Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/12/2009

_First contact : A reader's selection of Science Fiction and Fantasy_

First contact : A reader's selection of Science Fiction and Fantasy : Bonnie KUNZEL & Suzanne MANCZUK : 2001 : The Scarecrow press : ISBN-10 0-8108-4028-6 : ix + 155 pages (y compris index) : coûte 33.95 USD pour un TP non illustré, semble disponible chez l'éditeur : http://www.scarecrowpress.com/Catalog/Flyer2.shtml?SKU=08....

First contact.jpg

Le prix élevé de ce livre (entre trois et quatre fois plus qu'un roman de format similaire) indique bien la cible visée par l'éditeur. Il s'agit en effet d'un ouvrage à destination des bibliothèques (et des bibliothécaires). Ecrit par deux spécialistes de ce secteur (Kunzel a aussi co-écrit Strictly Science fiction, un ouvrage au principe similaire), il s'agit d'un guide de préconisation permettant de conseiller les jeunes usagers des bibliothèques dans leurs choix de lecture. Il s'agit d'ailleurs d'un type d'ouvrage assez courant aux USA typique d'un marché de niche.

Strictly science fiction.jpg

D'un maniement assez simple, ce guide est divisé en une vingtaine de sections thématiques organisées étrangement par ordre alphabétique, qui vont de Alien contact (les extraterrestres) à To be continued... (les sagas multivolumes). Chacune d'entre elles liste par auteur une petite trentaine d'oeuvres (essentiellement des romans) en rapport avec le thème, par exemple de Startide rising à The day of the triffids pour le premier. Chaque livre sélectionné est résumé en quelques lignes (il y a parfois un court avis critique) et un système de code permet d'indiquer à quelle tranche d'âge il est adapté. Outre les indications de date de sortie et d'éditeur, la présence de suites ou de prequelles est mentionnée. Un index des titres et des auteurs est fourni en fin de volume.

Startide rising (Bantam 1993).jpg

Pour le simple amateur (ne travaillant pas dans une bibliothèque), on peut regretter que l'ouvrage ne soit au final qu'une suite de résumés des intrigues et manque à peu près totalement d'une implication critique des auteurs. De la même façon, les éditions indiquées pour les livres conseillés sont celles destinées aux bibliothèques (généralement des HC), ce qui peut amener à des difficultés pour localiser les ouvrages en question et surtout, comme c'est la date de parution de ces éditions qui est listée, donner une idée faussée de la chronologie du genre (comme cette date de 1993 pour For love of Mother-not de Foster qui date réellement de dix ans auparavant).

For love of Mother-not (Del Rey 1983).jpg

Un livre un peu trop spécialisé et qui, au vu de son prix, aurait pu faire l'effort d'offrir une réelle plus-value en ne se bornant pas à copier des quatrièmes de couverture.

For love of Mother-not (Del Rey 1991).jpg

Note GHOR : 1 étoile

08/12/2009

_Fantastique, Fantasy, Science-Fiction : Mondes imaginaires, étranges réalités_

Fantastique, Fantasy, Science-Fiction : Mondes imaginaires, étranges réalités : Léa SILHOL & Estelle VALLS DE GOMIS : 2005 : Autrement (collection "Mutations" #239) : ISBN-10 2-7467-0743-8 : 166 pages (pas d'index) : coûtait 17 Euros pour un TP assez large, disponible chez l'éditeur : http://www.autrement.com/.

Fantastique, fantasy, science-fiction.jpg

Cet ouvrage est en fait un numéro de la revue Autrement. Un titre avec une image plutôt engagée qui a pour principe de traiter des sujets de société au travers de numéros dédiés. Ici, ce sont donc ce que l'on appelle maintenant les littératures de l'imaginaire qui sont à l'affiche même si l'on retrouve les diverses composantes bien séparées dans le titre du livre.

2001 l'odyssée de l'espace (JL 1985).jpg

Dans les onze articles d'une grosse dizaines de pages chacun, on en trouve seulement trois qui traitent de la SF : Bozzetto sur l'histoire du genre, Labbé sur le troisième millénaire et Mergey sur l'Uchronie. On peut aussi rattacher au genre le texte de De Gomis sur les comics et la BD. Le reste (Vampires, Stephen King, Fées, Gothique...) relève du fantastique ou de la Fantasy. A noter que la revue n'offre ni index ni bibliographie.

Les chronolithes (Folio 2008).jpg

N'ayant lu que les parties relatives à la SF, mon impression est celle d'un ensemble typique de ce genre d'entreprise qui veut faire découvrir un genre comme la SF à des néophytes, le tout en moins de quarante pages. Ce n'est pas mal fait (malgré quelques affirmations osées et fausses de Bozzetto) mais c'est juste sans aucun intérêt pour l'amateur de réflexions un tant soit peu poussées sur le genre. A 17 Euros pour une revue même pas illustrée, cela fait un peu cher la généralité.

In the presence of mine enemies (Roc 2004).jpg

Note GHOR : 1 étoile

04/12/2009

_Explorers of the infinite : Shapers of science fiction_

Explorers of the infinite : Shapers of science fiction : Sam MOSKOWITZ : 1974 : Hyperion Press : ISBN-10 0-88355-159-4 : 353 pages (y compris index) : coûtait 3.95 USD pour un TP (existe aussi en HC -130-6).

Explorers of the infinite.jpg

Tout d'abord, il me faut préciser que cet exemplaire n'est pas la première édition de ce livre puisqu'il s'agit d'une reprise par Hyperion (un spécialiste de la proto-SF du début du 20ème siècle) d'un ouvrage initialement paru en 1963 chez The world publishing company (sous le même titre mais avec une couverture différente). Il s'agit donc d'un livre dû à la plume de Sam Moskowitz, un personnage fondateur du fandom américain, président de la première convention mondiale et prosélyte infatigable du genre.

Rien qu'un surhomme (RF 1952).jpg

Cet ouvrage est une sorte de compilation d'une vingtaine (dix-huit pour être précis) de biographies des précurseurs du genre dont certaines sont parues précédemment dans divers magazines. Chacune fait en moyenne une vingtaine de pages et traite généralement d'un seul auteur. Classées par ordre chronologique, ces chapitres vont de celui consacré Cyrano de Bergerac à celui sur Stanley G. Weinbaum en passant par les noms connus de cette phase de l'histoire du genre (Poe, Verne, Wells, Gernsback, Stapledon, Doyle, Merritt, Lovecraft...). Deux chapitres finaux se consacrent l'un à l'origine du terme science fiction et l'autre à un bref historique de l'après Weinbaum. Un index clôt l'ouvrage.

Ralph 124c41+ (Cherry Tree).jpg

C'est un livre qui est non seulement d'une lecture facile grâce à de nombreuses anecdotes mais qui représente aussi un travail innovant dans certains domaines. Bien qu'un nième chapitre sur Poe, Wells ou Verne n'apporte pas grand chose à l'étude de l'histoire de la SF, certaines des biographies concernent des auteurs maintenant complètement oubliés et sont parfois les seules qui leur soient consacrées. A ce titre, les informations rassemblées par Moskowitz sur des gens comme Wylie, Shiel ou Hale voire Merritt sont très précieuses et constituent une lecture obligatoire.

La fin du rêve (OPTA 1976).jpg

En plus, comme tout se passe au début de l'histoire de la SF, ce livre nous épargne heureusement une bonne partie des habituelles théories de Moskowitz sur les influences au sein du genre, son grand dada qui lui fait remonter n'importe quel texte à un prédécesseur et ainsi de suite (A a lu et copié B qui a piqué cette idée à C dans le magazine D, etc.), le tout sans avancer aucune preuve malgré l'énorme documentation qu'il possédait. Il en reste malgré tout, comme cette filiation affirmée haut et fort entre Superman et le héros du Gladiator de Wylie. Cette légèreté dans l'affirmation est d'ailleurs assez fréquente chez l'auteur, y compris dans le domaine bibliographique pur, ce qui oblige parfois à des vérifications. Malgré tout, cela reste un ensemble synthétique et vivant sur la préhistoire du genre.

Le monstre de métal (RF 1957).jpg

Note GHOR : 2 étoiles

01/12/2009

_Experiment perilous : Three essays on science fiction_

Experiment perilous : Three essays on science fiction : Marion Zimmer BRADLEY & Norman SPINRAD & Alfred BESTER : 1976 : ALGOL Press ; ISBN-10 0-916186-02-4 : 34 pages (pas d'index) coûtait 2.50 USD à l'époque pour un petit fascicule format A5 agrafé.

Experiment perilous.jpg

Ce court ouvrage fait partie d'une série de livres édités par ALGOL Press, une structure liée au fanzine américain Algol, un quasi-prozine dirigé par Andy Porter qui deviendra Starship. On trouve dans cette série (au moins) un ouvrage sur Cordwainer Smith et un sur Tiptree.

The fiction of James Tiptree Jr.jpg

Comme l'indique son sous-titre, ce petit livre contient trois essais sur la SF, essais précédemment publiés dans la revue entre 1969 et 1972. Le premier (qui donne son titre au livre) est de la plume de Marion Zimmer Bradley. C'est le plus long (une quinzaine de pages) et il explore peu ou prou les débuts de l'auteur dans le genre et son avis sur l'état du genre à l'époque (et donc sur la New Wave). Les deux autres essais sont nettement plus courts (moins de dix pages) et sont respectivement de Spinrad ("The bug Jack Barron papers") et de Bester ("Writing and The demolished man") et portent sur la genèse des deux romans cités dans leurs titres.

L'homme démoli (Denoel 1977).jpg

Il faut prendre cet ouvrage, très aéré (il commence vraiment à la page 7) et contenant somme toute assez peu da matière, non comme une suite de réflexions poussées sur le genre mais comme une aide à la compréhension des parcours individuels des trois auteurs au sommaire. A ce titre c'est un document d'époque pris sur le vif (sauf pour le Bester qui bénéficie de plus de recul) qui peut s'insérer dans une démarche historique et contextuelle. Au final un ensemble certes léger mais riche d'ambiance.

Jack barron et l'éternité (JL 1978).jpg

Note GHOR : 2 étoiles

26/11/2009

_Envisioning the future : Science fiction and the next millenium_

Envisioning the future : Science fiction and the next millenium : Marleen S. BARR (editor) : 2003 : Wesleyan University Press : ISBN-10 0-8195-6652-7 : xxi + 205 pages (pas d'index) : coûte 23 USD pour un TP, en neuf pour un grosse quinzaine d'Euros.

Envisionning the future.jpg

Cet ouvrage est un hybride assez particulier. Sous la direction de Marleen S. Barr, une spécialiste des relations entre féminisme et SF (on lui doit par exemple le recueil d'essais Lost in space), il rassemble à la fois des textes de fiction (inédits pour la plupart, me semble t-il) et des essais théoriques sur la question de "notre relation avec le futur au travers du double prisme de la SF et des cultural studies" pour paraphraser la quatrième de couverture.

Lost in space (Barr).jpg

Après une longue préface et une introduction (bourrée de spoilers) en partie consacrées à une sculpture (Quantum cloud de Gormley) qui semble être importante pour l'auteur, l'ouvrage se divise en quatre parties principales : "Future past" (texte de Postman sur le 18ème siècle, fiction de Gunn datant de 1989); "Future present" (essai de Suvin sur We de Zamyantine, fictions de Zebrowski et Ellison); "Future Perfect" (fictions de Barr, Sargent et Piercy, texte de Braidotti sur les cyborgs féminins) et "Future Critical" (texte de Parrinder sur la SF située dans un futur "intermédiaire", méta-fictions de Robinson et Rabkin, billet de Mosley). Les essais sont parfois suivis d'une bibliographie des ouvrages cités mais l'ensemble ne comporte pas d'index.

quantum_cloud.jpg

Parfois, on peut se demander pour quelle raison certains livres sont publiés. C'est le cas de cet ouvrage qui n'a globalement ni queue ni tête et pas plus de raison d'être. Le mélange de la fiction et de la non-fiction est toujours un art assez difficile vu que les publics visés possèdent probablement des motivations différentes pour lire chaque type de texte. Dans ce cas précis, cette difficulté est multipliée par le fait que l'ensemble n'a aucun sens et que les contributions prisent individuellement sont d'un niveau assez faible et mêmes pas toutes inédites.

Human voices (Five star 2002).jpg

Plombé dès l'introduction qui nous raconte d'avance toutes les fictions, sentant bon l'autopromotion (Barr nous y inflige sa propre nouvelle à message, d'une médiocrité attristante), d'une rapport parfois nul avec le genre (Postman) ou traitant de textes antédiluviens et peu importants pour l'évolution du genre (Suvin), cet ensemble fleure bon l'artefact feministo-postmoderniste branchouille avec références obligatoires aux écrits de Haraway ou de Robinson et participation de légendes de la cause comme Sargent ou Piercy.

Femmes et merveilles (Denoel 1975).jpg

Un "truc" globalement illisible et qui défie toute logique. A oublier rapidement.

 

Note GHOR : 0 étoile