par ordre chronologique croissant. Leur taille va d'une à une dizaine de lignes en restant majoritairement plutôt courtes. L'auteur, l'oeuvre d'origine et la date sont bien évidemment indiqués. Pour retrouver une citation précise, un double index (par auteur et par oeuvre) est fourni en plus du classement par thème.

Lost horizon (Pan 1976).jpg

Il n'y a pas grand-chose à dire sur ce livre dont l'utilité, en ce qui me concerne, est proche du zéro. Il doit sans doute pouvoir fournir un réservoir presque inépuisable de phrases de signature ou des questions pour des quizz mais c'est à peu près tout. On pourra juste en extraire les formulations originales de certaines "lois" (Asimov, Clarke comme évoqué précédemment mais aussi Sturgeon ou Heinlein) et parcourir la section sur la SF elle-même qui est d'ailleurs une des plus longues de l'ouvrage.

Beyond this horizon (Panther 1974).jpg

On est donc là face à un projet amusant et presque fanique (donc sympathique) dans son esprit mais qui atteint vite ses limites d'autant plus qu'une certaine concentration des textes source est rapidement perceptible avec par exemple plus de vingt citations extraites de A Canticle for Leibowitz (Miller) ou d'une façon plus étonnante de Drowning Towers (George Turner). Indépendamment de ses qualités intrinsèques, on peut d'ailleurs se demander pourquoi un tel ouvrage est paru chez un éditeur universitaire.

anglais,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile

09/07/2013

_Science Fiction in the real world_

Science Fiction in the real world : Norman SPINRAD : 1990 : Southern Illinois University Press (série "Alternatives") : ISBN-10 0-8093-1671-4 : xvi+234 pages (y compris index) : semble avoir coûté 25 USD pour un tp non illustré.

Science fiction in the real world.jpg

Norman Spinrad est particulièrement connu pour son acitvité d'écrivain au cours des années 70 (Bug Jack Barron, The Iron Dream) et aussi, chez nous, pour son côté francophile avérée (il réside d'ailleurs en France et y trouve un public fidèle). Comme son oeuvre la plus célèbre (The Iron Dream) peut le faire penser dans la mesure où elle est aussi une satire sur certaines dérives du genre, il mène depuis longtemps en parallèle avec l'écriture une réflexion sur la SF. C'est le résultat de ces analyses qui nous est proposé par les SIUP au sein d'une collection (Alternatives) qui mêle essais et recueils de fiction.

spinrad,anglais,2 étoiles

Cet ouvrage est donc un recueil d'essais de Spinrad, certains étant inédits et d'autres ayant vu leur première parution dans le magazine américain Isaac Asimov's Science Fiction (avant qu'il ne devienne Asimov's Science Fiction) aux alentours de 1986. Après une introduction Spinrad, les treize textes rassemblés (qui vont de dix à vingt pages) sont regroupés en cinq sections : la première fixe les standards critiques de l'essayiste, la deuxième traite de la SF "visuelle" (comics et adaptation à l'écran), la troisième traite certains sous-genres (Hard Science, Cyberpunk), la quatrième aborde l'angle politique et la dernière se focalise sur des auteurs précis (Sturgeon, Vonnegut, Ballard et Dick). La conclusion revient sur la place de la SF dans le monde réel et est suivie par un index. On notera l'absence de bibliographie (et d'ailleurs plus généralement de notes).

spinrad,anglais,2 étoiles

Avec un connaisseur du genre comme l'est Spinrad, il est inévitable que le discours tenu soit empreint d'une grande maîtrise de son sujet. Sur tous les thèmes abordés, on est face à un ensemble d'information souvent de première main et la description des rouages de l'édition et de la condition et des contraintes pesant sur les écrivains sonne juste. C'est parfois féroce comme du Disch avec un regard sans concession sur le genre et ses dérives mais où transparaît quand même une grande affection pour celui-ci (ce n'est donc pas aussi désespéré que du Malzberg).

spinrad,anglais,2 étoiles

Le passage du temps a transformé cet ouvrage d'une étrange façon. Lors de sa parution (en livre ou initialement en essais dans IASFM), il s'agissait presque d'un pamphlet qui dénonçait certains travers contemporains et évoquait une actualité immédiate (par exemple l'irruption du Cyberpunk). Avec le recul, une partie des textes s'est transformé en témoignages historiques sur des soubresauts du genre dépassés depuis longtemps. Même si certains essais (surtout ceux consacrés par Spinrad aux autres écrivains) échappent à ce phénomène, la majorité du livre ne présente maintenant plus qu'un intérêt strictement historique, même s'il est indéniable.

spinrad,anglais,2 étoiles

Note GHOR : 2 étoiles

10/03/2013

_After the New Wave : Science Fiction since 1980_

After the New Wave : Science Fiction since 1980 : Nader ELHEFNAWY : 2011 : pas d'éditeur mentionné (indiqué comme "CreateSpace Independent Publishing Platform" sur Amazon) : ISBN-13 978-1463644826 : 240 pages (y compris bibliographie secondaire, mais pas d'index) : coûte une dizaine d'Euros pour un TP non illustré, disponible là : http://www.amazon.fr/gp/product/1463644825/.

After new wave SF since 1980.jpg

Ecrit par un docteur en littérature américain qui collabore à plusieurs revues sur le genre (papier comme la NYRSF ou online comme la défunte The Internet Review of Science Fiction), cet ouvrage est visiblement un livre auto-publié, le mien ayant été imprimé par Amazon. Il en va d'ailleurs de même pour les autres oeuvres de l'auteur qui comprennent au moins un roman (Surviving the Spike et un recueil de nouvelles situées dans le même univers). Ce volume rassemble plusieurs textes ayant pour but (selon les mots de l'auteur dans son introduction) de dépeindre l'évolution de la SF sur les trois dernières décennies, une période qui est celle d'une synthèse entre les deux principaux courants du genre (pour simplifier, la Hard-Science et la New Wave).

New Worlds 198.jpg

Après une courte introduction, l'ouvrage se divise en deux parties distinctes. La première et la plus importante consiste en le rassemblement d'une dizaine d'essais (déjà publiés dans des webzines mais révisés ou étendus par l'auteur) de taille variable (de trente à moins de dix pages) qui parcourent diverses facettes de l'histoire du genre. Cela va de textes de portée générale comme une réflexion sur l'Uchronie ou le futur de la Science Fiction à des études sur des sujets plus limités comme les techno-thrillers, les films sur les ordinateurs ou les séries télévisées des années 90. La seconde partie rassemble quatre critiques de livres (Burning Chrome de William Gibson et trois anthologies) et une étude sur la série TV Lexx. Une bibliographie secondaire est fournie mais l'ouvrage ne comporte pas d'index.

Gravé sur chrome (JL 1990).jpg

Je dois avouer que j'ai trouvé cet ouvrage loin de tenir les promesses faites dans la plutôt grandiloquente introduction. Au lieu d'un ouvrage qui synthétiserait l'évolution du genre sur les trois dernières décennies (un livre qui n'existe effectivement pas encore), le résultat est au final une compilation de textes assez disparates dont la cohérence n'est pas le point fort. Par exemple, si l'objet du livre est bien "les années 1980 à 2010", le troisième texte (sur les uchronies relatives à la 2GM et à la victoire de l'axe) est complètement hors sujet de par les textes évoqués (Two Dooms de Kornbluth, The man in the high castle de PKD), comme l'est une partie du deuxième (qui convie Wells, Verne et Bacon). De même, le long essai sur le techno-thriller est inutile vu que, contrairement à ce qu'écrit l'auteur, ce genre ne fait pas partie de la SF.

Le maître du haut château (JL 1998).jpg

Du coup, le côte "pot-pourri" de cet ouvrage qui réunit des textes n'ayant parfois à peu près aucun rapport avec le genre ou n'en parlant que de façon très superficielle (comme une n-ième discussion sur le phénomène des "Deux Cultures" de C. P. Snow) a tendance à occulter certaines choses plus intéressantes comme la solide réflexion de l'auteur sur le devenir de la SF (un texte plutôt pessimiste, probablement à juste titre). La même stratégie de la compilation explique probablement la présence de la deuxième partie constituée de critiques qui, au vu de leur qualité (honorable, sans plus), n'avaient pas forcément vocation à être conservées et qui, en tout cas, n'apportent rien à l'ensemble. Comme le tout n'est pas très passionnant, ni terriblement original et parfois assez éloigné du genre, le choix (forcé ?) de l'auto-publication semble logique. Comme quoi, ce qui se lit sur écran n'a pas forcément la même tenue une fois imprimé.

anglais,1 étoile

Note GHOR : 1 étoile